Vous prenez une galette à fajitas, un peu sèche et poivrée. Vous la truffez de dinde au lait de coco subtilement épicée, et vous insérez avec force un assortiment de condiments et poivrons, tomates…

Non, pardonnez-moi, je m’égare.

Non que l’aspect culinaire d’une chronique ne soit pas à prendre en compte, comme celui d’un album d’ailleurs, mais autant évoquer les bons ingrédients dès le départ sous peine de tomber dans l’allégorie déplacée.

Alors reprenons.

Vous prenez un tiers des KILLSWITCH ENGAGE, le guitariste Adam Dutkiewicz par exemple. Un tiers des bouchers de CANNIBAL CORPSE, en la personne fortement gonflée du cou de George "Corpsegrinder" Fisher, et un ex-tiers des THE BLACK DAHLIA MURDER, disons leur ancien cogneur Shannon Lucas.

Vous faites tourner les trois ensembles pendant quelques années, vous les laissez mariner leur admiration et complicité respectives, et vous attendez patiemment que le plus compositeur des trois propose au plus hurleur des deux autres de lui offrir un album/side project sur un plateau.

Entre temps, patientez quelques années que leurs groupes officiels sortent trois albums chacun histoire de laisser de la place dans l’agenda de tout le monde, et si vous n’êtes pas pressés, vous tombez un jour sur un nouveau cuistot improvisé ayant élaboré une recette sympathique, qui se présente sous la forme d’un plat récapitulatif du savoir-faire des trois officines pré citées.

Avec toutefois, créativité personnelle oblige, de sérieuses références aux fourneaux du maestro des casseroles en chef, puisque finalement, la part d’imagination a été assumée par la dream team des KILLSWITCH ENGAGE en l’occurrence, outre Adam, Jesse Leach qui s’est chargé de coucher les textes sur papier, alors même qu’il prévoyait un nouveau menu pour son restau perso.

Tout ça nous donne donc le premier, et peut-être unique album du super trio de l’extrême SERPENTINE DOMINION, qui conjugue donc la science Néo Death mélodique des KILLSWITCH, le gosier fort grave et endommagé Brutal Death de CANNIBAL, et la liberté rythmique des DHALIA. Le programme vous sied ? Je comprends, mais dites-vous une chose.

Si Serpentine Dominion tire son essence d’une source quelconque, c’est du côté du Nord des ENGAGE qu’il faut la chercher, même si Adam avoue ceci :

« Ça n’est pas du Death Metal à proprement parler, il y a beaucoup d’éléments mélodiques, mais le tout est beaucoup plus agressif et rapide que n’importe quel album de KILLSWITCH. Quant aux parties de batterie, elles sont tout simplement dingues »

En gros, ce qu’avoue ou pas à demi-mots Dutkiewicz, c’est que le projet/récréation SERPENTINE DOMINION se situe quelque part sur un point de convergence entre les trajectoires des trois groupes impliqués dans le concept. On retrouve évidemment la trademark des riffs de KILLSWITCH via le staccato d’Adam, la violence verbale des CANNIBAL, qui s’accommode fort bien des compromis harmoniques, et la percussion violente des plans rythmiques de Shannon, qui a chaussé les pédales du kit avec une aisance et une maestria qui en disent long sur ses facultés d’adaptation à une cadre plus radical.

Brutalité, mélodies, parfois très poussées, comme sur l’intermède acoustique « Prelude », qui laisse le pauvre George reposer son papier de verre vocal, et en définitive, une nouvelle émergence, qui doit beaucoup aux personnalités des trois musiciens, mais qui parvient à créer une sorte de nouveau courant, pas forcément original dans sa tentative de pousser la vague Néo Death sur des rochers plus tranchants, mais suffisamment surprenant par instants pour vous laisser dériver sur une barque pendant quelques minutes.

La patte KILLSWITCH est parfois un peu trop évidente, sur l’entame de « This Endless War » par exemple qui termine l’album et qui s’insèrerait parfaitement dans la discographie des originaires de Westfield, mais admettons en fin de compte, et malgré les réticences de départ, que la voix de Fisher s’est fort bien assortie aux riffs déliés par Adam et aux textes pondus par Jesse.

Certes, ça grogne, ça racle, mais ça le fait proprement, et sans jamais tomber dans l’excès gore dans lequel les CORPSE nous éclaboussent depuis tant d’années.

D’ailleurs, l’équipée sauvage avait lâché « The Vengeance In Me » histoire d’acclimater les foules à leur Crossover malin, et il est certain que ce court morceau fait partie des plus violents du lot. Mais ne vous attendez pas à neuf titres construits dans le même moule, le reste est bien plus abordable que cette saillie de boucherie qui ne laisse personne indemne, et qui finalement se rapproche plus de CANNIBAL que de KILLSWITCH.

Vous en trouverez des échos indéniables sur le furieux « On The Brink Of Devastation », qui lui aussi accumule les blasts et colères de guitares sans retenue, mais à vrai dire, fiez-vous plutôt aux harmonies amères de « Sovereign State », qui laisse enfin le caractère profond d’Adam remonter à la surface, et qui se pare d’atours plus symptomatiques de la musique habituelle des KILLSWITCH. Mais même dans ces moments-là, la voix impitoyable de George se fond dans le décor, et le mélange aboutit à un résultat médian très probant, qui pourrait propulser sans peine Serpentine Dominion au statut d’album de côté culte, à l’instar des premières œuvres de TERRORIZER, MEATHOOK SEED et autres BLOODBATH.

Le temps nous dira si Serpentine Dominion se retrouvera à la hauteur de la légende de World Downfall, Embedded ou Resurrection Through Carnage, mais en écoutant de petites perles barbares comme « Vanquished Unto Thee » ou « Jagged Cross Legions », et leurs compressions de double grosse caisse, leurs vocaux entremêlés et mélodiques, et leurs riffs sombres et tendus, il est fort possible que ce présage se réalise…

Culte d’ors et déjà, efficace comme une vodka tonic diluée dans une prune de contrebande arrosée de sang frais prélevé sur des barbelés rouillés, mais servie dans un joli verre de cristal, ce premier essai du trio all-star SERPENTINE DOMINION a largement de quoi vous occuper les neurones et la chevelure, et saura vous convaincre que parfois, les projets annexes ont largement autant d’importance que les affaires légales en cours.

« Les paroles ont été écrites spécialement pour lui. Il est un de mes chanteurs préférés, et je me suis dit qu’il n’y avait aucun mal à lui proposer le projet. Une fois qu’il a accepté, je me suis dit, « OK, allons-y » »

 Parfois, la vie c’est simple comme une admiration qui débouche sur une concrétisation. Oui, les histoires d’amour peuvent aussi être violentes. Et puis, même Corpsegrinder a le droit d’être un peu romantique de temps à autres et de s’acoquiner avec des accointances pas forcément évidentes à la base.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Vengeance In Me
  3. Vanished Unto Thee
  4. Divide, Conqueer, Burn and Destroy
  5. Sovereign Hate
  6. On The Brink of Devastation
  7. Jagged Cross Legions
  8. Prelude
  9. This Endless War

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 30/10/2016 à 18:39
75 %    343

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes