Avant toute chose et puisque les convenances l’imposent, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année. Certes, cette chronique sera publiée quelques semaines après la date fatale, mais tout ça n’empêche pas un minimum de politesse. Alors, quelle sera la teneur musicale de 2018, alors même que son aînée 2017 vient tout juste de mourir ? Difficile de le prévoir alors que quelques grosses sorties sont d’ores et déjà prévues, mais gageons que comme tous les ans, nous aurons notre pesant de surprises, de décibels, et de déceptions en tous genres. En abordant mon cas personnel, 2018 commence plus ou moins comme 2017, et il n’est pas vraiment étonnant de me retrouver penché sur mon clavier à digresser d’une nouvelle sortie Thrash vintage, un genre qui aura alimenté nos colonnes depuis la création du site. Sauf que pour une fois, pas question de petits jeunes nostalgiques ou d’opportunistes surfant sur la vague de la mode violente, mais bien de vieux briscards remettant le couvert pour nous proposer la suite de leurs aventures brutalement interrompues. Selon les sites recensant l’existence des chiliens de BETRAYED, et les bios officielles disponibles, le groupe existe donc depuis 1988, ce qui en fait un des plus anciens représentants du style en Amérique du Sud. Nous en venant de Valparaiso, ce quintette acharné (Erik Flores - chant, JL Olmos - Lead, Mauricio "Plasma" - guitare rythmique, Claudio Tapia - batterie et Jacob H. Wilschrey - basse) a publié à l’orée de sa carrière une première démo (Our Option), qui les distinguait de la masse grouillante locale de par l’originalité de son répertoire, uniquement axé autour de compositions personnelles, alors que leurs petits camarades de la scène se faisaient encore les dents de lait sur des reprises fameuses. Un premier album vit le jour, 1879, Tales Of War, qui acheva d’asseoir leur réputation, qui malheureusement fit long feu. Problèmes inhérents à toute formation instable, difficulté d’implantation, le ver était dans le fruit qui commença à pourrir, laissant nos héros sur le carreau.

Mais l’acharnement a parfois raison d’un destin capricieux et chancelant, et en 2006, les BETRAYED décidèrent donc de rééditer leur propre matériel sous la forme d’un CD, avant d’opter pour une reformation plus formelle, histoire d’écrire un nouveau chapitre à leur histoire. Ce tome 2 s’appelle donc The Unbeliever, postulat ne s’appliquant pas à ce groupe opiniâtre qui n’est pas encore prêt à lâcher les armes pour se rendre définitivement. Quelle est donc la teneur de ce deuxième opus qui propose donc de reprendre les choses là où 1879, Tales Of War les avait laissées ? Plus ou moins une extension des travaux précédents, avec ce petit plus de professionnalisme qui rend leur musique encore plus performante et agressive, et tout à fait à la hauteur des standards mondiaux en la matière. Pas vraiment de surprise à attendre d’un combo sûr de son fait depuis très longtemps, mais beaucoup d’efficacité, quelques idées bien amenées, et surtout, une foi sans faille dans un Thrash pas forcément bu à la paille, mais avalé à grandes lampées et brulant l’estomac comme un alcool contrefait. Les références utilisées par le quintette sont toujours les mêmes, et piochent dans les grands classiques des TESTAMENT, VIO-LENCE, ANTHRAX, DEATH ANGEL ou FORBIDDEN, soit la crème de la Bay Area et de la scène New-yorkaise, et les premières mesures de « The Unbeliever » confirme ce respect des cadors, de ses riffs saccadés et de ses breaks méchamment imposés.

