Comment séparer l’œuvre de la légende ? Comment parler d’un culte sans le dénaturer ? Le destin se charge t’il parfois de régler leur compte à quelques audacieux, dont la nature emprunte d’obscurantisme semble trop téméraire ?

De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux. De ces deux êtres profondément misanthropes est née une des histoires les plus incroyable et sombre de l’histoire du métal. La Norvège, ses hivers interminables et rigoureux, ses forêts et ses mythes, a engendré ce qui reste aujourd’hui une icône, un fantasme, MAYHEM.

Tout avait commencé sept ans auparavant, avec la sortie plus que confidentielle d’un mini LP au son catastrophique, à l’interprétation lamentable et à l’odeur de souffre. Je ne vous ferai pas l’injure de répéter ici les ignominies couchées sur papier par des rock critics avides de bêtes noires, mais c’est un euphémisme de dire que MAYHEM a été mis plus bas que terre. De ce vinyle gravé à 1000 exemplaires (qui selon le très respectable magazine Platine, est devenu le collector le plus recherché et le plus cher du métal !) est né tout ce qui construira et par extension détruira la scène nordique des années 90. Inutile d’aller plus loin. Après ça, le déluge. Tout ce que ce pays comptera de musiciens bons ou mauvais s’en ira se peindre le visage et déclarer son amour du malin. So be it…

L’histoire de MAYHEM est ponctuée de tragédies, de coups du sort, parfois provoqués, parfois subis, dont un seul album restera le témoignage,  De Mysteriis Dom Sathanas. Les rituels secrets de Satan seront l’épitaphe du groupe, comme un leitmotiv gravé sur une pierre tombale sur qui personne ne viendra mettre de fleurs. Et pour cause.

Ce disque emportera trois vies avec lui. Celle de Dead (Per Yngve Ohlin), prématurément, le plus solitaire et énigmatique membre du groupe, qui, toujours selon la légende, avait enterré ses habits dans un cimetière avant un concert pour sentir la mort le parcourir, et qui se promenait avec une tête de corbeau dans un sachet plastique qu’il reniflait à loisir. Après une introspection de trop, il se tranchera les veines avec un couteau, et trouvant la méthode bien peu efficace, se fera sauter le caisson avec un fusil. Euronymous passera peu après, pour immortaliser la scène (photos volées qui serviront de pochette au bootleg Dawn Of The Black Hearts), et se confectionner un collier avec les morceaux de crâne du défunt.

Celle d’Euronymous, lardé de coups de surin par Varg dans son appartement, pour une histoire de fric, de gonzesse, d’honneur, ou de jalousie selon la version. Saigné comme une truie, il emportera le secret ultime dans sa tombe, laissant les rumeurs courir librement (la version la plus « officielle » parle d’une banale histoire de fric. La version officieuse, que Øystein Aarseth se sentait menacé par Varg, à qui il devait l’équivalent de 3500 dollars, et dont la réputation commençait à dépasser la sienne. De son coté, Varg voyait en Øystein Aarseth un obstacle à l’expansion de sa propre carrière…)

Celle de Varg Vikernes, qui, même s’il n’est pas mort, s’est retrouvé banni par toute la communauté Norvégienne, ainsi qu’emprisonné pour 21 ans. Triste bilan.

Tout ce fracas ferait presque oublier à quel point De Mysteriis Dom Sathanas est l’ultime chef-d’œuvre du Black-métal des années 90. Un album kaléidoscopique certes, de part la manière dont il fut enregistré, avec ses musiciens rapportés, ses bandes posthumes, et l’ombre de Vikernes planant sur les lignes de basse, mais pourtant d’une cohésion rare. Plus que l’album d’un groupe, c’est l’album d’un mode de vie. Il représente à lui seul tout ce que cette scène connaissait de plus ténébreux.

Les riffs glaciaux. Le rythme effréné. Les vocaux possédés. C’est l’antichambre de l’enfer qui s’ouvre devant vos yeux, les sept péchés capitaux élevés au rang de dogme. Avec pour seul avenir, une concession à vie dans un vieux cimetière rural. Si le punk à brandi l’étendard « No Future » comme seule envie, le Black métal l’a incarné jusqu’au bout.

