« From there we came outside and saw the stars »…

C’est ainsi que Dante Alighieri parlait, et non Zarathoustra, dans L’enfer, extrait de sa Divine Comédie. Peut-être faisait-il allusion à tous ces artistes qui se sont inspirés de son œuvre, sait-on jamais…Il est vrai que son triptyque posthume, charnel et incantatoire aura inspiré des générations de créateurs en mal de parallèle depuis le quinzième siècle, et l’auteur à l’héritage considérable pourrait si son âme errait encore dans les limbes du néant en reconnaître de nouveaux, non Italiens, mais bien Canadiens.

Puisque les MALACODA ont tiré leur nom d’un des personnages spécialement créés par Dante dans l’Enfer (leader de Malebranche, cercle de douze démons, et huitième cercle de l’enfer), la comparaison est inévitable, mais comme en sus, leur musique tire son essence d’une inspiration horrifique et donc liée une fois de plus aux notions d’enfer, de paradis et tout ce qui se situe entre les deux, les analogies deviennent flagrantes, encore plus peut-être sur cet EP…

Cet EP justement fait suite à un premier album éponyme, paru l’année dernière, qui avait grandement titillé la curiosité des webzines du monde entier par son mélange hétéroclite, brassant plusieurs styles pour les fondre en un seul, unique, celui de ces Canadiens qui malgré la jeune existence de leur ensemble, n’ont pas débarqué sur la scène musicale du jour au lendemain.

Composé du chanteur Lucas Di Mascio (PHEAR), du claviériste Jonah Weingarten (PYRAMAZE, UNIVERSAL MIND PROJECT), du batteur Mike Marshaw (ex ANNIHILATOR, PROFANER, NEXUS), du guitariste Brad Casarin et du bassiste Cooper Sheldon (non, pas celui-là…), MALACODA propose donc un mélange assez hétéroclite de genres, piochant allégrement dans le Heavy, le Metal et le Black symphonique, saupoudrant le tout d’ambiances subtilement gothiques à la TYPE O/CRADLE OF FILTH, et baignant l’ensemble dans un décorum horrifique à la DEATH SS.

Leurs influences avouées ? Multiples évidemment, chaque musicien proposant d’ailleurs un survol de ses goûts sur la page officielle du groupe, mais il n’est pas interdit de voir en ce quintette canadien une jolie fusion entre la grandiloquence de DIMMU BORGIR, le Shock Metal baroque de KING DIAMOND, et l’efficacité mélodique et rythmique de KAMELOT. Mais au petit jeu des parallèles, MALACODA sort grand gagnant, leur univers étant fascinant par lui-même.

On retrouve sur cet EP toutes les recettes qui ont fait de leur premier album éponyme un succès, ces arrangements grandioses, ces parties mélodiques accrocheuses, cet occultisme de surface assez envoutant, et évidemment, ces parties instrumentales très intelligentes se mettant au service d’un but global. Le premier et extraordinaire morceau de Ritualis Aeterna, “Penny Dreadful”, composé en hommage à la série du même nom est un exemple frappant de l’art des Canadiens pour tisser des ambiances sombres mais harmoniques, faisant même penser par moments à un raccourci entre un DREAM THEATER passé de l’autre côté du miroir, et un PARADISE LOST qui aurait beaucoup écouté les meilleurs LP de TYPE O NEGATIVE.

Guitare flamboyante, claviers macabres, voix incarnée et théâtrale, thèmes tortueux et puissante rythmique évolutive, c’est un modèle d’un genre qui n’appartient qu’à eux, et qui trouve un écho plus pondéré sur « I Got A Letter », posé et délicat, qui toutefois ne contredit pas les prises de positions ténébreuses du concept.

« Pandemonium » joue au contraire l’accroche Hard Rock systématique, toujours agrémentée de nappes de claviers pleines de flair, un peu dans une optique CREMATORY/PARADISE LOST de la période de transition, et oppose des couplets occultes à un refrain hautement mélodique, toujours dominé par la voix profonde et parfois caverneuse de Lucas Di Mascio, parfait dans son rôle de narrateur/maître de cérémonie.

« The Wild Hunt » se veut plus mouvant, et étale des parties vocales emphatiques et opératiques dans l’esprit, un peu plaintives, avant qu’un gigantesque refrain en forme de procession ne nous emmène lentement vers un destin musical inéluctable.

Et si « Linger Here », tente le coup de la ballade nocturne en duo piano/voix, c’est pour mieux jouer sur la diversité et toujours surprendre l’auditeur, alors que le final « There Will Always Be One » semble confirmer de son titre que ses créateurs sont décidément uniques dans leur optique, revenant en forme de boucle vers les introspections du début d’EP, avec encore cette grandiloquence globale qui ne cache en aucun cas un misérabilisme d’inspiration.

Avec six morceaux cohérents, élégants et d’importance, MALACODA évolue dans un univers qui lui est propre, même si les références que le quintette emploie sont identifiables pour qui connaît un peu la musique. On les savait capables de frapper un grand coup, et ils le font avec une certaine humilité en choisissant un format court qui leur va à merveille.

Loin de se contenter d’agrémenter un Metal réchauffé de quelques ornements à peine dignes d’un Halloween de pacotille, les cinq musiciens ont travaillé leur partition et leur décor, pour vous emporter dans un voyage mystérieux, qui prend fin un peu trop rapidement à mon goût.

Vivement la suite, puisque ce groupe est décidément très prometteur, autant visuellement que musicalement.  

Alighieri pourrait être fier de ses gardiens du huitième cercle, qui pérennisent son bestiaire et lâchent sur terre des images infernales qu’ils peignent de sons tout aussi abyssaux.


Titres de l'album:

  1. Penny Dreadful
  2. I Got a Letter
  3. Pandemonium
  4. The Wild Hunt
  5. Linger Here
  6. There Will Always be One

Site officiel


par mortne2001 le 15/12/2016 à 15:44
80 %    389

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)