Je pense sincèrement demander un petit pécule, voire un pourcentage aux groupes suédois, tant je semble être leur meilleur ambassadeur en France depuis des années…Ceci dit en toute modestie bien sûr, puisque c’est toujours la passion qui me guide et non le besoin de reconnaissance, mais au vu du nombre d’albums de Hard/Heavy/AOR/Synth-Rock/Hard Pop scandinaves que je traite par semaine, cette compensation me semblerait tout à fait juste. Aujourd’hui, retour à Västerås, Suède, pour y retrouver un groupe dont j’avais déjà parlé à l’occasion de son premier album il y a deux ans, et qui nous en revient donc sans avoir changé d’un iota sa musique. Souvenez-vous, février 2017, je vous présentais les AGE OF REFLECTION, qui sortaient alors In the Heat of the Night sur AOR Heaven, label d’esthètes. J’en disais partiellement tout le bien que j’en pensais, sachant alors que l’équipée pouvait nous offrir beaucoup mieux au vu des talents individuels engagés. Pari gagné, puisqu’en 2019, le sextet nous délivre un message clair et positif, et surtout, à la hauteur de sa réputation naissante avec ce A New Dawn, qui en effet nous propose un lever de soleil chatoyant sur fond de paysage mélodique apaisant. Pourtant pas grand-chose n’a changé en deux ans, que ce soit au niveau de l’équipe ou de l’orientation, mais il semblerait que les quelques petits défauts constatés à l’époque aient été gommés, et que la composition ait atteint un nouveau palier, pour devenir quasiment imperfectible, et en tout cas, un vrai modèle dans le genre. Le genre justement depuis quarante ans, ne supporte pas les approximations, et ne tolère que les refrains les plus fédérateurs, ce que ce second long a bien compris…Alors, onze morceaux, dont une reprise fameuse, pour un parcours sans-faute qui nous émerveille de son énergie matinée de douceur tout sauf mielleuse.

Pourtant, la concurrence est rude en ce moment, et pas seulement à l’intérieur des frontières suédoises. J’abordais hier avec un peu de retard le cas des danois d’ALLIANCE, qui avec leur Fire and Grace avaient placé la barre très haute, mais il semblerait que la fierté nationale scandinave n’ait d’égal que le talent de ses musiciens, puisque A New Dawn rivalise de pureté et de créativité avec les meilleurs représentants. Ainsi, les six instrumentistes (Lars Nygren - chant, Carl Berglund - guitare/chœurs, Jonas Nordqvist - guitare/chœurs, Jens Rüttgeroth - claviers/chœurs, Jan Skärming - basse/chœurs et Peppe Vikman - batterie/chœurs) ont repris les recettes de leur premier album pour les pousser à leur paroxysme, signant avec ces onze morceaux dont dix originaux un manifeste de Hard Rock mélodique de première importance. Je l’avoue, l’euphorie ne m’avait pas chatouillé les tympans il y a deux ans, même si je reconnaissais les qualités intrinsèques d’un combo à l’aise dans son créneau. Mais avec l’expérience de tournées en osmose, et le temps passant, il est évident que les AGE OF REFLECTION ont compris qu’ils se devaient de peaufiner au maximum leur inspiration sans lui faire perdre de sa spontanéité. J’avais cité à l’époque quelques noms pour les situer sur l’échiquier de l’harmonie musclée, dont ceux de TNT, MISS BEHAVIOUR, TREAT, MAGNUM, SHY, et j’aurais tout aussi bien pu ajouter ceux de H.E.A.T, d’ECLIPSE, du PRETTY MAIDS le plus moelleux, mais même si ces comparaisons sont toujours plus ou moins d’actualité, le groupe a aujourd’hui cette identité forte qui lui permet de s’éloigner de tout parallèle un peu trop prononcé. Certes, l’ombre de JOURNEY, de KING KOBRA plane toujours aussi bas au-dessus des mélodies, mais est-il encore possible de sortir un album d’AOR/Rock mélodique en se dégageant de leur parrainage historique ? La réponse est formellement négative, et ce second LP parvient donc à se dispenser de tutelle envahissante pour affirmer sa propre personnalité.

