On n’arrête pas d’en parler, le nom, le titre sont sur toutes les lèvres, alors comme le moment n’est pas encore venu, moi, j’ai vaincu, et je vais quand même en parler sans en parler vraiment.

De quoi ?

Du nouvel album de la scierie germanique la plus productive de l’histoire, qui depuis le milieu des années 80 nourrit les fantasmes Thrash les plus poussés, et suscite l’admiration d’une cohorte de fidèles prêts à vendre leurs patchs DESTRUCTION pour obtenir la moindre bribe d’information.

Oui, le 27 janvier sortira sur Nuclear Blast le quatorzième album studio de KREATOR, Gods Of Violence, qui a déjà tellement fait parler de lui qu’on pense le connaître déjà alors même que seuls deux nouveaux titres ont filtré.

Alors, de l’importance de chroniquer un MCD offert en cadeau à tout acheteur du Legacy #106 de décembre dernier ?

De parler un peu de son contenu, mais surtout de celui du LP à venir qui commence à devenir au moins aussi anticipé que le Hardwired de METALLICA quelques mois auparavant.

Mis à part que Gods Of Violence ne déclenchera certainement pas autant de controverse que l’album à la pochette ultra moche d’Hetfield et Ulrich.

On connaît donc déjà deux morceaux de cet effort à venir, dont un est présenté sur ce mini CD, ce fameux titre éponyme qui finalement laisse augurer du meilleur, tout du moins d’une suite de l’histoire assez logique et peu surprenante.

Mais pour le coup, et puisque l’objet en question était gratuit, autant parler de ce « Gods Of Violence » que tout le monde connaît déjà pour en dire tout le Phantom Antechrist qu’on en pense du pas du tout Pleasure To Kill.

Que contenait au juste ce cadeau offert gracieusement à des lecteurs avides de nouveauté brutale ?

 

Un nouveau titre donc, ce d’ores et déjà classique « Gods Of Violence » forcément illustré d’un clip dispo sur Youtube, et qui prouvait de sa rythmique atomique introduite par un savant jeu de cordes acoustiques que KREATOR, aux côtés de TESTAMENT, était certainement un des derniers bastions imprenables du Thrash de tradition.

Le travail entrepris ces dernières années et culminant sur le terrassant Phantom Antechrist trouvait là une suite digne de la légende, avec ses couplets furieux débouchant sur un refrain mélodique et fumeux, qui sans en faire trop, rassurait sur l’état de santé de nos ouvriers préférés. Un break en up tempo accrocheur et convaincant, des parties de guitare harmoniques, enfin, tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un morceau de KREATOR qui convainc sans forcer son talent.

On pouvait aussi y écouter d’autres petites choses, plus ou moins inédites ou planquées, comme le mid puissant de « Wolfchild », une face B de « Civilisation Collapse », pas forcément très convaincant et un peu trop germanique pour être honnête, ou encore « Iron Destiny », qu’on possédait déjà si l’on avait acheté la version deluxe de Phantom Antechrist ou le split single avec ARCH ENEMY. Là encore, rien de transcendant, mais une chanson qui fleurait bon le leftover qui aurait sans doute dû le rester, malgré un refrain entêtant, mais un peu mièvre il faut le reconnaître.

Outre ces miettes, deux titres en live, « Phobia » et « Violent Revolution », qui rehaussent un peu le niveau en démontrant que le KREATOR/créature est resté cette machine de guerre live, à l’intensité au moins aussi mastoc que celle du SLAYER de la grande époque.

Musicalement, chacun appréciera la pertinence de ce choix, et je ne m’immiscerais pas dans un jugement quelconque.

Mais la cerise de la perle sur le gâteau de l’huitre, c’était bien évidemment cette cover de MAIDEN, « The Number Of The Beast », pas foncièrement désagréable, avec un Mille se dépêtrant plutôt pas mal de cette partie vocale acrobatique, et plutôt casse-gueule d’un Dickinson qui maîtrisait encore totalement ses cordes vocales.

Evidemment, l’appropriation allemande n’a ni la classe, ni la flamboyance, ni l’approche dramatique de l’originale, mais les lignes de basse sont très digestes, et si le solo se perd un peu dans une hystérie déplacée, si les riffs restent produits un peu trop poliment pour enthousiasmer, l’énergie du gosier de Petrozza remporte finalement l’adhésion…

On peut lui préférer d’autres versions, mais après tout, celle-ci est tout à fait acceptable, sans non plus nous faire nous relever la nuit pour vérifier que MAIDEN fera toujours mieux que les autres en jouant du MAIDEN.

Et puis n’oublions pas que l’objet en question était gratuit. Alors certes, ça n’empêche pas un jugement objectif de son contenu, mais je me vois mal râler en arguant d’un manque d’intérêt quelconque.

Il est toujours plaisant de recevoir une bonne gamelle de KREATOR, mais la question qui reste en suspens après écoute de cette récréation qui rappelle étrangement Out Of The Dark dans sa construction (inédit, reprise, live), est celle-ci :

Que nous réserve donc ce nouvel album que nombre d’entre vous attendent comme le messie ?

Si « Gods Of Violence » avait plus ou moins été à l’origine d’une vague déferlante de critiques dithyrambiques, beaucoup ont été refroidies par le tristounet « Satan Is Real » (dont moi, évidemment), proposé peu de temps après, et qui avait quand même de sales airs de transposition germanique du Néo Death scandinave des années 2000. Mélodie mièvre, attaque nonchalante pour un clip superbe, le doute commençait à s’installer, et les plus hardcore de craindre un coup de mou de la part de Mille et sa bande…

Mais nous serons fixés très rapidement, dans quelques jours, et à ce moment-là, il sera toujours temps de juger. Quoiqu’il en soit, et en tant que supplément de Noël, ce Violence Unleashed était un joli cadeau avant l’heure qu’il convenait de déguster comme un fois gras bien tassé.

 De la violence certes, mais modérée. Enfin du KREATOR moyennement inspiré quoi. Ce qui reste toujours plus engageant que la majorité des sorties usuelles.


Titres de l'album:

  1. Gods Of Violence
  2. The Number Of The Beast (IRON MAIDEN cover)
  3. Wolfchild
  4. Iron Destiny
  5. Phobia (Live)
  6. Violent Revolution (Live)

Site officiel


par mortne2001 le 14/01/2017 à 14:21
65 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/