Genesis

Simulacrum

12/02/2021

Frontiers Records

Frontiers diversifie et durcit le propos, alors que jusqu’à présent, ses sorties de février 2021 se satisfaisaient très bien d’un formalisme Hard Rock de rigueur. Et c’est en Finlande que le label italien est allé chercher l’ouverture, en proposant le troisième album des SIMULACRUM, groupe protéiforme dont les origines remontent à la fin des années 90. C’est en effet en 1999 que Christian « Chrism » Pulkkinen  a commencé à composer ses premiers morceaux pour un nouveau projet, dont le premier tome ne devait sortir que des années plus tard. Et c’est donc en 2012 que The Master and the Simulacrum, le premier chapitre de la saga SIMULACRUM fut publié, trois ans en amont de sa suite logique Sky Divided. 2015/2021, faites le décompte vous-même, pour vous rendre compte que six années ont été nécessaires à l’élaboration de ce troisième album, le plus important de la carrière d’un groupe, mais ce laps de temps assez conséquent s’explique assez facilement en évoquant les difficultés de line-up connues par le combo. C’est d’abord le batteur Henri Kallio qui se fit la malle juste après la sortie de la seconde épitre, remplacé par Tatu Turunen. Ensuite, humant l’air du temps, Pulkkinen comprit que pour enrichir encore plus sa musique, l’adjonction d’un second vocaliste serait un atout non négligeable. Mais il fallait pour cela dénicher la perle rare, au registre puissant mais suffisamment différent de celui de Niklas Broman pour apporter une réelle plus-value. Et en tombant sur Erik Kraemer, le groupe comprit immédiatement qu’il était inutile de chercher plus loin, et le line-up était enfin complet.

C’est donc sous la forme d’un septet que SIMULACRUM effectue son comeback. La formation aujourd’hui stable (Christian « Chrism » Pulkkinen - claviers & orchestrations, Nicholas « Solomon » Pulkkinen - guitare, harpe coudée, Niklas Broman - chant, Erik Kraemer - chant, Tatu Turunen - batterie, Petri Mäkilä - guitare, Olli Hakala - basse, chapman stick & contrebasse électrique) se lance donc dans la grande entreprise du troisième album, virage délicat qui n’excuse aucune sortie de route, et après quelques écoutes du produit en question, le doute n’est plus de mise : le groupe a mis les petits plats dans les grands, a privilégié la démonstration emphatique et signe l’un des albums le plus ambitieux de cette jeune année 2021.

Dès la première vision de sa pochette, Genesis place la barre assez haute. Après les considérations dystopiques à la Orwell de Sky Divided, SIMULACRUM se propose de narrer la genèse à sa façon, et de défier les dieux du Metal progressif de son culot et talent. Depuis le départ, on sait le groupe capable d’accoucher d’une grande œuvre, et Genesis en est la preuve enfin donnée à un public avide de trouvailles techniques et d’emphase symphonique. Trouvant comme à son habitude un équilibre extraordinaire entre le Hard Rock, le Rock précieux, et le Progressif ambitieux, SIMULACRUM se permet de défier les plus grandes références sur leur propre terrain, osant le crossover entre le DREAM THEATER le plus inspiré et le PERIPHERY le plus appliqué. Conscients de leur potentiel individuel, les sept musiciens se poussent eux-mêmes dans leurs derniers retranchements pour s’arracher les tripes et viser le sans faute, challenge d’autant plus intéressant que l’album dépasse l’heure de jeu. Mais avec l’ajout d’un chanteur, le groupe finlandais donne une autre dimension à sa musique, plus épique, plus épaisse, aux textures denses et aux partitions personnelles impressionnantes. On prend conscience de l’importance des enjeux dès « Traumatized », qui après une courte intro en forme de big-bang lâche les chiens de l’inspiration et se livre à un petit jeu d’explosions toutes plus dantesques les unes que les autres. Doté d’un son évidemment gigantesque, Genesis retrouve l’allant des albums 90’s du grand DREAM THEATER, avec ses claviers à la Kevin Moore, sa complexité rythmique, mais la combinaison des deux voix de Niklas Broman et Erik Kraemer pousse le bouchon encore plus loin, galvanisant les troupes, et autorisant Olli Hakala à nous offrir une démonstration de graves tout bonnement stupéfiante.

Le bon signal envoyé par ce nouvel album, est sa variation dans la cohésion. Arrivé au deux-tiers du métrage, on constate avec un certain étonnement que le temps passe finalement très vite, et que malgré leur densité, les compositions font preuve d’un talent mélodique indéniable. Entre riffs Thrash et attaques plus nuancées, SIMULACRUM joue sur tout le spectre du Progressif moderne, à cheval sur les reins du Power Metal, et se montre aussi démonstratif que persuasif.

Genesis est donc scindé en deux parties, la première se concentrant sur les chansons les plus compactes (mais pas les moins riches), et la seconde développant le concept au-delà de toute limite avec les quatre chapitres de « Genesis », formant une longue symphonie de plus de trente minutes. Mais avant d’en arriver là, il vous faudra d’abord affronter la puissance décoiffante de « Nothing Remains », sorte de digression sur le thème d’Awake de DT, « Like You, Like Me », nuance intéressante et très mélodique sur les obsessions de Neal Morse, et surtout, « Scorched Earth », aux riffs imbriqués et à la rythmique explosive.

Une fois ces chocs encaissés, le gros morceau vous attend pour un voyage aux confins de la création du monde. Totalement conscient qu’un classique du Metal progressif se doit d‘offrir une pièce de résistance conséquente, SIMULACRUM se concentre sur cette tétralogie finale qui se propose de nous détailler la naissance de notre univers. De fait, tout y passe, et avec brio, les prouesses équilibristes d’une section basse/batterie qui démontre que le choix de Tatu Turunen ne doit rien au hasard, les arrangements cosmiques d’un clavier qui rappelle les déroulés de Keith Emerson, la dureté d’un instrumental qui s’autorise toutefois de nombreuses accalmies, le tout synthétisant à merveille la confiance affichée par un groupe au sommet de sa forme. « The Celestial Architect » entame les débats de son formalisme Heavy, avec une dualité vocale vraiment efficace, « Evolution Of Man » mettant justement l’interprétation de côté pour larguer un instrumental de toute beauté (avec encore une fois une performance stellaire de Turunen qui se prend pour Mike Portnoy), « The Human Equation » qui juxtapose les parties de claviers à des nappes vocales évanescentes, avant que la tornade « End Of Entropy » ne formalise l’explosion initiale ayant abouti à la vie telle que nous la connaissons.

Il faut du temps, des écoutes répétées pour apprécier Genesis à sa juste valeur, mais le monde n’a pas été appréhendé dans sa complexité en un jour. Avec ce troisième tome de leur aventure, les finlandais de SIMULACRUM prouvent qu’ils ont l’étoffe d’une référence du genre, et tout sauf un simulacre.      

        

                                                                                            

Titres de l’album:

01. Traumatized

02. Nothing Remains

03. Arrhythmic Distortions

04. Like You, Like Me

05. Scorched Earth

06. Genesis Part 1: The Celestial Architect

07. Genesis Part 2: Evolution Of Man

08. Genesis Part 3: The Human Equation

09. Genesis Part 4: End Of Entropy


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/02/2021 à 18:09
90 %    41

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00