Dusk Of Doom

Hellknife

13/12/2019

Wooaaargh

Je sais bien que vous vous êtes goinfré de foie gras, de saumon, de canapés, de toasts, de dinde, de marrons, de champagne, de champignons, et autres mets fins réservés à une élite mais disponibles aux petites bourses pour l’occasion, mais vous reprendrez bien une bonne grosse tranche de Crust bien épais non ? En plus, je l’importe d’Allemagne, alors vous connaissez déjà sa qualité…Le Crust allemand est à l’image des petits déjeuner du pays, copieux, bien lourd, qui tient au corps et vous laisse traverser la matinée tranquille, sans fringale. Spécialement lorsqu’il est fabriqué par des artisans du genre, de vrais amoureux du style, qui ne supportent pas de le voir compromis, juste durci d’une touche Blackened, histoire d’en accentuer la saveur. Et les HELLKNIFE sont de véritables orfèvres en la matière, et leur méthode est simple, mais efficace. En prendre les bases, la vélocité, le chant hurlé, les riffs francs et massif, et épaissir le tout d’une préparation corsée qui renforce encore plus les graves, en gros, utiliser une préparation DISCHARGE pour la saler d’un fond de sauce TOTALITAR/URSUT, et ainsi rendre hommage aux grands chefs anglais et suédois en la matière. On ne saurait qu’apprécier ces méthodes, d’autant plus que la dernière livraison des allemands est aussi savoureuse que leurs précédentes mises en bouche. Déjà auteurs d’un EP puis d’un split avec les TACHELESS que j’avais abordé en ces colonnes, le combo de Mannheim nous en revient donc avec un premier long format court, avec seulement trente minutes de barouf au compteur, mais suffisamment marquant pour ne pas pouvoir en encaisser plus. Leur formule est somme toute toujours la même, accentuer la véhémence du style pour le rendre encore plus percutant, jouer le plus grave et le plus gras possible, et bousiller à moyen terme votre appareil auditif. L’école Punk, dans toute sa splendeur, et un bon gros majeur levé à l’adresse de l’innovation et de la variation.

On écoute les HELLKNIFE comme on entre en apprentissage. La foi au cœur, la rage au ventre, avec ce désir de se dépasser pour atteindre le niveau des maîtres. Mixé et masterisé par Fredrik Nordström au Fredman Studio (WOLFBRIGADE, AT THE GATES, SKITSYSTEM, MARTYRDÖD), emballé dans un joli paquet dessiné par Maciej Kamuda, disponible en LP via Phobia Records, Wooaaargh et Ecocentric Records, Dusk Of Doom n’est rien de plus qu’une énième course en avant transpirant la haine et le ressenti, qui en appelle aux origines du genre tout comme à ses extensions plus actuelles. Il est toujours rassurant de constater que des groupes perpétuent l’esprit d’un style musical, forme de respect total tout en lui apportant un éclairage plus contemporain histoire de ne pas le faire stagner. Et ces dix nouveaux morceaux sont autant de tranches de violence quotidienne, à base de guitares qui moulinent sans discontinuer, d’une rythmique à l’abattage constant, et d’un chant pas content, le tout enrobé dans une couche de gravité sonore roborative. En gros, le type même d’album dont on ne peut pas dire grand-chose tant son contenu est connu d’avance, et son but classique. Mais dans le genre, les allemands sont des maîtres, et leur puissance fait vraiment plaisir à entendre, spécialement lorsque les gus lâchent la vapeur pour se laisser aller aux joies de blasts inopinés, mais vraiment galvanisant. Quelques mid tempi pour faire monter la mayonnaise sans la plomber d’huile, et roule ma poule. C’est évidemment très formel, et symptomatique de l’école d’outre-Rhin, mais c’est aussi efficace qu’un hymne de MOTORHEAD repris par ENTOMBED, ça cartonne, ça rappelle la scène anglaise des années 80/90, mais aussi les enseignements suédois les plus vilains et méchants. Ça confirme surtout l’énorme potentiel remarqué sur les formats précédents, et l’un dans l’autre, c’est certainement l’un des albums de Blackened Crust les plus efficaces d’une année 2019 riche en surprises et confirmations.

Dans les faits, et comme souligné par un label malin et rompu à l’exercice de la promotion, les HELLKNIFE sont quelque part une version augmentée et corrigée des WOLFBRIGADE, avec des blasts en plus. On retrouve chez ces deux groupes cette volonté de proposer un Crust pour stades, avec des productions toujours plus énormes, des morceaux toujours plus efficaces et bestiaux, une basse qui ronfle en arrière-plan comme les turbines d’un paquebot, et un chanteur qui vocifère comme aux plus beaux jours de la scène Anarcho-Core anglaise. Rien à analyser de particulier donc, juste constater les dégâts de cette musique sur l’organisme, et le plaisir qu’elle procure, comme toute drogue lucide moins dangereuse que les dérivés chimiques. C’est un exutoire, qui allume tout ce qui bouge, qui massacre la mélodie, qui embrasse la froideur la plus rigide pour mieux la faire valser dans une fournaise de brutalité, et au final, on en ressort flapi, mais heureux. Bien sûr, en étant tout à fait franc, on pourrait résumer l’entreprise à deux ou trois titres, acceptant l’introductif « Dusk Of Doom » comme pilier des théories Crust, « Nation Impalers » comme témoignage de cette inclinaison pour un surplus de violence via quelques blasts éclair, et « Burn It Down » comme indice d’une volonté de parfois ralentir la machine pour proposer un mid tempo groovy sur fond d’apocalypse de riffs tournoyant, mais non désolé, Dusk Of Doom est le genre d’album qui ne se résume pas, et qui s’avale d’un trait, comme on finit une bouteille de vodka en étant parfaitement conscient de la réalité blafarde et sans espoir qui nous étouffe quotidiennement. Un premier LP parfait de bout en bout, qui représente bien cette nouvelle génération de groupes de Crust qui n’hésitent pas à amplifier la colère de leurs aînés, et à accepter la puissance d’une production moderne pour encore plus souligner leur colère. Pas vraiment novateur, mais un exutoire fabuleux pour tout envoyer valser, tout cramer, et reconstruire un monde moderne sur des ruines encore fumantes.        

        

Titres de l’album :

                             01. Dusk Of Doom

                             02. Nation Impalers

                             03. Violence

                             04. Bow Down Lower

                             05. Burn It Down

                             06. Powerbase

                             07. The End

                             08. Clouds Of Fire

                             09. Blind And Deaf

                             10. Scorched Earth

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2020 à 17:48
80 %    450

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Raumsog
@82.233.133.209
17/09/2020, 12:13:50
"...version augmentée et corrigée des WOLFBRIGADE, avec des blasts en plus."

NOM DE ZEUS je file voir ça!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16