Chimaira 2008

Chimaira, Maroon, The Sorrow, Dead Shape Figure

Espace Julien, Marseille (France)

du 26/03/2008 au 26/03/2008

C'est bien de se souvenir de temps en temps des disparus. Certains sont encore bien vivants dans notre paysage musical intérieur, et Chimaira reste un bon exemple dans mon cas. Pendant la quinzaine d'années d'existence du groupe, le groupe s'est très peu produit en province, et cette date à Marseille était probablement la première en France hors Paris et Hellfest. Plus largement l'affiche entière, complétée par des combos européens, était parfaitement dans la ligne de la mode de cette époque et paraissait indiquer la direction pour l'avenir... Aujourd'hui une seule des quatre formations est encore en activité.

Pour être complet, l'instrument mystérieux était un thérémine.

C'était ma première visite à l'Espace Julien. La salle est facile d'accès, près de la Canebière, avec un parking juste à la sortie. Il y avait une bonne affluence, un public assez jeune avec tout de même quelques dégaines plus extrêmes disséminées. À l'intérieur se trouvent un café bar et la salle proprement dite, qui donnent tous deux sur un hall d'entrée. Le stand de merchandising se tenait dans le bar, il n'était pas cher (les t-shirts sont tous à 15 €) mais plutôt moche à mon goût… J'ai quand même pris un t-shirt pour la peine, ce qui s'est avéré un bon choix comme on le verra plus tard. L'occasion de voir aussi que le bar a une bonne carte, avec vin et bière brune.


Dans la grande salle, DEAD SHAPE FIGURE était le premier groupe à jouer. C'est un quintet qui a joué son MetalCore mélodique et assez lourd dans des conditions difficiles. Le son était atroce. La batterie tintait comme du carton, la guitare rythmique sonnait très sale, le chant était étrangement rauque et brouillé (encore, cela semblait naturel) et cela jouait peu carré. On pouvait se raccrocher aux quelques solis, bien joués. Le groupe a tout essayé pour poser l'ambiance, venant chanter et jouer dans le public, jouant une reprise de "Davidian" dont la différence de style était sensible. Le crew a fait d'incessants allers-retours entre la console et la scène pour essayer d'améliorer un peu le consistant de la soupe sonore qui était rendue par les baffles. Cet handicap mis à part, c'est un groupe comme il en existe des wagons aujourd'hui, sans originalité et parfait pour ouvrir la soirée puisqu'ils ont provoqué les premiers pogos.


En dépit de leurs t-shirts de gros fans de Death et de Black de tueurs, le quatuor THE SORROW évolue dans le même style. La grande différence était dans le son, qui était très propre et rappelait ce que faisait Fredrik Nordstrom. C'était donc encore du MetalCore, mélangeant Heavy et HC New School. Les grosses power chords accrocheuses alternent avec des riffs à la Maiden ou des refrains tout aussi mélodiques. Le chant était bon et l'interprétation plus carrée, ce qui rendait quelque chose de plus efficace malgré les chœurs assez affreux du bassiste. Plus expérimentés, ils ont tâché de faire monter la sauce : le guitariste-chanteur a slammé (sur un passage techniquement basique, quand même), ils ont organisé en fin de set un excellent braveheart qui témoignait du bon état d'esprit général. Le spectateur se laissait aisément entraîner sur les passages les plus puissants (les power chords, disais-je) mais franchement, les enchaînements riffs Heavy – refrain – power chords pouvaient se faire dans n'importe quel ordre, personne ne s'en rendait compte. The Sorrow est dans le vent, efficace mais il n'y a aucune sensibilité perceptible, ils n'ont pas fendu l'armure. Encore un groupe sympa à voir sur le moment mais sans beaucoup de personnalité.


Dans ce courant MetalCore, MAROON fait déjà figure de vieux routier de la première génération. Je les avais déjà vu il y a deux ans à Toulouse et j'ai fait l'impasse cet automne quand ils sont passés à Montpellier. Je ne suis pas plus fan que des autres (question de style), mais force est de constater qu'on montait encore d'un niveau. Les Allemands conservent l'influence du Thrash des années 80 et 90 et cela donne une touche à leur répertoire. Leurs titres sont plus à même de séduire les vieux réactionnaires comme votre serviteur avec des intros en arpèges à l'ancienne, des riffs parfois plus Kreator que Maiden et généralement plus originaux que la stricte inspiration Heavy de la grande majorité de leurs compères. Leur expérience leur permet de ressortir de vieux titres qui font plaisir aux anciens fans. Sûr du jeu de ses collègues, le chanteur peut faire de l'humour, nous annonçant notamment que l'un des titres s'appelait "je préfère l'amour à trois", en français dans le texte ! Il m'avait déjà surpris en apparaissant sur scène vêtu d'un hoodie floqué Combichrist (un fameux projet Techno-Dark-EBM, se rattachant à la scène Gothique contemporaine, bien loin des goûts musicaux prévisibles chez un groupe comme Maroon, mais outre-Rhin on est beaucoup plus branché par ce genre qu'au pied de la Bonne Mère). L'aspect traditionnel fut resservi en touche finale, l'ultime morceau se terminant sur un repompage dévot de "Creeping Death".


