Comment séparer l’œuvre de la légende ? Comment parler d’un culte sans le dénaturer ? Le destin se charge t’il parfois de régler leur compte à quelques audacieux, dont la nature emprunte d’obscurantisme semble trop téméraire ?

De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux. De ces deux êtres profondément misanthropes est née une des histoires les plus incroyable et sombre de l’histoire du métal. La Norvège, ses hivers interminables et rigoureux, ses forêts et ses mythes, a engendré ce qui reste aujourd’hui une icône, un fantasme, MAYHEM.

Tout avait commencé sept ans auparavant, avec la sortie plus que confidentielle d’un mini LP au son catastrophique, à l’interprétation lamentable et à l’odeur de souffre. Je ne vous ferai pas l’injure de répéter ici les ignominies couchées sur papier par des rock critics avides de bêtes noires, mais c’est un euphémisme de dire que MAYHEM a été mis plus bas que terre. De ce vinyle gravé à 1000 exemplaires (qui selon le très respectable magazine Platine, est devenu le collector le plus recherché et le plus cher du métal !) est né tout ce qui construira et par extension détruira la scène nordique des années 90. Inutile d’aller plus loin. Après ça, le déluge. Tout ce que ce pays comptera de musiciens bons ou mauvais s’en ira se peindre le visage et déclarer son amour du malin. So be it…

L’histoire de MAYHEM est ponctuée de tragédies, de coups du sort, parfois provoqués, parfois subis, dont un seul album restera le témoignage,  De Mysteriis Dom Sathanas. Les rituels secrets de Satan seront l’épitaphe du groupe, comme un leitmotiv gravé sur une pierre tombale sur qui personne ne viendra mettre de fleurs. Et pour cause.

Ce disque emportera trois vies avec lui. Celle de Dead (Per Yngve Ohlin), prématurément, le plus solitaire et énigmatique membre du groupe, qui, toujours selon la légende, avait enterré ses habits dans un cimetière avant un concert pour sentir la mort le parcourir, et qui se promenait avec une tête de corbeau dans un sachet plastique qu’il reniflait à loisir. Après une introspection de trop, il se tranchera les veines avec un couteau, et trouvant la méthode bien peu efficace, se fera sauter le caisson avec un fusil. Euronymous passera peu après, pour immortaliser la scène (photos volées qui serviront de pochette au bootleg Dawn Of The Black Hearts), et se confectionner un collier avec les morceaux de crâne du défunt.

Celle d’Euronymous, lardé de coups de surin par Varg dans son appartement, pour une histoire de fric, de gonzesse, d’honneur, ou de jalousie selon la version. Saigné comme une truie, il emportera le secret ultime dans sa tombe, laissant les rumeurs courir librement (la version la plus « officielle » parle d’une banale histoire de fric. La version officieuse, que Øystein Aarseth se sentait menacé par Varg, à qui il devait l’équivalent de 3500 dollars, et dont la réputation commençait à dépasser la sienne. De son coté, Varg voyait en Øystein Aarseth un obstacle à l’expansion de sa propre carrière…)

Celle de Varg Vikernes, qui, même s’il n’est pas mort, s’est retrouvé banni par toute la communauté Norvégienne, ainsi qu’emprisonné pour 21 ans. Triste bilan.

Tout ce fracas ferait presque oublier à quel point De Mysteriis Dom Sathanas est l’ultime chef-d’œuvre du Black-métal des années 90. Un album kaléidoscopique certes, de part la manière dont il fut enregistré, avec ses musiciens rapportés, ses bandes posthumes, et l’ombre de Vikernes planant sur les lignes de basse, mais pourtant d’une cohésion rare. Plus que l’album d’un groupe, c’est l’album d’un mode de vie. Il représente à lui seul tout ce que cette scène connaissait de plus ténébreux.

Les riffs glaciaux. Le rythme effréné. Les vocaux possédés. C’est l’antichambre de l’enfer qui s’ouvre devant vos yeux, les sept péchés capitaux élevés au rang de dogme. Avec pour seul avenir, une concession à vie dans un vieux cimetière rural. Si le punk à brandi l’étendard « No Future » comme seule envie, le Black métal l’a incarné jusqu’au bout.

