Lundi matin, personne ne m’en aurait voulu si j’avais expédié la chose en faisant une confiance aveugle à Google translation. J’aurais balancé un truc du genre :

« Musicalement, le mitigeur de viande sibérien continue de se déplacer entre le truc de croisement à grande vitesse avec le hip-hop, le NYHC, le Black Metal, le Stoner Rock et de nombreuses réminiscences punk, des paroles entre la vie en tournée, le Graffity Bombing souterrain et les sagas de métal mystique de la taïga sibérienne. », et hop, l’affaire était dans le sac US. Les plus éveillés auraient sans doute compris de quoi il s’agissait, pour peu qu’ils aient pris le temps de lire le nom du groupe en amont…Mais même le lundi matin, je ne me contente pas d’aussi peu, alors je creuse…un peu. D’abord, parce que les SIBERIAN MEAT GRINDER sont la nouvelle attraction underground à la mode en Russie. Ensuite, parce que leur musique enthousiaste et joyeusement violente vaut mieux qu’un emprunt rapide à un site qui résume leur affaire en quelques lignes. Et Dieu sait si leur « affaire » est aussi sérieuse qu’elle n’est fun, ce qui est toujours plus ou moins le cas lorsqu’on aborde celui d’un groupe de Crossover. On peut en effet traiter avec tout le sérieux du monde une grosse déconade musicale, ce que les D.R.I, EXCEL, MUNICIPAL WASTE, GANG GREEN et autres ANTHRAX ont compris depuis bien longtemps.

Alors, vous partagez mon point de vue ? Allons-y puisqu’il en est ainsi.

Les SIBERIAN MEAT GRINDER viennent donc de Moscou, ont déjà publié deux EP (SMG Versus The World, pochette sublime, en mai 2013, et Hail To The Tsar, pochette magnifique, en mai 2012), qu’ils vendent cinq dollars pièce sur leur Bandcamp, et s’attaquent aujourd’hui à l’exercice difficile du premier longue-durée, qu’ils ont bourré d’hymnes à reprendre entre skateurs, mosheurs, thrasheurs, hardcoreux, autour d’un pack de bière, sur le parcours d’un skate-park abandonné de la banlieue moscovite. Leurs concerts/tournées en compagnie de cadors comme AGNOSTIC FRONT, TERROR, DEEZ NUTS, BORN FROM PAIN, POWER TRIP, SKELETONWITCH, OBITUARY, SODOM ou SLAYER ont manifestement aiguisé leur art consommé du riff acharné, et ce Metal Bear Stomp à la pochette une fois de plus carton en fait un plein, tant la joie de jouer une musique furieuse et déchaînée se ressent à chaque coin de sillon.

On retrouve donc leur personnage central d’ours tsar qui continue ses aventures, en piétinant tous ses adversaires, certainement trop moroses pour accepter ses injonctions Crossover. Mais cette fois-ci, le dictateur/leader a pris son temps pour affiner son discours, et le rendre plus virulent, comme nous le confirme le groupe lui-même :

« Metal Bear Stomp est plus Heavy, plus agressif et même plus technique. Nous avons exploré des idées et des genres que personne n’a osé mixer, les mélangeant ensemble d’une façon unique. ». Et le pire, c’est que la bande de disciples du grand Tsar n’exagère que très peu les choses. Si leur Thrash/Crossover à ce petit aspect classique qui le rend irrésistible, et digne des meilleures réalisations du style, il a aussi su s’en démarquer en mettant l’emphase sur les éléments hip et hop, et en refusant tout compromis, mis à part une liberté de ton dont il ne se départit jamais.

Résultat, nous avons affaire à un album euphorique, bien dans ses baskets, et prêt à conquérir le monde de ses rythmiques explosives et de ses riffs en giclées jouissives. En douze titres pour presque quarante minutes de musique, les SIBERIAN MEAT GRINDER s’imposent comme la nouvelle valeur sûre de l’est, qui n’en finit plus de peaufiner son plan d’invasion globale en assimilant les principes de l’ouest, tout en gardant farouchement ses racines slaves sous le coude. Et dès l’entame « Ruder Than Thou » qui impose sa philosophie et ses certitudes sans hésitation, le voyage se place sous des auspices de violence saine, et de Thrash’n’Core sans haine, mais doté d’une énergie sans pareille qui vous contamine les oreilles plus rapidement qu’un « Not ! » hurlé par Scott Ian himself.

