The Mother Of All Plagues

Mercyless

21/08/2020

Xenokorp

A la fin du dix-neuvième siècle, la Belle Otero devient « la première star de l'histoire du cinéma » lorsque l'opérateur Félix Mesguich filme un numéro de danse au moyen d'un cinématographe Lumière à Saint-Pétersbourg. En 1992, le bel Otero (je n’exagère rien, regardez les photos de l’époque) devient l’une des légendes française de l’underground avec son groupe MERCYLESS et son album toujours culte, Abject Offerings. Et depuis plus de trente ans, Max cristallise toute l’admiration envers l’arrière-garde Death française, au même titre que ses contemporains ou presque Stef Buriez ou Alex Colin-Tocquaine. Oh, bien sûr, on a pris l’habitude de voir le féroce guitariste/chanteur faire quelques guests sur des projets de potes (KOZH DALL DIVISION, OBSZÖN GESCHÖPF, CATHEXIA, SAVAGE ANNIHILATION), mais ces feaurings n’ont fait qu’alimenter nos fantasmes quant à un nouvel album de SA créature, et en 2020, année bizarre s’il en est, la bête est de retour après quatre ans de silence et son monstrueux cri Pathetic Divinity, poussé il y a déjà quatre ans. En quatre ans, MERCYLESS n’a pas beaucoup changé, et seule la basse accueille un nouveau doigté, celui de Yann Tligui, qui intègre l’équipe aux côtés de Laurent Michalak (batterie, depuis le comeback de 2011) et Gautier Merklen (guitare, depuis 2014). Si les fans ne se poseront que peu de question au sujet de cette septième réalisation, les sceptiques continueront de sceptiquer et argueront du fait qu’en pleine vague revival, MERCYLESS continue de faire du MERCYLESS sans se remettre en question, tablant sur l’appétit insatiable de la nouvelle génération pour les sons et les approches old-school. Je n’empêcherai pas les esprits chafouins de chercher la petite bête, mais une fois n’est pas coutume, je me rangerai à l’avis général émis sur ce The Mother Of All Plagues. Il tue, il massacre, il écrase, il éclate, et renvoie sur les marelles de la maternelle la nouvelle génération qui se croit plus evil que les anciens.

Pour trouver un avis modulé voire négatif sur cette nouvelle livraison, il faut méchamment écumer les arcanes du Net. En effet, tous les sites - spécialement français - se livrent à un combat de dithyrambes concernant The Mother Of All Plagues, comme s’ils souhaitaient se mettre en avant pour que le maître remarque leur prose. Je pense n’avoir trouvé qu’un seul site émettant des réserves au regard de ce nouvel album, avec un argumentaire assez logique et fondé. Il est vrai qu’un nouveau MERCYLESS se fête comme il se doit, même si l’on peut en anticiper le moindre plan sans avoir recours à une imagination folle. Oui, le combo fait du Death à l’ancienne depuis ses débuts, lorsque ce Death barbare et violent était encore du Death actuel. On sent toujours les réminiscences de cette admiration pour MORBID ANGEL et PESTILENCE, à l‘image du récent SKELETAL REMAINS qui ressemble comme trois gouttes de sang à The Mother Of All Plagues, la crédibilité et la science des arrangements morbides en moins. Pour être honnête, et en étant logique et franc, ce nouvel LP ne propose rien de neuf, mais absolument rien, accentue légèrement la variation, et accentue la puissance monstrueuse de Pathetic Divinity qui surclassait déjà le phénoménal Unholy Black Splendor, premier album post comeback après dix ans de silence. The Mother Of All Plagues composé en 2018 et donc oracle d’infortune des catastrophes s’abattant sur nous depuis la fin 2019, se concentre justement sur les épidémies mortelles ayant touché le monde entre 1347 et 1353, et tente de mettre en musique la peur, le désespoir et la mort, en continuant le travail de sape entrepris dès 1992 et le séminal Abject Offerings. Et le résultat est encore fabuleux, avec ce Death historique, ne faisant aucune concession aux aménagements modernes, pour mieux se concentrer sur un passé réactualisé, qui une fois encore, s’attaque aux méthodes MORBID ANGEL.

