Vingt ans de carrière, ça commence à peser dans la balance, spécialement lorsqu’on s’affilie au créneau Hardcore, l’un des plus puristes du genre. Mais les VICTIMS, formés en 1997, sont un peu plus qu’un groupe de Hardcore lambda. Ils sont en quelque sorte un cas d’école nationale, cette école du Crust et du D-beat qui depuis est devenue une référence au même titre que les légendes anglaises des années 80. D’ailleurs, le quatuor (Andy Henriksson - batterie, Jon Lindqvist - guitare/chœurs, Gareth Smith - guitare et Johan Eriksson - basse/chant) n’a jamais caché ses influences. Le Hardcore US évidemment mais plus logiquement, les maîtres anarchistes de DISCHARGE et leur référence See Nothing Hear Nothing Say Nothing, qu’ils ont adapté à la rigueur et la violence typiquement scandinaves. Un parcours sans faute qui leur a permis de devenir des icônes de leur créneau, et une poignée d’albums, de EP’s, sur divers labels évidemment (Tankcrimes, Deathwish, Combat Rock Industry, La Familia Releases, Havoc Records), avant de signer pour ce nouvel effort chez le mastodonte Relapse. Et c’est donc avec un septième LP que les originaires de Nyköping entament ce partenariat, qui se devait d’être scellé dans la violence, la gravité et la puissance. Du DISCHARGE revu et corrigé à la sauce suédoise, on connaît déjà, la réputation des groupes n’étant plus à prouver de leur immaculée rage. Mais avec deux décennies passées à se battre contre les injustices au travers du prisme d’un Hardcore sans concession, ce quartet aux ambitions affichées se permet de damer le pion aux meilleurs, dont ils font partie depuis longtemps, ce qui permet de dégager une évidence. The Horse and Sparrow Theory est une tuerie de plus à leur répertoire, de celles qui tiennent la comparaison avec les plus grandes réalisations.

The Horse and Sparrow Theory, théorème économique, ne date pas d’hier. On parle aujourd’hui de cette fameuse méthode du ruissellement, avec des industries, des consortiums, des actionnaires et des industriels dégageant suffisamment de produit pour créer des embauches, et donc répercuter leurs richesses sur les classes les plus modestes. Une théorie qui arrange bien les classes dirigeantes, mais qui n’a jamais vraiment fonctionné autrement que dans une logique de capitalisme galopant, sacrifiant les plus humbles sur l’autel des dividendes élitistes. L’image en est toujours restée cette tour de flutes de champagne qu’on remplit en partant du haut, regardant le liquide se verser dans les coupes les plus basses. Illusion de partage et de socialisme, pour une éthique qui n’a pas changé d’un iota, et une musique toujours aussi sombre et revancharde. Et si après vingt ans acquis à la cause, nous étions en droit d’attendre des VICTIMS un (éventuel) petit coup de mou, ou une (possible) radicalisation Metal qui n’eut pas été le meilleur choix, il n’en est rien. A l’image des CIRCLE JERKS signant pour Roadrunner dans les années 80, les suédois sont restés fidèles à une image qu’ils projettent depuis 1999 et la parution de leur premier simple, et semblent avoir encore assombri leurs perspectives, qui aujourd’hui sonnent comme les trompettes de Jéricho annonçant la fin du monde tel que nous l’avons connu.

Bien sûr, le background DISCHARGE est toujours aussi présent, tout comme les références à la plus jeune génération des TRAGEDY ou des contemporains HIS HERO IS GONE, mais on sent dans ces riffs tous plus noirs les uns que les autres, dans ces lignes vocales incrustées dans la légende de l’Anarcho-Punk des eighties une envie de remettre les choses à plat, et de ramener le Crust et le D-beat suédois dans le droit chemin. Ici, tout est simple, direct, sans ambages, même lorsque le chronomètre dépasse une longueur raisonnable pour le style, à l’occasion de « We Fail » et son constat tragique sur la gestion des migrants, tout coule de source dans une pénombre qui ne laisse que peu de place à l’espoir. Les plus blasés parleront d’une énième variation sur un même thème, mais les spécialistes et accros reconnaîtront le talent de musiciens qui croient vraiment en ce qu’ils font, jouent et hurlent, et qui permettent au classicisme de bénéficier d’un éclairage fortement tamisé mais nouveau, et parfaitement adapté à une époque chaotique dominée par le cynisme, le racisme, l’homophobie et le protectionnisme galopants. Impeccablement produit par Karl Daniel Lidén (BLOODBATH, KATATONIA, CRAFT), The Horse and Sparrow Theory adapte la théorie du ruissellement artistique, l’ancienne garde inondant la nouvelle de ses assauts sonores pour distiller quelques leçons de non-savoir vivre et de rébellion face à un destin un peu trop inéluctable. 

On aime cette énorme basse qui soulignée d’un chant rauque et sans artifices claque comme une mauvaise nouvelle dans la boite aux lettres, on aime ce feedback qui ne se répand pas comme un virus mais à la rigueur de la vérité crue, et on apprécie évidemment ces riffs d’une simplicité exemplaire, qui restent bloqués sur des thématiques sobres, mais percutantes. Sans vraiment savoir s’il est question de foi ou de redite, ce nouvel album des suédois retranscrit le mal-être, la frustration, l’envie de tout détruire pour repartir de zéro sans savoir si le plan à une chance de fonctionner, mais aussi la non-résignation sourde des classes populaires. Et avec l’intro glauque de « The Horse and Sparrow Theory », qui place les débats sous des auspices pessimistes, un tempo qui cavale comme aux grandes heures du Crust anglais, des bombes de violence de la trempe de « There's Blood on the Streets », le temps semble reculer d’une bonne trentaine d’années, pour nous ramener dans l’Angleterre de Thatcher. En vingt-huit minutes, et malgré des morceaux développés, les VICTIMS frappent très fort et très vite (« The Sea and Poison », du DISCHARGE dans le texte, avec un brin d’URSUT pour densifier le tout), et terminent leur psaume par une ultime charge de pesanteur et d’oppression (« Revenge of Our Fathers ») qui n’annonce pas forcément des lendemains rieurs. 1997/2019, le crédo est le même, et la rage intacte. Cette rage qui ruisselle d’une génération à une autre, et qui je l’espère, va voir les chevaux massacrés par les moineaux. Pour un énième recommencement, qui entrainera les mêmes erreurs. Mais l’histoire se répète toujours non ?    

   

Titres de l’album :

                         1.The Horse and Sparrow Theory

                         2.The Birth of Tragedy

                         3.There's Blood on the Streets

                         4.We Fail

                         5.Fires Below

                         6.The Sea and Poison

                         7.Hell is Full of Good Intentions

                         8.Revenge of Our Fathers

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/09/2019 à 17:47
82 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.