Regardez bien la pochette de cet album, car elle s’incarne en avertissement. Ce champ de ruines fumant qui sombre dans des couleurs chaudes n’est rien de moins qu’une transposition picturale de l’incendie qui détruira vos conduits auditifs une fois la dite rondelle ingurgitée. Et pour une fois, le titre, sa représentation graphique ne sont pas mensongers, puisque la deuxième production professionnelle des truands de PANZER SQUAD n’est rien de moins qu’une charge de chars d’assauts formés à tout écraser sur leur passage, y compris la santé mentale de leurs fans. On le sait, c’est devenu un dogme, le Thrash allemand a toujours été l’un des plus féroces du circuit, et ces pourfendeurs de médiocrité le prouvent, en l’amplifiant d’une petite touche sud-américaine un peu Black qui ne fait qu’accentuer la démence générale. Ici, c’est la brutalité, la sauvagerie, la férocité qui règnent en maîtresses valeurs, et inutile d’attendre la moindre pitié musicale de la part d’un groupe qui a depuis longtemps vendu son âme à son propre patrimoine brutal. Fondé du côté d’Osnabrück, PANZER SQUAD est donc un trio sans foie ni oie (Tobi - chant/guitare, Svenni - basse et Henni - batterie), actif depuis 2012, et déjà responsable d’une démo, de deux splits en compagnie des CxTxD et DISCLAIM, et d’un premier LP en format tape, Coming To Your Town, publié en guise d’avertissement de liesse il y a deux ans. Autant dire qu’ils connaissent leur boulot, mais aussi leur patrimoine national. Mais le point fort de cette petite horde de huns from Germany est justement de ne pas se contenter de répéter les recettes de leurs aînés, comme de petits sots appliqués, mais de les dynamiser d’une grosse touche de Hardcore, de D-Beat, de BM, pour rendre le mélange encore plus corrosif et nocif pour l’organisme.

Autant le dire, Ruins est une boucherie totale à rendre le SODOM de 1985 fou de rage. En piquant à leurs modèles leurs idées les plus néfastes, pour les diaboliser de théories chères aux SEPULTURA de début de carrière, de modus operandi occulte et sombre à la BULLDOZER de la fin des années 80, et en emballant le tout dans une rage purement Black presque incontrôlée, le trio allemand signe le disque le plus dément de cette morne rentrée, et nous bouscule de ses rythmiques en hiver nucléaire et de ses riffs d’enfer. Sans chercher la petite bête, mais en écrasant la grosse, ils toisent de leur morgue bon nombre d’adeptes du Thrash old-school en leur prouvant que l’Allemagne est toujours reine sur son propre terrain de jeu, et distillent en quarante minutes une bombe à fragmentation qui explose vos tympans comme la détonation d’une bombe H en plein local de répétition des MUTILATOR. Orgie sonore sans limites, ce deuxième pamphlet est d’un professionnalisme sauvage à toute épreuve, mais ne se limite pas à monter dans les tours sans réfléchir pour bâcler une longue litanie de violence. Ruptures, accélérations, segments Heavy comme le Metal, et au final, cette œuvre d’horreur, puisque c’en est une se hisse dans le haut du panier de son énergie et de son culot.

Difficile d’ailleurs d’illustrer ce discours musical par des mots pertinents, tant la puissance et la démence qui s’en dégagent se passent de commentaires. En adaptant des rythmiques que les PROTECTOR avaient popularisées en leur temps, puis en les caviardant de riffs digne du meilleur de DEATHROW/ACCUSER, saupoudrant le tout d’un chant maléfique typiquement sud-américain, les trois germains nous délivrent un LP parfait de bout en bout, capable de faire la nique au Morbid Vision de qui vous savez, tout en taquinant la susceptibilité de la vague noire nordique de l’orée des années 90. Thrash un peu Black, mais pas Black Thrash, les PANZER SQUAD tiennent à leur distinction, et l’accentuent de touches de « finesse » qui permettent à la basse de vrombir comme un quadrimoteur en torpille, ou à la guitare de tronçonner à loisir. Ainsi, les implacables « Shut In », et « Escapist », mixent les influences et nous déroulent le tapis rouge sang, alors que la souplesse D-beat de « Victims of War » aurait de quoi provoquer un grand écart facial de la part des DISCHARGE et des URSUT. Capables et doués dans tous les domaines de vilénie, les trois instrumentistes s’en donnent à cœur joie, et tissent parfois des ambiances nauséabondes et glauques, à l’instar de celle de « Delusionist », qui bricole une intro bien dark pour mieux nous étriper pendant quatre minutes. Notons d’ailleurs la sobriété du trio qui préfère tasser plutôt que d’étaler, et rester dans les balises d’un Furious Thrash efficace, mais pas redondant pour rien. Même lorsque le timing se déploie sur plus de quatre minutes, les idées sont bien présentes, et « Approaching The Sun » d’avancer les arguments de ses principes.

Alors certes, ça carbure à la nitro, certes ça vomit ses psaumes sans nous regarder de haut, mais la qualité est bien là, et la variété dans l’agression bien patente. Difficile de faire la gueule en se prenant un jus multivitaminé comme « Zombie Shot », qui nous la joue FPS avec gâchette facile et munitions à volonté, se lâchant même lors d’une tempête de blasts absolument probante. Mais PANZER SQUAD, c’est comme le cochon, tout est bon, sans qu’on nous prenne pour des gorets incapables de manger proprement. Les breaks sont millimétrés, sans nuire à la folie de l’ensemble, les soli torchés comme à l’époque, les passages Grind en chausse-pied tout sauf incongrus, et les citations dans le texte parfois imprévues. Un cocktail qui se déguste à peine tiré du tonneau, qui reste en bouche, enivre, mais ne laisse pas K.O, histoire de bien piger ce qui nous arrive. De là, entre un « Extinction » qui fait chuter le fameux « Delirium Tremens » de PROTECTOR de son piédestal d’entrée en matière la plus crade et bourrine de tous les temps, un « Death Toll » qui enfonce le clou et les pièces dans vos paupières, un « Sewer Rat » saucissonné et syncopé comme un hit de TANKARD revu et corrigé par les NECROPHAGIA, et…tout le reste, le compte est bon, et le vôtre surtout. Une bonne grosse mandale à la mauvaise humeur, et à la mauvaise foi qui prétend que tous les albums de Thrash vintage de ces dix dernières années se ressemblent. Ici, on s’assemble, mais on fait la différence, et on assume indirectement le statut de nouvelle valeur sûre à suivre de très près. Notez donc le nom des PANZER SQUAD sur vos tablettes, car leur carrière est loin d’être finie. Un groupe à voir absolument in town, et qui redonne ses lettres d’ignominie à un style qui commençait à devenir trop poli.   

      

Titres de l'album :

                         1. Extinction

                         2. Death Toll

                         3. Escapist

                         4. Sewer Rat

                         5. Societal Funeral

                         6. Singular Purpose

                         7. Shut in

                         8. Victims of War

                         9. Delusionist

                         10. Approaching the End

                         11. Zombie Shot

                         12. After the Bombs

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 24/09/2018 à 17:18
82 %    294

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)