Du nom aux titres des morceaux, de la carrière globale au concept de cet EP, tout sent l’arnaque. Et pourtant, les petits saligauds qui se vautrent dans le Grind comme d’autres dans les calembours, je connais par cœur. Mais il semblerait que je sois né pour me faire duper, ou suffisamment amadouer pour tomber dans le panneau à chaque fois…

Pourtant, je la connais la comptine…Et elle m’endort systématiquement.

Mais jouons le jeu, et abordons donc la dernière production de ce duo de trublions…

Avec un blaze comme WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR, pas de tromperie sur la marchandise. Et cette association de bienfaiteurs (Stuart Finnie – guitare et chant, Bobby King – batterie et chant), qui s’autoproclame « The bête noire of the Glasgow music scene », (en UK dans le texte) avec beaucoup de flagornerie n’en est pas à son coup d’essai, loin de là.

Au passif, trois EP, trois splits en compagnie des ELASTICDEATH, BILL SHATNERR et des DEATHWANK, une démo, un live et deux longue durée (Contraception en 2011 et l’imparable Tales Of Bonnie Scotland et sa pochette gay friendly), pour plus de huit ans d’existence et autant de dévouement à la cause Grind/Powerviolence. Mais quid de la musique de ces pourvoyeurs de blasts et de bonne humeur ?

A l’image de leurs concepts, de leurs pochettes, et de leur air satisfait sur les photos. Narquoise, violente mais ludique, constructive, et tout sauf prévisible. Et c’est bien l’atout majeur de ce duo de ravageurs de banquets d’assureurs, cette foi sans borne en une créativité bruitiste qui les pousse toujours à aller plus loin, tout en restant largement au-dessus de la masse.

La masse, c’est le Grind en général, car le leur est bien plus que ça. Un simple coup d’œil à la jolie tranche de poésie présentant leur dernier EP en date, My Beautiful Daughter, au graphisme neuneu de la pochette et aux intitulés des morceaux suffisent à remettre en doute le bien-fondé de leur romantisme parental.

Alors, vrais papas-poule ou gros pervers emportés par la foule ?

A vous de juger, mon avis est déjà fait sur la question.

Musicalement, tout ça ne sent ni la lessive au pin des landes, ni les couches fraichement changées. On se demande plutôt si le marchand de sable n’est pas passé un peu tôt, surprenant les parents dans une posture peu avouable. Dans un créneau Hardcore hyperactif diabolisé par des accès de fureur Grind incontrôlés, les deux instrumentistes sont rois, et leurs foudroyances font loi.

Un Powerviolence plutôt paillard, un Grind délibéremment gaillard, et une jolie farandole à entamer avec son nouveau-né, histoire de le faire gerber.

Cinq morceaux pour endormir vos marmots, dont quatre qui passent comme un rot, et un aussi épais qu’un biberon de gigot.

« Daddy’s Home » et ses cinq minutes et quelques est en quelque sorte la mise au lit du mouflet, après avoir rangé ses peluches et marché sur ses jouets. Une intro au son rachitique digne d’une démo, pour une mélodie de guitare décharnée mais caressée, accompagnée de quelques percussions effleurées, quelques minutes de fausse douceur, lorsqu’enfin le gros du propos envoie tout valdinguer.

WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR, c’est du costaud, mais c’est aussi du finaud. Guitare toute en répétition qui évite les gros riffs bateau pour se fixer sur quelques notes crispantes avant de dégénérer Core, chant hurlé évidemment, mais rythmique inspirée et production soignée. Comme vous le constatez, nous sommes loin de la baby-sitter classique qui nous les brise avec ses blasts systématiques.

Deux saignées plus tard, « Rock You To Sleep », et son Math Grind de furieux qui berce l’enfant un peu trop près du mur bleu, et « Making Rainbows » aussi taré et qui empêche les licornes de chier, avant que la « Beautiful Princess » ne fasse son entrée sous les draps en rugissant comme un cobra, mais une fois de plus, loin de s’endormir calmement au son d’un Grind tonitruant, la belle se rebelle, argumente d’une voix claire, et expose ses vues Hardcore sur le conte Grind qu’elle connaît par cœur.

Ne reste plus qu’à l’aveu « My Beautiful Daughter » de la contempler au pays de Morphée, en lui promettant des rêves remplis de Thrashcore et d’Indus lardé de Hardcore.

Ça y est, le bébé dort…

Ils ont beau avoir un nom à la con et des métaphores un peu osées, les WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR prouvent avec My Beautiful Daughter – comme d’habitude cela dit – qu’ils sont bien plus qu’un énième duo de psychopathes du blast marteau et du riff mono. Leur Hardcore salement dérangé du bulbe manipule des thèmes accrocheurs, des breaks joueurs et des intonations rieuses. Une façon de démontrer que lorsque l’originalité et la brutalité sont maniées par des habitués, la qualité pointe toujours le bout de son nez.

Espérons simplement que la prochaine fois, le lardon mette plus de temps à ronfler qu’on en profite toute la journée.

 Parce qu’à dix minutes la berceuse, c’est pas cher payé.


Titres de l'album:

  1. Daddy's Home
  2. Rock You To Sleep
  3. Making Rainbows
  4. Beautiful Princess
  5. My Beautiful Daughter

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 18:22
85 %    479

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...