Warrior of Sun

Hounds

31/01/2020

Punishment 18 Records

Lundi de Pâques, les œufs, le partage, jour de la résurrection, le premier jour d'une nouvelle semaine, qui inaugure un temps nouveau de paix et de joie…Vu le contexte actuel j’ai sincèrement du mal à croire que ce lundi augure de temps de paix et de joie, mais ça n’est pas une raison pour sombrer dans les affres de la dépression. Et quel meilleur remède à la sinistrose ambiante que d’écouter un album enregistré par des passionnés, histoire d ‘oublier pendant quelques minutes l’ambiance cloisonnée et le manque de relations humaines. Un album qui nous replonge dans un passé beaucoup plus heureux que notre présent, et qui comme beaucoup d’autres trouve l’inspiration dans une décennie morte depuis longtemps, cette fameuse décennie 80 qui n’en finit plus de renaître…comme le Christ. Et c’est en Italie, l’un des pays les plus touchés par la crise actuelle que nous allons rencontrer les musiciens du jour, friands d’un Heavy Metal hautement nostalgique, et joué comme si le temps n’était pas passé à la bonne vitesse. HOUNDS donc, quintet (Massimo Ventura - guitare/chant, Marco De Fabianis - claviers, Enrico Cairola - batterie, Stefano Paparesta - basse et  Alessandro Zelferino - guitare) formé en 2016 sous l’impulsion de trois de ses membres fondateurs (Ventura, De Fabianis et Cairola), dont l’unique but à l’époque était de reprendre à leur compte des morceaux de SAVATAGE, sans penser un seul instant à enregistrer des albums ou donner des concerts. Mais avec l’adjonction de deux musiciens supplémentaires, les ambitions ont été revues à la hausse, et c’est donc un concept original qui a émergé de cette réunion d’artistes, qui a vite découlé sur la production d’un premier EP éponyme à compte d’auteur. Mais c’était sans compter sur le talent des personnages impliqués et l’intérêt qu’ils allaient susciter dans l’underground, et bien vite, les labels se sont montrés intéressés par cette formation certes typique, mais à l’allant indiscutable.

Ainsi, un an et demi après cet initial EP, nous retrouvons les originaires de Turin au catalogue d’un des acteurs nostalgiques les plus en vue de la scène européenne, Punishment 18 Records, gardant l’histoire dans la limites des frontières de l’Italie. Mais gageons que la musique proposée sur Warrior of Sun a depuis longtemps franchi ces frontières pour se répandre comme une trainée de poudre dans les rangs de tous les amateurs de Heavy Metal noble et classieux. Jouant cette musique comme si le temps s’était plus ou moins arrêté l’année de la sortie de Gutter Ballet, HOUNDS fait donc honneur à son récent passé de tribute-band, sans pour autant se contenter d’une repompe pure et simple d’un modèle illustre. On trouve donc dans leurs compositions d’évidentes traces de SAVATAGE, mais aussi des réminiscences de MAIDEN, de SAXON, de la grandiloquence de RAINBOW, mais aussi quelques éléments de Power Metal européen et américain, avec une propension à doper le Heavy d’une puissance sinon Speed, du moins à l’amplitude non négligeable. Affichant dès le départ des ambitions évidentes, le quintet se propose donc de nous faire survoler le passé à dos d’aigle, et synthétise tout ce qui a pu les influencer dans les années 70 et 80, se posant en nouveau chantre d’un Metal nostalgique à souhait, et pourtant très à l’aise dans son époque. Si le tempo global se satisfait très bien d’un mid plombé et affirmé, parfois, la machine décolle et le miracle total se produit, la musique des italiens atteignant les sommets du Power Metal des nineties, sans en singer les tics note pour note. On constate cette perfection sur l’enflammé « City Hunter », qui étrangement brouille les cartes temporelles pour imposer un calendrier Power hargneux, rappelant ICED EARTH, HELLOWEEN, mais aussi les grandes heures de la violence modérée scandinave.

Adeptes des formats longs, les turinois se lâchent souvent au niveau du chrono, allant jusqu’à taquiner les neuf minutes pour imposer de longues évolutions progressives du meilleur cru. « The Light » en reste le meilleur exemple et le plus long, avec sa longue introduction mélancolique en son clair très inspiré par Jon Oliva et ses proches, avant qu’un riff très typé ne prenne le relai sans nuire à l’harmonie ambiante. Avec des capacités individuelles notables et un collectif soudé comme jamais (le line-up n’a pas changé depuis les débuts de 2016), HOUNDS peut donc se reposer sur une solidité globale, et laisser parler les talents personnels, proposant un équilibre parfait entre tous les instruments. Mais ne nous leurrons pas, c’est bien le triumvirat guitare/chant/clavier qui truste les avant-postes, et c’est justement cet équilibre qui confère à ce premier album ce parfum si spécial, un parfum vintage certes, mais qui n’empeste pas la naphtaline et les regrets passéistes. Entre des soli qui se taillent la part du lion et des nappes de synthés plaquées rappelant le meilleur de RAINBOW, des progressions typiques de la NWOBHM remises au goût d’un jour Power Metal US, et une pertinence de composition hallucinante, le groupe provoque les meilleurs sur leur propre terrain, et fait jeu égal avec eux. On est donc loin du petit groupe sous perfusion SAVATAGE lorsqu’on écoute Warrior of Sun, et plus proche d’une nouvelle référence Heavy européenne. Certes, l’album est loin d’être inédit en soi. On retrouve sur ce premier LP cinq morceaux issus du premier EP, retravaillés pour l’occasion, et agrémentés de quatre inédits, dont un nouvel instrumental, « The Chronogate ». Cette façon de placer des chansons sans paroles à intervalles réguliers est aussi une curiosité à notre époque, et garantit à ce premier album une singularité qui lui permettra de se différencier de la masse, si tant est que le talent naturel du groupe ne parvienne pas à convaincre immédiatement.

Certes, l’ensemble est classique dans le fond, mais beaucoup moins dans la forme. « Warrior of Sun » joue le Heavy noble et puissant avec ses accès de double grosse caisse assez incongrus, et malgré le flottement d’un chant pas toujours très en place, la puissance qui se dégage est prenante, entre Heavy progressif, épique, Power Metal en retenue, et Hard-Rock en fond sonore. Tous les titres méritent l’attention, même si certains jouent le jeu d’un Hard Rock consensuel (« Hero’s Fate » qui rappelle le ACCEPT du virage américain), et les harmonies, les arrangements, la volonté finissent par emporter l’adhésion. Une bien belle réussite pour des musiciens qui au départ n’avaient d’autre but que de s’amuser, et qui aujourd’hui pourraient devenir la nouvelle référence du Heavy old-school transalpin.             

                                                                                                

Titres de l’album :

                             01. Madness and Rage (Instrumental)
                             02. Warrior of Sun
                             03. Condemned to Hell
                             04. Beyond the Horizon
                             05. The Chronogate (Instrumental)
                             06. City Hunter
                             07. The Light
                             08. Hero’s Fate
                             09. Unreal

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/09/2020 à 18:06
82 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29