Machine And Bone

The Banishment

10/03/2023

Frontiers Records

Frontiers, le Casimir italien nous présente son nouveau gloubi-boulga musical, baptisé THE BANISHMENT, dont le premier album s’est vu signé par la célèbre maison de disque de Serafino. Alors, je ne sais pas si voilà venu le temps des rires et des gens, mais dans la tête de George Lynch, ça n’est certainement pas toujours le printemps.  

On connaît le guitariste pour son toucher et sa dextérité, pour son sens de la composition sauvage et affinée, mais aussi pour sa versatilité, l’homme ayant participé à bon nombre de projets différents ces dernières années. Pour mémoire, parlons de KXM avec Dug Pinnick (KING'S X) et Ray Luzier (KORN), THE END MACHINE avec Jeff Pilson (FOREIGNER, ex-DOKKEN), Mick Brown (ex-DOKKEN), et Robert Mason (WARRANT), SWEET & LYNCH en duo avec Michael Sweet (STRYPER), Ultraphonix avec Corey Glover (LIVING COLOUR), ou DIRTY SHIRLEY avec au chant Dino Jelusick (ANIMAL DRIVE, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA).

Un sacré CV donc, mais George n’a pas renoncé à sa quête de variété, puisque son dernier concept en date évolue dans des eaux peu fréquentées. On imaginait assez mal LYNCH tâter du Metal Industriel, eu égard à son passé de rockeur passionné, et pourtant, le projet THE BANISHMENT s’aventure sur ce terrain, foulé par George en compagnie d’associés avisés.

Le flamboyant guitariste se retrouve flanqué de deux lieutenants spécialistes, Joe Haze, producteur, ingé-son, mixeur, remixeur, guitariste et programmeur, et Devix Szell, chanteur, musicien, producteur et compositeur. Un trio pour le moins hétéroclite, avec deux parties prenantes du monde de l’électronique et des répétitions, et un guitar-hero emblème de l’hédonisme californien des années 80 au sein d’un des groupes les plus prometteurs de sa génération.

Mais alors, que peut donc donner l’association de musiciens au background aussi différent ? Une soupe à grumeaux, indigeste et dangereuse pour les intestins, ou un nectar fin qui affole les naseaux auditifs au point de leur faire oublier le passé des individus concernés ? Si la réponse dépendra de la sensibilité de chacun, j’affirme ici que cette combinaison improbable fonctionne à plein régime, et nous permet de faire un saut dans le temps vers les nineties qui ont glorifié ce métissage entre Rock et électronique, donnant naissance à des groupes emblématiques que THE BANISHMENT salue indirectement.

Impossible à l’écoute de Machine And Bone de ne pas penser à FILTER, SPINESHANK, GRAVITY KILLS, POP WILL EAT ITSELF ou STABBING WESTWARD. L’ambiance est clairement nostalgique, mais le mélange entre analogie et électronique est parfaitement équilibré, comme un tube Metal remis au gout du jour par Rhys Fulber. Evidemment nous sommes encore loin des réussites majeures du créneau, mais admettons que les trois musiciens ont brillamment évité le ridicule d’une pantalonnade en panachage mal dosé. La guitare de Lynch épouse admirablement bien les arrangements et les sons fusionnés par Joe Haze, et l’ensemble à parfois de faux-airs de cousin germain de notre cher MARILYN MANSON, en version plus posée et moins démonstrative dans la haine. Les chansons, toutes accrocheuses bénéficient évidemment d’une production fort à propos, et on se laisse aller à des mouvements de nuque réguliers, entraînés dans un univers rétro-futuriste célébrant la gloire d’un style musical depuis longtemps adoubé par les adolescents et les fans de musique de films de la fin des années 90.

D’autant que les trois larrons en foire en ont profité pour convier quelques guests de luxe, histoire d’avaliser leur version. On retrouve donc quelques featurings fameux, avec sur la VIP list Richard Patrick (FILTER), Tommy Victor (PRONG) et Jason Charles Miller (GODHEAD). Sans aller jusqu’à affirmer que ces trois vedettes apportent une réelle plus-value à l’ensemble, leur présence cautionne indirectement le projet, eux qui évoluent depuis longtemps dans ce monde fait de lumières étranges et de sons hypnotiques et redondants.

Le répertoire quant à lui, se veut varié. On passe d’un hit Metal Indus en bonne et due forme à une adaptation EBM de bon gout (« Reunion »), et il apparaît évident que THE BANISHMENT incarne en quelque sorte le versant le plus sombre de la personnalité de Lynch, plus habitué aux soli incendiaires et aux riffs qui ruinent ta grand-mère. Le californien nous propose donc de le découvrir sous un costume différent, qu’il porte avec aisance, et qui lui permet d’incarner un autre personnage, moins prévisible, mais tout aussi rebelle.

Sorti il y a trente ans ou un peu moins, Machine And Bone aurait fait les beaux jours des FM américaines les plus dures. On y aurait entendu « Reaction » passer en boucle, à la manière d’un mariage tout à fait légitime entre FILTER et le NINE INCH NAILS de Broken, ou « Lost Horizon » flatter les instincts alternatifs des teenagers de l’époque.

Véritable ovni dans la production Frontiers, THE BANISHMENT est un vrai plaisir qui ne se boude pas, et qui s’écoute en toute culpabilité old-school entre deux sorties moins versées sur le passé. George, Joe et Devix ont donc réussi leur pari, et ont prouvé que leur association pouvait marcher. Déjà culte et inattendu, statut enviable pour une œuvre récréative avant tout.           

  

Titres de l’album:

01. Reaction  

02. Max Pain 

03. Right        

04. Lost Horizon       

05. The Dread

06. Reunion   

07. Terra Nullius        

08. Got What You Wanted  

09. Terror       

10. Machine and Bone


Facebook officiel


par mortne2001 le 05/03/2023 à 17:39
82 %    227

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49