The Desolate One

Hammerfilosofi

22/09/2023

Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum

Un nouveau projet de Black Metal norvégien, c’est comme une nouvelle cuvée de St Emilion. On a tendance à s’y intéresser de près pour peu qu’on ait le palais délicat et habitué au bouquet original. Et si depuis de longues années, la Norvège a su partager son trône avec la Suède, les Etats-Unis, la France et d’autres pays, elle n’en reste pas moins le point d’origine de tout ce chaos. Mais comme tout le monde le sait, une AOC, quelle qu’elle soit, n’est pas une garantie de qualité.

HAMMERFILOSOFI est né en plein bordel pandémique, en cette funeste année 2020 qui nous a tous confinés à domicile. Mais certains ont vécu cette période traumatique avec plus de philosophie que d’autres. C’est plus ou moins le cas de l’anonyme qui se cache derrière ce concept rigide, et qui affirme que ce cloisonnement a été l’occasion de faire le point sur sa propre solitude, de se livrer à la contemplation, et de se recentrer sur sa force intérieure. Choix intéressant, mais qui ne découle pas forcément sur une prise de conscience viable. Et pourtant, en écoutant ce premier long, on ne peut qu’être d’accord avec ce postulat, qui a engendré une œuvre sévère, agressive, sombre et sentencieuse.

HAMMERFILOSOFI est très clair dans ses intentions. Ramener le Black à ses préoccupations principales, et retrouver la sincérité des premières productions du genre. Mais aussi proposer un voyage cathartique, et un ravalement de façade détruisant les dernières tâches de médiocrité. Vaste entreprise, qui méritait un traitement à la hauteur de ses ambitions, ambitions se formalisant en six longs morceaux, aussi puissants que dangereux. Et si le filigrane du billet d’humeur est flanqué de noms célèbres, la monnaie en elle-même est personnelle, et d’une valeur ajoutée conséquente.

Immédiatement, on est saisi par l’aspect classique de The Desolate One. Sa majesté, sa rudesse, son absence de compromis et sa haine du métissage en font un disque à réserver aux puristes qui détestent qu’on noie leur musique dans un océan de négociations. Le tempo est souvent lourd, les arrangements réduits au minimum, et la production massive. Chaque coup de caisse claire est un énorme marteau qui vous fend le crane, et chaque ligne de chant époumoné vous prive d’oxygène comme un asthmatique sans son pulvérisateur.

Des noms sont lâchés, dont ceux inévitables de DARKTHRONE et MAYHEM, ce qui est évidemment à prendre comme une base avant d’affronter le mastodonte. Car HAMMERFILOSOFI ne se rapproche ni de l’un, ni de l’autre, et préfère se balader dans les couloirs de la mort avec son propre drapeau. Un drapeau fièrement brandi, cousu sur mesure, et flanqué d’une énorme tête de mort, ou plutôt, de ces cadavres qu’on distingue sur cette superbe pochette. Démiurge regardant le ciel, les deux pieds fermement posés sur une pile de corps anonymes, HAMMERFILOSOFI est un monstre de puissance, et un démon de fiel. Le ciel, le fiel, l’avant et l’après, l’au-dessus et l’en-dessous, comme une formule alchimique transformant l’espoir en résignation. Et le tableau n’est pas forcément joli.

A l’image d’un MARDUK période Mortuus de Rom 5 :12, The Desolate One impressionne de sa musculature occulte, acquise à la force du poignet. Les chansons sont aussi gonflées que les bras de cette créature jaunâtre, et malgré un laïus dépassant fréquemment les huit minutes, l’attention est captée et gardée prisonnière, par un habile jeu de riffs sentencieux et noirs comme la nuit éternelle des damnés.

Entre enfer à échelle humaine et purgatoire terrestre en attendant la fin, HAMMERFILOSOFI avance d’un pas lourd, écrase tout sur son passage, et libère le BM de ses démons expérimentaux. Point d’avant-garde, point de fantaisie hybride, juste l’essentiel, des thèmes forts, des hurlements fermes, et des commandements respectés à la lettre. Sous cet angle, ce premier long respecte sa mission, et ramène le Black Metal dans son propre linceul originel. Seule la production moderne et claire éloigne des années de misère, nous permettant d’apprécier la tradition dans des conditions plus confortables.

S’il est possible de se montrer indifférent à cette démonstration de force, il est aussi impossible de lui refuser les hommages qu’elle mérite. Evidemment, ce parti-pris de grandiloquence laisse quelques moments de flottement dans l’air, des répétitions qui pourront gêner les plus avertis, mais The Desolate One propose une construction logique et cohérente, et un crescendo très bien agencé.

Tout nous mène à l’infernal épilogue « The Skull », dernier crane sur une planète morte depuis des siècles, et qui témoigne des guerres anciennes terminées dans une apocalypse programmée. Si la théâtralité de la voix pourra rebuter ceux préférant des incantations graveleuses, si l’aspect monolithique de l’affaire fera certainement bailler ceux plus habitués à la diversité du BM moderne, la procession saura séduire tous les amateurs de violence majestueuse, entre péplum improbable et horreur dramatique et gothique.

Il est possible que ce premier long d’HAMMERFILOSOFI se bonifie avec le temps, comme un bon vin. Mais il procure déjà une ivresse agréable, et stimule les sens comme une séance de musculation après dix heures de boulot.

La Norvège. Ses fantômes et ses fantasmes. On ne s’en lassera donc jamais.         

 

              

Titres de l’album:

01. The Torch

02. The Crossed Bones         

03. Odi Profanum Vulgus et Arceo  

04. The Sickle

05. Abyssal Season   

06. The Skull 


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/03/2024 à 17:24
80 %    94

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35