The Horse and Sparrow Theory

Warvictims

28/06/2019

Relapse Records

Vingt ans de carrière, ça commence à peser dans la balance, spécialement lorsqu’on s’affilie au créneau Hardcore, l’un des plus puristes du genre. Mais les VICTIMS, formés en 1997, sont un peu plus qu’un groupe de Hardcore lambda. Ils sont en quelque sorte un cas d’école nationale, cette école du Crust et du D-beat qui depuis est devenue une référence au même titre que les légendes anglaises des années 80. D’ailleurs, le quatuor (Andy Henriksson - batterie, Jon Lindqvist - guitare/chœurs, Gareth Smith - guitare et Johan Eriksson - basse/chant) n’a jamais caché ses influences. Le Hardcore US évidemment mais plus logiquement, les maîtres anarchistes de DISCHARGE et leur référence See Nothing Hear Nothing Say Nothing, qu’ils ont adapté à la rigueur et la violence typiquement scandinaves. Un parcours sans faute qui leur a permis de devenir des icônes de leur créneau, et une poignée d’albums, de EP’s, sur divers labels évidemment (Tankcrimes, Deathwish, Combat Rock Industry, La Familia Releases, Havoc Records), avant de signer pour ce nouvel effort chez le mastodonte Relapse. Et c’est donc avec un septième LP que les originaires de Nyköping entament ce partenariat, qui se devait d’être scellé dans la violence, la gravité et la puissance. Du DISCHARGE revu et corrigé à la sauce suédoise, on connaît déjà, la réputation des groupes n’étant plus à prouver de leur immaculée rage. Mais avec deux décennies passées à se battre contre les injustices au travers du prisme d’un Hardcore sans concession, ce quartet aux ambitions affichées se permet de damer le pion aux meilleurs, dont ils font partie depuis longtemps, ce qui permet de dégager une évidence. The Horse and Sparrow Theory est une tuerie de plus à leur répertoire, de celles qui tiennent la comparaison avec les plus grandes réalisations.

The Horse and Sparrow Theory, théorème économique, ne date pas d’hier. On parle aujourd’hui de cette fameuse méthode du ruissellement, avec des industries, des consortiums, des actionnaires et des industriels dégageant suffisamment de produit pour créer des embauches, et donc répercuter leurs richesses sur les classes les plus modestes. Une théorie qui arrange bien les classes dirigeantes, mais qui n’a jamais vraiment fonctionné autrement que dans une logique de capitalisme galopant, sacrifiant les plus humbles sur l’autel des dividendes élitistes. L’image en est toujours restée cette tour de flutes de champagne qu’on remplit en partant du haut, regardant le liquide se verser dans les coupes les plus basses. Illusion de partage et de socialisme, pour une éthique qui n’a pas changé d’un iota, et une musique toujours aussi sombre et revancharde. Et si après vingt ans acquis à la cause, nous étions en droit d’attendre des VICTIMS un (éventuel) petit coup de mou, ou une (possible) radicalisation Metal qui n’eut pas été le meilleur choix, il n’en est rien. A l’image des CIRCLE JERKS signant pour Roadrunner dans les années 80, les suédois sont restés fidèles à une image qu’ils projettent depuis 1999 et la parution de leur premier simple, et semblent avoir encore assombri leurs perspectives, qui aujourd’hui sonnent comme les trompettes de Jéricho annonçant la fin du monde tel que nous l’avons connu.

Bien sûr, le background DISCHARGE est toujours aussi présent, tout comme les références à la plus jeune génération des TRAGEDY ou des contemporains HIS HERO IS GONE, mais on sent dans ces riffs tous plus noirs les uns que les autres, dans ces lignes vocales incrustées dans la légende de l’Anarcho-Punk des eighties une envie de remettre les choses à plat, et de ramener le Crust et le D-beat suédois dans le droit chemin. Ici, tout est simple, direct, sans ambages, même lorsque le chronomètre dépasse une longueur raisonnable pour le style, à l’occasion de « We Fail » et son constat tragique sur la gestion des migrants, tout coule de source dans une pénombre qui ne laisse que peu de place à l’espoir. Les plus blasés parleront d’une énième variation sur un même thème, mais les spécialistes et accros reconnaîtront le talent de musiciens qui croient vraiment en ce qu’ils font, jouent et hurlent, et qui permettent au classicisme de bénéficier d’un éclairage fortement tamisé mais nouveau, et parfaitement adapté à une époque chaotique dominée par le cynisme, le racisme, l’homophobie et le protectionnisme galopants. Impeccablement produit par Karl Daniel Lidén (BLOODBATH, KATATONIA, CRAFT), The Horse and Sparrow Theory adapte la théorie du ruissellement artistique, l’ancienne garde inondant la nouvelle de ses assauts sonores pour distiller quelques leçons de non-savoir vivre et de rébellion face à un destin un peu trop inéluctable. 

On aime cette énorme basse qui soulignée d’un chant rauque et sans artifices claque comme une mauvaise nouvelle dans la boite aux lettres, on aime ce feedback qui ne se répand pas comme un virus mais à la rigueur de la vérité crue, et on apprécie évidemment ces riffs d’une simplicité exemplaire, qui restent bloqués sur des thématiques sobres, mais percutantes. Sans vraiment savoir s’il est question de foi ou de redite, ce nouvel album des suédois retranscrit le mal-être, la frustration, l’envie de tout détruire pour repartir de zéro sans savoir si le plan à une chance de fonctionner, mais aussi la non-résignation sourde des classes populaires. Et avec l’intro glauque de « The Horse and Sparrow Theory », qui place les débats sous des auspices pessimistes, un tempo qui cavale comme aux grandes heures du Crust anglais, des bombes de violence de la trempe de « There's Blood on the Streets », le temps semble reculer d’une bonne trentaine d’années, pour nous ramener dans l’Angleterre de Thatcher. En vingt-huit minutes, et malgré des morceaux développés, les VICTIMS frappent très fort et très vite (« The Sea and Poison », du DISCHARGE dans le texte, avec un brin d’URSUT pour densifier le tout), et terminent leur psaume par une ultime charge de pesanteur et d’oppression (« Revenge of Our Fathers ») qui n’annonce pas forcément des lendemains rieurs. 1997/2019, le crédo est le même, et la rage intacte. Cette rage qui ruisselle d’une génération à une autre, et qui je l’espère, va voir les chevaux massacrés par les moineaux. Pour un énième recommencement, qui entrainera les mêmes erreurs. Mais l’histoire se répète toujours non ?    

   

Titres de l’album :

                         1.The Horse and Sparrow Theory

                         2.The Birth of Tragedy

                         3.There's Blood on the Streets

                         4.We Fail

                         5.Fires Below

                         6.The Sea and Poison

                         7.Hell is Full of Good Intentions

                         8.Revenge of Our Fathers

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/09/2019 à 17:47
82 %    872

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01