Inutile de vous décrire la musique qui anime ces sillons. Si vous lisez ces lignes, vous la connaissez déjà, sinon, vous n’avez rien à faire ici. De l’ouverture traumatisante de « Funeral Fog » et « Freezing Moon » (les 2 seuls titres auxquels Dead ait participé, du moins pour l’écriture), jusqu’à l’apocalypse de « De Mysteriis Dom Sathanas » où la voix d’Attila vous glace le sang, aucun claquement de doigts pour vous réveiller du cauchemar. Tout est là. L’avant, l’après, le pendant. La quintessence.

De cette pierre philosophale, il ne restera rien. Helhammer, batteur tentaculaire comme on en connaît un par décennie, fera renaître la bête un an plus tard, mais de chacal, elle s’est transformée en vulgaire hyène.

De Mysteriis Dom Sathanas sera le testament de prophètes à l’agonie, dont le seul salut résidait dans la destruction. Celle de la musique, de la religion, et la leur.

Heic Noenum Pax, Here is no peace, chantait Attila dans le morceau titre.

MARDUK en a fait un EP

MAYHEM en a fait sa vie.

R.I.P.


Titres de l'album:

                        1.Funeral Fog

                        2.Freezing Moon

                        3.Cursed In Eternity

                        4.Pagan Fears

                        5.Life Eternal

                        6.From The Dark Past

                        7.Buried By Time And Dust

                        8.De Mysteriis Dom Sathanas

Site officiel


par mortne2001 le 13/03/2019 à 16:37
100 %    238

Commentaires (15) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@79.87.138.218
13/03/2019 à 19:41:55
"Inutile de vous décrire la musique qui anime ces sillons. Si vous lisez ces lignes, vous la connaissez déjà, sinon, vous n’avez rien à faire ici."

Euh....Je l'ai jamais écouté moi cet album, j'aime pas le black ( pourtant j'en ai écouté quelques uns d'albums. Burzum, Immortal. Beherit,...) Je peux rester quand même ?!

Mais un jour je l'écouterais....un jour.

Simony
membre enregistré
13/03/2019 à 22:10:02
Bien sur que tu peux rester, je connais des gars très bien qui n'aiment pas cet album... et d'ailleurs beaucoup de Black Metalleux ou Metalleux tout court aiment cet album juste parce qu'il est considéré comme incontournable et que si tu es fan de Black, tu dois dire que cet album est génial !
C'est pas mon cas mais j'ai les noms.... ah ah ah ah ah tremblez posers !

grinder92
membre enregistré
14/03/2019 à 09:30:04
@BuckDancer : Je t'invite à n'écouter que 2 morceaux :
1. Freezing Moon : https://www.youtube.com/watch?v=qcS0CVJ1KPg&t=344s
2. De Mysteriis Dom Sathanas : https://www.youtube.com/watch?v=qcS0CVJ1KPg&t=2379s

Freezing, ne serait-ce que pour son riff culte de 2 accords qui commence à 8'44 (mais écoutes le morceau en entier car ce riff est magnifiquement amené)
DMDS, pour son côté apocalyptique, jugement dernier, avec une voix incantatoire sur des riffs rapides et aggressifs.

Et si tu en as l'occasion, rends toi à un concert (en salle pas en festoche) du groupe. Attila est un peu ridicule avec ses objets (crâne, croix, corde...) mais il y a une ambiance de chaos qui règne. En tous cas c'est comme ça que je l'ai ressenti...

Perso, je n'aimais pas le son Mayhem (j'avais commencé par Deathcrush qui n'est pas le plus facile à écouter je trouve), et puis j'ai écouté Freezing Moon. Mayhem, c'est plus que du Black Metal. c'est ça et beaucoup d'autres choses (Thrash, Death...), je pense que c'est parce qu'à l'époque, tout n'était pas codifié comme maintenant...

Buck Dancer
@80.215.99.159
14/03/2019 à 11:53:56
Simony, de toute façon je m'incruste !!

