Slaughter

Razor Butchers

17/04/2020

M O Music

"RAZOR BUTCHERS est un groupe de Thrash / Crossover basé à Thionville dans le Nord Est de la France, fondé en 2016. Composé de 5 membres avec des styles et des influences différentes, ça donne ça !!"  

Mais ça donne quoi au juste ? Parce que le Thrash/Crossover, comme les autres styles, c’est assez précis dans le fond, mais moins dans la forme, d’autant plus que la scène est saturée depuis quelques années de produits tous plus nostalgiques les uns que les autres. A ce niveau-là, le groupe n’est pas plus vague dans le reste de sa bio :

"Des riffs rapides, puissants, violents et inspirés du Thrash Metal efficace des années 80 jusqu'à maintenant vous feront enfiler vos vieilles vestes à patch et headbanger. Leurs compositions sont fortement influencées par des groupes de Thrash Metal tel que POWER TRIP, SLAYER, MUNICIPAL WASTE, INSANITY ALERT,  VIOLATOR, EXODUS, HARLOTT, CRISIX ou encore les premiers albums de SEPULTURA, MEGADETH, ANTHRAX et METALLICA..."

 

A partir de là, les choses deviennent plus claires. Sauf qu’une fois encore, les musiciens mâtinent leurs précisions de quelques nuances :

"Mais aussi avec quelques influences de la scène Hardcore comme HATEBREED, BROKEN TEETH, JUDICIARY, SOS, TERROR, MADBALL, ou encore des touches de Death Metal tel que DEICIDE, MORBID ANGEL, CANNIBAL CORPSE"

 

Tout ça laisse songeur quant au résultat final, mais après avoir avalé quelques pilules sous formes de morceaux méchamment bien enchaînés, on commence à piger le truc. Les RAZOR BUTCHERS sont vraiment un gros groupe de Crossover, dans le sens le plus large du terme. Et finalement, on peut résoudre l’équation de façon assez simple. Avec une assise Thrash très solide basée sur des riffs saccadés, des breaks classiques, et des enchaînements fluides, le groupe se repose donc sur la versatilité d’un chanteur qui effectivement, syncope Thrash, harangue Hardcore et vitupère Death, ce qui nous offre un beau mélange très concret dès « Larry ». Pour info, Slaughter n’est pas vraiment une nouveauté. Lâché par M&O Music en avril, il a d’abord été proposé en version digitale par le groupe quelques mois plus tôt. Mais avec une distribution honnête, ce premier jet à largement de quoi tailler sa route à coups de machette dans la jungle des sorties old-school de l’année, puisqu’il possède ce petit supplément d’âme si joliment chanté par France Gall. Ici, c’est plutôt la gale que vous risquez de choper, puisque les composions de ce premier long grattent méchamment et laissent des cicatrices. En s’inspirant de tout ce que l’extrême comptait de dignes représentants dans les années 80, Slaughter cite les NO RETURN, LOUDBLAST, AGRESSOR, la scène allemande de KREATOR, les débuts de la vague Death de Floride, mais aussi le Hardcore le plus coulé de Venice, avec des références à EXCEL ou SUICIDAL (légères, rassurez-vous, on est quand même ici pour faire du bruit). Sans vraiment jouer sur la corde sensible de l’originalité la plus flagrante, le quintet (Dylan Stephan - chant,  Gerard Lopez - guitare solo, Corentin Henrion - guitare rythmique, Julien Lafontaine - basse et Jordan Lange - batterie) osent quand même mettre ses personnalités en avant, en proposant des plans qui sentent moins le réchauffé que ceux de nombre de leurs homologues. Ainsi, « Whispers », après une entame méchamment Core lâche les chiens, et se frotte à une sorte de Thrash teinté de BM, mais pas le Blackened Thrash paillard et gouailleur si prisé par les italiens et les sud-américains. Non, un Thrash de facture classique, endurci de quelques idées plus noires, et le tout corsé d’un chant vraiment grave et glauque, limite Death et pas que limite d’ailleurs, entraînant les riffs dans une sarabande à la norvégienne pas inintéressante du tout. A la limite parfois, on se prend même à rêver d’une incursion de MORBID ANGEL en terrain Thrash, sans complaisance, mais avec une réelle envie de se faire les dents sur le genre. Et cette sensation est assez agréable.

En agrémentant leur périple de jolies intros travaillées, le groupe a peaufiné son approche. On appréhende donc Slaughter comme une véritable première œuvre, dont chaque parti-pris est assumé, et non comme une démo gonflée aux entournures et dopée aux stéroïdes. Alternant les tempi, jouant des qualités intrinsèques de sa rythmique, solide et puissante, RAZOR BUTCHERS se lâche donc sur des inserts qui tiennent autant du Thrash que du Death, avec toujours en filigrane cette patine BM que le groupe ne revendique pas forcément mais qui saute aux oreilles. C’est flagrant la plupart du temps, parfois plus à certaines occasions (« Doogie »), mais heureusement pour les puristes de la cause, le quintet sait aussi respecter la tradition, et muscler la philosophie de MEGADETH pour nous offrir des morceaux plus immédiats et mesurés sans perdre de sa rage (« Killed by a Bitch »). Profitant d’une production bien épaisse qui n’a pas oublié les eighties au moment de mixer les guitares (« Razor Butchers »), ce premier LP fait montre de bien des qualités, mais n’a pas non plus oublié que pour séduire, il faut offrir à l’auditeur ce qu’il attend : de la puissance et de la vitesse. Ainsi, malgré des ambitions clairement affichées, et des titres plus amples que la moyenne (« Hammer's Rage »), Slaughter lâche les watts et s’offre une saillie d’ultraviolence sur l’impitoyable « Taulard », rappelant les meilleurs moments du AGRESSOR le plus précoce.

Avec en cadeau bonus une pochette aux tons verdâtres du plus bel effet, une sincérité dans la composition, et l’intelligence nécessaire pour ne pas se contenter d’un sous-produit de démarcage, RAZOR BUTCHERS nous propose donc une carte de visité professionnelle, qui leur permettra de démarcher un public nombreux. De la nostalgie donc, mais surtout de l’efficacité, de la crudité précise, et une envie de mélanger les extrêmes pour produire une musique plus…extrême. Avec un peu d ‘imagination, on se croirait replongé dans les affres de la naissance du Thrash/Death français de la fin des années 80, ce qui n’est pas la sensation la plus désagréable.

                                                                                                        

Titres de l’album :

                        01.Intro

                        02.Larry

                        03.Judgment Day

                        04.Whispers

                        05.Doogie

                        06.Purgatory

                        07.Razor Butchers

                        08.Killed by a Bitch

                        09.One Night in Hell

                        10.Hammer's Rage

                        11.Taulard

                        12.Outro

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/05/2020 à 14:19
78 %    302

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Stéphane
@93.23.12.155
02/05/2020, 18:14:29
Cette album, c'est un truc de dingue. Une bonne claque dans la gueule !!!!
En live, pareil avec un son bien profond.
Continuez les gars, c'est vraiment top

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07