Dans l'esprit des groupes de Rock à la THE DONNAS ou SUM41, la France a eu son lot de représentant mais en 2010, un groupe du nom de THE T.A.W.S. se forme et publie un premier EP Dreamsland Will Never Fall en 2012 avant de se concentrer sur l'aspect live, aspect qui admettons le de suite lui va tellement mieux que les lieux confinés d'un studio. En effet, le groove de cette musique supporte assez mal les approximations et ce premier album des Nantais, Beyond The Path, en renferme quelques unes.

Cette musique doit avant tout dégueuler d'hymnes à hurler dans la fosse et sur ce premier album, l'intention est là mais pas la production, le mixage des voix est défavorable à Elodie Jouault qui tient le micro. Pour exemple, les chœurs sur "Ever" qui ouvre cet album sonnent tellement loin qu'on a l'impression d'une timidité qui anéanti l'effet recherché, dommage ! Il y a ensuite, l'accent tranché à la serpe de la chanteuse qui accroche les oreilles, le côté ultra calibré des morceaux qui n'éveille absolument jamais une once d'étonnement ou de surprise. Alors tout ceci est sympathique, ça s'écoute, en première partie, il est certain que le public peut trouver cela intéressant et divertissant mais ce Beyond The Path manque finalement de personnalité et passe avec cette impression que tout se ressemble et pourtant...

... pourtant un titre comme "My Bloody Roots" avec son rythme plus soutenu, un son un peu plus agressif contrebalance assez bien la voix fluette et gentille d'Elodie, tout comme "Welcome To Hell" dont la gestion des temps forts et temps plus posés promet de bonnes réactions scéniques ! En fait, sur ces morceaux, THE T.A.W.S. y révèlent leur aspect le plus Metal qui gomme ce côté SUM41. "Now I Can See" nous renvoie même directement vers le THERAPY? de Troublegum sur le riff d'introduction, la suite est un peu plus brouillonne et retrouve la facilité du début d'album et surtout cette légèreté. 

Sans être totalement désagréable, THE T.A.W.S. semble avoir le cul entre deux chaises sans jamais vraiment réussir à les réunir, ce qui ne permet pas une immersion facile dans le monde de ce groupe qui, étant donné, le côté direct de sa musique, doit de suite faire mouche et provoquer une vague d'énergie aussi soudaine que jouissive, là "My Bloody Roots" et "Welcome To Hell" tirent cet album vers le haut mais côtoient des "Get Naked" ou "Follow Me" plutôt transparents. Un premier essai en demi teinte, donc !

Track-listing :

  1. Ever
  2. Follow Me
  3. Just Like Puppets
  4. My Bloody Roots
  5. Welcome To Hell
  6. Now I Can See
  7. Get Naked
  8. Without Moderations
  9. The Best Is Coming
  10. Such Is Life
  11. #YOLO

Facebook

par Simony le 07/09/2017 à 07:21
58 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Golgothan Remains

Perverse Offerings to the Void

Empress

Reminiscence

Kera

Hysteresis

Morbid Reich

An Endless Heretic Advocacy

Voodoo Circle

Raised on Rock

Ataraxy

Where All Hope Fades

3sixty

Truestories

Xenoblight

Procreation

Doomster Reich

Drug Magick

Kleptocracy

Kleptocracy

Hecate

Une Voix Venue d'Ailleurs

Mind Awake

Pressure

Plague

Plague

Knelt Rote

Alterity

Disastrous Murmur

Skinning Beginning (1989-1991)

Obscene

Sermon to the Snake

Lurker Of Chalice

Lurker of Chalice

Cryptivore

Unseen Divinity

Ossuarium

Calcified Trophies of Violence

Mother Misery

Megalodon

Interview Fabien W. Furter (WHEELFALL)

youpimatin / 13/02/2018
Indus

Interview du groupe BLACK REAPER (Chine)

Jus de cadavre / 01/02/2018
Black Death Metal

Trisomie 21

RBD / 29/01/2018
Electro

Interview Mad et PYM (DeadMen)

youpimatin / 22/01/2018
Post Rock

Concerts à 7 jours

Asenblut + Angantyr + Ereb Altor

23/02 : Le Blogg, Lyon (69)

Asenblut + Lappalainen + Belenos

24/02 : La Ferme Du Buisson, Noisiel ()

+ Atrystos + War Inside

24/02 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Therion + Imperial Age + Null Positiv

28/02 : Espace Julien, Marseille (13)

Photo Stream

Derniers coms

Il fait de la Dark Folk, et il a tellement peur de se voir collée l'étiquette généralement accolée à toute cette scène...


Évolution et prise de risque sensible quelques mois après la tournée européenne.


J'aime pas trop cette attitude, autant je comprends qu'un groupe n'ait pas envie de se retrouver au milieu de ce genre de polémique autant "l'affaire" datant de plus de dix ans je trouve un peu hypocrite de se désolidariser d'un groupe avec lequel on avait accepté de tourner juste parce que des (...)


Ce qui m'étonne surtout c'est d'abord le grand écart sur l'affiche, tant les styles respectifs sont différents mais pas incompatibles dans le fond, c'était osé et intéressant de faire ça. Et j'aurai pensé que King Dude, qui s'est rapidement fait apprécier dans sa scène aux côtés de Chels(...)


Killer album!