Thanatanamnesis

Ljuska

30/04/2022

Vargheist Records

Que voilà un projet bien énigmatique. Nous en venant de Serbie, LJUSKA est de ces one-man-bands qui fleurissent dans l’underground, et dont la scène BM est si friande. Déjà auteur il y a cinq ans d’un introductif Vessel of the Void, LJUSKA revient en 2022 armé d’un nouveau répertoire, toujours aussi dense et sombre. Et si les sept pistes de ce Thanatanamnesis lui font quasiment franchir les cinquante minutes, elles ne l’entraînent pas pour autant vers les grands fonds de la redite, chaque chapitre ayant une identité propre.

LJUSKA est le gros bébé du mystérieux Sifr Shraddha (ORDER OF THE BLACK SKULL, UTVAR, DARMINOSIA DISPERA, HIYDRA, PLAMEN VECNOSTI), dont les photos promo sont toujours prises à contrejour pour mieux cacher son identité visuelle. Qu’importe cette aura, puisque la musique de Sifr parle d’elle-même, et faites-moi confiance, elle a des choses très intéressantes à dire. Sur une trame BM classique, Sifr Shraddha brode des thèmes plus personnels, entre expérimental dissonant et Heavy Metal classique et mélodieux, ce qui a le don de conférer à ce deuxième long une patine unique, entre formalisme et modernité.

Il faut dire qu’avec une moyenne de six minutes par titre, Thanatanamnesis a largement le temps d’explorer toutes ses pistes. Niveau production, le boulot est énorme, avec une guitare et une batterie captées au Vox Umbra studio, un chant plaqué au Ambis studio, et un mastering peaufiné par Sifr Shraddha lui-même en compagnie d’Ivan Nikita Dujin, tout a été fait pour rendre cet album unique, et le transformer en expérience sensorielle. On pourra se montrer réfractaire à ce son de batterie trop synthétique, qui ruine les passages les plus violents, mais tout le monde s’accordera à souligner la grandiloquence qui sublime le tout en filigrane. L’homme étant de plus très capable à la guitare, il nous gratifie de soli qui sont autant d’ornementations maléfiques.

The Second-born of the Abyss of Silence, Thanatanamnesis is the anti-synthesis of the triple-faced form of the All.    

 

C’est par cette définition que Sifr Shraddha nous présente son album. Le Bandcamp propose une description beaucoup plus complète, et je vous renvoie vers lui pour des plus amples informations. En se concentrant sur la musique, on remarque une propension aux plans catchy, assez inhabituels dans ce contexte, mais qui permettent de se raccrocher à un classicisme rassurant (« The Retrograder », qu’IMMORTAL aurait pu digérer en écoutant un BATHORY des années viking).

De tout pour tout le monde, mais une belle cohérence. Dans un créneau de BM abordable mais personnel, LJUSKA développe de belles qualités, et justifie chaque minute de son existence d’un plan rebondissant ou d’une cassure bienvenue. Rien de foncièrement déstabilisant, mais de belles certitudes, un panel de riffs représentatif, des atmosphères travaillées, pour un Black en convergence des influences et des époques. On déguste certains passages hermétiques comme celui introduisant le peu complaisant « Seeds on Stones », manifeste de violence à la MARDUK/DARK FUNERAL, mais on se préserve jusqu’au final gargantuesque de « Thanatanamnesis », épilogue de plus de neuf minutes qui synthétise toutes les ambitions.

Introduit par une guitare en son clair, ce final dantesque fait montre d’une capacité de résumé assez exceptionnelle, mais aussi d’une énergie palpable nous renvoyant à la légende du genre dans les années 90. Lyrisme, grandiloquence, avec un petit plus expérimental dans les dissonances, Thanatanamnesis est le point de rendez-vous entre la mort et la mémoire, comme un grimoire qui revient à la vie pour prendre la vôtre. Sifr Shraddha est décidément impressionnant dans son rôle d’homme-orchestre à la solitude créative, et ce second long de sa créature LJUSKA est un must de cette année 2022, juste assez violent pour caresser les misanthropes dans le sens du poil, et largement assez mémorisable pour accepter la fidélité des fans d’un BM accrocheur et stable.

Epais, mais fluide.    

    

         

Titres de l’album :

01. The Abysmal Ingression

02. Dire Remembrance

03. The Retrograder

04. Seeds on Stones

05. Dreadful Grace

06. Exertion of the Strife

07. Thanatanamnesis


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/05/2023 à 18:00
80 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14