« From there we came outside and saw the stars »…

C’est ainsi que Dante Alighieri parlait, et non Zarathoustra, dans L’enfer, extrait de sa Divine Comédie. Peut-être faisait-il allusion à tous ces artistes qui se sont inspirés de son œuvre, sait-on jamais…Il est vrai que son triptyque posthume, charnel et incantatoire aura inspiré des générations de créateurs en mal de parallèle depuis le quinzième siècle, et l’auteur à l’héritage considérable pourrait si son âme errait encore dans les limbes du néant en reconnaître de nouveaux, non Italiens, mais bien Canadiens.

Puisque les MALACODA ont tiré leur nom d’un des personnages spécialement créés par Dante dans l’Enfer (leader de Malebranche, cercle de douze démons, et huitième cercle de l’enfer), la comparaison est inévitable, mais comme en sus, leur musique tire son essence d’une inspiration horrifique et donc liée une fois de plus aux notions d’enfer, de paradis et tout ce qui se situe entre les deux, les analogies deviennent flagrantes, encore plus peut-être sur cet EP…

Cet EP justement fait suite à un premier album éponyme, paru l’année dernière, qui avait grandement titillé la curiosité des webzines du monde entier par son mélange hétéroclite, brassant plusieurs styles pour les fondre en un seul, unique, celui de ces Canadiens qui malgré la jeune existence de leur ensemble, n’ont pas débarqué sur la scène musicale du jour au lendemain.

Composé du chanteur Lucas Di Mascio (PHEAR), du claviériste Jonah Weingarten (PYRAMAZE, UNIVERSAL MIND PROJECT), du batteur Mike Marshaw (ex ANNIHILATOR, PROFANER, NEXUS), du guitariste Brad Casarin et du bassiste Cooper Sheldon (non, pas celui-là…), MALACODA propose donc un mélange assez hétéroclite de genres, piochant allégrement dans le Heavy, le Metal et le Black symphonique, saupoudrant le tout d’ambiances subtilement gothiques à la TYPE O/CRADLE OF FILTH, et baignant l’ensemble dans un décorum horrifique à la DEATH SS.

Leurs influences avouées ? Multiples évidemment, chaque musicien proposant d’ailleurs un survol de ses goûts sur la page officielle du groupe, mais il n’est pas interdit de voir en ce quintette canadien une jolie fusion entre la grandiloquence de DIMMU BORGIR, le Shock Metal baroque de KING DIAMOND, et l’efficacité mélodique et rythmique de KAMELOT. Mais au petit jeu des parallèles, MALACODA sort grand gagnant, leur univers étant fascinant par lui-même.

On retrouve sur cet EP toutes les recettes qui ont fait de leur premier album éponyme un succès, ces arrangements grandioses, ces parties mélodiques accrocheuses, cet occultisme de surface assez envoutant, et évidemment, ces parties instrumentales très intelligentes se mettant au service d’un but global. Le premier et extraordinaire morceau de Ritualis Aeterna, “Penny Dreadful”, composé en hommage à la série du même nom est un exemple frappant de l’art des Canadiens pour tisser des ambiances sombres mais harmoniques, faisant même penser par moments à un raccourci entre un DREAM THEATER passé de l’autre côté du miroir, et un PARADISE LOST qui aurait beaucoup écouté les meilleurs LP de TYPE O NEGATIVE.

Guitare flamboyante, claviers macabres, voix incarnée et théâtrale, thèmes tortueux et puissante rythmique évolutive, c’est un modèle d’un genre qui n’appartient qu’à eux, et qui trouve un écho plus pondéré sur « I Got A Letter », posé et délicat, qui toutefois ne contredit pas les prises de positions ténébreuses du concept.

« Pandemonium » joue au contraire l’accroche Hard Rock systématique, toujours agrémentée de nappes de claviers pleines de flair, un peu dans une optique CREMATORY/PARADISE LOST de la période de transition, et oppose des couplets occultes à un refrain hautement mélodique, toujours dominé par la voix profonde et parfois caverneuse de Lucas Di Mascio, parfait dans son rôle de narrateur/maître de cérémonie.

« The Wild Hunt » se veut plus mouvant, et étale des parties vocales emphatiques et opératiques dans l’esprit, un peu plaintives, avant qu’un gigantesque refrain en forme de procession ne nous emmène lentement vers un destin musical inéluctable.

Et si « Linger Here », tente le coup de la ballade nocturne en duo piano/voix, c’est pour mieux jouer sur la diversité et toujours surprendre l’auditeur, alors que le final « There Will Always Be One » semble confirmer de son titre que ses créateurs sont décidément uniques dans leur optique, revenant en forme de boucle vers les introspections du début d’EP, avec encore cette grandiloquence globale qui ne cache en aucun cas un misérabilisme d’inspiration.

Avec six morceaux cohérents, élégants et d’importance, MALACODA évolue dans un univers qui lui est propre, même si les références que le quintette emploie sont identifiables pour qui connaît un peu la musique. On les savait capables de frapper un grand coup, et ils le font avec une certaine humilité en choisissant un format court qui leur va à merveille.

Loin de se contenter d’agrémenter un Metal réchauffé de quelques ornements à peine dignes d’un Halloween de pacotille, les cinq musiciens ont travaillé leur partition et leur décor, pour vous emporter dans un voyage mystérieux, qui prend fin un peu trop rapidement à mon goût.

Vivement la suite, puisque ce groupe est décidément très prometteur, autant visuellement que musicalement.  

Alighieri pourrait être fier de ses gardiens du huitième cercle, qui pérennisent son bestiaire et lâchent sur terre des images infernales qu’ils peignent de sons tout aussi abyssaux.


Titres de l'album:

  1. Penny Dreadful
  2. I Got a Letter
  3. Pandemonium
  4. The Wild Hunt
  5. Linger Here
  6. There Will Always be One

Site officiel


par mortne2001 le 15/12/2016 à 15:44
80 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?