Bienvenido A Tu Ejecucion

War Thrashed

02/02/2019

Autoproduction

Et si je vous offrais une petite demi-heure de dépaysement en vous entraînant dans les rues de Bogota en Colombie, histoire de vous faire découvrir un pan de l'underground local brutal ? Bonne idée en ce mois de février qui s'annonce plutôt rude, et qui mérite une bande son à la hauteur de sa rigueur. Bogota donc, une des villes les plus actives en matière de Thrash, pour un pays qui depuis l'orée des années 90 paie sa dîme à un style qu'il représente avec un panache indéniable. La scène nationale est en effet l'une des plus actives d'Amérique du Sud, à l'instar du Brésil et du Chili, et généralement, les combos colombiens ne tournent pas autour du pot, mais présentent des signes d'adaptation assez flagrants, à contrario de leurs presque voisins qui eux n'hésitent pas à se vautrer dans la fange Black/Thrash depuis l'émergence de leur première génération brutale. Quels sont donc ces nouveaux chevaliers du riff d 'acier qui vous permettront de vous évader de votre quotidien pendant trente petites minutes ? D'ardents défenseurs de la tradition de la Bay-Area, qui n'ont pas non plus oublié que leur région d'origine fut aussi l'une des plus impliquées dès l'émergence de cette approche radicale, il y a de ça plus de trente ans. C'est donc les WAR THRASHED que je vous propose de rencontrer ce matin, gang formé il y a quelques années et que nous avions plus ou moins perdu de vue depuis un moment. Il nous rassure donc de son existence en publiant son second longue-durée, qui débarque sur le marché indépendant après un long hiatus de sept ans, donc autant dire qu'il était attendu au tournant. Un peu d'histoire pour replacer le contexte en vous expliquant que WAR THRASHED est un concept rapide né en 2007 sous la bannière WAR THRASHER, avant qu'un changement subtil de patronyme ne leur offre un nouveau baptême. Ces instrumentistes francs auront d'abord pris leur temps pour roder un répertoire personnel que les fans colombiens purent découvrir à l'occasion d'une première démo, nommée fort à propos Metal Attack en 2011. Et les résidents de Bogota ne perdirent pas une seconde pour enfin s'exprimer en LP, nous offrant en 2013 un très concis et saccadé Into the Nightmare of Violence, publié à compte d'auteur et proposant un Thrash rapide et franc emballé dans une pochette aux couleurs flashy.

Et si six années ont passé depuis leur dernière livraison, si quelques ajustements ont été nécessaires, le quatuor d'enfer (Johan Diaz – basse, Stiven Berbeci – batterie et Juan Pablo Arrieta – guitare, les trois ensemble depuis 2007, et le petit nouveau Felipe Gonzalez au chant depuis 2013, en remplacement du déserteur Bryan Rubiano) ne semble pas avoir changé son optique, et s'accomplit avec toujours autant de fougue dans un Thrash de tradition qui ne crache pas sur un brin de Groove de saison. Pour autant, pas de concessions, et la recette n'a pas changé depuis les débuts, puisque nos quatre amis sont toujours aussi fidèles à un Metal incisif et décisif, qui préfère les débats concis aux bavardages imprécis, et malgré le laps de temps séparant leurs travaux, la brièveté reste de mise puisque avec seulement huit morceaux et vingt-six minutes, Bienvenido A Tu Ejecucion se classe dans la catégorie des œuvres immédiates qui ne tournent pas autour du mosh-pit. Mais avec un titre pareil, il ne fallait pas s'attendre à une séance de torture sadique, et c'est bien à une exécution sommaire que les colombiens nous convient, celle d'un Metal édulcoré et timoré qu'ils conchient de leurs riffs circulaires et de leurs rythmiques nucléaires, qui ne sont pas sans rappeler la tradition nationale en termes de violence épidermique et systématique. Pas ou peu de temps mort donc, mais une attaque frontale, qu'une intro assez bien troussée et mélodiquement floutée vient dissimuler de ses nuances travaillées. Mais dès le morceau éponyme, la sentence tombe et les cheveux s'envolent, puisque « Bienvenido a tu Ejecución » respecte les dogmes sud-américains les plus séculaires, s'imprégnant tout de même de l'histoire nord-américaine pour ne pas sombrer dans le chaos le plus incontrôlable. Tout est en place, méchamment carré, et si la vitesse de croisière reste raisonnable, on sent en filigrane une envie de dépasser les limites, pour honorer les grands anciens sans perdre son identité.