Je n’ai pas tressailli en écoutant ce disque, et dire le contraire serait malhonnête. J’ai pris l’habitude de l’excellence de Max et les siens, et ce nouvel effort ne contredit pas sa quête d’absolu dans la constance. Disons qu’il marque un peu le pas, et que son format moyen sied admirablement bien le parti-pris choisi. Dix minutes de plus eurent sans doute été de trop, et les trente-cinq minutes sont absolument suffisantes pour juger de la constance de l’œuvre, qui une fois encore oscille entre attaques franches et véloces et écrasements massifs du talon de la rythmique. Max grogne comme toujours, sa guitare extirpe de ses cordes et micros les riffs les plus traditionnels du répertoire, et l’ensemble est cohérent, à défaut d’être surprenant. Des morceaux se taillent la part du lion, d’autres font du surplace, mais impossible de rester de marbre face à une démonstration de force de l’ampleur de « Descending to Conquer », ou de ne pas admettre l’importance de la scène floridienne en sentant les effluves de Tampa sur le lourd et catatonique « Laqueum Diaboli ». Les accès de rage Thrash sont toujours bien présents, tout comme les quelques clins d’œil aux scènes allemande et suédoise sur le roublard « Bring Me His Head », et si Max ne ramène pas la tête d’Alfredo Garcia sans ses bagages, il règle leur compte à quelques critiques qui lui reprochent de faire la même chose depuis trois décennies sans essayer de faire progresser son groupe et de transformer la machine en modèle industriel. Mais MERCYLESS a toujours été un groupe d’artisans, dans le sens le plus noble du terme, d’artisans qui ne produisent que des modèles uniques lorsqu’ils en ont l’inspiration.

Moins alambiqué et sans doute moins ambitieux que Pathetic Divinity, The Mother Of All Plagues n’en est pas pour autant moins admirable. Il est plus direct certes, plus immédiat, mais après plusieurs écoutes, on se rend compte que les compositions sont aussi travaillées, avec toujours ces petits arrangements mélodiques qui ajoutent une patine malsaine, et cette transition diabolique « Contagion », qui nous met dans le bain comme les inserts de 1349 sur Demonoir. On pourra à la rigueur reprocher quelques fade-out bien peu inspirés, qui castrent des riffs qui auraient mérité une fin plus concentrique, mais on s’inclinera face à la débauche d’énergie phénoménale et la chaleur que dégage ce disque, qui ne refuse aucune figure imposée (le très classique « All Souls Are Mine », avec son tout petit break de basse futé pour relancer la dynamique), mais qui transcende les facilités pour en faire une marque déposée. « Litany of Supplication » en clôture, prône la lourdeur harmonique, mais une fois encore, s’échappe en fading. Choix étrange, mais qui finalement, sied peut-être bien à un disque qui refuse tout le superflu. A noter que l’album s’accompagne de quatre reprises bien senties en édition limitée, avec des appropriations de HELLHAMMER, VENOM, POSSESSED et MOTORHEAD. Un joli cadeau de la part d’un groupe qui connaît bien ses classiques.    

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Infection

02. Rival of the Nazarene

03. Banished from Heaven

04. Bring Me His Head

05. Contagion

06. Laqueum Diaboli

07. Descending to Conquer

08. Inherit the Kingdom of Horus

09. The Mother of All Plagues

10. All Souls Are Mine

11. Litany of Supplication


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/09/2020 à 15:36
80 %    274

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
21/09/2020, 19:03:15

Et bien quelle chronique encore une fois ! En même temps ce groupe le mérite bien... 

On va croire qu'on a des actions chez Mercyless par ici, mais je me joins une fois de plus à toute l'admiration envers le groupe qui se dégage de la chronique. Bravo à Max et sa bande de furieux.


metalrunner
@86.253.243.153
21/09/2020, 20:34:08

C est brutal haineux malsain du vrai Death.Monsieur Otero beau boulot et félicitation au batteur il défonce tout..Pour les actions chez Mercyless vous allez pas être millionnaire  


LeMoustre
@37.172.170.200
22/09/2020, 10:29:32

En effet, je pense être l'auteur de la chronique plus mesurée sue un autre site. Assez d'accord avec ce papier du coup. 


NecroKosmos
membre enregistré
22/09/2020, 16:33:10

Je suis un grand fan du groupe et ce, depuis le premier album. J'apprécie beaucoup leur retour mais ce nouvel album a un arrière-goût de trop-peu. Surtout que je trouve les nouveaux morceaux un peu redondants. Il manque le riff mortel qui tue, le solo qui vous file des frissons, le refrain qui vous reste à vie dans le crâne, le break de la mort, etc... Un très bon nouvel album mais je pense que le groupe, en matière de composition, est capable d'encore mieux.


ASdx
@78.192.38.132
22/09/2020, 22:17:38

Rien de bien transcendant ici

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Quelle caisse claire incroyable - les 2 singles sont très bons, ça augure un chouette album encore - MACABRE <3  

30/10/2020, 10:44

Reg

Je suis complètement passé à côté, mais il n'est jamais trop tard ! Très bon titre en tout cas ;)

30/10/2020, 09:34

Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22