A force de se vautrer dans la fange extrême, on finissait par se demander ce qui pouvait encore plus souiller notre âme et nos habits. Après tout, ils étaient déjà salement tâchés par les déjections internationales qui n’en finissaient plus de vomir leur bile sur le tissu de notre complaisance, et la surprise et le dégoût semblaient devenir des concepts du passé, tant nous devenions blasés de tant de violence assumée.

Alors, la questions se posait, et restait d’importance.

Etait-il encore possible d’être extrême sans tomber dans l’exagération cocasse et rester efficace dans l’assaut sonore ? Certains albums tendaient à le prouver, même si le Darkened Core devenait la nouvelle norme en assombrissant la violence pour la rendre encore plus hideuse.

De cette constatation un peu résignée en forme d’impasse, surgit un jour un mince filet de lumière blafarde qui représentait sinon un espoir, tout du moins une possibilité. Oui, il paraissait alors encore possible d’aller plus loin sans aller trop loin, et de nous faire retrouver les sensations éprouvées il y a quelques années, lors de la découverte d’œuvres d’une vilénie aussi tétanisante qu’un projet de loi émis par Vladimir Poutine en revenant d’une chasse à l’ours, ou à l’homme.

La réponse allait-elle venir des USA, les suprématistes Noisy ultimes ? Ou bien de l’Est, qui depuis quelques années tente de nous prouver sa pertinence en termes de terrorisme sonore ?

Mais à ma grande surprise, la réponse était négative. La planche de salut tendue au-dessus du pont était finalement fabriquée en Europe, à Belfast plus précisément, et se voulait d’un bois rigide mais friable, suffisamment en tout cas pour nous jeter dans le grand bain d’acide de la dissonance. 

 

UNYIELDING LOVE. Marrant comme nom, mais formation serrée, très jeune (2014), et une simple démo en carte de visite. Et hop, plongeon dans la faune, et premier album sorti l’année dernière en format tape, et réédité cette année par les sadiques de Sentient Ruin, qui ont flairé le potentiel destructeur de la formation, en respirant leurs émanations d’ultraviolence à plein naseaux.

Une ultraviolence concentrée, qui s’exprime via un médium totalement privé d’empathie rythmique et mélodique, empruntant au Grind sa folie et au Darkcore sa vilénie. Un premier album d’une brièveté trompeuse qui au prime abord fait méchamment penser à une énième exaction Grind tout ce qu’il y a de plus roborative, avant de nous exploser les oreilles de déviances Indus, de folie Noise, et de démence Sludgecore. Le tableau est dépeint avec précision, et se veut simple. Une vieille zone résidentielle décatie, tombant en lambeaux, un petit matin. Le silence environnant, et puis le débarquement soudain d’une équipe de démolition sortie de nulle part qui entame son entreprise de démolition sans se soucier du bien-être du voisinage. La wrecking ball qui fracasse les parois, démonte les parpaings sans pitié, et regarde tomber les tours dans un fracas de bruit blanc, avant de constater les dégâts d’un air narquois et d’un sourire sardonique. Une farce ? Peut-être, mais l’une des plus efficaces qu’il n’ait été donné de constater depuis longtemps.  

A dire vrai, je n’avais assisté à tel massacre depuis les dernières missions de FULL OF HELL, et pas seulement leur duo gant dans le bruit avec le taré de MERZBOW, et à côté de cette gymkhana sanglante et assoiffée de violence, les INSECT WARFARE et autres NAILS ou DISCORDANCE AXIS et TRAP THEM passent pour de gentils entrepreneurs à peine capable d’arracher la moquette sans se casser un ongle.

Boucherie ?

Maniement de la hachette à une vitesse défiant les lois de la physique ?

Un peu tout ça, et surtout, une attitude frondeuse sans complexe qui relègue la concurrence des mercenaires dans une fausse jungle du treizième arrondissement, histoire de pouvoir planter de nouvelles espèces rares.