On pense évidemment à beaucoup de choses, qu'elles viennent d'Amérique du Nord/Sud, d'Allemagne ou d'ailleurs, et il n'est pas incongru de préciser que les WAR THRASHED ont usé les mêmes bancs de répétition nationaux que leurs homologues de PERPETUAL WARFARE, WITCHTRAP, NEUROSIS INC ou DARKNESS, dont on retrouve certains des éléments les plus symptomatiques ici. Lesquels? D'abord cette approche formelle qui empêche parfois les musiciens de prendre leurs distances avec la tradition, mais qui produit une inspiration appréciable que l'on retrouve souvent chez les combos colombiens ou chiliens. Si la Colombie en matière d'extrême ne fait pas partie des élèves les moins turbulents, elle a su protéger sa génération de thrashers d'une tendance à la cacophonie, pour permettre à un classicisme de rigueur de nous enthousiasmer de son esprit frondeur. Certes, rien de plus original que les copains à se mettre entre les oreilles, mais une réelle envie d'adapter les standards à un appétit, personnel bien sûr, qui au fur et à mesure prend des allures de fringale et de revanche sur le destin. C'est ainsi que tout est passé en revue de A à Z, de ces brutales accélérations et ces fulgurances de transition, jusqu'aux passages Heavy teintés de Mosh de très bon ton. On se prend donc au jeu, d'autant plus qu'il est pratiqué par des musiciens qui ne trichent pas, et chaque chapitre de proposer son lot d'idées, et son équilibre entre puissance et mélodie. Un fil rouge unit évidemment toutes les interventions, dont l'ensemble est d'une homogénéité flagrante, mais l'efficacité étant tout sauf latente, le plaisir est réel et concret, comme le démontre le lapidaire “Plaga”. Les thèmes abordés sont eux aussi de circonstance, et s'intéressent à la problématique sociale et aux inégalités, mais c'est surtout la musique qui surprend parfois, lorsqu'elle adopte des contours un peu moins rigides pour se lover au creux d'un groove exécuté rapido. Ainsi, le supersonique mais bionique “Krokodile » de laisser une basse ronde s'exprimer entre deux accès de vélocité, le tout emballé dans un joli feeling Hardcore rapprochant le groupe d'un Crossover assez délicieux et surtout, chanté dans un idiome natal.

Et les hymnes de se succéder bon train, suggérant parfois quelques rapprochements avec les séminaux VIO-LENCE et FORBIDDEN (« Invasión Thrash », le meilleur de la vague US teinté d'exotisme sud-américain), portés par un chant vraiment hargneux et subtilement nerveux, roulant les « r » avec rage et lâchant le flow pour aggraver le carnage. Le quatuor s'y connaît pour agencer ses plans, et n'hésite pas à s'adonner aux joies de la saccade pour mieux mettre l'emphase sur le Heavy en phase (« Muerte Inminente », qui rappelle de loin les fabuleux EXUMER), et on sent un enthousiasme et un plaisir de partager la violence, qui par intermittence peut se faire plus patiente (« Hipnoreligion », final plus posé pour impression renforcée). On regrette simplement parfois un son un peu fluet pour les soli, qui se font manger sans pitié par la rythmique, et surtout, qu'un peu plus de rab' ne nous ait pas été accordé, puisque ce second LP rompant un silence de plomb vaut son pesant d'acier. Souhaitons aux WAR THRASHED de pouvoir tourner dans de bonnes conditions afin de promouvoir cet album qui sans révolutionner le style, y apporte sa solide contribution.  

      

Titres de l'album :

                       1.La Redención de las Almas

                       2.Bienvenido a tu Ejecución

                       3.Plaga

                       4.Krokodile

                       5.Rastros del tiempo

                       6.Muerte Inminente

                       7.Invasión Thrash

                       8.Hipnoreligion

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/02/2019 à 17:34
80 %    391

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07