Back from Hell

Steelpreacher

08/05/2021

A Chance For Metal

Résumons l’affaire pour y voir plus trouble :

  • De l’acier
  • Un diable qui sort de son bunker (ou porte dimensionnelle) pour rendre hommage à DIO
  • Une femme aux gros seins totalement nue des gros seins
  • Du fer
  • Un crâne
  • Des allemands
  • Le mot « bière » dans trois titres sur dix
  • Des allusions constantes à l’enfer   
  • Un leitmotiv en « Fuck’in Metal »
  • De la finesse
  • De l’acier
  • Des bières

Bon, arrêtons-nous là, je pense que tout le monde a compris, d’autant que tout le monde, ou presque, du moins dans l’underground connaît les buveurs massifs de STEELPREACHER. Un groupe né à l’orée des années 2000 qui depuis ses débuts se revendique d’un Beer Metal festif et convivial, et qui n’a d’autre but que de nous distraire ou nous rafraichir comme une bonne bière l’été. Ici pas d’autre prétention que de jouer un Hard Rock franc du collier, sans faux-col, pur houblon n’malt, influencé par les RUNNING WILD, SAXON, JUDAS PRIEST et autres défenseurs de la cause des bracelets à clous et autres boissons alcoolisées. Vingt ans après son émergence, le quatuor de Koblenz/Arzbach relance donc la machine pour son sixième longue durée, qui sert de gâteau d’anniversaire fameux, mais imbibé d’alcool comme un baba à Rome. Fidèles à une recette usée jusqu’au fond du godet, les allemands foncent dans le tas, mais rassurent leurs nombreux fans qui étaient plus ou moins inquiets. La bande s’était faite discrète depuis six ans et la parution de Devilution, et malgré un split live paru cette année, rien n’était venu combler nos attentes ou étancher notre soif.

C’est donc chose faite avec ce Back from Hell qui semble indiquer que les musiciens reviennent des enfers avec les bras chargés de packs, remplis d’une boisson appréciée par le malin lui-même, aux degrés nombreux. Alors soyez heureux, soiffards de tout zinc, nos amis de STEELPREACHER sont toujours aussi torchés du riff, mais agiles du goulot.

Mixé par Rolf Munkes, producteur qui connaît bien le Metal et qui a donc offert à Back from Hell le son idoine, enrobé, mais encore assez précis pour pouvoir toucher son nez avec son genou. Mais ne vous leurrez-pas, une fois l’écoute de cet album terminé, votre ouïe sera elle aussi embrumée, et vos sens anesthésiés, tant les attaques formelles des allemands entament les plus résistants des poivrots Metal. Des poivrots certes, mais pas dans le sens TANKARD du terme. Ici, le Metal est joué précis, affiné en cave, et populaire en bouche. Avec toujours ce sens de la mélodie qui sauve leurs hymnes de l’ambiance fête de la choucroute industrielle, les STEELPREACHER payent tournée sur tournée, mais en prenant bien soin de ne rien laisser déborder. Pas question ici de se murger dès la première pinte, même si « Here For the Beer » entame méchamment les débats de son up tempo énergique et furieux. Il n’était donc pas question d’ouvrir les portes du bar en toute discrétion, mais bien d‘annoncer son retour de façon tonitruante, à la SAXON de « Dallas 1.PM » ou du AIRBOURNE des grands jours.

Ce qu’on aime chez ces mecs-là (Muskel - basse, Hendrik Beerkiller - batterie, Jens "Preacher" Hübinger - guitare/chant, et Andi the Wicked - guitare, depuis 2018), c’est que leur bonhommie de surface cache un sens de la composition redoutable. Le genre de gars sur qui on tombe dans un rade quelconque, qui vous tapent dans le dos, mais qui sont toujours là pour vous ramener lorsque vous embrassez le parquet. Ces mecs qui vous paient une tournée, et qui sont de vrais amis, présents dans les bons et les mauvais moments, et qui, s’ils adorent la gueule de bois, n’en adoptent pas la langue. Et surtout, ce qu’on apprécie, c’est la variété de ton dans la boisson, qui passe d’un binaire à la AC/DC à un viril Heavy à la ACCEPT/DIO. Ces allusions à la NWOBHM avec ces tierces malignes (« Back From Hell »), mais aussi ces clins d’œil torves au Metal allemand le plus traditionnel. Cette façon de se déhancher lorsque les premiers effets de l’alcool se diffusent dans le sang (« Da Damn Booze », un duo que MOTORHEAD et les DANGEROUS TOYS auraient pu partager), cette façon de rendre hommage à Lemmy et Syd Barett d’un riff gigantesque (« Wish You Were Beer »), en bref, cette manière de passer pour des gus qui n’en ont aucune et qui pourtant sont bien plus courtois que la moyenne.

Une belle variété de liqueurs donc, parfois grasses en bouche et plus ambitieuses (« The Iron Calls » du MAIDEN fameux épicé d’un peu d‘ACCEPT sérieux), souvent conséquentes et liquoreuses en palais (« Beer Meat'n Metal » Angus Young en train de lever sa chopine en l’honneur de Peter Baltes), de temps à autres en version un litre, pour que la sobriété en prenne un bon coup (« Titanfall »), mais la plupart du temps en peinte régulière, Hard-Rock dans l’évier, Heavy dans le gosier (« Rock For Your Life »).

Evidemment, tout ça manquera de finesse pour les amateurs de fusion, mais lorsque le groupe s’entiche de l’intro de « Blow your Speakers » de MANOWAR pour nous verser un « Masters of the Underground », on en peut que louer l’esprit de camaraderie et le partage. Du lourd, du léger, mais pas de faisandé ni de trafiqué, juste un Heavy très efficace, sincère, convaincant, et qu’on partage entre chalands d’un même troquet qui n’a pas d’heure de fermeture. Une ode à l’alcool, l’amitié et les poings serrés, et plus simplement, un album qu’on avale d’un trait, et qui laisse légèrement enivré, mais pas prêt à dégueuler.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Here For the Beer

02. Back From Hell

03. Da Damn Booze

04. Wish You Were Beer

05. The Iron Calls

06. Beer Meat'n Metal

07. Rock For Your Life

08. Bad Things Never Last

09. Titanfall

10. Masters of the Underground


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/01/2022 à 18:03
80 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20