Grinder92: J'ecouterai ça mais "Freezing Moon" fait 6mn50. Peut-être que ton lien auquel j'ai pas accès avec mon tel est une version différente ?

MorbidOM
@195.98.254.13
14/03/2019 à 15:37:58
ajoute au moins Life Eternal rien que pour sa basse rondouillette et spectrale et la performance radicale d'Attila.

grinder92
membre enregistré
14/03/2019 à 16:25:14
@Buck : Effectivement, le morceau fait 6'50, mais le lien que je t'ai envoyé est un timecode sur une vidéo de tout l'album et comme Freezing est le second morceau, il est normal que le riff en question commence à 8'44...

Humungus
membre enregistré
14/03/2019 à 17:39:18
"Freezing moon" est LE chef d'œuvre absolu de THE TRUE MAYHEM.
Mais il est juste inadmissible de n'écouter qu'un ou deux titres de ce fantastique album.
TOUT est bon là-dedans bordel !!! !!! !!!
Un très bon pote à moi ne jurant que par le Brutal Death et le Grind vénère pourtant lui aussi cette pièce de maître. Pourquoi ? Tout bonnement parce que cette galette transpire le glauque et le malsain dans tous ses vocaux et riffs comme (quasi) aucun album n'a su (pu) le faire à ce jour. Point barre.

Humungus
membre enregistré
14/03/2019 à 17:39:22
"Freezing moon" est LE chef d'œuvre absolu de THE TRUE MAYHEM.
Mais il est juste inadmissible de n'écouter qu'un ou deux titres de ce fantastique album.
TOUT est bon là-dedans bordel !!! !!! !!!
Un très bon pote à moi ne jurant que par le Brutal Death et le Grind vénère pourtant lui aussi cette pièce de maître. Pourquoi ? Tout bonnement parce que cette galette transpire le glauque et le malsain dans tous ses vocaux et riffs comme (quasi) aucun album n'a su (pu) le faire à ce jour. Point barre.

Jus de cadavre
membre enregistré
14/03/2019 à 20:05:21
J'ai mis du temps à appréhender cet album de mon coté... Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien (et encore aujourd'hui il reste mon groupe du genre préféré).
Puis à force d'écoutes attentives et surtout à l'occasion d'un concert (en salle) ou le groupe jouait De Mysteriis... en intégralité y a eu le déclic (enfin !). Ce concert était juste excellent !

mortne2001
membre enregistré
14/03/2019 à 22:03:53
Content de voir que cette chronique déchaîne les passions...Pour moi, cet album est particulier, d'une parce que je l'ai découvert à l'époque, après avoir connu le MAYHEM de Deathcrush, et ensuite, parce que sa construction en crescendo avec l'ouverture sur le final traumatique du title-track est un modèle du genre. C'est un peu l'équivalent du "Found-Footage" en album, un acte de voyeurisme et l'observation in situ de la destruction d'un groupe en direct, via son oeuvre. Et sans vouloir jouer les puristes, seuls trois albums m'ont fait cet effet là. Celui-là, Storm of the Lights Bane de DISSECTION, et Rom 5-12 de MARDUK. La sainte-trinité du BM des origines.

Humungus
membre enregistré
15/03/2019 à 07:46:00
1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse à chaque fois), mais ce show dont tu causes reste pour l'instant le meilleur concert de Black qu'il m'est été donné de voir.
La version sur scène de l'album quoi : Glauque, malsain, froid.
3) "La sainte-trinité du BM des origines"
"Rom 5-12" ???
Loin de moi l'idée de dire que cet album est mauvais (très loin de moi même !!!) mais si tu causes d'origine de MARDUK, autant citer "Dark endless". Historiquement comme en matière de référence, bien plus essentiel à mon sens.
Après, les goûts et les couleurs hein... ... ...

KaneIsBack
membre enregistré
15/03/2019 à 19:35:42
Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...

Jefflonger
membre enregistré
16/03/2019 à 10:50:50
Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.

Kerry King
membre enregistré
17/03/2019 à 21:46:42
"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.

Kairos
@92.152.41.93
19/03/2019 à 20:00:13
Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)