Beaucoup se demandent surement pourquoi je m’obstine à chroniquer des trucs qui ne dépassent même pas les cinq minutes, que personne ne connaît, et que peu de monde écoutera de toute façon. Je répondrai très justement que si je devais me contenter de l’obole versée par les gros indépendants et les majors, je m’ennuierai ferme devant si peu d’enthousiasme, que j’aime l’underground pour la liberté d’écoute qu’il offre, et que si, au cours des quarante dernières années, des passionnés comme moi ne s’étaient pas penchés sur des démos frisant les quelques minutes ou des simples radicaux, nous serions passé à côté d’un paquet de groupes essentiels.

Certes, je ne sais pas si mes hurleurs du matin passeront à la postérité, mais au moins, ils auront fait leur truc dans leur coin et j’aurais abordé leur cas.

Alors allons-y, une fois de plus la fleur au fusil et la détermination au bout du clavier.

Les EN NEGACION sont donc Argentins, viennent de Buenos Aires, existent depuis novembre 2014, sont quatre (Mosca – basse, Colo – batterie, Pincha et Sabri – voix), ont déjà proposé sur leur Bandcamp un bon paquet de sorties (une démo en 2015, des splits avec ESCAFISMO et DESTINO CRUEL, une compilation de sessions, et aussi un EP, Ennui, en juillet dernier).

J’aurais pu aborder le cas de leur dernière œuvre parue il y a quelques mois, qui durait quand même une bordée de minutes supplémentaires, mais actualité oblige, j’ai préféré me concentrer sur ce dernier EP qui certes, ne propose que quatre minutes d’idées, mais qui se montre essentiel dans son urgence, et résolument décalé dans sa conception de l’outrance.

Pas de guitare, juste une base rythmique très compacte et libre sur laquelle vient se greffer un duo de voix mixtes, pour un Powerviolence assez sombre et cru, mais terriblement attachant dans son désir de démarcation. Certes, la chose est abordée avec toute l’exubérance sud-américaine, qui trouve même des échos tangibles dans le groove étrange d’un morceau comme « Paranoïa », qui ne dépasse pas les dix secondes, mais qui ose un chaloupé tout à fait délicieux.

Le Power de ces Argentins est vraiment bizarre, et ressemble à une osmose involontaire entres les errances gravissimes des ZEUS, et le vieux Crust à tendance Grind anglais des années 80. C’est patent même si cet EP ne laisse pas vraiment le temps de proposer une analyse approfondie, mais le charme qui s’en dégage est manifeste. Aucun morceau n’atteignant la minute, il faut faire très vite pour en comprendre les tenants et aboutissants, mais à vrai dire, le produit en question étant basé sur une immédiateté indéniable, mieux vaut ressentir que décrire.

Le mariage des voix de Pincha et Sabri est séduisant dans sa folie complémentaire, et se marie très bien avec les tentatives rythmiques élastiques ou rigides de la base rythmique Mosca/Colo, qui n’hésite pas à tenter quelques acrobaties pour rendre l’écoute plus surprenante et imprévisible. Avec cette basse grave à la distorsion un peu sale, et cette batterie si mate, En Negacion aborde des sujets de société qui nous concernent tous, et la brièveté des interventions ne fait qu’accroitre ce sentiment d’urgence à changer les choses avant qu’il ne soit trop tard.

Le EP se décompose donc en dix segments, dont le plus long n’excède pas les trente-neuf secondes (« Decaimiento », alternance de blasts et de passages lourds, bousculé de cris viscéraux), et le plus court qui reste sous la barre des cinq (« Rabia Reprimida », sorte de « Dead » sud-américain).

Mais en fait peu importe le détail puisque c’est une sortie qui s’écoute d’un trait, et qui passe aussi vite qu’une bonne nouvelle dans le déroulé de catastrophes annoncées par un JT désabusé.

Une illustration de la violence instrumentale de l’Amérique du Sud, toujours aussi campée sur ses positions un peu radicales mais essentielles.

Et en tout cas, une autre façon d’appréhender le Core, sans guitare mais avec une ossature qui en permet justement l’occultation sans que le son ne s’en ressente.

Alors oui, j’aime ce genre de bidule qui ne dure que le temps d’un expresso avalé vite fait avant d’aller bosser. Parce que c’est épidermique, indispensable, et que l’underground vit à travers ce genre de groupes qui vont à l’essentiel sans rabâcher cinquante fois la même chose, et surtout, en y mettant toutes leurs tripes.

Et puis libre à vous de jouer En Negacion en boucle si vous le trouvez trop court. Sachez qu’il est disponible en tape via les services de Tachado Records et Where’s The Unity ?, blanche comme la neige et enregistrée sur une seule face.

 C’est bientôt Noël, alors pensez-y.


Titres de l'album:

  1. No Del Todo
  2. Contraproducente
  3. Ausencia De Todo
  4. Daño Irreparable
  5. Abandono
  6. Decaimiento
  7. Rabia Reprimida
  8. Expresion Forzada
  9. Paranoïa
  10. Internal (Crossed Out)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/12/2016 à 17:59
70 %    354

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


James
@78.223.97.44
31/12/2016 à 19:19:41
Et hop téléchargé dans la foulée !

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)