Alors comme ça, les débuts de la scène Speed Thrash vous manquent ? Vous avez connu tout ça à l’époque et vous vous sentez un brin nostalgique ? Vous n’étiez pas né et vous le regrettez ?

Je vous comprends. J’ai moi-même été témoin de pas mal de balbutiements, et cette période glorieuse me ramène vers elle à une fréquence très régulière. Ma mémoire n’est certainement pas étrangère à ce va-et-vient temporel, mais il faut aussi prendre en compte le fait que de nombreux et jeunes groupes font ce qu’ils peuvent pour ramener les souvenirs à la surface par leur choix d’occulter toute évolution étant intervenue entre-temps. Le revival Thrash ne peut plus être ignoré par les fans d’extrême, son ampleur est désormais suffisamment vaste pour que tout le monde se sente concerné.

Et bien souvent, le travail de mimétisme est tellement flagrant qu’on se prend au jeu de dupes, acceptant de « faire comme si », et de chroniquer des albums contemporains comme s’ils étaient paru il y a trente ans. Il faut dire que parfois, les similitudes sont tellement flagrantes que l’on peut nous excuser ce subterfuge, puisque les musiciens font vraiment tout pour qu’on y croie.

Et si la musique est bonne, le plaisir se mélange au travail, et personne ne se sent floué.

Mais il arrive souvent que le cas soit un peu tangent. Il suffit d’une inspiration un peu flottante, de redites un peu trop flagrantes, et on a du mal à se laisser aller, en se disant que quelques efforts eurent permis de s’y croire avec un peu plus d’aisance.

Prenons le cas assez intéressant des chiliens de SINS OF THE DAMNED. Formé en 2013, ce quatuor de musiciens aux sobriquets ne cachant en rien leur fascination pour le Thrash boom de 1983/84 (Slayer – basse, Maot – guitare, Razor – Chant/guitare et Tyrant – batterie) a déjà sorti deux démos (Rehearsal Promo en 2014 et Declaration of War en 2015), un EP (Death's All Around You, 2016) et un split avec leurs collègues de CRIME (God Is Not Here Tonight, un peu plus tôt dans l’année…).

Ils nous proposent donc de retrouver la quasi intégralité de leur œuvre via cette compilation qui tombe à pic, distribué à deux cents exemplaires physiques par le label chinois Thanatology Productions, qui a dû sentir le bon filon vintage.

Vintage, convenons-en, mais de quel genre ? Alors, disons que si les premières démos de VENOM, DESTRUCTION, SODOM ou BULLDOZER font partie de votre playlist annuelle, Chronicles of Disgrace devrait les y rejoindre assez vite. Comprenant tous les morceaux de leur EP et ceux du split partagé avec CRIME, ce sampler vous offrira un point de vue global du jeune parcours de ces pourfendeurs de Metal édulcoré, qui ne l’abordent que sous son angle le plus cru et primitif. Est-ce pour autant que la livraison est bonne ? Sachant que le CD est vendu sur le Bandcamp du label au même prix que le téléchargement simple (soit treize dollars), je reste dubitatif quant à l’intérêt de son acquisition, même s’il faut bien que les petits groupes puissent survivre eux aussi.

Néanmoins, la musique présentée sur les dix morceaux de cette compilation est légèrement roborative, pour ne pas dire bourrative, en restant aimable. Les titres se suivent et se ressemblent pas mal, et sont de plus fréquemment blindés de samples, dont de longs dialogues de films. Ainsi, « Death's All Around You » frise les huit minutes grâce à des pans entiers de Silence of The Lambs, et cette fameuse scène opposant Clarice et Lecter dans les murs de l’institut psychiatrique. Inutile de dire que le dernier segment du morceau est donc un peu longuet, et qu’il aurait raisonnablement pu être ponctionné de quelques minutes, sans que personne n’y trouve rien à redire.

Certes, le côté bestial est assez sympathique, et renforcé par une production qui adopte la patine « démo », sans pour autant ressembler à un brouet sonore imbuvable. Les guitares sonnent plus ou moins comme des scies sauteuses en action, et la rythmique nous ramène à la magnifique époque des deux premiers méfaits de SEPULTURA, lorsque les ingés-son ignoraient encore les mots « compression », et « puissance ».

Mais loin d’être gênant, ceci serait plutôt un bonus qui colle à la peau décomposée de chansons qui vont droit à l’os, et qui vous rongent les oreilles sans pitié.

Et quand ça fonctionne, ça fonctionne. Impossible de résister à des brulots de la trempe de « Sentenced To Lies » et son crossover génial entre MOTORHEAD et SLAYER, ni à « Too Drunk », qui singe le chaloupé Punk des DEAD KENNEDYS en le molestant d’un chant digne du meilleur ATOMKRAFT.

Speed, Punk, Thrash, SINS OF THE DAMNED est tout ça à la fois, mais à salement tendance à jouer la montre et à replacer des plans similaires avec un peu trop de régularité. De fait, des interventions comme « Day After Day », malgré ses quelques idées mélodiques bien troussées tarde un peu à tirer le rideau, d’autant plus que ce dernier est encore levé via un sample tout à fait superflu.

Le même reproche peut-être formulé à l’encontre de l’ouverture « El Pecado De Los Malditos », qui sonne plus ou moins comme un très long « Black Metal » de VENOM, sans le génie de la brièveté sauvage. D’ailleurs, le son n’a même pas été retravaillé par rapport aux versions d’origine, ce qui renforce ce côté « pris sur le vif », parfois un peu gênant entre les segments.

Mais les guitares virevoltent, le chant mord grave, le batteur suit une ligne de conduite inamovible de vitesse, et la basse fait ce qu’elle peut pour s’imposer, tant bien que mal.

Si vous ajoutez à ces différents constats le fait que les deux derniers morceaux sont des versions live (au rendu très honnête cela dit, sauf pour la grosse caisse qui bourdonne) déjà présents en option studio, le bilan est mitigé et déséquilibré. Chronicles of Disgrace se drape quand même d’une pochette très réussie, et reste un intéressant témoignage de la vitalité de la scène chilienne, de plus en plus présente dans l’underground, mais qui a une fâcheuse tendance à se concentrer sur elle-même et ses propres souvenirs de jeunesse.


Titres de l'album:

  1. El Pecado De Los Malditos
  2. Sacred Sickness and Pain
  3. Death's All Around You
  4. Purgatory Constitution
  5. Sentenced to Lies
  6. Too Drunk
  7. Declaration of War
  8. Day After Day
  9. Declaration of War (Live)
  10. El Pecado De Los Malditos (Live)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/08/2017 à 18:30
65 %    307

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)