Qu’à cela ne tienne, nous nous dispenserons d’intro métaphorique ou de contexte pour une fois. Plongeons directement dans le débat pour introduire les SEMILLA ANIMAL (Animal Seed dans la langue de Shakespeare) qui nous proposent depuis le mois de janvier leur troisième effort longue-durée. Et le terme effort dans le cas de ce sympathique quintette n’est pas un vain mot.

Ces originaires de la ville de Murcia, de la province du même nom et qui s’expriment dans un castillan natal existent en effet depuis la fin des années 90.

Dix-huit ans d’existence au compteur donc, pour seulement une poignée de maquettes et d’albums, puisque visiblement, la stabilité du line-up n’est pas leur fort.

Mais ils se présentent aujourd’hui pour la première fois sous une configuration à deux guitaristes, ce qui semble avoir renforcé leur son, déjà bien épais à la base.

Je me garderai bien d’étaler en ces lignes leur bio qui prend des allures de soap ibère, et je vous renvoie donc à leur page Facebook pour en savoir un peu plus.

Précisons pour la bonne bouche que deux albums sont déjà disponibles, Escarnio publié en 2005, ainsi que Metal Salvaje en 2011. A vous de les débusquer pour en savoir un peu plus sur leur passé.

Concernant cette nouvelle offrande aussi violente que sa pochette n’est gentiment gore (et au trait plutôt grossier, ce qui convient parfaitement à leur orientation, dans un style Ed Repka approximatif), elle vous est proposée suite à une campagne Indiegogo lancée l’année dernière, destinée à lever des fonds pour enregistrer et promouvoir ce troisième LP, à hauteur d’une modeste contribution de trois mille euros.

Visiblement, ce plafond assez bas fut atteint sans dommages, puisque depuis le mois de février, cet El Tio Del Saco est disponible sur les plateformes légales, à la grande joie de tous les amateurs d’un Thrash Death franc du collier, mais non dénué de quelques finesses incarnées.

Il aura donc fallu patienter six ans pour pouvoir suivre de nouveau les aventures de ces espagnols visiblement traumatisés par le Death US des nineties, celui des SUFFOCATION, de CANNIBAL CORPSE, légèrement atténué par quelques prétentions Thrash et Heavy de bon ton qui permettent de ne pas tomber dans la routine d’une agression sans discontinuer.

Ce qui frappe au prime abord, c’est la production étonnamment claire et précise de ce troisième LP, qui rend vraiment hommage aux compositions assez simples et efficaces.

Les guitares sonnent vraiment tranchantes, et la batterie profite d’un écho pas trop profond qui rend les attaques de double grosse caisse (assez éparses) vraiment pertinentes. Dans les passages les plus intenses (et dont les blasts rappellent salement le MORBID ANGEL le plus virulent), les dynamiques suivent sans saturation, ce qui garantit une écoute souple qui ne fatigue pas les tympans. 

Bravo donc au groupe pour avoir pu proposer un son aussi clair en dépit d’un budget serré, et finalement, malgré son manque flagrant d’originalité, El Tio Del Saco se révèle être un album très solide et performant dans son créneau, se permettant même quelques incursions en terrain groovy assez remarquables.

Une vidéo a d’ailleurs été tournée en studio pour illustrer en images le très accrocheur « Nivel Superior », qui nous rappelle parfois les meilleurs moments du DEATH de tradition, mais aussi le MALEVOLENT CREATION le plus irritable. Sifflantes, tempo posé, voix caverneuse, c’est évidemment plus du Death que du Thrash, mais les multiples changements de tempo et ces segments en mid qui nous ramènent vers la Bay Area offrent une combinaison intéressante, et surtout, diablement entraînante.

Les SEMILLA ANIMAL ne sont d’ailleurs pas figés sur un format de morceau unique, à l’inverse de bon nombre de leurs homologues, ce qui leur permet de distiller des interventions de quelques secondes (« Mosquito Cabron », soixante-neuf, et un sale moustique qui vous vole autour des oreilles, « No Lo Sabo », pochade Death/Grind drôle et percutante avec soli hystériques et chœurs pas vraiment dynamiques), tout comme des titres plus stables et osons le terme, « évolutifs ».

« Nacido Para Ordeal » et « Desinformacion » font d’ailleurs partie des saillies les plus travaillées de l’ensemble, au même titre que « Hijo Puta », mais chacune d’entre elles possède une patte personnelle.

Si le premier joue l’outrance et les lignes de chant à la Chris Barnes/Mitch Harris, sur nappes de blasts frénétiques, le second se veut plus lourd et dissonant, puis gras et pesant, tandis que le dernier cavale d’une belle énergie Thrash/Death.

Mais la grosse pièce d’El Tio Del Saco est évidemment ce « Reventar » qui frise les six minutes, et qui place d’emblée une longue intro mélodique sur le passage, histoire de brouiller les pistes.

On pense même à l’ambiance du séminal « Brain Death » de NUCLEAR ASSAULT pour cette mise en place mélodique en crescendo, avant que l’attaque frontale ne déroule un Heavy fatal. Dès lors, le quintette castillan déploie une force de frappe conséquente, et tente l’optique d’un Heavy Death vraiment épais mais une fois de plus très catchy. Riffs simples mais mémorisables, rythmique posée qui se lâche lorsqu’il le faut, complémentarité unifiée des guitares, ça fonctionne à plein régime, ce que confirme le final « Ratas » et ses fausses dix-sept minutes qui n’en sont en fait que cinq.

Précision dans la violence, arrangements simples de chœurs de stade, c’est plus qu’efficace et convaincant, et après une bonne douzaine de minutes de shunt, les SEMILLA ANIMAL terminent leur troisième effort studio par une petite jam impromptue, à cappella, accompagnés d’une sympathique guimbarde et d’une tentative d’imitation vocale de saxo.

Un quintette qui prend donc les choses à cœur sans se prendre au sérieux, pour trois gros quarts d’heure de Death subtilement atténué de Thrash et de Heavy enflammé. Un bel exercice de style qui prouve surtout que l’abnégation finit toujours par payer, et souhaitons à ces espagnols de pouvoir tourner dans de bonnes conditions pour assurer leur promotion.


Titres de l'album:

  1. Viene A Buscarte
  2. La Cuchilla
  3. Nacido Para Ordeal
  4. El Tío Del Saco
  5. Desinformación
  6. Mosquito Cabrón
  7. Hijo Puta
  8. Nivel Superior
  9. Podrodo
  10. No Lo Sabo
  11. Claustrofobia
  12. Reventar
  13. Ratas

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/05/2017 à 14:06
72 %    315

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.