Vous regardez la pochette et vous savez d’avance que ça ne va pas bricoler. Et puis vous écoutez la musique et vous êtes convaincu que ça ne va vraiment pas bricoler.

Un noir et blanc digne des flyers Hardcore New-yorkais des années 80, un graphisme de révolte qui instaure l’ambiance, et une bordée de morceaux courts et lapidaires qui confirment les quasis certitudes. Alors oui, la réponse est claire et nette, les BASTARD YOUTH ne font pas dans la dentelle ni dans l’étoffe de lin, mais bien dans le Crust à grosse dominante D-beat, en se sevrant à la source scandinave du style légèrement corsée par une déglutition tout à fait slave rendant les choses encore plus abrasives et violentes.

Et dans le créneau, on pourrait même dire que ces maniaques de la vitesse et du riff sans tendresse font partie du haut du panier, les yeux en embuscade et le rythme accéléré en réacteur nucléaire refroidi on ne sait trop comment, mais certainement sans faire exprès.

Pas grande information à prodiguer à leur propos, mis à part qu’ils nous en viennent de Yekaterinburg, puisque leur Bandcamp et leur page VK sont assez discrets dans la divulgation.

Mais après tout, tout ça n’est pas bien grave, puisque les douze minutes de ce Стабильность (« stabilité » selon la traduction Google toujours approximative) sont essentielles et sans pareil, dans une digression multiple, empruntant tout autant au Hardcore cru qu’au Crust dru, ainsi qu’au D-beat le plus impromptu entaché de Grind éperdu.

 

A partir de là, pas grand-chose à raconter, mais beaucoup à écouter. Et dès « Запах напалма » (« L’Odeur du Napalm », le matin au petit déjeuner, c’est toujours apprécié), la barre est placée très haute, et le métissage se veut mentor et non simple apôtre.

Et en une poignée de minutes bien tassées, les BASTARD YOUTH nous prouvent qu’ils ne craignent pas grand-chose dans leur domaine, toisant de leur morgue véhémente les références scandinaves du style, narguant les URSUT, TOTALITÄR, DISFEAR et autres WARVICTIMS.

La rage qui émane des compositions présentées sur ce Стабильность est presque palpable et semble arracher vos tympans au travers du casque, démultipliée par une production très propre qui permet même aux instants les plus teigneux de sonner clean et sentencieux (« Вера », blasts, puis Crust, puis Hardcore de bœuf).

Vous me direz très justement qu’il est facile de tenir la cadence sur une durée aussi concentrée, mais il n’empêche que cet EP est d’une telle crudité qu’on a du mal à respirer, et ce malgré ce timing resserré. Les morceaux s’enchaînent sans temps mort, voguant d’un D-beat vraiment épidermique vers un Hardcore thermique, faisant régulièrement des haltes sur la case d’un Crust subtil et épileptique. Un vrai passage en revue de tous les aspects les plus virulents du Core Européen, avec même quelques allusions aux semences Anglaises de la fin des années 80 (« Провинция », trame DISCHARGE avec des chœurs typique du NYHC, et ça explose de tous les côtés)…

Instrumentistes qui connaissent leur boulot et qui l’aiment, samples réguliers de balles qui sifflent et de slogans hurlés, soudaines crises de colère en pleine manif pour revendiquer (« Правда штыка » quarante seconde de Crust Grind en leitmotiv, « Искупление » et son break central Core pas vraiment timide, mais assuré comme un pavé lancé dans la gueule d’un flic mal placé, merci AGNOSTIC FRONT et les CRO-MAGS), Стабильность est en effet un modèle de stabilité, qui se permet même quelques résumés d’une cruauté riffesque hallucinée (« Теряю контроль », le genre d’hymne qui te colle aux pieds comme un chewing-gum impossible à décoller).

Les Russes terminent même par une profession de foi éclatante en forme d’auto-hommage éponyme (« Bastard Youth »), qui augmente la densité et multiplie la vitesse en bégaiement Thrashcore halluciné. Tout ça nous laisse donc au tapis, l’air hébété et le muscle ramolli, mais ravi d’avoir été cartonné par une décharge aussi bien assénée.

Par curiosité et aussi par plaisir, tendez donc les esgourdes sur leurs efforts précédents, Искупление paru en février 2016, et la démo publiée en mai 2015, histoire de vous offrir un survol complet de la carrière de ces acharnés du riff lacéré et du beat martelé. Et comme en sus, ils vous offrent le tout, pourquoi s’en priver…

Mais comme je le disais, un simple coup d’œil à la pochette suffisait pour comprendre que les BASTARD YOUTH n’étaient pas là pour bricoler.

Une jeunesse de bâtards qui savent ce qu’ils veulent et qui le veulent maintenant. Et qui courent vers la révolution au rythme d’un Crust et d’un D-beat qui ne sentent ni le renfermé ni l’obligation d’une génération, pas du tout résignée.


Titres de l'album:

  1. Запах напалма
  2. Жизнь бьет сильней
  3. Стабильность
  4. Мне мало надо
  5. Они Охуели!
  6. Вера
  7. Провинция
  8. Правда штыка
  9. Искупление
  10. Теряю контроль
  11. Bastard Youth

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2017 à 16:19
75 %    293

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.