C’est une créature étrange qui nous revient des Etats-Unis, que j’ai réussi à apprivoiser avec le temps, à défaut de la dompter. Cette créature n’appartient à aucune catégorie existante, et semble être restée à l’état sauvage, quoique les années semblent prouver que des manières ont été développées, à défaut de rentrer dans le rang. Et j’espère d’ailleurs sincèrement que le duo CARA NEIR n’y rentrera jamais, lui qui se glisse entre toutes les petites cases créées par les journalistes qui décidément, n’aiment pas qu’on échappe à leurs restrictions de style. Et la question se pose encore et toujours depuis 2008. Qui sont les CARA NEIR ? Comment s’en approcher, comment en parler, et comment interpréter leurs cris, nombreux, violents, leurs plaintes sourdes, et leur désir patent de ne faire partie d’aucune meute ? Difficile d’extrapoler sur un thème qui finalement pourrait se poser en catégorie à lui seul, mais c’est avec bonheur que l’analyse va pouvoir reprendre, trois ans après leur dernier long, et deux ans après leur dernière apparition discographique. J’ai à plusieurs reprises évoqué leur cas complexe, à l’occasion de Perpetual Despair Is the Human Condition, leur dernière œuvre en solitaire, mais aussi pour souligner l’importance des faces qu’ils ont partagées avec les CAÏNA et WILDSPEAKER, étant fan depuis leur premier album, l’essentiel et viscéral Part I / Part II, sorti il y a pile…dix ans. 2009/2019, le parallèle de la continuité était trop tentant et je suis presque certain que le duo n’a rien laissé au hasard en laisser couler le sable d’une décennie entre ces deux efforts se complétant à merveille, puisque nous pouvons enfin apprécier la suite logique de cette mise en jambes, qu’on aurait espérée plus conséquente, mais qui en trente-sept minutes synthétise parfaitement tous les espoirs noirs placés en ce groupe unique.      

Part III / Part IV n’est ni plus ni moins que le cinquième tome des aventures de Chris Francis (chant, textes) et Garry Brents (tout le reste/chœurs) et sa force réside en sa diversité brute qui semble puiser dans toutes les mouvances de quoi écrire une suite logique. Toujours peu amènes en terme de statisme, les deux compères revisitent le répertoire extrême contemporain, se parant toujours de la caution Post pour justifier de leurs expériences, qui sont souvent bruitistes, aussi souvent mélodiques, parfois Ambient, et de temps à autres contemplatives. Un programme riche et dense, mais surtout complexe une fois pris dans sa globalité, puisque lorsque les pièces du puzzle se mettent enfin en place, on devine un visage toujours aussi flou, mais bizarrement plus séduisant que jamais. Séduisant, mais légèrement effrayant. Car en réfutant tout ancrage, CARA NEIR semble vouloir à tout prix garder une sorte d’anonymat dans la recherche de personnalité, changeant ses papiers pour ne jamais être identifié ou retrouvé. Comme une ombre qui flotte dans la mémoire, une silhouette qu’on aperçoit au détour d’une allée, une voix qu’on peine à reconnaître dans la foule, et qui pourtant marque les iris, les tympans, et les neurones. Certains en termes de description, parlent toujours d’eux en utilisant les codes du Post Black, d’autres du Grind, mais à l’instar des FULL OF HELL, des LEPROUS ou de DODECAHEDRON, le cas des deux américains emprunte au vocabulaire fantasmagorique, et non catégorique, et ce cinquième LP ne fait encore une fois pas exception à la règle. On y retrouve ces éléments, mais aussi bien d’autres, des passages qui peuvent évoquer les CONVERGE, LIFE OF AGONY, THE OCEAN, NEUROSIS, NAILS, PRIMITIVE MAN, UNSANE, et même les DEFTONES pourquoi pas, et donc, trop de versatilité pour apposer un sceau définitif sur l’enveloppe de l’étrangeté.

