Avant toute chose et puisque les convenances l’imposent, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année. Certes, cette chronique sera publiée quelques semaines après la date fatale, mais tout ça n’empêche pas un minimum de politesse. Alors, quelle sera la teneur musicale de 2018, alors même que son aînée 2017 vient tout juste de mourir ? Difficile de le prévoir alors que quelques grosses sorties sont d’ores et déjà prévues, mais gageons que comme tous les ans, nous aurons notre pesant de surprises, de décibels, et de déceptions en tous genres. En abordant mon cas personnel, 2018 commence plus ou moins comme 2017, et il n’est pas vraiment étonnant de me retrouver penché sur mon clavier à digresser d’une nouvelle sortie Thrash vintage, un genre qui aura alimenté nos colonnes depuis la création du site. Sauf que pour une fois, pas question de petits jeunes nostalgiques ou d’opportunistes surfant sur la vague de la mode violente, mais bien de vieux briscards remettant le couvert pour nous proposer la suite de leurs aventures brutalement interrompues. Selon les sites recensant l’existence des chiliens de BETRAYED, et les bios officielles disponibles, le groupe existe donc depuis 1988, ce qui en fait un des plus anciens représentants du style en Amérique du Sud. Nous en venant de Valparaiso, ce quintette acharné (Erik Flores - chant, JL Olmos - Lead, Mauricio "Plasma" - guitare rythmique, Claudio Tapia - batterie et Jacob H. Wilschrey - basse) a publié à l’orée de sa carrière une première démo (Our Option), qui les distinguait de la masse grouillante locale de par l’originalité de son répertoire, uniquement axé autour de compositions personnelles, alors que leurs petits camarades de la scène se faisaient encore les dents de lait sur des reprises fameuses. Un premier album vit le jour, 1879, Tales Of War, qui acheva d’asseoir leur réputation, qui malheureusement fit long feu. Problèmes inhérents à toute formation instable, difficulté d’implantation, le ver était dans le fruit qui commença à pourrir, laissant nos héros sur le carreau.

Mais l’acharnement a parfois raison d’un destin capricieux et chancelant, et en 2006, les BETRAYED décidèrent donc de rééditer leur propre matériel sous la forme d’un CD, avant d’opter pour une reformation plus formelle, histoire d’écrire un nouveau chapitre à leur histoire. Ce tome 2 s’appelle donc The Unbeliever, postulat ne s’appliquant pas à ce groupe opiniâtre qui n’est pas encore prêt à lâcher les armes pour se rendre définitivement. Quelle est donc la teneur de ce deuxième opus qui propose donc de reprendre les choses là où 1879, Tales Of War les avait laissées ? Plus ou moins une extension des travaux précédents, avec ce petit plus de professionnalisme qui rend leur musique encore plus performante et agressive, et tout à fait à la hauteur des standards mondiaux en la matière. Pas vraiment de surprise à attendre d’un combo sûr de son fait depuis très longtemps, mais beaucoup d’efficacité, quelques idées bien amenées, et surtout, une foi sans faille dans un Thrash pas forcément bu à la paille, mais avalé à grandes lampées et brulant l’estomac comme un alcool contrefait. Les références utilisées par le quintette sont toujours les mêmes, et piochent dans les grands classiques des TESTAMENT, VIO-LENCE, ANTHRAX, DEATH ANGEL ou FORBIDDEN, soit la crème de la Bay Area et de la scène New-yorkaise, et les premières mesures de « The Unbeliever » confirme ce respect des cadors, de ses riffs saccadés et de ses breaks méchamment imposés.

De la pertinence donc dans la brutalité, mais aussi beaucoup de savoir-faire histoire de trousser quelques hymnes définitifs acquis à la cause, tous d’une concision remarquable, et d’une brièveté appréciable. Les chiliens ne jouent pas les équilibristes progressifs, même s’ils sont loin de se contenter de headbanguer comme de simples chevelus affolés. On sent que le métier est derrière eux, et qu’il leur permet de composer efficace mais malin, ce qu’une compo aussi définitive que « Our Option » démontre de son agressivité matinée de quelques accents Death contrôlés. C’est évidemment l’ombre de DEATH ANGEL et TESTAMENT qui plane au-dessus de cette seconde réalisation longue-durée, mais le tout est dilué dans une vilénie estampillée South-America, qui confère une patine un peu bestiale aux accès d’urgence, qui profitent d’arrangements sobres mais sombres pour durcir le ton. Beaucoup de vibrato, des guitares qui tronçonnent en solo et tricotent en duo, et une cohésion de tous les diables entre les membres d’un groupe ayant une sale revanche à prendre sur le passé. Notons quand même puisque ce détail à son importance que The Unbeliever n’est pas à proprement parler un nouvel album, puisqu’il ne propose qu’une petite poignée d’inédits et se considère plus comme un EP, rallongé pour augmenter la durée en intégrant d’anciens titres qu’on trouvait sur le précédent album du groupe, sur leur première démo et leur précédent EP, Looters Will Be Shot, édité en 2016 via Massive Records. Vous noterez donc des changements de son dans la production, ce qui n’est absolument pas gênant, et qui transforme ce disque en compilation vous permettant de posséder la quasi intégralité des morceaux composés par le quintette.        

Des morceaux la plupart du temps méchamment efficaces, qui décuplent la portée de mid tempi vraiment appuyés, qui rappellent l’EXODUS le plus groovy endurci d’une fluidité à la DEATH ANGEL assez manifeste (« Looters Will Be Shot », le genre de truc imparable live, qui en studio ne perd rien de sa flamme et qui nous incendie de son accélération bénie). Ainsi, les quatre premiers morceaux de cette sortie 2017 sont un véritable passage en revue des capacités des musiciens, qui n’hésitent pas à utiliser des intro à plein régime pour imposer un énorme riff saccadé (« Constitution », celui-là, FORBIDDEN ne l’a pas volé). Mais dès « Fight For Your Land », le son change et devient plus sec, ce qui n’est pas franchement rédhibitoire, mais qui pourra surprendre les esthètes que la production initiale avait séduits. On verse dès lors dans un Thrash aux forts relents Hardcore, pas si loin du Crossover, pour un changement dans la continuité qui verse quand même son obole à un Thrash déchaîné (« The First Desillusion »). Il serait même possible lorsque l’amplitude étire ses ailes de comparer les chiliens de BETRAYED aux japonais d’OUTRAGE, dont je vous avais dit le plus grand bien à l’occasion de leur dernière livraison. Alors que les deux groupes ont connu des trajectoires diverses et parallèles, on y retrouve cette densité dans la brutalité, et cette façon de déformer le Heavy pour le faire entrer dans un moule Thrash, et cette conviction qui transforme chaque intervention en déclaration d’intention. Même propension à se lâcher sur des segments courts pour accélérer la course (« The Message »), et mêmes ambitions lyriques qui redonnent ses lettres de noblesses à un art depuis longtemps passé dans le domaine public (« 1879 »). En gros, deux groupes qui ont compris que refourguer des idées depuis longtemps éculées et que se caler sur des rythmiques pilonnées ne permettaient pas de signer des œuvres dont on peut se rappeler, et mêmes exigences de qualité pour se faire remarquer.

Et en substance, The Unbeliever place la barre Thrash assez haute en ce début d’année, ce qui va certainement en obliger un ou deux à s’appliquer pour ne pas trop ramer. 2018 sera Thrash ou ne sera pas ? Mais quelle année ne l’a pas été ?


Titres de l'album:

  1. The Unbeliever
  2. Panic Attack
  3. Looters Will Be Shot
  4. Constitution
  5. Our Option
  6. Fight for Your Land
  7. The First Desillusion
  8. The Message
  9. Human Madness
  10. 1879
  11. The Real Me
  12. Betrayed

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/01/2018 à 14:03
80 %    385

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !