« Mats Halvorsen a toujours été en musique. Tout a commencé avec un enfant de 10 ans qui avait accès à des guitares et à des amplificateurs dans la salle d'exercice de son père dans la maison du sous-sol à Bekkelaget, à l'extérieur de Hamar. Avec l'héritage déplacé sous la forme d'un Sunburst Fender Stratocaster de 1976, le passe-temps devint rapidement une passion profonde pour l'écriture de chansons et le jeu dans des groupes. »

J’adore les traductions Google de biographies norvégiennes. J’ai l’impression de déballer un meuble Ikea et d’essayer de comprendre une notice explicative en suédois. Ne manquent plus que les classiques « Gruvbläät », « Plenoooör » et autres indications qui vous permettent d’oublier la vis C2 sous le lit et d’assembler les plateaux A1 et D7 avec peine, puisqu’ils ne sont pas faits pour s’imbriquer. Nonobstant cette introduction se voulant aussi cocasse que ludique (et n’étant de fait aucun des deux), ce nouvel album des norvégiens de LILLEBROR (petit frère en VF) se veut affaire beaucoup plus sérieuse que mon lénifiant laïus, même si les informations glanées sur la toile ne m’ont pas vraiment permis d’en dénouer l’écheveau. Visiblement, la tête pensante et chantante de ce trio iconoclaste a fait ses armes à la fin des années 90 dans le groupe POD (pas celui-là, le nordique, que peu de gens connaissent), puis a décidé d’arrêter les frais pour se concentrer sur un Rock plus en adéquation avec son désir, et surtout, chanté dans sa langue natale histoire d’y conférer un cachet plus local. Grand bien lui en a pris, puisque même si la vague appellation Rock colle à la peau de ces trois musiciens (Mats Halvorsen - Chant / Guitare, Kristian Grude - Basse, Stian Flagstad - Batterie), Limbo célèbre en grandes pompes le retour du Grunge sur le devant de la scène actuelle, sans sombrer dans les affres d’un Post plus galvaudé que réellement constructif.

Après avoir publié un premier LP en 2011 (Sterkt Berykta, De Forte Notoriété en VF approximative), les trois musiciens qui ont quand même travaillé avec Sylvia Massy (qu’on retrouve dans l’histoire de TOOL) ont donc pris leur temps pour élaborer une suite digne de ce nom, sous la forme de neuf pistes aussi énergiques que symptomatiques d’un esprit en vogue dans les mid 90’s, à cheval entre Rock mainstream, Grunge domestiqué, et Alternatif débridé. Le résultat est donc aussi simple qu’il n’est efficace, d’autant plus que les mélodies déployées sont tout sauf anodines, et que le trio fait montre d’une belle hargne qui leur permet de catapulter des thèmes simples et sombres dans une galaxie Rock lumineuse, assez symptomatique des combos évoluant dans le sillage des gloires de Seattle. On sent bien évidemment des réminiscences légères d’ALICE IN CHAINS, mais aussi de SEETHER, des SHIHAD, et quelques harmonies doucereuses dans l’esprit d’un LINKIN PARK apaisé, ou d’un NICKELBACK enfin débarrassé de ses tics les plus embarrassants. L’ombre des AFGHAN WHIGS plane aussi sur la créativité du trio, même si leur simplicité mélodique ne permet pas de valider ce parrainage totalement, d’autant plus que les norvégiens ne prennent même pas la peine de situer leur champ d’influence autrement qu’en faisant appel au ressenti le plus générique. Ce qui ne les empêche nullement de trousser des chansons faussement simples, qui ont parfois des allures de hits du passé exhumés pour retrouver l’esprit foncièrement rebelle d’une décennie qui après avoir assisté au massacre, s’est évertuée à reconstruire sur les décombres fumantes.

Et il y a franchement de quoi faire son marché sur cet album qui a le mérite de prôner un éclectisme à la lisière d’un Pop Rock vraiment musclé, qui hésite entre ombre et lumière. Si la plupart des morceaux mettent en avant des riffs immédiats, d’autres au contraire jouent la dualité, et hésitent ente légèreté et agressivité, à l’instar du très efficace « Står Her Alene », qui synthétise dix années de Rock populaire, de celui dont les campus américains se repaissaient il y a deux décades. Un peu NADA SURF en versant positif, un peu Néo-Punk qui n’assumerait pas vraiment ses penchants pour la facilité, Limbo est un disque ou l’intimisme le dispute au populaire, sans jamais sombrer dans la vulgarité d’un Rock trop anonyme pour être repéré. Aussi empreint de Rock nordique que d’Indie Rock typiquement US, ce second effort enchante de ses transgressions, et de ses introspections, qui parfois aboutissent à de charmants aveux harmoniques, piochant dans le vécu de HIM pour mieux l’analyser sur le canapé d’un MILK expurgé de ses tics les plus agressifs (« Trollman »). La voix de Mats Halvorsen, très juste et douce transcende donc des motifs ciselés, fragiles mais plus solides qu’il n’y parait, et si l’ouverture imposante de « Er Det For Mye » se souvient de la lourdeur et du dramatisme de Jerry Cantrell et Layne Staley, l’atmosphère change du tout au tout sur le coup de tête de « Tingen I Hodet » qui parvient même à nous entraîner en rivage Stoner Rock digne de nos 7 WEEKS nationaux.

Aussi à l’aise en mid tempo qu’en beat rapide, les norvégiens se font les chantres d’une versatilité cohérente, et tricotent des motifs bien Heavy, qu’ils intègrent avec beaucoup de flair à des rythmiques gluantes (« Slave »). Rois du burner light en délié (« Limbo »), les LILLEBROR sans chercher à révolutionner un genre qui de toute façon est trop pluriel pour être balisé, nous enchantent de leurs chansons terriblement énergiques et intelligentes, qui ne se contentent pas de traduire dans un vocable contemporain des dogmes anciens. Aussi Grunge qu’ils ne sont Rock, aussi expansifs qu’ils ne sont introspectifs, ces neuf hymnes à la liberté de création flirtent parfois avec les USA de l’ère post Hair Metal pour mieux nous séduire de leur ambivalence (« Røver », couplets abrasifs pour refrain pur Pop), et nous laissent même faire face à nos propres émotions pour en tirer d’évasives conclusions (« Amarone », superbe final qui troue l’acoustique ciselée de percussions tonitruées). En gros, une visite à peine guidée des arcanes d’un Rock décomplexé, et affranchi de toute obligation, qui déforme sa vision anglo-saxonne d’une sensibilité nordique, et qui transpose les émotions passées dans un présent plus lumineux qu’il n’y parait. Une petite surprise toute en profondeur de légèreté, pour une dualité qui tourne vite à la dichotomie. Car parfois, pour imposer la puissance, il vaut mieux faire preuve de nuance.                                                                 

Titres de l’album:

     1.Er Det For Mye

     2.Tingen I Hodet

     3.Slave

     4.Limbo

     5.Når Du Forsvinner

     6.Står Her Alene

     7.Trollmann

     8.Røver

     9.Amarone

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/06/2018 à 13:52
80 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.