Concrètement, le groupe continue sur sa lancée, en se professionnalisant, sans tomber dans le piège de l’album trop élaboré. On sent un naturel incroyable émaner de chansons qui placent l’unisson au-dessus de toute notion de raison, et finalement, les moscovites semblent vraiment à l’aise dans leur rôle de trublions, à mi-chemin d’un Thrash vraiment saccadé et d’un Punk salement lardé, le tout sur fond de paroles fun qui n’oublient pas pour autant de signaler quelques problèmes à corriger.

Si leurs riffs sont la plupart du temps aussi Metal qu’une perruque de Rob Halford, leurs chœurs se veulent plus revanchards qu’une expédition punitive de Roger Miret, mais l’ambiance s’allège de temps en temps pour se frotter à l’euphorie d’une scène Punk SoCal, celle des appréciées 90’s que beaucoup n’ont pas oubliées. Alors ça cavale, sévère, ça ralentit, rarement, mais c’est à l’aise à chaud comme à bouillant, et le temps passe vite en compagnie de ces déments.

D’aucuns diront que parfois, le chronomètre aurait pu s’arrêter quelques minutes avant. Il est vrai que la plupart des compos sont longues (tout du moins selon les standards du genre), et que de temps à autres, des idées se retrouvent replacées sans vraiment chercher à les nuancer. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette musique qui ne vise pas la perfection, mais bien la déraison, et qui nous fait headbanguer comme des tarés. Et entre les couplets qui visent la coalition mosh et des refrains si Rapcore que même le slip d’Ice-T en fond (« Style », ils en ont, et le bon), le délire tourne rond et nous entraîne dans une visite guidée éclair des bas-fonds. Pas de surprise notable à souligner, chaque intervention est supersonique mais justifiée, et l’enthousiasme dont font preuve les SIBERIAN MEAT GRINDER sur Metal Bear Stomp est très contagieux. Il suffit d’écouter un truc aussi immédiat et peaufiné que « Hunt The Steel » pour s’en rendre compte, spécialement au niveau d’un chant bien rapeux au phrasé Rapcoreux, qui lâche son flow Thrash avec une conviction qui force le respect. Basse bien ronde qui vient meubler les silences de guitares qui rechargent leur batterie, breaks Heavy, reprise Core fulgurante, pour un premier LP qui rue dans les brancards, et qui vous laisse exsangue.

La pression est maintenue jusqu’à la fin, avec deux reprises à leur propre compte d’anciens hymnes qui démontent, dont « Face The Clan » et « Walking Tall », qui permettent au LP de se terminer en une explosion de joie et d’énergie, épiphanie de violence positive qui leur permet de s’imposer sur une scène pourtant bien chargée.

Gros poing dans la face, mais qui vous laisse quand même un tube de pommade pour vous soulager, Metal Bear Stomp est à l’image de sa pochette/symbole (courtesy of Sean Taggart). C’est un disque qui écrase tout sur son passage, la mauvaise humeur, la concurrence, une époque de souffrance, et qui nous ouvre les yeux tout en nous faisant sourire jusqu’aux oreilles. Le genre d’album qui colle la pêche et une bonne patate dans ta face, et qui éclaire le lundi d’une douce euphorie. Un genre de truc « très amusant, souvent ironique, intelligent et fête de whiplash sauvage où tous vos poings frappent »

Enfin, vous m’avez compris.


Titres de l'album:

  1. Ruder Than Thou
  2. Hunt The Steel
  3. Metal Bear Stomp
  4. Can't Stop Won't Stop
  5. No Way Back
  6. Enter Bearface
  7. No Sleep Till Hell
  8. Style
  9. Get Busy
  10. Face The Clan 2017
  11. Eternal crusade
  12. Walking Tall 2017

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/10/2017 à 14:35
79 %    381

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
14/10/2017 à 00:28:19
Je les ai vus deux fois, c'est tout à fait ça sur scène. Et ils sont bien plus méritants que d'autres.

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.