En même temps, et comme à chaque occurrence, il est toujours très ardu de décrire un album dont la musique est connue d’avance, et qui s’adresse à la sensibilité de chacun. Que dire de plus qui n’ait déjà été dit des dizaines de fois ? Que les musiciens sont tous des pointures dans leur rôle respectif, que les harmonies sont superbes, les arrangements léchés, et la production encore une fois signée  Erik Mårtensson (Eclipse, W.E.T.) un modèle du genre ? Que chaque morceau cache un refrain sublime qui vous replongera dans l’âge d’or des années 80 ? Que l’équilibre entre puissance et séduction harmonique est impeccable, et respecte le cahier des charges scandinave en la matière ? Tout ceci semble bien vain au moment de jauger de la pertinence d’une œuvre qui se classe parmi les meilleures de son style, restant juste assez anonyme pour ne pas trop se faire remarquer, mais développant suffisamment d’arguments intimes pour vous convaincre de son utilité. On comprend tout ça, et le reste aussi dès « A New Dawn », stéréotype doré qui se permet quand même une attaque discrète à la double grosse caisse sur fond de nappes vocales pures, et on en a confirmation avec « Stay With Me », beau comme un tube de JOURNEY passant sur une radio californienne un petit matin de juin, le soleil cognant avec bienveillance à la fenêtre. Les hits s’enchaînent, parfois avec un peu plus de clavier que de raison, pour se rapprocher des DARE, de HONEYMMON SUITE, de NIGHT RANGER, et « Here I Stand » de sonner comme un classique instantané, avec son riff légèrement emprunté à VIXEN et BON JOVI. Peut-on en vouloir à un groupe de recréer une ambiance eighties et de fait, de loucher vers ce qui s’est fait de mieux à l’époque ? Surement pas, spécialement lorsque la nostalgie a ce petit goût doux-amer qui à la saveur de l’adolescence…

Certes, tous les titres sont plus ou moins bâtis sur le même moule, mais l’énergie, la puissance de la voix de Lars Nygren, l’agressivité des guitares de Carl Berglund et Jonas Nordqvist, la solidité de la rythmique Jan Skärming / Peppe Vikman, et la subtilité discrète des claviers de Jens Rüttgeroth font de ce A New Dawn une nouvelle réussite globale à ajouter à un tableau d’honneur déjà bien chargé. Et le sextet, décidément très confiant, de se lancer dans une surprenante reprise du tube radiophonique des CUTTING CREW, avec cet éternel « (I Just Died) In your Arms », proche de son modèle, mais suffisamment détaché pour passer pour un original. Petite plus-value pour un album qui n’en avait pas vraiment besoin, et éclairage plus musclé pour un hit que tout le monde a fredonné, trouvant ici une nouvelle dimension par l’entremise de chœurs très prononcés, la trademark du groupe. Toujours très attachés à des racines Hard Rock, les suédois font monter la pression (« Write It On The Wall »), évitent subtilement le piège du sirupeux pour midinettes devenues quadragénaires nostalgiques des slows d’antan, et gardent l’emprise sur un tempo jumpy en distillant leur joie de jouer avec une réelle générosité (« Go »). AGE OF REFLECTION avec cet album aurait pu se rebaptiser AGE OF ACTION, tant A New Dawn est une véritable démonstration de talent qui s’exprime enfin pleinement. Parlons maintenant de mon pourcentage les gars, il est temps je crois…

        

Titres de l’album :

                       1. Aurora

                       2. A New Dawn

                       3. Stay With Me

                       4. Here I Stand

                       5. Until Death Do Us Part

                       6. What If I Break

                       7. Go

                       8. Never Alone Again

                       9. (I Just Died) In your Arms

                      10. Write It On The Wall

                      11. Can't Let Go

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/01/2020 à 14:35
90 %    236

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)