Jeckyll and Hyde

Damantra

27/06/2020

Autoproduction

En mars de l’année dernière, je n’avais pas hésité à bombarder le premier album d’un groupe totalement inconnu « sélection du mois ». Peu amène à m’enthousiasmer comme une gamine devant un poster de Joe Jonas, j’avais consciencieusement réfléchi aux conséquences de mon acte, assumant les questions éventuelles relatives à mon emportement…qui n’en était pas un. Le groupe était français, mais il n’y avait aucun chauvinisme de ma part. D’une parce que je suis français par accident, de deux parce la nationalité d’un groupe n’a jamais entraîné de complaisance de ma part. N’oublions pas que j’ai grandi au son du Hard-Rock des années 80, époque durant laquelle nos représentants nationaux n’étaient pas vraiment gâtés par la nature de l’originalité. Mais Broken, ce fameux premier album m’avait cueilli à froid, semblant représenter alors la quintessence de la vague nostalgique des seventies, au même titre que PRISTINE ou GRAVEYARD. J’avais donc hâte d’assister à la suite des aventures de ce jeune quatuor toulousain, et c’est lui-même qui m’a averti de la parution imminente d’un EP préfigurant un album à venir. Sans me sentir obligé, j’acceptais évidemment de tendre mes oreilles sur ce nouveau produit, et en écoutant les quatre morceaux joués, je reconnais que l’année dernière je n’ai pas commis d’erreur. Car en seulement un petit quart d’heure, DAMANTRA m’a démontré (sic) toute la pertinence de mon jugement, et sa capacité à reproduire le hold-up de 2019. Pourtant, on sait le format EP très bâtard. La plupart du temps, cette poignée de titres n’est là que pour justifier une tournée ou faire patienter les fans entre deux sorties plus conséquentes. Mais avec les DAMANTRA rien n’est totalement normal, et les quatre chansons de ce Jeckyll and Hyde sont quatre nouveaux hits à ajouter à leur répertoire qui ne va pas tarder à prendre des proportions homériques.

Musicalement, le quatuor (Teddy Chretien : batterie, Robin Fleutiaux : basse, Virgile Jennevin : guitare, Mélanie Kneisky : chant) est encore plus précis et affûté qu’avant. Capitalisant sur l’expérience acquise après la publication de Broken et des concerts qui ont suivi, les musiciens ont encore perfectionné leur méthodologie, soignant chaque secteur de jeu pour conférer à chaque composition une aura unique et particulière. Bien sûr, leur musique est toujours aussi ancrée dans les seventies, avec références obligées à DEEP PURPLE, LED ZEP, mais on retrouve ici une énergie typique de la vague alternative des nineties, ce mouvement qui justement remettait les seventies au goût d’un jour plus réaliste et violent. Ce que j’aime par-dessus tout dans ce groupe - et cet EP par extension - c’est cette modestie dans le jeu, cette lucidité de savoir qu’on n’a rien inventé, mais qu’on va le jouer avec les tripes quand même. Toujours aussi fasciné par le chant viscéral et faussement sensuel de Mélanie, je me suis retrouvé happé par ce vortex d’énergie positive dès la mise en bouche de « Jekyll and Hyde ». Avec sa lourde intro à la basse ronflante, ce morceau est sans doute l’acmé d’une formule, avec toujours en exergue ce respect du Rock des années 70, ces riffs serpentins, cette souplesse rythmique, et cette importance donné à un chant puissant, central, mais qui ne phagocyte pas toute l’attention. Le son, clair et profond retrouve la franchise des mid seventies, mais accepte aussi un traitement de basse plus actuel. L’ambiance, chaude et fédératrice vous implique en tant qu’auditeur, vous transformant en acteur de la musique, un peu comme si vous aviez passivement participé à son enregistrement. C’est évidemment simple dans les faits, mais plus complexe dans la forme, qui voit des arrangements travaillés sublimer un thème simple, et lui offrir des rebondissements héroïques. Mélanie ne chante pas, elle habite les chansons, elle utilise sa tessiture large à dessein, et ne singe Robert Plant que lorsque les crescendos l’imposent. Le reste du temps, sa texture juvénile et presque infantile créé un décalage entre la puissance et la fragilité, et le reste des morceaux ne fera que prouver tout le talent de cette chanteuse incroyable.

« Sacrificied » commence d’ailleurs sur quelques vocalises a cappella, un peu Janis, un peu Amy, un peu Ella, mais surtout, totalement prenantes, à tel point qu’il ne faut que quelques secondes pour se retrouver sous le charme. D’inspiration bluesy, ce second titre convainc de sa puissance, et de ses silences, le jeu de batterie précis de Teddy sur le charleston ajoutant à la préciosité de la composition. Sur une structure simple, les musiciens brodent de petites interventions techniques roublardes, avec une basse en alternance, une guitare qui cocotte avant de lâcher les watts en plaqué, pour un résultat qui vaut tous les plaisirs bluesy des trente dernières années. L’osmose entre les musiciens est si palpable qu’on se croit enfermé avec eux dans un local de répétition, public virtuel pour interprétation sincère, avec accélération finale en orgasme total, pour une communion entre un groupe et ses fans déjà dévoués. Aussi à l’aise dans la vitesse que dans la délicatesse, les DAMANTRA prouvent qu’ils ont assimilé les astuces de composition vintage de base avant de les passer à la moulinette de leur talent pour les transposer dans une époque avide de nostalgie. Mais leur nostalgie est celle de la passion, la même qui me poussa à dire un jour que les PRISTINE et GRAVEYARD étaient les dignes descendants nordiques de leurs références américaines.

Une fois encore DAMANTRA survole, mais approfondit, peaufine, mais reste spontané, et « Alien » de sonner comme un hit de LADY GAGA repris par un groupe de Southern Pop, toutes guitares en avant. Cette simplicité dans la restitution est vraiment la force d’un groupe qui réfute tout artifice, et qui prend son pied à jouer en collectif. Tous les talents individuels sont notables et incontestables, et pourtant lorsque le groupe joue à l’unisson, on sent ce sens du partage qui place tout le monde au même plan. Avec toujours ces soudaines explosions d’exubérance menant à des soli parfaits de Virgile précédés de cris épidermiques de Mélanie, pour un Rock qui finit par échapper à sa nostalgie, et mélanger la concentration rythmique d’un NO ONE IS INNOCENT, le groove d’un  BLACK COUNTRY COMMUNION, et la sensualité excentrée d’une Annette PEACOCK. « Rollercoaster » de son titre résume fort bien les émotions ressenties sur ce grand-huit sensible et joyeux. Plus foncièrement Rock que le reste du répertoire, c’est un final aux contours Pop, un peu Alanis, un peu DAG, un peu GRETA VON FLEET, mais totalement DAMANTRA pour un épilogue qui aurait pu servir de bande-son parfaite à Still Crazy. Alors, certes, je le reconnais, Jeckyll and Hyde n’est qu’un EP quatre titres et aurait pu se résumer à moins de ligne. Mais lorsque la passion guide les doigts sur le clavier, il est difficile de se raisonner et se contenir. Et la passion étant le moteur de ce groupe hors-norme, la norme justement ne s’applique pas.      

                                                                                                 

Titres de l’album :

                      01. Jekyll and Hyde

                      02. Sacrificied

                      03. Alien

                      04. Rollercoaster

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/06/2020 à 14:44
90 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Pendrak + Insane Order + Nervous Impulse + Unsu 04/07 : La Brat Cave, Lille (59)
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48