From Darkness Till Death

Witchtower

22/10/2016

Autoproduction

On avait déjà les WATCHTOWER, nous avons depuis la fin des années 90 les WITCHTOWER, mais mis à part cette analogie patronymique et un goût prononcé pour la puissance avouée, on ne peut pas dire que les points communs soient évidents entre les deux formations.

Pourtant, les deux groupes jouent du Thrash, c’est indéniable. Mais les seconds ont opté dès le départ pour une approche beaucoup plus franche et radicale pour ne pas dire paillarde, à cent lieues d’un Techno Thrash tirant sur le Jazz, qui ne leur siérait que très moyennement. Du moins, c’est une spéculation qui semble raisonnable et pas du tout péjorative lorsqu’on écoute leur cinquième longue durée, From Darkness Till Death

Néanmoins, ce quintette underground présente des qualités indéniables, et fait preuve d’une certaine finesse de ton, sans jamais se départir de son énergie incroyable qui leur permet de toiser du chef et du torse bon nombre de leurs homologues pourtant plus rompus à l’exercice du bourrin qui tâche.

Mais ne vous inquiétez pas, From Darkness Till Death n’éclabousse que raisonnablement, et sait faire preuve de discernement dans sa propension à bousculer l’ordre établi et la bienséance…

Formé fin 1998, le quintette de Kalkar (Ralle – chant, Schultz – guitare lead, Benni – guitare rythmique, Micha – basse et Stefan – batterie) est pour le moins productif, et a vu ses horizons évoluer progressivement, en glissant d’un Death/Thrash assez mélodique à un Thrash N’Roll tout aussi mélodique.

C’est en tout cas ce qu’affirme leur bio, qui précise même qu’ils ont eu le mérite de partager la scène avec quelques valeurs sures de l’extrême, dont AMON AMARTH et autres NECRODEATH. Mais il est certain que les WITCHTOWER ont de la bouteille et un niveau technique assez appréciable, ce qui leur permet de ciseler des morceaux d’une violence indéniable, qui ne tombe pourtant jamais dans l’excès ou le pilotage un peu trop automatique.

Mais de là à les caser concrètement dans le créneau du Thrash N’Roll, le geste est encore un peu trop forcé, puisqu’il semblerait que ces messieurs ne se soient pas vraiment éloignés de leur Death à connotation Thrash mélodique de leurs débuts, que l’on retrouve à grandes gorgées dans les sillons de ce cinquième album.

On pense plus volontiers à un croisement entre la scène Death scandinave des années 2000 et la mouvance Death/Thrash Européenne des années 1980, ce qui finalement nous amène à mi-chemin de leur propre définition, alors coupons la poire en deux pour éviter de couper les cheveux en quatre.

Et puis, le style est-il vraiment si important que ça du moment que la musique soit bonne ? Et elle l’est assurément, même si les dix morceaux de cet album présentent des similitudes parfois assez flagrantes, sans que l’on se retrouve noyé dans la même vague nous ramenant sans cesse sur le rivage…

Quelles sont donc les caractéristiques de ce groupe aussi brutal que fin lorsqu’il le souhaite ? Simple, des rythmiques versatiles, aussi pertinentes dans les accélérations que solides dans les assises béton, une paire de guitaristes qui connaissent leur boulot et un vocaliste dont le timbre évoque parfois les raclements rauques de Mille Petrozza, sans pour autant en calquer son timbre.

Musicalement parlant, et malgré les fréquentes allusions au Thrash N’Roll, ne vous attendez pas pour autant à une énième resucée des misérables DARKTHRONE, l’optique choisie par les Allemands étant beaucoup plus solide et nettement moins « cocasse ».

On pense irrémédiablement à un savant panachage de l’exubérance des VENOM, de l’énergie débridée des HATEWORK, le tout saupoudré d’une bonne pincée du sel Death des côtes suédoises des AT THE GATES, et joué avec une conviction sans failles qui permet à des hymnes comme « Too Hot To Handle » de claquer comme des coups de fouets sur les fesses d’une vilaine catin.

C’est efficace sinon original, mais ce qui apporte le « petit plus » indispensable sont ces mélodies dispensées avec flair qui viennent aérer des morceaux basiquement assez violents, mais striés d’interventions en solo tout à fait charmantes et pertinentes.

Nous nous voyons même gratifiés d’intermèdes acoustiques délicieux (« Dark Words, Dark Wings »), qui nous préparent à des explosions de haine purement Thrash comme ce terrible « Nuke’Em All », qui n’hésite pas à emballer le destin de l’humanité dans un déversement de blasts bien méchants, tout en restant accroché à un motif central entêtant bâti sur des riffs très redondants. Ajoutez à ça quelques chœurs très intelligents et tonitruants, et vous obtenez la quintessence d’un Thrash moderne qui ne se gêne pas pour loucher vers le passé.

