Ciel Cendre et Misère Noire

Houle

07/06/2024

Les Acteurs De L'ombre Productions

Le ciel s’assombrit, les vieilles carcasses de bois sont balayées par les embruns, et la tempête s’annonce de tous les diables. Même les vieux loups de mer restent à l’abri, dans ce bar abimé par le temps, qui sur le quai, témoigne de siècles d’hommes de mer n’étant jamais revenus de leur mission. Ce bar a été le témoin de milliers de discussions, de centaines de confessions, et ses tabourets ne pourraient recompter les nombre de fessiers qu’ils ont dû supporter. Mais la tempête, c’est l’ennemi de toujours, celui qu’on ne peut pas combattre, à moins de faire preuve d’une inconscience totale. Cependant, un frêle esquif, qui lui aussi a vécu cent vies sort du port, et commence à tanguer alors que le roulis n’en est qu’au début de ses festivités.

Sur ce bateau, trônent cinq hommes. Græy Gaast (basse), Vikser (batterie), Crabe & Zéphyr (guitares) et Adsagsona (chant). Des hommes encore peu expérimentés qui croient pouvoir défier les éléments de leur morgue flamboyante. Occupés à leur poste, ils savent que leur jeune renommée ne les empêchera pas de se fracasser sur les écueils lorsque le vent soufflera le diable. Mais ils tiennent quand même à faire preuve de bravoure, comme pour prouver aux anciens qu’ils en ont dans le froc eux aussi.

HOULE est donc enfin en haute mer, et prêt à affronter les assauts incessants de cet océan qui en veut à sa peau.

Pour un équipage qui n’a pour le moment démontré qu’une infime partie de ses capacités sous la forme d’une intervention éponyme très courte, Ciel Cendre et Misère Noire est une sacrée déclaration d‘intention, que la compagnie des Acteurs de l’Ombre a promu à grand renfort de déclarations virtuelles et de donation physique. Emballé dans une superbe peinture, ce premier long pas si court reste le meilleur moyen de se faire une place sur les pavés des quais, lorsque les navires chancelant rentrent au bercail. Mais l’attitude des parisiens fait sourire les insulaires. Qui sont-ils après tout pour oser croire donner une leçon à tous les briscards Black Metal de notre beau pays ?

D’excellents marins/musiciens, et des conteurs hors-pair.

HOULE, ce mouvement ondulatoire de la surface de la mer nous trimballe donc sous la pluie et le scalpel du vent pour nous faire respirer un autre air, celui de la nature sauvage et indomptable. Et pour suggérer les bonnes émotions, le quintet parisien n’a pas lésiné sur les efforts, et les effets. Et c’est après une vieille chanson de marin que la mission débute, entre odeur de gnole et de poisson, et chœur entonné à cinq voix.

Le Black Metal du groupe est simple d’apparence, mais complexe de différences. Il s’articule autour d’atmosphères brillamment suggérées, et d’une certaine idée d’une violence ambivalente, entre cruauté sauvage et brutalité viscérale. Il n’y a guère plus à faire pour se transposer dans cette pochette qui décidément en dit plus long que tous les discours. Et sur une trame classique que d’aucuns jugeraient usée jusqu’à la corde, HOULE progresse pour nous faire profiter d’un spectacle ahurissant, celui de ces éléments qui s’acharnent sur les hommes pour les entraîner dans le gouffre.

Basiquement, cette musique reste un BM classique, que le groupe aménage de quelques humeurs. Des humeurs marines évidemment, et on peut presque sentir le sel ronger notre peau en écoutent « Sur les Braises du Foyer », qu’Adsagsona hurle comme un sacrifié. Avec cette prépondérance de mélodies, ces quelques dissonances et ces accalmies soudaines, ce long morceau épique rappelle l’IRON MAIDEN de « Rime of the Ancient Mariner », en version négatif absolu, densifié d’une méchanceté noire comme la nuit sans lune.

L’océan embrassé, pour ses frasques glacées, danse sur le vague à l’âme des hommes lassés, bien d’autres se seront laissés bernés.  

Mais il n’est pas question de tromperie ici. Ni sur la marchandise, en fond de cale, ni sur l’authenticité des émotions. Très théâtral et dramatique, Ciel Cendre et Misère Noire est d’une richesse incroyable, et ressemble beaucoup plus à un vieux journal de bord découvert par hasard qu’à une attraction à grand spectacle de parc d’attraction. Les sensations sont épidermiques, car elles se servent au banquet d’un Heavy Metal de tradition, pour l’intégrer à une structure beaucoup plus brutale et mouvementée. Ce mélange des genres pique les chairs comme des aiguilles de froid, et le choix de voguer au gré d’un tambour martial (« Derrière l'Horizon ») confère une cadence éolienne à un voyage dont certains ne reviendront peut-être pas.

Une vraie puissance, mais aussi une véritable intelligence. HOULE sait pertinemment qu’on ne navigue pas à l’aveugle, et qu’il faut faire confiance au sextant et au compas. La sortie en mer, aussi folle soit-elle a été planifiée comme il se doit, et les efforts distillés avec pertinence. Lorsque le roulis devient trop violent, les pécheurs tassent les voiles, et du haut de sa vigie, Adsagsona pointe les dangers à éviter, pour que la section rythmique ralentisse l’avancée.

« Sel, Sang et Gerçures ». C’est ce qui nous attend si nous choisissons de suivre ces hommes, finalement très expérimentés malgré leur CV succinct. Un CV qui ne cache pas le talent, spécialement lorsque la narration prend des proportions à la Homère, avec un « Née Des Embruns » qui évoque la légendaire Odyssée. Entre chanson de geste de l’océan et Dieux qui souhaitent montrer à l’humain l’étendue de leur pouvoir, cet ultime chapitre d’une aventure passionnante nous berce d’illusions avant de nous cracher la vérité en face.

La nature gagnera toujours, et nous ne pouvons la défier que sur de petites batailles sans importance.

De son fiel ensorcelle, à tous les hères à qui elle se révèle, brûle sa chair vengeresse. Dis-moi, combien se noient ?

Ni canot de sauvetage, ni bouée. A vos risques et périls, entrez dans le monde de HOULE. Un monde de ténèbres bien sûr, mais aussi de longues amitiés nouées autour des cordes de ces bateaux qui sortent et sortent encore avant de rendre l’âme.

A qui elle appartient.   

        

Titres de l’album :

01. Introduction

02. La Danse du Rocher

03. Mère Nocturne

04. Sur les Braises du Foyer

05. Derrière l'Horizon

06. Et Puis le Silence

07. Sel, Sang et Gerçures

08. Née Des Embruns


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/05/2024 à 17:46
90 %    345

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49