Dusk Of Doom

Hellknife

13/12/2019

Wooaaargh

Je sais bien que vous vous êtes goinfré de foie gras, de saumon, de canapés, de toasts, de dinde, de marrons, de champagne, de champignons, et autres mets fins réservés à une élite mais disponibles aux petites bourses pour l’occasion, mais vous reprendrez bien une bonne grosse tranche de Crust bien épais non ? En plus, je l’importe d’Allemagne, alors vous connaissez déjà sa qualité…Le Crust allemand est à l’image des petits déjeuner du pays, copieux, bien lourd, qui tient au corps et vous laisse traverser la matinée tranquille, sans fringale. Spécialement lorsqu’il est fabriqué par des artisans du genre, de vrais amoureux du style, qui ne supportent pas de le voir compromis, juste durci d’une touche Blackened, histoire d’en accentuer la saveur. Et les HELLKNIFE sont de véritables orfèvres en la matière, et leur méthode est simple, mais efficace. En prendre les bases, la vélocité, le chant hurlé, les riffs francs et massif, et épaissir le tout d’une préparation corsée qui renforce encore plus les graves, en gros, utiliser une préparation DISCHARGE pour la saler d’un fond de sauce TOTALITAR/URSUT, et ainsi rendre hommage aux grands chefs anglais et suédois en la matière. On ne saurait qu’apprécier ces méthodes, d’autant plus que la dernière livraison des allemands est aussi savoureuse que leurs précédentes mises en bouche. Déjà auteurs d’un EP puis d’un split avec les TACHELESS que j’avais abordé en ces colonnes, le combo de Mannheim nous en revient donc avec un premier long format court, avec seulement trente minutes de barouf au compteur, mais suffisamment marquant pour ne pas pouvoir en encaisser plus. Leur formule est somme toute toujours la même, accentuer la véhémence du style pour le rendre encore plus percutant, jouer le plus grave et le plus gras possible, et bousiller à moyen terme votre appareil auditif. L’école Punk, dans toute sa splendeur, et un bon gros majeur levé à l’adresse de l’innovation et de la variation.

On écoute les HELLKNIFE comme on entre en apprentissage. La foi au cœur, la rage au ventre, avec ce désir de se dépasser pour atteindre le niveau des maîtres. Mixé et masterisé par Fredrik Nordström au Fredman Studio (WOLFBRIGADE, AT THE GATES, SKITSYSTEM, MARTYRDÖD), emballé dans un joli paquet dessiné par Maciej Kamuda, disponible en LP via Phobia Records, Wooaaargh et Ecocentric Records, Dusk Of Doom n’est rien de plus qu’une énième course en avant transpirant la haine et le ressenti, qui en appelle aux origines du genre tout comme à ses extensions plus actuelles. Il est toujours rassurant de constater que des groupes perpétuent l’esprit d’un style musical, forme de respect total tout en lui apportant un éclairage plus contemporain histoire de ne pas le faire stagner. Et ces dix nouveaux morceaux sont autant de tranches de violence quotidienne, à base de guitares qui moulinent sans discontinuer, d’une rythmique à l’abattage constant, et d’un chant pas content, le tout enrobé dans une couche de gravité sonore roborative. En gros, le type même d’album dont on ne peut pas dire grand-chose tant son contenu est connu d’avance, et son but classique. Mais dans le genre, les allemands sont des maîtres, et leur puissance fait vraiment plaisir à entendre, spécialement lorsque les gus lâchent la vapeur pour se laisser aller aux joies de blasts inopinés, mais vraiment galvanisant. Quelques mid tempi pour faire monter la mayonnaise sans la plomber d’huile, et roule ma poule. C’est évidemment très formel, et symptomatique de l’école d’outre-Rhin, mais c’est aussi efficace qu’un hymne de MOTORHEAD repris par ENTOMBED, ça cartonne, ça rappelle la scène anglaise des années 80/90, mais aussi les enseignements suédois les plus vilains et méchants. Ça confirme surtout l’énorme potentiel remarqué sur les formats précédents, et l’un dans l’autre, c’est certainement l’un des albums de Blackened Crust les plus efficaces d’une année 2019 riche en surprises et confirmations.

Dans les faits, et comme souligné par un label malin et rompu à l’exercice de la promotion, les HELLKNIFE sont quelque part une version augmentée et corrigée des WOLFBRIGADE, avec des blasts en plus. On retrouve chez ces deux groupes cette volonté de proposer un Crust pour stades, avec des productions toujours plus énormes, des morceaux toujours plus efficaces et bestiaux, une basse qui ronfle en arrière-plan comme les turbines d’un paquebot, et un chanteur qui vocifère comme aux plus beaux jours de la scène Anarcho-Core anglaise. Rien à analyser de particulier donc, juste constater les dégâts de cette musique sur l’organisme, et le plaisir qu’elle procure, comme toute drogue lucide moins dangereuse que les dérivés chimiques. C’est un exutoire, qui allume tout ce qui bouge, qui massacre la mélodie, qui embrasse la froideur la plus rigide pour mieux la faire valser dans une fournaise de brutalité, et au final, on en ressort flapi, mais heureux. Bien sûr, en étant tout à fait franc, on pourrait résumer l’entreprise à deux ou trois titres, acceptant l’introductif « Dusk Of Doom » comme pilier des théories Crust, « Nation Impalers » comme témoignage de cette inclinaison pour un surplus de violence via quelques blasts éclair, et « Burn It Down » comme indice d’une volonté de parfois ralentir la machine pour proposer un mid tempo groovy sur fond d’apocalypse de riffs tournoyant, mais non désolé, Dusk Of Doom est le genre d’album qui ne se résume pas, et qui s’avale d’un trait, comme on finit une bouteille de vodka en étant parfaitement conscient de la réalité blafarde et sans espoir qui nous étouffe quotidiennement. Un premier LP parfait de bout en bout, qui représente bien cette nouvelle génération de groupes de Crust qui n’hésitent pas à amplifier la colère de leurs aînés, et à accepter la puissance d’une production moderne pour encore plus souligner leur colère. Pas vraiment novateur, mais un exutoire fabuleux pour tout envoyer valser, tout cramer, et reconstruire un monde moderne sur des ruines encore fumantes.        

        

Titres de l’album :

                             01. Dusk Of Doom

                             02. Nation Impalers

                             03. Violence

                             04. Bow Down Lower

                             05. Burn It Down

                             06. Powerbase

                             07. The End

                             08. Clouds Of Fire

                             09. Blind And Deaf

                             10. Scorched Earth

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2020 à 17:48
80 %    307

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Raumsog
@82.233.133.209
17/09/2020, 12:13:50
"...version augmentée et corrigée des WOLFBRIGADE, avec des blasts en plus."

NOM DE ZEUS je file voir ça!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38