Les Allemands ne rechignent pas à pousser l’effort jusqu’à composer quelques morceaux un peu plus progressifs que la moyenne (« The Hell They Live In (Rotten & Forgotten) »), qui agrémentent la furie de base de digressions plus subtiles, avec notamment cette basse qui s’incruste entre les interstices pour développer des boucles mélodiques rondes et girondes.

Certes, certains plans se retrouvent d’un titre à l’autre, mais les WITCHTOWER trouvent toujours une petite idée qui relance la machine, comme ce riff catchy qui propulse « Serpent » dans la stratosphère Heavy/Thrash à la manière d’un KREATOR fort inspiré d’avoir ressorti ses vieux vinyles de Thrash américain.

Quelques bombes purement germaniques lancées sur les barricades du jeunisme à outrance (« Destination Hell »), un tempo qui ose une montée dans les BPM tout en restant poli (« Witness the Slaugther »), et en définitive, un LP qui fait preuve d’autant de professionnalisme que de réalisme brutal, pour un groupe qui a su rester frais malgré les années.

Rien ne bousculera l’ordre établi, mais en tout cas, attendez-vous à une grosse demi-heure de folie rythmique et harmonique extrêmement bien balancée, qui vous fera headbanger autant que fredonner. Toutes proportions gardées évidemment.

 Mais un cinquième album qui confirme que les WITCHTOWER deviennent « la » référence de leur propre genre, qui emprunte à tout le monde sans ne rien devoir à personne.


Titres de l'album:

  1. From Darkness till Death
  2. To the King Eternal
  3. Witness the Slaugther
  4. The Hell They Live In (Rotten & Forgotten)
  5. Destination Hell
  6. Too Hot to Handle
  7. Dark Words, Dark Wings
  8. Nuke 'em All
  9. The Reaper Takes It All
  10. Serpent

Site officiel


par mortne2001 le 10/01/2017 à 14:01
75 %    565

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

RockHard porte bien son nom, il est trés orienté Rock et Hard. Le côté musique extrême n'est clairement pas mis en avant.

Pour moi, ça ne m'importe que bien peu.

Et il y a tout de même un ou deux chroniqueurs qui causent Thrash/Black/Death à chaque numéro.

08/07/2020, 12:05

Arioch91

Ah, ben v'là un truc qui donne envie !

08/07/2020, 12:00

Oliv

La presse metal a vachement régressé effectivement, j’achetais avec plaisir les hard rock, metallian Etc ... car il y’a avait des interviews de qualité et des chroniques de cds. Depuis un bout de temps c’est de la redite , les mêmes questions qui reviennent et des sujets comme ta première(...)

08/07/2020, 11:50

Simony

Mais il n'y a pas de mal cher steelvore666, rien que le fait que tu lises le report montre que tu es plus ouvert que tu ne le crois...

08/07/2020, 11:13

steelvore666

Pas de soucis ! Il me faut bien avouer qu'au contraire je ne suis pas vraiment ouvert d'esprit lorsqu'il s'agit de musique.
Ceci étant, ce report est plutôt bien écrit et ne faisant pas partie de l'équipe de Metalnews je ne me vois pas donner de leçons sur la ligne éditoriale.
Diso(...)

08/07/2020, 10:36

LeMoustre

Vraiment intéressant, ça, ils riffent nickel à priori. Bon, en 40 secondes difficile de juger, mais ça a l'air bien velu.

08/07/2020, 10:27

LeMoustre

Et voilà, après un numéro intéressant et un peu plus "dur" (celui avec Mercyful Fate), ils retombent dans leurs travers : toujours les mêmes trucs soit vieux (Deep Purple en couv'), soit invariablement les mêmes groupes (Avatar, Blue Pills...). Ah, y'a pas Sabaton, cette fois. C'est con, l'enq(...)

08/07/2020, 10:25

KaneIsBack

Du death comme New Standard Elite en refile par paquets de douze : naze, plat et sans véritable violence. Et puis, des "albums" de 20 minutes à peine, bonjour le foutage de gueule !

08/07/2020, 10:19

Hoover

Un bon album mais bien en-deçà de Medusa qui est pour moi ce qu'ils ont fait de mieux depuis Draconian times.

08/07/2020, 07:10

Humungus

Je ne connaissais pas du tout...
Ben c'est effectivement du tout bon bordel !

08/07/2020, 05:13

Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30

JTDP

@Le Moustre : Un Bercy en mode "distenciationphysique style", oui sans doute... :-)

07/07/2020, 15:59

Humungus

Je me doutais que c'était ce que tu avais en tête.
Perso, cela ne me gêne pas du tout (RBD nous causant d'ailleurs régulièrement de concerts non-Metal).
Quelques digressions dans ces pages est plutôt bien vu je trouve. Tant que 99 % des news reste dans notre domaine de prédilectio(...)

07/07/2020, 13:13