Du nom aux titres des morceaux, de la carrière globale au concept de cet EP, tout sent l’arnaque. Et pourtant, les petits saligauds qui se vautrent dans le Grind comme d’autres dans les calembours, je connais par cœur. Mais il semblerait que je sois né pour me faire duper, ou suffisamment amadouer pour tomber dans le panneau à chaque fois…

Pourtant, je la connais la comptine…Et elle m’endort systématiquement.

Mais jouons le jeu, et abordons donc la dernière production de ce duo de trublions…

Avec un blaze comme WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR, pas de tromperie sur la marchandise. Et cette association de bienfaiteurs (Stuart Finnie – guitare et chant, Bobby King – batterie et chant), qui s’autoproclame « The bête noire of the Glasgow music scene », (en UK dans le texte) avec beaucoup de flagornerie n’en est pas à son coup d’essai, loin de là.

Au passif, trois EP, trois splits en compagnie des ELASTICDEATH, BILL SHATNERR et des DEATHWANK, une démo, un live et deux longue durée (Contraception en 2011 et l’imparable Tales Of Bonnie Scotland et sa pochette gay friendly), pour plus de huit ans d’existence et autant de dévouement à la cause Grind/Powerviolence. Mais quid de la musique de ces pourvoyeurs de blasts et de bonne humeur ?

A l’image de leurs concepts, de leurs pochettes, et de leur air satisfait sur les photos. Narquoise, violente mais ludique, constructive, et tout sauf prévisible. Et c’est bien l’atout majeur de ce duo de ravageurs de banquets d’assureurs, cette foi sans borne en une créativité bruitiste qui les pousse toujours à aller plus loin, tout en restant largement au-dessus de la masse.

La masse, c’est le Grind en général, car le leur est bien plus que ça. Un simple coup d’œil à la jolie tranche de poésie présentant leur dernier EP en date, My Beautiful Daughter, au graphisme neuneu de la pochette et aux intitulés des morceaux suffisent à remettre en doute le bien-fondé de leur romantisme parental.

Alors, vrais papas-poule ou gros pervers emportés par la foule ?

A vous de juger, mon avis est déjà fait sur la question.

Musicalement, tout ça ne sent ni la lessive au pin des landes, ni les couches fraichement changées. On se demande plutôt si le marchand de sable n’est pas passé un peu tôt, surprenant les parents dans une posture peu avouable. Dans un créneau Hardcore hyperactif diabolisé par des accès de fureur Grind incontrôlés, les deux instrumentistes sont rois, et leurs foudroyances font loi.

Un Powerviolence plutôt paillard, un Grind délibéremment gaillard, et une jolie farandole à entamer avec son nouveau-né, histoire de le faire gerber.

Cinq morceaux pour endormir vos marmots, dont quatre qui passent comme un rot, et un aussi épais qu’un biberon de gigot.

« Daddy’s Home » et ses cinq minutes et quelques est en quelque sorte la mise au lit du mouflet, après avoir rangé ses peluches et marché sur ses jouets. Une intro au son rachitique digne d’une démo, pour une mélodie de guitare décharnée mais caressée, accompagnée de quelques percussions effleurées, quelques minutes de fausse douceur, lorsqu’enfin le gros du propos envoie tout valdinguer.

WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR, c’est du costaud, mais c’est aussi du finaud. Guitare toute en répétition qui évite les gros riffs bateau pour se fixer sur quelques notes crispantes avant de dégénérer Core, chant hurlé évidemment, mais rythmique inspirée et production soignée. Comme vous le constatez, nous sommes loin de la baby-sitter classique qui nous les brise avec ses blasts systématiques.

Deux saignées plus tard, « Rock You To Sleep », et son Math Grind de furieux qui berce l’enfant un peu trop près du mur bleu, et « Making Rainbows » aussi taré et qui empêche les licornes de chier, avant que la « Beautiful Princess » ne fasse son entrée sous les draps en rugissant comme un cobra, mais une fois de plus, loin de s’endormir calmement au son d’un Grind tonitruant, la belle se rebelle, argumente d’une voix claire, et expose ses vues Hardcore sur le conte Grind qu’elle connaît par cœur.

Ne reste plus qu’à l’aveu « My Beautiful Daughter » de la contempler au pays de Morphée, en lui promettant des rêves remplis de Thrashcore et d’Indus lardé de Hardcore.

Ça y est, le bébé dort…

Ils ont beau avoir un nom à la con et des métaphores un peu osées, les WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR WHEELCHAIR prouvent avec My Beautiful Daughter – comme d’habitude cela dit – qu’ils sont bien plus qu’un énième duo de psychopathes du blast marteau et du riff mono. Leur Hardcore salement dérangé du bulbe manipule des thèmes accrocheurs, des breaks joueurs et des intonations rieuses. Une façon de démontrer que lorsque l’originalité et la brutalité sont maniées par des habitués, la qualité pointe toujours le bout de son nez.

Espérons simplement que la prochaine fois, le lardon mette plus de temps à ronfler qu’on en profite toute la journée.

 Parce qu’à dix minutes la berceuse, c’est pas cher payé.


Titres de l'album:

  1. Daddy's Home
  2. Rock You To Sleep
  3. Making Rainbows
  4. Beautiful Princess
  5. My Beautiful Daughter

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 18:22
85 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dynazty

Firesign

Scorched

Ecliptic Butchery

Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a donc peu de chances de les voir tourner avec VIRUS...(pardon)


Mmmmh, ça risque de me plaire ça ! Et cet artwork (très Doom Metal dans l'ambiance pourtant) donne bien envie aussi !


On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....