Slaughter

Razor Butchers

17/04/2020

M O Music

"RAZOR BUTCHERS est un groupe de Thrash / Crossover basé à Thionville dans le Nord Est de la France, fondé en 2016. Composé de 5 membres avec des styles et des influences différentes, ça donne ça !!"  

Mais ça donne quoi au juste ? Parce que le Thrash/Crossover, comme les autres styles, c’est assez précis dans le fond, mais moins dans la forme, d’autant plus que la scène est saturée depuis quelques années de produits tous plus nostalgiques les uns que les autres. A ce niveau-là, le groupe n’est pas plus vague dans le reste de sa bio :

"Des riffs rapides, puissants, violents et inspirés du Thrash Metal efficace des années 80 jusqu'à maintenant vous feront enfiler vos vieilles vestes à patch et headbanger. Leurs compositions sont fortement influencées par des groupes de Thrash Metal tel que POWER TRIP, SLAYER, MUNICIPAL WASTE, INSANITY ALERT,  VIOLATOR, EXODUS, HARLOTT, CRISIX ou encore les premiers albums de SEPULTURA, MEGADETH, ANTHRAX et METALLICA..."

 

A partir de là, les choses deviennent plus claires. Sauf qu’une fois encore, les musiciens mâtinent leurs précisions de quelques nuances :

"Mais aussi avec quelques influences de la scène Hardcore comme HATEBREED, BROKEN TEETH, JUDICIARY, SOS, TERROR, MADBALL, ou encore des touches de Death Metal tel que DEICIDE, MORBID ANGEL, CANNIBAL CORPSE"

 

Tout ça laisse songeur quant au résultat final, mais après avoir avalé quelques pilules sous formes de morceaux méchamment bien enchaînés, on commence à piger le truc. Les RAZOR BUTCHERS sont vraiment un gros groupe de Crossover, dans le sens le plus large du terme. Et finalement, on peut résoudre l’équation de façon assez simple. Avec une assise Thrash très solide basée sur des riffs saccadés, des breaks classiques, et des enchaînements fluides, le groupe se repose donc sur la versatilité d’un chanteur qui effectivement, syncope Thrash, harangue Hardcore et vitupère Death, ce qui nous offre un beau mélange très concret dès « Larry ». Pour info, Slaughter n’est pas vraiment une nouveauté. Lâché par M&O Music en avril, il a d’abord été proposé en version digitale par le groupe quelques mois plus tôt. Mais avec une distribution honnête, ce premier jet à largement de quoi tailler sa route à coups de machette dans la jungle des sorties old-school de l’année, puisqu’il possède ce petit supplément d’âme si joliment chanté par France Gall. Ici, c’est plutôt la gale que vous risquez de choper, puisque les composions de ce premier long grattent méchamment et laissent des cicatrices. En s’inspirant de tout ce que l’extrême comptait de dignes représentants dans les années 80, Slaughter cite les NO RETURN, LOUDBLAST, AGRESSOR, la scène allemande de KREATOR, les débuts de la vague Death de Floride, mais aussi le Hardcore le plus coulé de Venice, avec des références à EXCEL ou SUICIDAL (légères, rassurez-vous, on est quand même ici pour faire du bruit). Sans vraiment jouer sur la corde sensible de l’originalité la plus flagrante, le quintet (Dylan Stephan - chant,  Gerard Lopez - guitare solo, Corentin Henrion - guitare rythmique, Julien Lafontaine - basse et Jordan Lange - batterie) osent quand même mettre ses personnalités en avant, en proposant des plans qui sentent moins le réchauffé que ceux de nombre de leurs homologues. Ainsi, « Whispers », après une entame méchamment Core lâche les chiens, et se frotte à une sorte de Thrash teinté de BM, mais pas le Blackened Thrash paillard et gouailleur si prisé par les italiens et les sud-américains. Non, un Thrash de facture classique, endurci de quelques idées plus noires, et le tout corsé d’un chant vraiment grave et glauque, limite Death et pas que limite d’ailleurs, entraînant les riffs dans une sarabande à la norvégienne pas inintéressante du tout. A la limite parfois, on se prend même à rêver d’une incursion de MORBID ANGEL en terrain Thrash, sans complaisance, mais avec une réelle envie de se faire les dents sur le genre. Et cette sensation est assez agréable.

En agrémentant leur périple de jolies intros travaillées, le groupe a peaufiné son approche. On appréhende donc Slaughter comme une véritable première œuvre, dont chaque parti-pris est assumé, et non comme une démo gonflée aux entournures et dopée aux stéroïdes. Alternant les tempi, jouant des qualités intrinsèques de sa rythmique, solide et puissante, RAZOR BUTCHERS se lâche donc sur des inserts qui tiennent autant du Thrash que du Death, avec toujours en filigrane cette patine BM que le groupe ne revendique pas forcément mais qui saute aux oreilles. C’est flagrant la plupart du temps, parfois plus à certaines occasions (« Doogie »), mais heureusement pour les puristes de la cause, le quintet sait aussi respecter la tradition, et muscler la philosophie de MEGADETH pour nous offrir des morceaux plus immédiats et mesurés sans perdre de sa rage (« Killed by a Bitch »). Profitant d’une production bien épaisse qui n’a pas oublié les eighties au moment de mixer les guitares (« Razor Butchers »), ce premier LP fait montre de bien des qualités, mais n’a pas non plus oublié que pour séduire, il faut offrir à l’auditeur ce qu’il attend : de la puissance et de la vitesse. Ainsi, malgré des ambitions clairement affichées, et des titres plus amples que la moyenne (« Hammer's Rage »), Slaughter lâche les watts et s’offre une saillie d’ultraviolence sur l’impitoyable « Taulard », rappelant les meilleurs moments du AGRESSOR le plus précoce.

Avec en cadeau bonus une pochette aux tons verdâtres du plus bel effet, une sincérité dans la composition, et l’intelligence nécessaire pour ne pas se contenter d’un sous-produit de démarcage, RAZOR BUTCHERS nous propose donc une carte de visité professionnelle, qui leur permettra de démarcher un public nombreux. De la nostalgie donc, mais surtout de l’efficacité, de la crudité précise, et une envie de mélanger les extrêmes pour produire une musique plus…extrême. Avec un peu d ‘imagination, on se croirait replongé dans les affres de la naissance du Thrash/Death français de la fin des années 80, ce qui n’est pas la sensation la plus désagréable.

                                                                                                        

Titres de l’album :

                        01.Intro

                        02.Larry

                        03.Judgment Day

                        04.Whispers

                        05.Doogie

                        06.Purgatory

                        07.Razor Butchers

                        08.Killed by a Bitch

                        09.One Night in Hell

                        10.Hammer's Rage

                        11.Taulard

                        12.Outro

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/05/2020 à 14:19
78 %    620

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Stéphane
@93.23.12.155
02/05/2020, 18:14:29
Cette album, c'est un truc de dingue. Une bonne claque dans la gueule !!!!
En live, pareil avec un son bien profond.
Continuez les gars, c'est vraiment top

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07

Wolf88

voir aussi info:Rock'n Load 

16/04/2021, 13:57

RBD

De toute façon avec les moyens avancés par le label pour l'habillage, la production et mixage, le clip, c'est qu'il mise quelque peu sur un succès potentiel.

15/04/2021, 20:26

Jus de cadavre

Tout pareil, je suis encore ce groupe parce que j'aime beaucoup leur coté on "emmerde tout le monde" mais le dernier m'avait beaucoup déçu... et puis sur scène la dernière fois pour moi (un Hellfest) c'était bien pourri (et tr&egr(...)

15/04/2021, 19:51