Incantations from the Abyss

Qrixkuor

06/06/2017

Invictus Productions

Bon, on ne va pas se voiler la face, en règle générale, il n’y a pas cinquante façons d’aborder le Death Metal, si on le souhaite proche de l’essence d’origine. On peut à la rigueur en exagérer les traits les plus grossiers, ou encore en affiner la technique pour la rendre encore plus tranchante, travailler les ambiances, développer le côté grotesque de la chose, mais finalement, et en dehors de quelques cadors et autres téméraires qui parviennent encore à rendre le débat sinon inédit, du moins intéressant, les options sont plutôt minces, et les débouchés assez serrés et convenus.

Alors que faire ?

Continuer de jouer comme si de rien n’était, et se faire régulièrement comparer aux têtes d’affiches et autres références au risque d’en prendre ombrage ? Ou bien s’en foutre comme de la première démo de KICK AXE et faire son truc dans sa caverne, sans se soucier de l’image sonore que l’on projette ?

Il semblerait qu’une troisième voie encore moins diplomatique que les autres se dégage, c’est en tout cas ce que semblent suggérer les anglais de QRIXKUOR, et leur nom susceptible de vous faire gagner quelques points au Scrabble.

Le quatuor (S – guitare, A – guitare/chant, R – basse et M – batterie) s’est formé à Londres en 2011, et a patienté trois ans dans les caves avant de publier une première démo, Consecration of the Temple, qui fit grand bruit dans l’underground, au sens pas si propre comme au carrément figuré. Le pourquoi de tant d’agitation ? Une forme très sourde et incantatoire de Death, s’articulant autour d’idées porteuses très absconses, et d’une longueur d’inspiration assez peu commune dans le milieu. Avec des morceaux frisant, atteignant ou dépassant les dix minutes, les londoniens n’ont pas choisi la carte de la simplicité, un peu à l’image de leurs ancêtres de DISEMBOWELMENT. Les points communs entre les deux groupes sont d’ailleurs manifestes pour qui a l’oreille exercée, et on retrouve sur cet Incantations from the Abyss des échos cryptiques du séminal Transcendence Into The Peripheral, qui en 1993 avait secoué la fanbase Death sur ses fondations les plus profondes de ses intonations macabres et lugubres.

Mais il convient de modérer cette comparaison de quelques nuances de taille, puisque les anglais du jour n’ont pas forcément la créativité et l’obscurantisme à la même échelle. Si leur Death ténébreux et mystique atteint parfois des sommets dans la descente aux enfers, il n’atteint toutefois pas les abimes de leurs précurseurs australiens, qui à l’époque restaient imperméables aux modes en vogue dans l’underground.

Ceci étant dit, l’art occulte de QRIXKUOR pourrait quand même devenir un nouveau modèle d’un genre à part, dans un registre rituel assez fascinant par son refus de toute structure trop organisée.

Car en effet, les compositions que l’on retrouve sur ce premier faux album sont assez envoutantes, et évoluent au gré d’humeurs toujours nihilistes, mais parfois contradictoirement idéalistes, spécialement sur le terrain des arrangements glauques et putrides qui enrobent les compositions d’un doux parfum malsain. On pourrait même affirmer sans trop risquer de se tromper que l’on piétine en plus d’une occurrence les bordures du BM, et même du Dark Ambient obscurci de Doom, lorsque la cadence affolante cède le pas à des rythmiques beaucoup plus appuyées.

Faux album donc, mais vraie compilation, qui regroupe la démo initiale, et aussi la suivante, sobrement intitulée Rehearsal 09/15, qui proposait donc une cover de DEMONCY, que l’on trouvait initialement sur leur LP Joined In Darkness, ce qui ne fait que renforcer les concomitances des deux univers évoquées plus haut.

Les morceaux ne sont donc pas inédits pour ceux qui possèdent déjà ces deux enregistrements, mais ceux pour qui l’univers poisseux de QRIXKUOR demeure inconnu, Incantations from the Abyss incarne une porte d’entrée imposante qui se referme aussitôt derrière vous et vous retient prisonnier des Hadès.

Et ces enfers ont pour particularité de diviser ceux qui les ont arpentés. Car QRIXKUOR est le type même de groupe qui ne peut laisser indiffèrent de ses partis pris. Les excès dans lesquels ils tombent les obligent à faire partie de la caste des génies incompris ou des gentils frappés qui ne savent pas composer un truc qui tient la route, et si mon avis vous intéresse (mais sinon, que faites-vous toujours là ?), je pense que la réponse à la question que peu de gens se posent se situe entre ces deux options.

En effet, impossible de rejeter massivement le groupe, sous peine de passer à côté d’un pan assez valable et décalé du Death contemporain. A l’image de quelques autres, dont GRAVE UPHEAVAL, TEITANBLOOD, PORTAL ou ABYSSAL, les anglais n’hésitent pas à aller trop loin, et à se reposer sur des monochromes inquiétants plutôt que sur des principes figés et logiques.

Vous aurez donc du mal à trouver un riff vraiment porteur dans ce maelstrom de violence et d’oppression, par contre, vous tomberez régulièrement sur des idées hypnotiques, qui vous entraîneront dans une chute vertigineuse vers le centre de l’enfer musical.

Difficile de placer une intervention plus en avant des autres tant l’ensemble est homogène, certainement d’ailleurs un peu trop pour les plus pointilleux et difficiles, qui abandonneront le navire assez rapidement.

Inutile d’attendre une cassure, mais il convient plutôt d’apprécier le concept pour ce qu’il est, à savoir une variation diabolique sur un Death abyssal, noirci d’un chant presque imperceptible, aux fréquences graves exagérées comme celles des guitares.

Celles-ci se confondent d’ailleurs avec la basse, sauf lorsqu’elles osent partir en solo, ou lorsque des circonvolutions nordiques se jettent dans les flammes. Quelques breaks viennent régulièrement troubler la régularité de blasts qui pleuvent comme des larmes d’anges, même si la cadence globale est largement poussée. Et en dehors de ces remarques notables, vous serez seul juge de la pertinence de cette compilation qui se veut résumé des premières années du groupe, et qui lui permettra sans doute d’accoucher enfin de son premier véritable album.

D’ici-là, il est tout à fait possible d’occulter cette sortie au profit d’autres que vous estimerez plus conséquentes, mais je ne peux m’empêcher d’éprouver un attrait morbide pour ce groupe qui refuse de prendre position clairement, et qui s’enfonce dans ses traumas pour y puiser son essence comme Orphée s’obstinait à chercher Eurydice.

Un monolithe énorme, sans fissure, mais qui sera paradoxalement trop gigantesque pour que vous le remarquiez.


Titres de l'album:

  1. Consecration of the Temple
  2. Morte Datores
  3. The Benign Architect
  4. Winter Bliss (Demoncy cover)
  5. Consecration of the Temple

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/07/2017 à 18:11
70 %    424

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30

Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39