Vous prenez une galette à fajitas, un peu sèche et poivrée. Vous la truffez de dinde au lait de coco subtilement épicée, et vous insérez avec force un assortiment de condiments et poivrons, tomates…

Non, pardonnez-moi, je m’égare.

Non que l’aspect culinaire d’une chronique ne soit pas à prendre en compte, comme celui d’un album d’ailleurs, mais autant évoquer les bons ingrédients dès le départ sous peine de tomber dans l’allégorie déplacée.

Alors reprenons.

Vous prenez un tiers des KILLSWITCH ENGAGE, le guitariste Adam Dutkiewicz par exemple. Un tiers des bouchers de CANNIBAL CORPSE, en la personne fortement gonflée du cou de George "Corpsegrinder" Fisher, et un ex-tiers des THE BLACK DAHLIA MURDER, disons leur ancien cogneur Shannon Lucas.

Vous faites tourner les trois ensembles pendant quelques années, vous les laissez mariner leur admiration et complicité respectives, et vous attendez patiemment que le plus compositeur des trois propose au plus hurleur des deux autres de lui offrir un album/side project sur un plateau.

Entre temps, patientez quelques années que leurs groupes officiels sortent trois albums chacun histoire de laisser de la place dans l’agenda de tout le monde, et si vous n’êtes pas pressés, vous tombez un jour sur un nouveau cuistot improvisé ayant élaboré une recette sympathique, qui se présente sous la forme d’un plat récapitulatif du savoir-faire des trois officines pré citées.

Avec toutefois, créativité personnelle oblige, de sérieuses références aux fourneaux du maestro des casseroles en chef, puisque finalement, la part d’imagination a été assumée par la dream team des KILLSWITCH ENGAGE en l’occurrence, outre Adam, Jesse Leach qui s’est chargé de coucher les textes sur papier, alors même qu’il prévoyait un nouveau menu pour son restau perso.

Tout ça nous donne donc le premier, et peut-être unique album du super trio de l’extrême SERPENTINE DOMINION, qui conjugue donc la science Néo Death mélodique des KILLSWITCH, le gosier fort grave et endommagé Brutal Death de CANNIBAL, et la liberté rythmique des DHALIA. Le programme vous sied ? Je comprends, mais dites-vous une chose.

Si Serpentine Dominion tire son essence d’une source quelconque, c’est du côté du Nord des ENGAGE qu’il faut la chercher, même si Adam avoue ceci :

« Ça n’est pas du Death Metal à proprement parler, il y a beaucoup d’éléments mélodiques, mais le tout est beaucoup plus agressif et rapide que n’importe quel album de KILLSWITCH. Quant aux parties de batterie, elles sont tout simplement dingues »

En gros, ce qu’avoue ou pas à demi-mots Dutkiewicz, c’est que le projet/récréation SERPENTINE DOMINION se situe quelque part sur un point de convergence entre les trajectoires des trois groupes impliqués dans le concept. On retrouve évidemment la trademark des riffs de KILLSWITCH via le staccato d’Adam, la violence verbale des CANNIBAL, qui s’accommode fort bien des compromis harmoniques, et la percussion violente des plans rythmiques de Shannon, qui a chaussé les pédales du kit avec une aisance et une maestria qui en disent long sur ses facultés d’adaptation à une cadre plus radical.

Brutalité, mélodies, parfois très poussées, comme sur l’intermède acoustique « Prelude », qui laisse le pauvre George reposer son papier de verre vocal, et en définitive, une nouvelle émergence, qui doit beaucoup aux personnalités des trois musiciens, mais qui parvient à créer une sorte de nouveau courant, pas forcément original dans sa tentative de pousser la vague Néo Death sur des rochers plus tranchants, mais suffisamment surprenant par instants pour vous laisser dériver sur une barque pendant quelques minutes.

La patte KILLSWITCH est parfois un peu trop évidente, sur l’entame de « This Endless War » par exemple qui termine l’album et qui s’insèrerait parfaitement dans la discographie des originaires de Westfield, mais admettons en fin de compte, et malgré les réticences de départ, que la voix de Fisher s’est fort bien assortie aux riffs déliés par Adam et aux textes pondus par Jesse.

Certes, ça grogne, ça racle, mais ça le fait proprement, et sans jamais tomber dans l’excès gore dans lequel les CORPSE nous éclaboussent depuis tant d’années.

D’ailleurs, l’équipée sauvage avait lâché « The Vengeance In Me » histoire d’acclimater les foules à leur Crossover malin, et il est certain que ce court morceau fait partie des plus violents du lot. Mais ne vous attendez pas à neuf titres construits dans le même moule, le reste est bien plus abordable que cette saillie de boucherie qui ne laisse personne indemne, et qui finalement se rapproche plus de CANNIBAL que de KILLSWITCH.

Vous en trouverez des échos indéniables sur le furieux « On The Brink Of Devastation », qui lui aussi accumule les blasts et colères de guitares sans retenue, mais à vrai dire, fiez-vous plutôt aux harmonies amères de « Sovereign State », qui laisse enfin le caractère profond d’Adam remonter à la surface, et qui se pare d’atours plus symptomatiques de la musique habituelle des KILLSWITCH. Mais même dans ces moments-là, la voix impitoyable de George se fond dans le décor, et le mélange aboutit à un résultat médian très probant, qui pourrait propulser sans peine Serpentine Dominion au statut d’album de côté culte, à l’instar des premières œuvres de TERRORIZER, MEATHOOK SEED et autres BLOODBATH.

Le temps nous dira si Serpentine Dominion se retrouvera à la hauteur de la légende de World Downfall, Embedded ou Resurrection Through Carnage, mais en écoutant de petites perles barbares comme « Vanquished Unto Thee » ou « Jagged Cross Legions », et leurs compressions de double grosse caisse, leurs vocaux entremêlés et mélodiques, et leurs riffs sombres et tendus, il est fort possible que ce présage se réalise…

Culte d’ors et déjà, efficace comme une vodka tonic diluée dans une prune de contrebande arrosée de sang frais prélevé sur des barbelés rouillés, mais servie dans un joli verre de cristal, ce premier essai du trio all-star SERPENTINE DOMINION a largement de quoi vous occuper les neurones et la chevelure, et saura vous convaincre que parfois, les projets annexes ont largement autant d’importance que les affaires légales en cours.

« Les paroles ont été écrites spécialement pour lui. Il est un de mes chanteurs préférés, et je me suis dit qu’il n’y avait aucun mal à lui proposer le projet. Une fois qu’il a accepté, je me suis dit, « OK, allons-y » »

 Parfois, la vie c’est simple comme une admiration qui débouche sur une concrétisation. Oui, les histoires d’amour peuvent aussi être violentes. Et puis, même Corpsegrinder a le droit d’être un peu romantique de temps à autres et de s’acoquiner avec des accointances pas forcément évidentes à la base.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Vengeance In Me
  3. Vanished Unto Thee
  4. Divide, Conqueer, Burn and Destroy
  5. Sovereign Hate
  6. On The Brink of Devastation
  7. Jagged Cross Legions
  8. Prelude
  9. This Endless War

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 30/10/2016 à 18:39
75 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.