Beaucoup se demandent surement pourquoi je m’obstine à chroniquer des trucs qui ne dépassent même pas les cinq minutes, que personne ne connaît, et que peu de monde écoutera de toute façon. Je répondrai très justement que si je devais me contenter de l’obole versée par les gros indépendants et les majors, je m’ennuierai ferme devant si peu d’enthousiasme, que j’aime l’underground pour la liberté d’écoute qu’il offre, et que si, au cours des quarante dernières années, des passionnés comme moi ne s’étaient pas penchés sur des démos frisant les quelques minutes ou des simples radicaux, nous serions passé à côté d’un paquet de groupes essentiels.

Certes, je ne sais pas si mes hurleurs du matin passeront à la postérité, mais au moins, ils auront fait leur truc dans leur coin et j’aurais abordé leur cas.

Alors allons-y, une fois de plus la fleur au fusil et la détermination au bout du clavier.

Les EN NEGACION sont donc Argentins, viennent de Buenos Aires, existent depuis novembre 2014, sont quatre (Mosca – basse, Colo – batterie, Pincha et Sabri – voix), ont déjà proposé sur leur Bandcamp un bon paquet de sorties (une démo en 2015, des splits avec ESCAFISMO et DESTINO CRUEL, une compilation de sessions, et aussi un EP, Ennui, en juillet dernier).

J’aurais pu aborder le cas de leur dernière œuvre parue il y a quelques mois, qui durait quand même une bordée de minutes supplémentaires, mais actualité oblige, j’ai préféré me concentrer sur ce dernier EP qui certes, ne propose que quatre minutes d’idées, mais qui se montre essentiel dans son urgence, et résolument décalé dans sa conception de l’outrance.

Pas de guitare, juste une base rythmique très compacte et libre sur laquelle vient se greffer un duo de voix mixtes, pour un Powerviolence assez sombre et cru, mais terriblement attachant dans son désir de démarcation. Certes, la chose est abordée avec toute l’exubérance sud-américaine, qui trouve même des échos tangibles dans le groove étrange d’un morceau comme « Paranoïa », qui ne dépasse pas les dix secondes, mais qui ose un chaloupé tout à fait délicieux.

Le Power de ces Argentins est vraiment bizarre, et ressemble à une osmose involontaire entres les errances gravissimes des ZEUS, et le vieux Crust à tendance Grind anglais des années 80. C’est patent même si cet EP ne laisse pas vraiment le temps de proposer une analyse approfondie, mais le charme qui s’en dégage est manifeste. Aucun morceau n’atteignant la minute, il faut faire très vite pour en comprendre les tenants et aboutissants, mais à vrai dire, le produit en question étant basé sur une immédiateté indéniable, mieux vaut ressentir que décrire.

Le mariage des voix de Pincha et Sabri est séduisant dans sa folie complémentaire, et se marie très bien avec les tentatives rythmiques élastiques ou rigides de la base rythmique Mosca/Colo, qui n’hésite pas à tenter quelques acrobaties pour rendre l’écoute plus surprenante et imprévisible. Avec cette basse grave à la distorsion un peu sale, et cette batterie si mate, En Negacion aborde des sujets de société qui nous concernent tous, et la brièveté des interventions ne fait qu’accroitre ce sentiment d’urgence à changer les choses avant qu’il ne soit trop tard.

Le EP se décompose donc en dix segments, dont le plus long n’excède pas les trente-neuf secondes (« Decaimiento », alternance de blasts et de passages lourds, bousculé de cris viscéraux), et le plus court qui reste sous la barre des cinq (« Rabia Reprimida », sorte de « Dead » sud-américain).

Mais en fait peu importe le détail puisque c’est une sortie qui s’écoute d’un trait, et qui passe aussi vite qu’une bonne nouvelle dans le déroulé de catastrophes annoncées par un JT désabusé.

Une illustration de la violence instrumentale de l’Amérique du Sud, toujours aussi campée sur ses positions un peu radicales mais essentielles.

Et en tout cas, une autre façon d’appréhender le Core, sans guitare mais avec une ossature qui en permet justement l’occultation sans que le son ne s’en ressente.

Alors oui, j’aime ce genre de bidule qui ne dure que le temps d’un expresso avalé vite fait avant d’aller bosser. Parce que c’est épidermique, indispensable, et que l’underground vit à travers ce genre de groupes qui vont à l’essentiel sans rabâcher cinquante fois la même chose, et surtout, en y mettant toutes leurs tripes.

Et puis libre à vous de jouer En Negacion en boucle si vous le trouvez trop court. Sachez qu’il est disponible en tape via les services de Tachado Records et Where’s The Unity ?, blanche comme la neige et enregistrée sur une seule face.

 C’est bientôt Noël, alors pensez-y.


Titres de l'album:

  1. No Del Todo
  2. Contraproducente
  3. Ausencia De Todo
  4. Daño Irreparable
  5. Abandono
  6. Decaimiento
  7. Rabia Reprimida
  8. Expresion Forzada
  9. Paranoïa
  10. Internal (Crossed Out)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/12/2016 à 17:59
70 %    401

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


James
@78.223.97.44
31/12/2016 à 19:19:41
Et hop téléchargé dans la foulée !

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...