« From there we came outside and saw the stars »…

C’est ainsi que Dante Alighieri parlait, et non Zarathoustra, dans L’enfer, extrait de sa Divine Comédie. Peut-être faisait-il allusion à tous ces artistes qui se sont inspirés de son œuvre, sait-on jamais…Il est vrai que son triptyque posthume, charnel et incantatoire aura inspiré des générations de créateurs en mal de parallèle depuis le quinzième siècle, et l’auteur à l’héritage considérable pourrait si son âme errait encore dans les limbes du néant en reconnaître de nouveaux, non Italiens, mais bien Canadiens.

Puisque les MALACODA ont tiré leur nom d’un des personnages spécialement créés par Dante dans l’Enfer (leader de Malebranche, cercle de douze démons, et huitième cercle de l’enfer), la comparaison est inévitable, mais comme en sus, leur musique tire son essence d’une inspiration horrifique et donc liée une fois de plus aux notions d’enfer, de paradis et tout ce qui se situe entre les deux, les analogies deviennent flagrantes, encore plus peut-être sur cet EP…

Cet EP justement fait suite à un premier album éponyme, paru l’année dernière, qui avait grandement titillé la curiosité des webzines du monde entier par son mélange hétéroclite, brassant plusieurs styles pour les fondre en un seul, unique, celui de ces Canadiens qui malgré la jeune existence de leur ensemble, n’ont pas débarqué sur la scène musicale du jour au lendemain.

Composé du chanteur Lucas Di Mascio (PHEAR), du claviériste Jonah Weingarten (PYRAMAZE, UNIVERSAL MIND PROJECT), du batteur Mike Marshaw (ex ANNIHILATOR, PROFANER, NEXUS), du guitariste Brad Casarin et du bassiste Cooper Sheldon (non, pas celui-là…), MALACODA propose donc un mélange assez hétéroclite de genres, piochant allégrement dans le Heavy, le Metal et le Black symphonique, saupoudrant le tout d’ambiances subtilement gothiques à la TYPE O/CRADLE OF FILTH, et baignant l’ensemble dans un décorum horrifique à la DEATH SS.

Leurs influences avouées ? Multiples évidemment, chaque musicien proposant d’ailleurs un survol de ses goûts sur la page officielle du groupe, mais il n’est pas interdit de voir en ce quintette canadien une jolie fusion entre la grandiloquence de DIMMU BORGIR, le Shock Metal baroque de KING DIAMOND, et l’efficacité mélodique et rythmique de KAMELOT. Mais au petit jeu des parallèles, MALACODA sort grand gagnant, leur univers étant fascinant par lui-même.

On retrouve sur cet EP toutes les recettes qui ont fait de leur premier album éponyme un succès, ces arrangements grandioses, ces parties mélodiques accrocheuses, cet occultisme de surface assez envoutant, et évidemment, ces parties instrumentales très intelligentes se mettant au service d’un but global. Le premier et extraordinaire morceau de Ritualis Aeterna, “Penny Dreadful”, composé en hommage à la série du même nom est un exemple frappant de l’art des Canadiens pour tisser des ambiances sombres mais harmoniques, faisant même penser par moments à un raccourci entre un DREAM THEATER passé de l’autre côté du miroir, et un PARADISE LOST qui aurait beaucoup écouté les meilleurs LP de TYPE O NEGATIVE.

Guitare flamboyante, claviers macabres, voix incarnée et théâtrale, thèmes tortueux et puissante rythmique évolutive, c’est un modèle d’un genre qui n’appartient qu’à eux, et qui trouve un écho plus pondéré sur « I Got A Letter », posé et délicat, qui toutefois ne contredit pas les prises de positions ténébreuses du concept.

« Pandemonium » joue au contraire l’accroche Hard Rock systématique, toujours agrémentée de nappes de claviers pleines de flair, un peu dans une optique CREMATORY/PARADISE LOST de la période de transition, et oppose des couplets occultes à un refrain hautement mélodique, toujours dominé par la voix profonde et parfois caverneuse de Lucas Di Mascio, parfait dans son rôle de narrateur/maître de cérémonie.

« The Wild Hunt » se veut plus mouvant, et étale des parties vocales emphatiques et opératiques dans l’esprit, un peu plaintives, avant qu’un gigantesque refrain en forme de procession ne nous emmène lentement vers un destin musical inéluctable.

Et si « Linger Here », tente le coup de la ballade nocturne en duo piano/voix, c’est pour mieux jouer sur la diversité et toujours surprendre l’auditeur, alors que le final « There Will Always Be One » semble confirmer de son titre que ses créateurs sont décidément uniques dans leur optique, revenant en forme de boucle vers les introspections du début d’EP, avec encore cette grandiloquence globale qui ne cache en aucun cas un misérabilisme d’inspiration.

Avec six morceaux cohérents, élégants et d’importance, MALACODA évolue dans un univers qui lui est propre, même si les références que le quintette emploie sont identifiables pour qui connaît un peu la musique. On les savait capables de frapper un grand coup, et ils le font avec une certaine humilité en choisissant un format court qui leur va à merveille.

Loin de se contenter d’agrémenter un Metal réchauffé de quelques ornements à peine dignes d’un Halloween de pacotille, les cinq musiciens ont travaillé leur partition et leur décor, pour vous emporter dans un voyage mystérieux, qui prend fin un peu trop rapidement à mon goût.

Vivement la suite, puisque ce groupe est décidément très prometteur, autant visuellement que musicalement.  

Alighieri pourrait être fier de ses gardiens du huitième cercle, qui pérennisent son bestiaire et lâchent sur terre des images infernales qu’ils peignent de sons tout aussi abyssaux.


Titres de l'album:

  1. Penny Dreadful
  2. I Got a Letter
  3. Pandemonium
  4. The Wild Hunt
  5. Linger Here
  6. There Will Always be One

Site officiel


par mortne2001 le 15/12/2016 à 15:44
80 %    351

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !