Regardez bien la pochette de cet album, car elle s’incarne en avertissement. Ce champ de ruines fumant qui sombre dans des couleurs chaudes n’est rien de moins qu’une transposition picturale de l’incendie qui détruira vos conduits auditifs une fois la dite rondelle ingurgitée. Et pour une fois, le titre, sa représentation graphique ne sont pas mensongers, puisque la deuxième production professionnelle des truands de PANZER SQUAD n’est rien de moins qu’une charge de chars d’assauts formés à tout écraser sur leur passage, y compris la santé mentale de leurs fans. On le sait, c’est devenu un dogme, le Thrash allemand a toujours été l’un des plus féroces du circuit, et ces pourfendeurs de médiocrité le prouvent, en l’amplifiant d’une petite touche sud-américaine un peu Black qui ne fait qu’accentuer la démence générale. Ici, c’est la brutalité, la sauvagerie, la férocité qui règnent en maîtresses valeurs, et inutile d’attendre la moindre pitié musicale de la part d’un groupe qui a depuis longtemps vendu son âme à son propre patrimoine brutal. Fondé du côté d’Osnabrück, PANZER SQUAD est donc un trio sans foie ni oie (Tobi - chant/guitare, Svenni - basse et Henni - batterie), actif depuis 2012, et déjà responsable d’une démo, de deux splits en compagnie des CxTxD et DISCLAIM, et d’un premier LP en format tape, Coming To Your Town, publié en guise d’avertissement de liesse il y a deux ans. Autant dire qu’ils connaissent leur boulot, mais aussi leur patrimoine national. Mais le point fort de cette petite horde de huns from Germany est justement de ne pas se contenter de répéter les recettes de leurs aînés, comme de petits sots appliqués, mais de les dynamiser d’une grosse touche de Hardcore, de D-Beat, de BM, pour rendre le mélange encore plus corrosif et nocif pour l’organisme.

Autant le dire, Ruins est une boucherie totale à rendre le SODOM de 1985 fou de rage. En piquant à leurs modèles leurs idées les plus néfastes, pour les diaboliser de théories chères aux SEPULTURA de début de carrière, de modus operandi occulte et sombre à la BULLDOZER de la fin des années 80, et en emballant le tout dans une rage purement Black presque incontrôlée, le trio allemand signe le disque le plus dément de cette morne rentrée, et nous bouscule de ses rythmiques en hiver nucléaire et de ses riffs d’enfer. Sans chercher la petite bête, mais en écrasant la grosse, ils toisent de leur morgue bon nombre d’adeptes du Thrash old-school en leur prouvant que l’Allemagne est toujours reine sur son propre terrain de jeu, et distillent en quarante minutes une bombe à fragmentation qui explose vos tympans comme la détonation d’une bombe H en plein local de répétition des MUTILATOR. Orgie sonore sans limites, ce deuxième pamphlet est d’un professionnalisme sauvage à toute épreuve, mais ne se limite pas à monter dans les tours sans réfléchir pour bâcler une longue litanie de violence. Ruptures, accélérations, segments Heavy comme le Metal, et au final, cette œuvre d’horreur, puisque c’en est une se hisse dans le haut du panier de son énergie et de son culot.

Difficile d’ailleurs d’illustrer ce discours musical par des mots pertinents, tant la puissance et la démence qui s’en dégagent se passent de commentaires. En adaptant des rythmiques que les PROTECTOR avaient popularisées en leur temps, puis en les caviardant de riffs digne du meilleur de DEATHROW/ACCUSER, saupoudrant le tout d’un chant maléfique typiquement sud-américain, les trois germains nous délivrent un LP parfait de bout en bout, capable de faire la nique au Morbid Vision de qui vous savez, tout en taquinant la susceptibilité de la vague noire nordique de l’orée des années 90. Thrash un peu Black, mais pas Black Thrash, les PANZER SQUAD tiennent à leur distinction, et l’accentuent de touches de « finesse » qui permettent à la basse de vrombir comme un quadrimoteur en torpille, ou à la guitare de tronçonner à loisir. Ainsi, les implacables « Shut In », et « Escapist », mixent les influences et nous déroulent le tapis rouge sang, alors que la souplesse D-beat de « Victims of War » aurait de quoi provoquer un grand écart facial de la part des DISCHARGE et des URSUT. Capables et doués dans tous les domaines de vilénie, les trois instrumentistes s’en donnent à cœur joie, et tissent parfois des ambiances nauséabondes et glauques, à l’instar de celle de « Delusionist », qui bricole une intro bien dark pour mieux nous étriper pendant quatre minutes. Notons d’ailleurs la sobriété du trio qui préfère tasser plutôt que d’étaler, et rester dans les balises d’un Furious Thrash efficace, mais pas redondant pour rien. Même lorsque le timing se déploie sur plus de quatre minutes, les idées sont bien présentes, et « Approaching The Sun » d’avancer les arguments de ses principes.

Alors certes, ça carbure à la nitro, certes ça vomit ses psaumes sans nous regarder de haut, mais la qualité est bien là, et la variété dans l’agression bien patente. Difficile de faire la gueule en se prenant un jus multivitaminé comme « Zombie Shot », qui nous la joue FPS avec gâchette facile et munitions à volonté, se lâchant même lors d’une tempête de blasts absolument probante. Mais PANZER SQUAD, c’est comme le cochon, tout est bon, sans qu’on nous prenne pour des gorets incapables de manger proprement. Les breaks sont millimétrés, sans nuire à la folie de l’ensemble, les soli torchés comme à l’époque, les passages Grind en chausse-pied tout sauf incongrus, et les citations dans le texte parfois imprévues. Un cocktail qui se déguste à peine tiré du tonneau, qui reste en bouche, enivre, mais ne laisse pas K.O, histoire de bien piger ce qui nous arrive. De là, entre un « Extinction » qui fait chuter le fameux « Delirium Tremens » de PROTECTOR de son piédestal d’entrée en matière la plus crade et bourrine de tous les temps, un « Death Toll » qui enfonce le clou et les pièces dans vos paupières, un « Sewer Rat » saucissonné et syncopé comme un hit de TANKARD revu et corrigé par les NECROPHAGIA, et…tout le reste, le compte est bon, et le vôtre surtout. Une bonne grosse mandale à la mauvaise humeur, et à la mauvaise foi qui prétend que tous les albums de Thrash vintage de ces dix dernières années se ressemblent. Ici, on s’assemble, mais on fait la différence, et on assume indirectement le statut de nouvelle valeur sûre à suivre de très près. Notez donc le nom des PANZER SQUAD sur vos tablettes, car leur carrière est loin d’être finie. Un groupe à voir absolument in town, et qui redonne ses lettres d’ignominie à un style qui commençait à devenir trop poli.   

      

Titres de l'album :

                         1. Extinction

                         2. Death Toll

                         3. Escapist

                         4. Sewer Rat

                         5. Societal Funeral

                         6. Singular Purpose

                         7. Shut in

                         8. Victims of War

                         9. Delusionist

                         10. Approaching the End

                         11. Zombie Shot

                         12. After the Bombs

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 24/09/2018 à 17:18
82 %    174

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).