Les UNYIELDING LOVE sont de grands malades, aucun doute à se faire là-dessus. Pourtant ils ne tombent jamais dans le drame contemporain du n’importe quoi pour choquer le bourgeois, et animent leur musique d’une âme noircie qui ne confond pas pêché de vitesse et ambition de bruit. Leurs morceaux, aussi terrifiants soient-ils en sont vraiment, et la violence dont ils font preuve est structurée, bien que se figeant dans une grimace horrifique de Grind torturé de Noise et de Blackened Core transformant n’importe quelle tentative des SUFFERING MINDS en plaisanterie douteuse de fin de banquet.

Avec un son qui fricote ses infrabasses pour distordre ses aigus au-delà du raisonnable, The Sweat of Augury est un déchaînement de haine viscérale qui vous cogne les tripes tout en vous remuant le peu de neurones qu’il vous reste.

D’ailleurs, les originaires de Belfast ne s’embarrassent pas de principes, ni de longues intros en guise d’amuse-gueule, et enfoncent les clous dans votre chair dès l’entame « Abandon The Body », qui suggère une horde de barbares assassins se débarrassant d’un corps encombrant dans les eaux boueuses d’une rivière isolée.

Stridence, dissonances, feedback, blasts, hurlements en dualité, on pense évidemment à la furie d’un FULL OF HELL en pleine dépossession de ses moyens, qui hurle et vitupère enfermé dans une cage de rationalité dont il veut s’extirper par n’importe quel moyen.

On sent même en arrière-plan et en trame de fond des velléités Jazzcore assez prononcées, avec ce faux rythme fait de cassures, qui rappelle tout autant les TOTAL FUCKING DESTRUCTION que PSYOPUS ou COMITY. L’intensité est d’ailleurs la même, à cette différence près que les UNYIELDING LOVE sont au moins aussi deux fois plus tarés que n’importe lequel d’entre eux.

« Cruor Whelm » semble faire la jonction entre le NAPALM le plus débridé, le NAILS le plus déridé et le FULL OF HELL le moins ridé, et accentue encore plus la pression pour faire gicler vos yeux médusés hors de vos orbites abusés. 

Symphonie de l’outrance totale et assumée, The Sweat of Augury est excessif dans tous les sens des termes du contrat que vous n’avez pas forcément signé. En poussant le paroxysme aux antipodes des frontières de l’impossible, les Irlandais jouent avec nos nerfs, en accumulant les plans (« Ardent Shroud »), sans jamais se départir de cette précision qui rend toutes leurs interventions fatales. Production énorme et ronflante, morceaux brefs qui frappent sans retenue, et final ambivalent d’un Sludge pas vraiment rassurant (« The Pregnant Hurt » / « Sweated Augury »), pour deux derniers chapitres de plus de cinq minutes, tout sauf cathartiques.

Un cauchemar sonore éveillé, qui pourtant vous endort à jamais, mais surtout, la preuve que l’extrême peut aller encore plus loin sans tomber dans le n’importe quoi. Un truc qui enthousiasme autant qu’il n’effraie. Un solo de marteau piqueur à huit heures du matin, dans votre salon, mais qui vous sert le thé et prépare un petit dèj aux petits oignons.

Ce premier album des UNYIELDING LOVE est un caillou dans la chaussure du Grind qui abime la voute plantaire en vous obligeant à courir.

Sadique non ?

Et si les FULL OF HELL débordent d’un enfer bruitiste, The Sweat of Augury est un enfer bruitiste. Mais un enfer si malin qu’il panse vos plaies avant de vous cramer de la tête aux pieds.


Titres de l'album:

  1. Abandon The Body
  2. Fleeting Joy
  3. Cruor Whelm
  4. Die Hand Die Verletzt. Die Hand Die Ertragt
  5. Ardent Shroud
  6. Of Human Grease and Ash
  7. The Pregnant Hurt
  8. Sweated Augury

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/06/2017 à 14:09
88 %    233

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)