Beaucoup se demandent surement pourquoi je m’obstine à chroniquer des trucs qui ne dépassent même pas les cinq minutes, que personne ne connaît, et que peu de monde écoutera de toute façon. Je répondrai très justement que si je devais me contenter de l’obole versée par les gros indépendants et les majors, je m’ennuierai ferme devant si peu d’enthousiasme, que j’aime l’underground pour la liberté d’écoute qu’il offre, et que si, au cours des quarante dernières années, des passionnés comme moi ne s’étaient pas penchés sur des démos frisant les quelques minutes ou des simples radicaux, nous serions passé à côté d’un paquet de groupes essentiels.

Certes, je ne sais pas si mes hurleurs du matin passeront à la postérité, mais au moins, ils auront fait leur truc dans leur coin et j’aurais abordé leur cas.

Alors allons-y, une fois de plus la fleur au fusil et la détermination au bout du clavier.

Les EN NEGACION sont donc Argentins, viennent de Buenos Aires, existent depuis novembre 2014, sont quatre (Mosca – basse, Colo – batterie, Pincha et Sabri – voix), ont déjà proposé sur leur Bandcamp un bon paquet de sorties (une démo en 2015, des splits avec ESCAFISMO et DESTINO CRUEL, une compilation de sessions, et aussi un EP, Ennui, en juillet dernier).

J’aurais pu aborder le cas de leur dernière œuvre parue il y a quelques mois, qui durait quand même une bordée de minutes supplémentaires, mais actualité oblige, j’ai préféré me concentrer sur ce dernier EP qui certes, ne propose que quatre minutes d’idées, mais qui se montre essentiel dans son urgence, et résolument décalé dans sa conception de l’outrance.

Pas de guitare, juste une base rythmique très compacte et libre sur laquelle vient se greffer un duo de voix mixtes, pour un Powerviolence assez sombre et cru, mais terriblement attachant dans son désir de démarcation. Certes, la chose est abordée avec toute l’exubérance sud-américaine, qui trouve même des échos tangibles dans le groove étrange d’un morceau comme « Paranoïa », qui ne dépasse pas les dix secondes, mais qui ose un chaloupé tout à fait délicieux.

Le Power de ces Argentins est vraiment bizarre, et ressemble à une osmose involontaire entres les errances gravissimes des ZEUS, et le vieux Crust à tendance Grind anglais des années 80. C’est patent même si cet EP ne laisse pas vraiment le temps de proposer une analyse approfondie, mais le charme qui s’en dégage est manifeste. Aucun morceau n’atteignant la minute, il faut faire très vite pour en comprendre les tenants et aboutissants, mais à vrai dire, le produit en question étant basé sur une immédiateté indéniable, mieux vaut ressentir que décrire.

Le mariage des voix de Pincha et Sabri est séduisant dans sa folie complémentaire, et se marie très bien avec les tentatives rythmiques élastiques ou rigides de la base rythmique Mosca/Colo, qui n’hésite pas à tenter quelques acrobaties pour rendre l’écoute plus surprenante et imprévisible. Avec cette basse grave à la distorsion un peu sale, et cette batterie si mate, En Negacion aborde des sujets de société qui nous concernent tous, et la brièveté des interventions ne fait qu’accroitre ce sentiment d’urgence à changer les choses avant qu’il ne soit trop tard.

Le EP se décompose donc en dix segments, dont le plus long n’excède pas les trente-neuf secondes (« Decaimiento », alternance de blasts et de passages lourds, bousculé de cris viscéraux), et le plus court qui reste sous la barre des cinq (« Rabia Reprimida », sorte de « Dead » sud-américain).

Mais en fait peu importe le détail puisque c’est une sortie qui s’écoute d’un trait, et qui passe aussi vite qu’une bonne nouvelle dans le déroulé de catastrophes annoncées par un JT désabusé.

Une illustration de la violence instrumentale de l’Amérique du Sud, toujours aussi campée sur ses positions un peu radicales mais essentielles.

Et en tout cas, une autre façon d’appréhender le Core, sans guitare mais avec une ossature qui en permet justement l’occultation sans que le son ne s’en ressente.

Alors oui, j’aime ce genre de bidule qui ne dure que le temps d’un expresso avalé vite fait avant d’aller bosser. Parce que c’est épidermique, indispensable, et que l’underground vit à travers ce genre de groupes qui vont à l’essentiel sans rabâcher cinquante fois la même chose, et surtout, en y mettant toutes leurs tripes.

Et puis libre à vous de jouer En Negacion en boucle si vous le trouvez trop court. Sachez qu’il est disponible en tape via les services de Tachado Records et Where’s The Unity ?, blanche comme la neige et enregistrée sur une seule face.

 C’est bientôt Noël, alors pensez-y.


Titres de l'album:

  1. No Del Todo
  2. Contraproducente
  3. Ausencia De Todo
  4. Daño Irreparable
  5. Abandono
  6. Decaimiento
  7. Rabia Reprimida
  8. Expresion Forzada
  9. Paranoïa
  10. Internal (Crossed Out)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/12/2016 à 17:59
70 %    425

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


James
@78.223.97.44
31/12/2016 à 19:19:41
Et hop téléchargé dans la foulée !

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?