CHIMAIRA est un groupe peu vu en France malgré l'importance prise par le sextet de l'Ohio au fil des albums. Ce n'est pas pour rien qu'ils ont ramené du monde de loin (Nice, ou Montpellier pour ma part). Dans la fumée, les effets de lumière multicolores et la clameur, ils prennent place et ouvrent le feu sans crier gare en enchaînant sans temps mort "Pure Hatred", "The Flame" et sa montée chromatique fascinante, "Power Trip" et "Nothing Remains" ! La bonne ambiance devenait dès le premier refrain une folie collective, qui gagnait enfin jusqu'aux gradins du fond de la salle (I ! hate ! everyone !). L'heure n'était plus à observer et ergoter sur les interprétations individuelles des musiciens, mais à vivre à fond leur musique. Pour autant, je remarquais que le mixage était le même que sur le dernier album, très équilibré entre tous les instruments. Ce qui transforme les titres plus anciens, jadis mis en boîte par Colin Richardson, où le chant et la guitare rythmique pèsent plus. Néanmoins, Rob Arnold s'affirme comme un grand soliste, spécialement mis en valeur sur scène lorsqu'il est à la manœuvre, à l'ancienne.

Les pauses sont rares, Mark Hunter – qui ressemble beaucoup à Igor Cavalera maintenant – prend rarement la parole entre les titres car pendant les intervalles, aussi brefs que possible, le groupe en profite pour boire et s'essuyer et repart aussitôt. Le dernier album est logiquement privilégié, notamment avec "Worthless" ou "No Reason to Live". "Cleansation" est même arrangé à la manière des morceaux plus récents, puisque Chris Spicuzza y ajoute en intro un sample genre extrait de film, saupoudrage également essayé plus discrètement sur d'autres titres encore. Quelques stage-divers se montrent, mais on peut les féliciter pour une fois parce qu'ils ont été rapides et bon esprit. C'est tellement rare… Le public ne lâche jamais un groupe lui-même très soudé. La force des liens entre les six rejetons de Cleveland, renforcée depuis le retour d'Andols Herrick et l'esprit collectif soufflant sur leur quatrième album, atteint évidemment son apothéose sur le titre "Six", emblématique de leur identité. D'ailleurs, Mark se saisit d'une troisième guitare pour ce titre qui touche vraiment le sommet, car cet ajout apporte enfin le petit surcroît de lourdeur que l'on regrettait auparavant. Pour l'anecdote, il se servira aussi sur ce titre de cet instrument dont se servait déjà The Gathering et dont j'ai oublié le nom, avec une tige métallique qui couine quand on approche la main. Il est remarquable que des compos aussi exigeantes que les leurs soient aussi des titres d'une puissance redoutable, emballant constamment l'assistance. Et au cas où on en douterait, ces titres se démarquent nettement du MetalCore, en brassant des influences différentes et surtout beaucoup plus larges.

Enfin, le titre éponyme "Resurrection" est joué, le groupe salue… et ne reviendra pas. Les lumières s'allument. Après une heure de présence, ils ne consentiront aucun rappel bien qu'ils n'aient pas semblé spécialement fatigués. Cette fermeté a aussitôt atténué la joie des spectateurs et mitigera quelque peu le bon souvenir qu'ils garderont quand même de la soirée. D'ailleurs, je n'ai reconnu aucun titre du premier album. Manque d'habitude d'être en tête d'affiche ? Excès de professionnalisme ? Il est vrai qu'au long du set, Chimaira donnait plus l'impression de professionnels qui adorent leur travail que de fans passionnés qui ont réussi à faire comme leurs idoles de jeunesse. Il y a une petite nuance importante, qui se sentait dans la faible communication, la perfection d'un set sans erreur, ni temps mort, ni imprévu.


Mais enfin, l'heure était au retour et la route devait être longue. C'était le boxon au vestiaire, j'ai pu récupérer mon pull mais pas ma chemise. Ce n'est pas la faute de l'orga' (les volontaires étaient sincèrement embêtés et je suis témoin qu'ils ont cherché minutieusement, et tout le reste de l'encadrement de la soirée semblait parfait). Mais c'est plutôt celle de la personne à qui on a donné un cintre où pendait un vêtement de plus que  ce qu'elle avait confié, et qui s'est bien gardé de le rendre tout simplement en disant que ce n'était pas à elle… Pas grave, c'était une vieille frusque et malgré toutes les réserves émises ici et là, cela restera un concert mémorable.


par RBD le 16/07/2020 à 12:00
   349

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


steelvore666
@88.122.224.169
18/07/2020, 09:52:43
Très bon report.
Une précision cependant : je possède l'album sorti à cette époque par Dead Shape Figure et je ne pense pas qu'on puisse dire qu'il s'agit de "metalcore" (quoi que ce terme veuille dire, d'ailleurs).
C'est plus un mélange de vieux plans thrash, efficaces à défaut d’être originaux, mixé à un genre de Lamb Of God.
Dis comme ça, c' est pas super vendeur, mais c'est énergique et sympa à défaut d'autre chose.

RBD
membre enregistré
18/07/2020, 18:41:34
J'ai resservi ce report tel que rédigé au retour de ce concert voici douze ans. Je ne connaissais pas encore Dead Shape Figure et j'ai pu constater au fil du temps qu'effectivement leur style s'inscrivait ailleurs que celui des autres groupes d'ouverture. Mais le son était vraiment affreux pour eux, et je me souviens que je m'étais fait renverser ma bière d'entrée, ça ne favorisait pas l'analyse fine.

steelvore666
@88.122.224.169
19/07/2020, 14:27:04
Ah oui j'imagine que ça n'aide pas en effet !

Raumsog
@80.11.255.134
21/07/2020, 14:04:38
Merci pour le voyage dans le temps! J'y étais, mais les souvenirs s'envolant avec les années, je ne garde des concerts que de simples impressions... Celles de ce concert étaient très bonnes, je me souviens maintenant pourquoi! (et non ce n'est pas parce que c'est moi qui ait piqué ta chemise :D )

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29