Des rythmiques parfois millimétrées à la FUGAZI, avec la même rigueur cartésienne de colère (« Humanity Lost »), des crises de colère à la BREACH, des pulsions morbides à la DEAFHEAVEN, mais moins vulgarisées pour plaire au grand public, des attaques de solitude typique du Post Rock le plus actuel, le tout remué et réorganisé pour s’articuler comme un conte biscornu, tout droit sorti de deux cerveaux libres, à la réflexion perpétuelle. En parlant justement de « Humanity Lost », on comprend que le désir de Garry et Chris est de ne pas se brider inutilement, en réfutant tout principe de linéarité, sans sacrifier la cohérence au profit de l’expérimentation, puisque leur musique est toujours aussi homogène dans le rendu. Chaque couplet, chaque break, chaque impulsion est à sa place, et si les morceaux fuient les structures classiques et les enchaînements un peu trop évidents, ils n’en restent pas moins admirables de poésie et de puissance, créant leur propre univers, sans refrain, sans strophe trop calibrée, où les hurlements succèdent aux feulements, et où les riffs les plus gigantesques laissent respirer les arpèges épurés. Et même les inserts les plus radicaux comme l’intro « Penance » font preuve d’une telle audace dans la violence, et d’une telle brutalité dans la déconstruction qu’on peine à les accoler à une parenthèse Hardcore. Ou alors, le Hardcore vu par Bob Mould, et produit par Kurt Ballou, conchiant le simplisme pour oser juxtaposer des harmonies de guitare enfantines à des gravites de distorsion excessives. Une énorme basse redondante, une batterie inventive, des heurts, du chaos, mais aussi la quiétude, et finalement, la diversité comme seul dogme. Si le tout-venant est vôtre pain quotidien, il est certain que vous ne chercherez pas plus loin que « Absolution » pour rejeter en bloc cette philosophie artistique, à base d’enjambement des barrières, et de doigt tendu aux bonnes manières. Le solfège n’est pas ici une priorité, même s’il est appliqué parfois avec rigueur, mais à force de naviguer entre Post-Hardcore, Post-Rock, Hardcore, Post-Metal, Alternatif et minimalisme expressif, les CARA NEIR pourront rebuter, de la même façon avec laquelle les NEUTRAL MILK HOTEL se collaient le public à dos de leurs collages surréalistes.

Il y a largement de quoi distancier la concurrence pourtant. En osant le riff en son clair de « Treason », posé sur une rythmique à la « Ace of Spades », avant de briser le tout sur un écueil de férocité digne des UNSANE. Mais New-York ou Dallas, le monde y est aussi impitoyable, et si le Texas célèbre plus volontiers la gloire de la Country, il accepte aussi de faire face à ses propres contradictions et à sa propre violence en assumant le comportement de ses enfants. Le chant de Chris, toujours aussi écorché et paroxysmique, se veut plus mouvant, adoptant des contours presque intimes, et s’enfilant autour d’un collier de perle Indie, « Suffocating », mais avec toujours assez d’air dans les poumons pour paraître agonisant. Titre unique en soi, ce morceau réconciliant les BREACH avec la vague Néo-alternative des nineties est un modèle du non-genre, et joue les opposés, laissant une basse claquante et sinueuse réguler une batterie épileptique, et permettant à une guitare ascétique de freiner les ardeurs de cordes vocales fatiguées. Et si les morceaux les plus longs semblent souvent être les plus alambiqués, c’est certainement parce que le final « April Ruin » renferme plus d’idées géniales que la discographie entière de groupe plus confirmés. Arrangements presque Trip-Hop, harmonies acides sous-jacentes, imbrications en délire lysergique, pour un final aux allures de descente de trip vertigineuse. Crescendo en devenir, cet épilogue est l’ultime pied de nez d’un groupe qui a depuis longtemps trouvé ses marques dans la contradiction et les dichotomies, et qui ose prôner la douceur et la brutalité à parts égales. Et après avoir encaissé le coup de Part III / Part IV, vous ne serez pas plus capable qu’avant de répondre à la seule question qui n’est pas (si) importante (finalement).

Qui sont les CARA NEIR ?

  

Titres de l'album :

                           1.Penance

                           2.Absolution

                           3.Treason

                           4.Suffocating

                           5.Time is Terrifying

                           6.Humanity Lost

                           7.Choke

                           8.April Ruin

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2019 à 17:54
95 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !