Impure

Fleshgod

15/05/2020

Muzikö-eye

Quand un bourrin, rencontr’un autr’bourrin, qu’est c’qui s’racontent, des histoires de bourrin…Oui je sais l’intro est facile, éculée, déjà périmée avant d’avoir été écrite, mais que voulez-vous, c’est exactement mon ressenti immédiat au moment de parler du nouveau projet de deux légendes françaises soudainement en goguette. FLESHGOD résulte donc du désir conjoint de Khalash (KHAOS-­DEÏ, KOMMANDATUR PORN CLUB…) et Max Otero (MERCYLESS, UNDEAD PROPHECIES) de deviser ensemble dans un studio, et de retrouver le souffle brûlant du Death des nineties, celui qu’ils ont eux-mêmes connu et soufflé comme des dragons. De là, le projet ne se veut ni mystérieux, ni conceptuel, ni même ambitieux, mais se conçoit comme un petit plaisir en tandem, une façon de se plonger dans ses racines et surtout, de prendre du bon temps ensemble, en tout bien toute horreur, en composant une brassée de chansons qui auraient pu voir le jour il y a quelques décennies. Avec seulement huit morceaux dont deux inserts, Impure s’appréhende comme une mise en bouche, une entrée tartare bien saignante, annonçant je l’espère un repas plus copieux à venir. D’un côté donc, Khalash, qui a pris en charge la guitare, la basse et la composition, de l’autre, Max, qui s’est chargé évidemment du chant et des textes, pour une relecture des canons du Black Death nostalgique. Muzikö-Eye s’est rapidement occupé du projet, laissant la distribution aux immanquables Season of Mist, et Impure se veut hommage à son propre baptême, en distillant six véritables morceaux excessivement puissants, terriblement énervés, pas vraiment originaux dans les faits mais jouissifs dans le rendu, et surtout, d’un abattage incroyable.

Il y a peu à dire sur une réalisation pareille, puisque avec un timing très resserré et un contenu d’un classicisme indéniable, cet EP est à ressentir et non à disséquer. Tout au plus pouvons-nous juger de la pertinence des morceaux, de leur affiliation à l’histoire de l’extrême le plus crédible et sans concessions, de la qualité de la production, et de l’intensité de l’implication de ses deux membres. Tout commence donc par une lourde intro processionnelle, « Tenebrae », qui se répand en un riff lourd et emphatique pour mieux situer les débats dans les bonnes ténèbres. En deux minutes et trente-et-une secondes, Khalash scelle le projet dans un cercueil de formalisme, avec chœurs liturgiques évanescents, ambiance délicatement solennelle, et nous entraîne dans les abysses de la culture underground Death mondiale des nineties. « Impure », en premier vrai morceau, place les accointances et influences sur la table, et on reconnaît immédiatement cette patte unique, celle de MERCYLESS évidemment, mais aussi des réminiscences de PESTILENCE, de BOLT THROWER, et de tous les acteurs majeurs de la scène ayant vu le jour dans les années 80. C’est évidemment attendu, mais précis, joué avec les tripes, et si vous parvenez à supporter les pistes de batterie programmées, alors vous avez toutes les chances de craquer pour ce Death traditionnel, mais très efficace. Efficace comme une synthèse de carrière, une carrière passée à rester fidèle à une éthique, celle d’un Death sans compromis, que nous retrouvons ici sous sa forme la plus épurée. Et loin d’être des ornements gratuits, les inserts accentuent cette sensation d’hommage au passé, avec un « Invocation » sentencieux au possible.

Le carnage peut donc continuer sous les meilleurs auspices pour Death metalleux pas encore à l’hospice, et qui démontrent que Max et Khalash ont encore la grande forme. « Slave Of Belial » radicalise le propos, mais n’oublie pas que le genre est encore plus percutant lorsqu’il est densifié de mélodies plus ouvertes. Certes, cette satanée batterie gâche un peu le plaisir, surtout lors des passages en double qui sont trop compressés pour être honnêtes, mais l’énergie dont fait preuve le duo nous permet de nous replonger dans nos grandes années OBITUARY/DEICIDE/SUFFOCATION, sans avoir à dépoussiérer nos veux vinyles. FLESHGOD fait en outre ce qu’il peut pour varier les approches, même si l’ultraviolence est omniprésente, mais intelligemment modulée de passages plus catchy, comme cette basse roulante sur « Antique Evil », ou ce tempo diabolique en ouverture de « I Dispise Your God ». Toujours aussi fidèles à leurs convictions, les deux musiciens ne se posent pas de question, et font toujours aussi bien ce qu’ils ont toujours fait à la perfection, multipliant les allusions à leur propre parcours, mais aussi à celui d’autres légendes, comme ROTTING CHRIST, MORBID ANGEL et tous les cadors de l’âge d’or. On sent du COMECON par ci, du MORGOTH par-là, mais on apprécie vraiment que les deux compères ne se soient pas fourvoyés dans une entreprise de reproduction à l’identique, certains titres possédant déjà une identité propre. En vingt minutes, pas le temps de lasser, mais pas de place à l’erreur non plus, et les titres défilent, avec leur cortège de refrains entêtants (« Before Dawn »). Bien évidemment, pas de révolution à espérer, mais tel n’était pas le but du duo sur Impure, juste une façon de faire plaisir aux fans d’un Death inamovible mais crédible, et avec une clôture aussi brutale que « Ritualistic Art », le duo s’ouvre les portes d’une reconnaissance globale. Un projet très sympathique et crédible, qui n’a à offrir que ce qu’il possède déjà.               

                                                                                                     

Titres de l’album :

                       01. Tenebrae

                       02. Impure

                       03. Invocation

                       04. Slave Of Belial

                       05. Antique Evil

                       06. I Dispise Your God

                       07. Before Dawn

                       08. Ritualistic Art

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/05/2020 à 18:32
78 %    244

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07