Inutile de vous décrire la musique qui anime ces sillons. Si vous lisez ces lignes, vous la connaissez déjà, sinon, vous n’avez rien à faire ici. De l’ouverture traumatisante de « Funeral Fog » et « Freezing Moon » (les 2 seuls titres auxquels Dead ait participé, du moins pour l’écriture), jusqu’à l’apocalypse de « De Mysteriis Dom Sathanas » où la voix d’Attila vous glace le sang, aucun claquement de doigts pour vous réveiller du cauchemar. Tout est là. L’avant, l’après, le pendant. La quintessence.

De cette pierre philosophale, il ne restera rien. Helhammer, batteur tentaculaire comme on en connaît un par décennie, fera renaître la bête un an plus tard, mais de chacal, elle s’est transformée en vulgaire hyène.

De Mysteriis Dom Sathanas sera le testament de prophètes à l’agonie, dont le seul salut résidait dans la destruction. Celle de la musique, de la religion, et la leur.

Heic Noenum Pax, Here is no peace, chantait Attila dans le morceau titre.

MARDUK en a fait un EP

MAYHEM en a fait sa vie.

R.I.P.


Titres de l'album:

                        1.Funeral Fog

                        2.Freezing Moon

                        3.Cursed In Eternity

                        4.Pagan Fears

                        5.Life Eternal

                        6.From The Dark Past

                        7.Buried By Time And Dust

                        8.De Mysteriis Dom Sathanas

Site officiel


par mortne2001 le 13/03/2019 à 16:37
100 %    561

Commentaires (17) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@79.87.138.218
13/03/2019 à 19:41:55
"Inutile de vous décrire la musique qui anime ces sillons. Si vous lisez ces lignes, vous la connaissez déjà, sinon, vous n’avez rien à faire ici."

Euh....Je l'ai jamais écouté moi cet album, j'aime pas le black ( pourtant j'en ai écouté quelques uns d'albums. Burzum, Immortal. Beherit,...) Je peux rester quand même ?!

Mais un jour je l'écouterais....un jour.

Simony
membre enregistré
13/03/2019 à 22:10:02
Bien sur que tu peux rester, je connais des gars très bien qui n'aiment pas cet album... et d'ailleurs beaucoup de Black Metalleux ou Metalleux tout court aiment cet album juste parce qu'il est considéré comme incontournable et que si tu es fan de Black, tu dois dire que cet album est génial !
C'est pas mon cas mais j'ai les noms.... ah ah ah ah ah tremblez posers !

grinder92
membre enregistré
14/03/2019 à 09:30:04
@BuckDancer : Je t'invite à n'écouter que 2 morceaux :
1. Freezing Moon : https://www.youtube.com/watch?v=qcS0CVJ1KPg&t=344s
2. De Mysteriis Dom Sathanas : https://www.youtube.com/watch?v=qcS0CVJ1KPg&t=2379s

Freezing, ne serait-ce que pour son riff culte de 2 accords qui commence à 8'44 (mais écoutes le morceau en entier car ce riff est magnifiquement amené)
DMDS, pour son côté apocalyptique, jugement dernier, avec une voix incantatoire sur des riffs rapides et aggressifs.

Et si tu en as l'occasion, rends toi à un concert (en salle pas en festoche) du groupe. Attila est un peu ridicule avec ses objets (crâne, croix, corde...) mais il y a une ambiance de chaos qui règne. En tous cas c'est comme ça que je l'ai ressenti...

Perso, je n'aimais pas le son Mayhem (j'avais commencé par Deathcrush qui n'est pas le plus facile à écouter je trouve), et puis j'ai écouté Freezing Moon. Mayhem, c'est plus que du Black Metal. c'est ça et beaucoup d'autres choses (Thrash, Death...), je pense que c'est parce qu'à l'époque, tout n'était pas codifié comme maintenant...

Buck Dancer
@80.215.99.159
14/03/2019 à 11:53:56
Simony, de toute façon je m'incruste !!

Grinder92: J'ecouterai ça mais "Freezing Moon" fait 6mn50. Peut-être que ton lien auquel j'ai pas accès avec mon tel est une version différente ?

