Autant l’avouer, dans les années 80, la France était un peu à la ramasse en matière d’extrême. Et l’extrême se résumant à cette époque-là à son excroissance Thrash, autant dire que nous ne fumes pas gâtés pendant quelques années. Alors que les USA et l’Allemagne pouvaient s’enorgueillir d’avoir inventé le genre et produit ses premières démos dès 1982 (EXODUS, METALLICA, SLAYER, KREATOR/TORMENTOR et SODOM), nous dûmes attendre la seconde moitié de la décennie pour voir nos propres musiciens s’intéresser au genre, et remercier par la même occasion les LOUDBLAST, NOMED, AGRESSOR et autres AGGRESSIVE AGRICULTOR d’avoir adapté la violence internationale dans un langage propre à notre beau pays. Depuis, les choses ont bien changé, le Thrash est tombé dans l’oubli avant de regagner une seconde jeunesse au travers des hommages rendus par la nouvelle génération, et la France est devenu l’un des pays les plus novateurs et compétitifs de la scène internationale, se voulant même leader dans certains créneaux dont le Black Metal et l’Avant-garde. Pas étonnant dès lors que des combos bien de chez nous se concentrent aussi sur une révérence à postériori, comme pour rattraper le temps perdu, en se consacrant à des rythmiques syncopées et des riffs hachés, comme si le temps n’était pas passé et que nous étions encore coincés entre nos baskets puantes et nos idées de mosh envahissantes. Et dans ce créneau de nostalgie salvatrice, les franciliens de THRASHBACK font figure de joyeux trublions, eux qui depuis 2012 se consacrent corps et short à un revival fantastique d’exubérance magnifique, au travers d’une œuvre qui force le respect de sa conséquence et de son sérieux. Pour les étourdis, les THRASHBACK se sont formés sur les cendres encore fumantes d’EVIL ONE il y a six ans, et ont depuis publié coup sur coup trois LP hautement recommandables, dont ce Sinister Force qui ne sera pas de sinistre mémoire, mais qui reviendra effleurer notre conscience de sa folie contaminante et de son énergie diabolisante.  

Avec un line-up renouvelé entre Night of the Sacrifice et ce nouveau pamphlet, le quartet s’est donc resserré autour de deux nouvelles figures, celle bien connue de Nicklaus Bergen (guitare, ADX, ALTERED BEAST, et des tonnes d’anciennes collaborations plus ou moins fameuses) et Kriss (guitare, ex-EVIL ONE), pour proposer une formation soudée bien décidée à aller de l’avant et à continuer les assauts répétés de ses deux premiers pamphlets. On savait le groupe totalement dévoué à la cause, et Sinister Force  achève de le prouver de ses coups de rein chauffés à blanc et de ses riffs francs, adaptant le langage traditionnel d’un Thrash rebelle à des impératifs de production actuels, et ces onze nouveaux morceaux, brefs et percutants de nous ramener à l’époque de la seconde vague de Thrash US et allemande, lorsque les ASSASSIN, TESTAMENT, GAMMACIDE et autres outsiders de l’extrême tentaient de prolonger le headbanging malgré les agressions répétées d’un Death bien décidé à s’imposer. Abordant le Thrash par son versant le plus fluide et fun, les THRASHBACK ne sont pas sans évoquer une forme très enthousiaste de Crossover coriace, ridiculisant au passage les groupes anglais de la (petite) trempe d’ACID REIGN ou SLAMMER,  et évoquant par intermittence la magie des meilleurs albums de NUCLEAR ASSAULT, tâtant même par fulgurances fugaces l’ANTHRAX de State Of Euphoria. Autrement dit, de sérieuses références et des influences classiques, qui se voient transcendées par une osmose collective qui fait plaisir à entendre. Et le tout étant enrobé d’une pochette au trait parfaitement délicieux, vous aurez compris de vous-même que ce troisième album transforme tous les essais et s’impose comme un outsider sérieux.

En associant des riffs purement Thrash à un chant délicieusement Hardcore, les frenchies invitent la vague New-Yorkaise aux agapes de la folie d’outre-Rhin, et développent une musique simple, à la basse claquante et aux guitares tournoyantes, cédant parfois le pas aux accroches classiques pour mieux relancer une machine qui tourne à plein régime. En abordant toutes les variantes d’un genre qui n’en manquait pas, et en acceptant les racines Punk sans les imposer de force (« Exterminate », sorte de MOTORHEAD passé à la moulinette MACABRE), Sinister Force  joue la carte de la sobriété et de l’efficacité. Ce qui n’empêche nullement les deux guitaristes de nous gratifier d’interventions tout à fait capables, et de tricoter quelques soli moins écorchés que la moyenne…Mais dès « Weapons Of Mass Destruction », tout est dit, et la folie est reine, sans que le projet ne sombre dans les affres d’un Thrashcore trop radical pour séduire les masses. Une fois accompli l’effort nécessaire pour accepter un chant un peu atypique, la valse fait vriller les têtes et exploser les tympans, et le speed est roi puisque le Thrash fait loi. Mais un Thrash sérieux dans l’euphorie, et précis dans la folie, puisque l’amateurisme n’est pas de mise, spécialement en prenant en compte le background des musiciens impliqués. On sent que les mecs aiment vraiment ce qu’ils font, et ne cèdent pas à un effet de mode, tant l’enthousiasme global est palpable même sur les interventions les plus maussades (« Stand Up And Fight », lourd, mais entraînant, et même mélodique par instants), et carrément éclatant sur les titres les plus déments (« Chemical Death », qui réconcilie VIO-LENCE et EXCEL). Certains parrainages sont parfois un peu évidents, comme celui d’EXODUS sur le trépidant « No Way To Come Back », au riff estampillé Gary Holt et au chant singeant les tics de Steve Souza, mais lorsque le quatuor abandonne toute mesure pour se répandre en six minutes de message compact, l’ambiance se tend un peu et manque de dynamisme, même si une fois encore les soli viennent nous extirper d’une routine un peu appuyée.

Il est évident que ces quelques reproches n’en sont pas vraiment, enregistrer un album de Thrash totalement parfait relevant d’une gageure difficile à relever. Et comme les THRASHBACK n’hésitent jamais à affoler les compteurs (« Attack Of The Undead »), ni à jouer les oiseaux californiens de malheur (« Sinister Force »), ils parviennent en fin de compte à se hisser à la hauteur d’une version décomplexée des miraculeux WHIPLASH, sans renier leur passé. Classique mais suffisamment culotté pour se faire remarquer, Sinister Force est un troisième chapitre rondement mené, qui synthétise un peu toutes les digressions d’un genre qui n’en finit plus de ressusciter. Qui plus est enrichi d’une production claire et claquante, il représente un cap que les franciliens devaient franchir haut la main, et surtout, la confirmation de leur importance sur la scène européenne. On ne peut donc que les féliciter pour ce moment de délire organisé, et attendre avec impatience de les voir défendre ce LP sur scène.   


Titres de l'album :

                        01. The Beginning Of The End

                        02. Weapons Of Mass Destruction

                        03. Stand Up And Fight

                        04. Chemical Death

                        05. No Way To Come Back

                        06. Exterminate

                        07. Sinister Force

                        08. Resurrected To Devour

                        09. Attack Of The Undead

                       10. The Final Hour

                       11. Nothingness

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/12/2018 à 16:31
80 %    234

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/