Negative Peace

Unending Fury

25/03/2018

Diehard Records

Bon, ok, je ne vous ferai pas un cours de géographie appliquée, d’autant plus que je suis une quiche en ce domaine, mais je me permettrai quand même en guise de contexte de vous préciser que la Macédoine est un État d'Europe du Sud situé dans la péninsule des Balkans. En dehors de ce petit préambule locatif, je n’ai aucune autre information à vous communiquer sur le groupe du jour, mis à part qu’il nous en vient de la ville de Skopje, dans laquelle il s’est formé en 2011. Visiblement, quelques problèmes ont dû émailler le parcours des musiciens, puisqu’ils ont patienté jusqu’en 2018 pour enfin pouvoir s’exprimer, sans passer par la case démo ou EP. C’est donc avec une certaine fierté que les UNENDING FURY nous offrent aujourd’hui leur premier LP, Negative Peace, via les bons services du label national Diehard Records. Précisons aussi que ces dits musiciens sont au nombre de cinq (Hristijan Trajchevski - chant, Damjan Nikolovski & Jane Miladinovski - guitares, Nikola Velevski - basse et Aleksandar Sazdovski - batterie), et nous voici donc à jour niveau tuyaux. Autant dire que ça n’est pas avec ça qu’on va se faire une plomberie complète, mais n’étant pas là pour tenir lieu d’encyclopédie, j’aborderai donc le cas de la musique des instrumentistes en question, qui elle par contre ne fait pas dans le mystère du voile opaque. Du Thrash, du Thrash, et encore du Thrash, pour la énième sortie old-school du mois, qui a au moins le mérite de prendre ses distances avec les influences les plus marquantes, pour (presque) oser sortir des sentiers battus, et (pratiquement) nous la jouer délicatement Crossover.

En parlant d’influences, celles des UNENDING FURY se situeraient volontiers et selon leur page Facebook du côté du vieux SLAYER, de SEPULTURA, de DARK ANGEL, de SODOM, DESTRUCTION et pour les plus récents, HAVOK et TOXIK HOLOCAUST, soit une jolie battle entre les anciens et les nouveaux, pour un résultat plutôt probant, quoique délibérément classique dans le fond et la forme. Inutile donc d’attendre une épiphanie Thrashcore à la POWER TRIP, puisque nos amis macédoniens se situeraient plutôt dans une veine à la grecque des eighties, rappelant par intermittence les furieux FLAMES, ou dans une lignée modérée et australe de la même époque, lorsque les riffs se densifient et que la rythmique s’intensifie, se rapprochant ainsi des radicaux HOBBS ANGEL OF DEATH. Mais n’omettons pas de préciser que les guitares semblent avoir appris quelques trucs des guitaristes successifs ayant épaulé Tom Angelripper, et que le tempo global reste tout à fait modéré, sans pour autant brider l’énergie. C’est donc à un melting-pot assez savoureux auquel vous aurez droit sur ce Negative Peace, qui semble en effet plus concerné par la guerre que par les couvre-feux, et comme en sus l’objet en question est doté d’un excellent son, l’écoute est garantie maison. Pas grand-chose à reprocher à un album qui se complaît dans la tradition, et qui recycle à la chaîne des plans déjà entendus chez les EXUMER, les WARBRINGER, les DESTRUCTION et autres chantres d’un Thrash en saucisson, mais pas grand-chose non plus à mettre en relief, bien que l’ensemble ne soit pas dénué d’une certaine fraîcheur dans la moiteur.

Les principaux griefs formulables à l’encontre de cette entrée en matière, sont outre son formalisme un peu gênant, ses similarités existant entre les différentes compositions. Il semblerait que les neuf morceaux distillés sur ce premier LP sortent tous d’un même moule, parfois au break près, ce qui peut considérablement nuire à l’effet de surprise. D’ailleurs, n’en attendez aucun, puisque telle n’était pas l’intention de ces macédoniens, qui préfèrent le choc frontal au louvoiement fatal, mais qui maîtrisent suffisamment bien les codes pour accoucher d’une œuvre sinon passionnante, du moins intéressante. Difficile toutefois de mettre un chapitre en avant, puisque les riffs rebondissent d’instant en instant, sans vraiment lasser, mais sans non plus captiver. Disposant d’un bagage technique respectable, les cinq musiciens évitent donc l’épate mais pas la retape, et se montrent parfois difficilement convaincants lorsque le tempo va décroissant. De plus, le chant très particulier et assez éraillé de Hristijan Trajchevski peut rebuter les afficionados d’un timbre plus grave et tassé, ses interventions se heurtant souvent au conformisme de thèmes qui sortent difficilement de l’ombre. On se prend même assez souvent à jouer au petit jeu du blind test pour reconnaître tel ou tel riff qu’on a certainement déjà entendu quelque part, d’autant plus que les UNENDING FURY ont tendance à n’en caser qu’un minimum sur des titres pourtant assez longs. Ainsi, si « Selective Justice », « Negative Peace » et « Fatherland » ne sont pas fatalement rebutants, ils se montrent assez redondants, dans une veine MORTAL SIN un peu pataud et moins ambitieux qu’à l’ordinaire. Mais lorsque les BPM montent dans les tours, les chœurs Hardcore nous la joue sur du velours, et « Solace For Winner » ou « In This Madness » de nous faire headbanguer sans détour. Dommage que l’aspect progressif n’ait pas été plus travaillé, et agrémenté de mélodies susceptibles d’apporter une plus-value au déluge de plomb, même si les arpèges de « Fatherland » et sa construction en crescendo font montre d’embryons d’intentions.

Encore un peu monolithique et inamovible pour déchainer les passions, malgré quelques séances d’excitation collective (le break dantesque sur le solo de « Solace For Winner » reste un des hauts-faits du LP), Negative Peace ne fera certainement pas honte à sa nation, mais ne lui permettra pas non plus de monter sur le podium des pays les plus productifs et créatifs en termes de Thrash festif. On aurait pu penser qu’en sept années de gestation, ce premier album aurait de quoi provoquer plus de sensations, mais laissons le bénéfice du doute aux UNENDING FURY, qui reviendront peut-être moins timides pour nous filer le frisson.             

             

                     

Titres de l’album:

                        01. Hellfire

                        02. The Moral Ruin of Man

                        03. Negative Peace

                        04. In This Madness

                        05. Collateral Damage

                        06. Selective Justice

                        07. Nowhere To Run

                        08. Solace for Sinners

                        09. Fatherland

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/06/2018 à 14:48
70 %    463

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

La même. Sauf que je préfère le 1er album au second. M'enfin, celui-ci est dans le panier. Bon groupe assez personnel en plus.

14/07/2020, 17:47

LeMoustre

Commande faite en LP et CD. Super label en plus. Hâte...

14/07/2020, 17:45

Gargan

Arkona, ça restera toujours pour ma pomme le groupe d'un premier album, "imperium". De la seconde vague bien foutue qui grésille, avec le petit truc, le charme, l'ambiance, enfin on se comprend...

14/07/2020, 14:02

Jus de cadavre

Mais oui c'est juste excellent ça ! Bien vu pour le coté Dissection, juste terrible !

14/07/2020, 13:59

Jus de cadavre

Boss HM-2 worship ! Excellent !

14/07/2020, 13:42

Saddam Mustaine

Je prefere Vader comme porte drapeau de la Pologne.

14/07/2020, 12:32

Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10