De la pertinence donc dans la brutalité, mais aussi beaucoup de savoir-faire histoire de trousser quelques hymnes définitifs acquis à la cause, tous d’une concision remarquable, et d’une brièveté appréciable. Les chiliens ne jouent pas les équilibristes progressifs, même s’ils sont loin de se contenter de headbanguer comme de simples chevelus affolés. On sent que le métier est derrière eux, et qu’il leur permet de composer efficace mais malin, ce qu’une compo aussi définitive que « Our Option » démontre de son agressivité matinée de quelques accents Death contrôlés. C’est évidemment l’ombre de DEATH ANGEL et TESTAMENT qui plane au-dessus de cette seconde réalisation longue-durée, mais le tout est dilué dans une vilénie estampillée South-America, qui confère une patine un peu bestiale aux accès d’urgence, qui profitent d’arrangements sobres mais sombres pour durcir le ton. Beaucoup de vibrato, des guitares qui tronçonnent en solo et tricotent en duo, et une cohésion de tous les diables entre les membres d’un groupe ayant une sale revanche à prendre sur le passé. Notons quand même puisque ce détail à son importance que The Unbeliever n’est pas à proprement parler un nouvel album, puisqu’il ne propose qu’une petite poignée d’inédits et se considère plus comme un EP, rallongé pour augmenter la durée en intégrant d’anciens titres qu’on trouvait sur le précédent album du groupe, sur leur première démo et leur précédent EP, Looters Will Be Shot, édité en 2016 via Massive Records. Vous noterez donc des changements de son dans la production, ce qui n’est absolument pas gênant, et qui transforme ce disque en compilation vous permettant de posséder la quasi intégralité des morceaux composés par le quintette.        

Des morceaux la plupart du temps méchamment efficaces, qui décuplent la portée de mid tempi vraiment appuyés, qui rappellent l’EXODUS le plus groovy endurci d’une fluidité à la DEATH ANGEL assez manifeste (« Looters Will Be Shot », le genre de truc imparable live, qui en studio ne perd rien de sa flamme et qui nous incendie de son accélération bénie). Ainsi, les quatre premiers morceaux de cette sortie 2017 sont un véritable passage en revue des capacités des musiciens, qui n’hésitent pas à utiliser des intro à plein régime pour imposer un énorme riff saccadé (« Constitution », celui-là, FORBIDDEN ne l’a pas volé). Mais dès « Fight For Your Land », le son change et devient plus sec, ce qui n’est pas franchement rédhibitoire, mais qui pourra surprendre les esthètes que la production initiale avait séduits. On verse dès lors dans un Thrash aux forts relents Hardcore, pas si loin du Crossover, pour un changement dans la continuité qui verse quand même son obole à un Thrash déchaîné (« The First Desillusion »). Il serait même possible lorsque l’amplitude étire ses ailes de comparer les chiliens de BETRAYED aux japonais d’OUTRAGE, dont je vous avais dit le plus grand bien à l’occasion de leur dernière livraison. Alors que les deux groupes ont connu des trajectoires diverses et parallèles, on y retrouve cette densité dans la brutalité, et cette façon de déformer le Heavy pour le faire entrer dans un moule Thrash, et cette conviction qui transforme chaque intervention en déclaration d’intention. Même propension à se lâcher sur des segments courts pour accélérer la course (« The Message »), et mêmes ambitions lyriques qui redonnent ses lettres de noblesses à un art depuis longtemps passé dans le domaine public (« 1879 »). En gros, deux groupes qui ont compris que refourguer des idées depuis longtemps éculées et que se caler sur des rythmiques pilonnées ne permettaient pas de signer des œuvres dont on peut se rappeler, et mêmes exigences de qualité pour se faire remarquer.

Et en substance, The Unbeliever place la barre Thrash assez haute en ce début d’année, ce qui va certainement en obliger un ou deux à s’appliquer pour ne pas trop ramer. 2018 sera Thrash ou ne sera pas ? Mais quelle année ne l’a pas été ?


Titres de l'album:

  1. The Unbeliever
  2. Panic Attack
  3. Looters Will Be Shot
  4. Constitution
  5. Our Option
  6. Fight for Your Land
  7. The First Desillusion
  8. The Message
  9. Human Madness
  10. 1879
  11. The Real Me
  12. Betrayed

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/01/2018 à 14:03
80 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)