MorbidOM
@195.98.254.13
14/03/2019 à 15:37:58
ajoute au moins Life Eternal rien que pour sa basse rondouillette et spectrale et la performance radicale d'Attila.

grinder92
membre enregistré
14/03/2019 à 16:25:14
@Buck : Effectivement, le morceau fait 6'50, mais le lien que je t'ai envoyé est un timecode sur une vidéo de tout l'album et comme Freezing est le second morceau, il est normal que le riff en question commence à 8'44...

Humungus
membre enregistré
14/03/2019 à 17:39:18
"Freezing moon" est LE chef d'œuvre absolu de THE TRUE MAYHEM.
Mais il est juste inadmissible de n'écouter qu'un ou deux titres de ce fantastique album.
TOUT est bon là-dedans bordel !!! !!! !!!
Un très bon pote à moi ne jurant que par le Brutal Death et le Grind vénère pourtant lui aussi cette pièce de maître. Pourquoi ? Tout bonnement parce que cette galette transpire le glauque et le malsain dans tous ses vocaux et riffs comme (quasi) aucun album n'a su (pu) le faire à ce jour. Point barre.

Humungus
membre enregistré
14/03/2019 à 17:39:22
"Freezing moon" est LE chef d'œuvre absolu de THE TRUE MAYHEM.
Mais il est juste inadmissible de n'écouter qu'un ou deux titres de ce fantastique album.
TOUT est bon là-dedans bordel !!! !!! !!!
Un très bon pote à moi ne jurant que par le Brutal Death et le Grind vénère pourtant lui aussi cette pièce de maître. Pourquoi ? Tout bonnement parce que cette galette transpire le glauque et le malsain dans tous ses vocaux et riffs comme (quasi) aucun album n'a su (pu) le faire à ce jour. Point barre.

Jus de cadavre
membre enregistré
14/03/2019 à 20:05:21
J'ai mis du temps à appréhender cet album de mon coté... Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien (et encore aujourd'hui il reste mon groupe du genre préféré).
Puis à force d'écoutes attentives et surtout à l'occasion d'un concert (en salle) ou le groupe jouait De Mysteriis... en intégralité y a eu le déclic (enfin !). Ce concert était juste excellent !

mortne2001
membre enregistré
14/03/2019 à 22:03:53
Content de voir que cette chronique déchaîne les passions...Pour moi, cet album est particulier, d'une parce que je l'ai découvert à l'époque, après avoir connu le MAYHEM de Deathcrush, et ensuite, parce que sa construction en crescendo avec l'ouverture sur le final traumatique du title-track est un modèle du genre. C'est un peu l'équivalent du "Found-Footage" en album, un acte de voyeurisme et l'observation in situ de la destruction d'un groupe en direct, via son oeuvre. Et sans vouloir jouer les puristes, seuls trois albums m'ont fait cet effet là. Celui-là, Storm of the Lights Bane de DISSECTION, et Rom 5-12 de MARDUK. La sainte-trinité du BM des origines.

Humungus
membre enregistré
15/03/2019 à 07:46:00
1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse à chaque fois), mais ce show dont tu causes reste pour l'instant le meilleur concert de Black qu'il m'est été donné de voir.
La version sur scène de l'album quoi : Glauque, malsain, froid.
3) "La sainte-trinité du BM des origines"
"Rom 5-12" ???
Loin de moi l'idée de dire que cet album est mauvais (très loin de moi même !!!) mais si tu causes d'origine de MARDUK, autant citer "Dark endless". Historiquement comme en matière de référence, bien plus essentiel à mon sens.
Après, les goûts et les couleurs hein... ... ...

KaneIsBack
membre enregistré
15/03/2019 à 19:35:42
Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...

Jefflonger
membre enregistré
16/03/2019 à 10:50:50
Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.

Kerry King
membre enregistré
17/03/2019 à 21:46:42
"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.

Kairos
@92.152.41.93
19/03/2019 à 20:00:13
Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.

Kerry King
membre enregistré
23/03/2019 à 19:56:20
L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.

grinder92
membre enregistré
23/03/2019 à 21:37:58
@Kerry : et Halmstad de Shining

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)