Je ne suis pas homme à se contenter de ce que les labels lui envoient. Non, je fouille, je fouine, je traque, et souvent, je tombe sur des groupes dont peu de médias parlent, à mon grand bonheur, mais aussi à mon grand dam.

Car dans ce cas, trouver des informations à vous relayer relève de la gageure, et je dois me débrouiller pour broder des laïus qui sont parfois un peu…stériles.

Ce cas de figure s’est encore présenté cet après-midi, après que j’eus décidé de vous entretenir d’un obscur groupe Norvégien dont la musique m’a salement interpellé. Nom hermétique, réputation online embryonnaire, la tâche n’était pas facile, heureusement leur page Facebook et un site Polonais m’ont été d’une grande aide. La preuve, ci-dessous :

«Irrésistible envie pour l'exploration des formes d'expression dans une couche de voix, nous a conduit à travers les bois de nombreux, se frottant parfois contre des expériences extrêmes, où des tonnes d'animateur de radio se transforment en masse chorale de son point d'exploser particulière technique sous forme de growlowania inspiratoire »

 

Merci la Pologne, à vous les studios. Nonobstant cette source de tuyaux somme toute assez cryptique, le cas des FOUCALT est suffisamment intrigant pour lui consacrer une entrée. Faites attention à bien écrire FOUCALT et non FOUCAULT, bien que les thématiques de ce quintette d’Oslo (Marek Chojna - batterie, Darius Wojdyga – guitare/chant, Einar Evensen & Szymon Perwejnis - guitares, Luis Waltiplano - basse) soient en plus ou moins directe relation avec ceux abordés par notre philosophe Michel Foucault, connu pour être né à Poitiers et mort à Paris, et pour avoir analysé les rapports entre le pouvoir et le savoir.

Niveau bio, les FOUCALT se sont donc formés à l’automne 2012, ont publié en 2014 un premier LP éponyme à compte d’auteur et à forte connotation Metalcore, et ont depuis décidé de suivre un chemin un tant soit peu différent, en ajoutant à leur musique des éléments externes de Thrash, de Fusion, et en traitant le tout de façon assez progressive.

Le fil rouge de ce Lost People et de ses sept vignettes ferait référence à la pièce de théâtre médiévale Everyman, écrite au quinzième siècle, et qui confrontait un homme (le « Tout Homme ») à un compte-rendu de ses bonnes et mauvaises actions dans le but d’obtenir le salut de son âme. Ce sujet serait de plus agrémenté de réflexions philosophiques de Michel Foucault donc, notamment ses travaux sur la gouvernance parmi les vivants, ou les fondements de la folie. En gros comme en détail, la place de l’homme dans l’univers et parmi les siens, l’Ego, les lois, et tout ce qui régit notre existence par rapport au monde qui nous entoure.

Sujet vaste, complexe, ambitieux, pour une musique qui ne l’est pas moins…

 

Je l’avoue, j’ai été légèrement secoué par ce Lost People qui propose une multitude d’idées, parfois complémentaires, parfois redondantes, mais souvent stimulantes. A son écoute, on pense à une fusion globale entre le Metalcore le plus efficace, le Néo Thrash sans vélocité, et une forme de Progressif subtilement moderne.

Certes, les traces de passé Metalcore des Norvégiens sont palpables au travers de pas mal de plans et de morceaux, mais elles sont tellement distordues pour épouser les contours de leur nouvelle direction qu’on ne peut plus les traiter en tant que telles.

Et en l’état, ce second album des FOUCALT est assez fascinant, et relativement puissant, bien que difficile à assimiler par instants (les deux volets « Rancor 1 » et « Rancor 2 », qui font autant penser à du KARNIVOOL sombre qu’à du Jump Metal des nineties)  

Les titres sont d’ailleurs souvent aussi opaques que leurs intitulés, à l’instar de « Possession 777+999+333 », qui brise le schéma de violence établi pour imposer des chœurs biscornus en son clair, avant de se laisser aller à un mid tempo terriblement accrocheur. Riffs plombés, multiplicité des parties vocales, arrangements à l’avenant, samples, on nage en pleine fusion surréaliste, et pourtant concrète dans l’effet, un peu comme si les FAITH NO MORE allaient gambader main dans les pieds avec les MELVINS en écoutant les RESIDENTS.

Puzzle ? Imbrication de délires d’une psyché en plein désarroi existentiel ? C’est une piste à suivre, mais il faut reconnaître qu’elle n’est pas simple…

Mais tel est le but de ce Lost People qui en effet souhaite nous perdre en nous-même, pour nous pousser à une introspection volontaire ou pas.

Et d’ailleurs, la progression de l’album en soi est très intelligente, puisque le quintette a placé en première moitié les morceaux les plus « faciles », dont cette ouverture puissante et claire « Lost People », qui après une longue intro synthétique et rampante, laisse place à une sorte de Post Metalcore pas forcément immédiat, mais plus direct que le reste du LP.

« Inout » fait aussi partie des moments les plus furieux et radicaux, avec son énorme riff à la MACHINE HEAD tailladé par une rythmique compacte à la double grosse caisse compressée. Double, triple, quadruple chant pour renforcer l’efficacité, et refrain obnubilé par les murmures, pour un impact total…

Mais comme expliqué en amont, plus la pièce avance, plus l’homme se questionne, ce qui nous fait aboutir à cette confrontation entre l’Ego et « les autres », par l’entremise d’un « 10 Cumbers Main Q » qui complique encore plus la quête.

Les éléments sont encore plus fondus dans un ensemble indescriptible, avec de multiples références à PRIMUS, IWRESTLEDABEARONCE, PSYKUP, et toute la vague de Fusion underground des années 2000, dans un jeu de questions/non réponses étourdissant, devant tout autant la logique de son puzzle au Thrash qu’au Metalcore ou au Freecore.

Le final « Child 200xs Q7 R530 » nous laisse tout aussi perplexes, et continue le travail de sape des individualités, pour les réduire à cette simple problématique. Sommes-nous responsables de nos actes, ou nous sont-ils dictés par notre propre destin, et celui de l’humanité en général ? Ne comptez pas sur les FOUCALT pour vous prodiguer des réponses, puisque ce dernier morceau est encore plus impénétrable que ses prédécesseurs…

Finalement, l’explication prodiguée par ce site Polonais n’était pas si éloignée de la réalité que ça dans sa traduction approximative. Puisque Lost People des FOUCALT est aussi intranscriptible en mots qu’il n’est unique en musique.

Un genre d’opposé parfait au concept d’Everyband, qui pourrait être le groupe de n’importe qui. Et qui ferait tout sauf n’importe quoi.       


Titres de l'album:

  1. Lost People
  2. Inout
  3. Rancor 1 - Inquiry
  4. Rancor 2 - Ascension
  5. Possession 777+999+333
  6. 10 Cumbers Main Q
  7. Child 200xs Q7 R530

Site officiel


par mortne2001 le 13/02/2017 à 16:19
88 %    557

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?