Night of the Mystics

Army Of Dagon

09/07/2017

Autoproduction

Pendant que le Metal se renouvelle d’un côté, il reste sur place de l’autre. Inutile de tabler sur un recensement exhaustif de tous les groupes faisant avancer les débats pour les comparer à ceux qui refusent toute forme d’évolution, puisque la balance risque de rester en équilibre. Y a-t-il un mal à préférer les sonorités originelles à la fusion et au crossover ?

Je n’en suis pas sûr, puisque des hordes de fans semblent se contenter de riffs recyclés, de rythmiques encore plus martelées, et de volutes de chant s’évaporant dans un ciel sombre qui rappelle salement les fumées industrielles de Birmingham.

Oui, bon, la finalité de tout musicien n’est pas de payer un tribut à BLACK SABBATH, ST VITUS, WITCHFINDER GENERAL ou TROUBLE, ni de flotter aux côtés des BARONESS, LIKE THE DEAD, CATHEDRAL ou autres SLEEP, mais certains y trouvent leur compte, et leurs rangs semblent de plus en plus serrés. Dès lors, cette chronique leur sera adressée, et gageons que le nom d’ARMY OF DAGON ne doit pas leur être totalement inconnu.

Dagon, le grand ancien, dieu poisson, qui guide de ses troupes l’inspiration de ce trio a donc trouvé une nouvelle incarnation de sa lourde puissance, qui toutefois s’exprime via un médium un peu plus léger que la moyenne, sinon varié dans ses déclarations. Mais ces défenseurs de la pesanteur ne viennent pas des fonds marins, et ont vu le jour sur une terre bien tangible…

Trois musiciens, John Rockwell (guitare/chant), Dwayne Morman (batterie) et Andrew Rodgers (basse), nous en venant de Seattle, et qui en 2017 nous offrent donc leur second LP, suite à leur éponyme début de 2015. Pendant ces deux années, pas grand-chose n’a changé, si ce n’est une professionnalisation du son qui aujourd’hui peut rivaliser avec celui des plus grandes formations. Selon son crédo, le trio combine des éléments de Heavy Metal, de Doom traditionnel, et de Heavy Rock, pour composer des hymnes à la nature, aux fantômes, aux religions anciennes et aux batailles perdues.

Leitmotiv comme un autre, qui permet à ces trois défenseurs de la lourdeur pas si pachydermique que ça de dispenser une poignée de chansons certes assez statiques, mais suffisamment aérées pour ne pas nous enfermer dans une claustrophobie auditive propice à la tétanisation des muscles des plus sensibles d’entre nous. Halte-là, ici la course à la lourdeur n’est pas l’obsession majeure, et ce trio a finalement privilégié une approche assez séduisante du Doom, en le confrontant aux racines mêmes du Heavy Metal, histoire de ne pas se fondre dans la masse des névrosés réfutant la vitesse et l’harmonie.

Toutefois, inutile d’attendre de subtiles mélodies de flûtes sur fond de progressif naturel, le Doom reste roi en son domaine, même s’il est suffisamment bridé pour avancer. On se retrouve face à huit titres qui heureusement ne jouent pas trop la montre, et suffisamment puissants pour captiver les plus exigeants d’entre vous.

Pochette graphique superbe, avec ces trois vestales inquiétantes et perruquées, le regard menaçant et le corps dévoilé, tenant dans leurs mains un livre de loi, qui pourrait être celui qui a influencé les ARMY OF DAGON dans leurs compositions.

Compositions assez courtes pour le créneau d’ailleurs, et qui sont portées par des thèmes assez semblables, des riffs qui sonnent plus Rock que Doom, et survolées d’un chant plus ou moins lyrique, aux systématismes assez flagrants, et assez cohérents pour assurer une continuité à cet album qui n’en oublie pas pour autant de distiller sur son passage un nombre conséquent de brisures rythmiques et de breaks percussifs pour ne pas nous endormir trop vite.

Difficile de comparer les originaires de Seattle à d’autres ensembles, et d’ailleurs, eux-mêmes ne jouent pas vraiment le jeu des influences. Prenons donc leur musique pour ce qu’elle est, une longue litanie sevrée de Heavy Rock plutôt convaincant, et de Doom léger, qui vient uniquement pour dresser la table des agapes mystiques de son ambiance lourde.

De fait, Night of the Mystics est assez plaisant, et loin de l’oraison funèbre d’ordinaire proposée par des groupes focalisés sur l’immobilisme de la gravité. Ici, le son global est plutôt médium, et les riffs proposés sont parfois vraiment accrocheurs. Bien sûr, impossible de passer à côté de cette homogénéité qui relie les titres les uns aux autres, au point de les coudre ensemble pour les attacher d’un fil noir en forme de couette pour une nuit sans fin, mais admettons quand même que les ARMY OF DAGON ont trouvé un bon équilibre entre Heavy, Doom et Rock estampillé 70’s.

Tout n’est pas à adopter d’emblée, et il est très facile de bousculer l’ordre d’un tracklisting agencé en bloc, puisque de « Black Mountain Sheep » a « The River », peu de choses changent. Le tempo reste calé, la guitare obnubilée par un thème qui n’offre que peu de variations, et la basse égrène ses lourdes notes avec une agilité indéniable, jusqu’à ce que le trio décide de pousser les choses un peu plus en profondeur sur le long « Warthon », qui lui ose enfin s’aventurer en terrain Doom moins meuble.

Dès lors, on se retrouve plongé quarante ans en arrière, lorsque le SAB’ défrichait les terres désolées de la lourdeur instrumentale, et il n’est pas incongru d’établir un parallèle entre le chant de John Rockwell et celui d’Ozzy.

Le final « Amulet Of Strenght », même logique par rapport à la progression d’ensemble, tente aussi quelques nuances bienvenues en forme de conclusion, même si les caresses vocales un peu bancales retrouvent leur inspiration d’origine. Le ton est (re)donné, et l’évolution une fois de plus bloquée, et pourtant une certaine fascination émerge de l’ensemble qui fonctionne comme un mantra. Néanmoins, et même après plusieurs écoutes attentives, il est impossible de vraiment s’immerger dans cette aventure qui plaira à de nombreux fans de Heavy vintage. Le tout est bien joué, interprété avec conviction, mais les répétitions encore un peu trop évidentes et les thèmes trop rapprochés pour vraiment susciter l’adhésion.

Mais comme je le disais, certains n’envisagent le Heavy Metal que sous son angle le plus pur, celui-là même que les origines de base plantaient dans le sol aride du cimetière hippie. Et sous cet aspect-là, les ARMY OF DAGON ont de grandes chances de séduire une fanbase conséquente avec Night of the Mystics, qui a tout d’une célébration nocturne pour ceux que le vrai sabbat effraie encore un peu trop.


Titres de l'album:

  1. Black Mountain Keep
  2. Bring The Stars
  3. Evening Sky
  4. Fera Magic
  5. Red Dark
  6. The River
  7. Warthon
  8. Amulet of Strength

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/08/2017 à 18:57
68 %    746

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Thank you!
@66.235.31.12
28/08/2017, 20:08:13
Thank you so much for taking so much time to listen and write this! We so appreciate it . . . - Jonn/Army of Dagon

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16