The New Death Cult

The New Death Cult

06/09/2019

Indie Recordings

Sérieusement, combien de fois vous a-t-on fait le coup du groupe grimé, maquillé, masqué, censé révolutionner la musique avec une philosophie à part ? Hum ? Des dizaines de fois, et en restant cantonné au monde du Metal, les exemples sont légion, sans avoir besoin de remonter à DEVO, KRAFTWERK et d’autres. Tiens, une liste vite fait, et non exhaustive, et surtout pas chronologique. KISS, LORDI, GWAR, MUSHROOMHEAD, SLIPKNOT, et évidemment GHOST, avec leur cortège de pseudos, de gimmicks visuels, et de qualités intrinsèques discutables ou non, mais avec en filigrane cette envie que l’image et le son soient en adéquation. Et lorsque la musique est bonne, le package est rentable (dans les cas de KISS, SLIPKNOT et GHOST tout du moins), mais lorsqu’elle ne sonne pas, le deal devient foireux, et on se retrouve avec des musiciens clowns qui n’amusent pas la galerie bien longtemps, et qui ne deviennent viables qu’en concert, pour peu qu’ils sachent au moins manier leur instrument. Et c’est pour cette raison, ou d’autres, que je me méfie toujours quand je vois débarquer des gus peinturlurés, fiers de leur astuce et persuadés de combiner la force du visuel et l’impact de la musique. Mais lorsque la dite musique et le dit groupe sont promu par une boite aussi respectable qu’Indie Recordings, un de mes labels préférés dont je guette chaque sortie, la méfiance n’est plus forcément de mise. Appelez-ça une confiance aveugle, peut-être déplacée, mais n’ayant que rarement été déçu par les sorties des norvégiens, je préfère suivre leur avis et me ranger du côté de l’inédit et de la surprise. Et celle provoquée par l’une de leurs dernières signatures, les nationaux de THE NEW DEATH CULT est du genre médium au départ, mais grandit en vous au fur et à mesure des écoutes. Des Death Cults, on en connaît déjà. Celui de Jim Jones, celui de Charles Manson, mais aussi celui des SOUTHERN DEATH CULT, sauf qu’ici, nul ne veut de mal à quiconque, et le but est plutôt d’éveiller les consciences et de provoquer la révolte, une révolte saine et positive, et le message qui va avec. La lumière, la tolérance, et surtout, une bande-son assez étrange pour intriguer, mais largement assez séduisante pour fédérer.

Pour respecter un procédé de promotion délibéré, je livrerai la bio de ce groupe fardé telle quelle. Envoyé sur la planète terre par la Confrérie Démocratique Suprême de Netuluna, située dans la galaxie d’Andromeda, pour mettre fin à la corruption aboutissant à la destruction environnementale, la fausse musique et les fausses idoles, au travers du médium supérieur du Rock, ce quatuor habilement planqué derrière un maquillage élaboré et répondant à des noms/pseudos inévitables (Alpha - guitare/chant, Beta - guitare, Gamma - basse et Delta - batterie, merci l’alphabet grec) nous propose donc son premier longue-durée, de durée moyenne justement, puisque seulement trente minutes de musique comblent les sillons de ce The New Death Cult. Mais en faisant ce choix de brièveté, le groupe de l’espace à fait le bon, puisque ses chansons faussement simples nous touchent d’autant plus, sonnant comme d’excellentes pop-songs amplifiées d’une distorsion raisonnable, mais suffisamment poussée pour toucher les fans d’un Hard Rock moderne et smooth, mais délibérément ancré dans le passé. Se réclamant d’influences bien terrestres (QUEENS OF THE STONE AGE, BIFFY CLYRO, GHOST, PINK FLOYD), THE NEW DEATH CULT en dépit des gimmicks et accoutrements pérennise un héritage bien nordique à base de crossover entre les styles, et parvient à dresser un pont invisible entre les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, GHOST et ROYAL REPUBLIC, les projetant dans la décennie des nineties et son Desert Rock aride devenu ici incroyablement fertile. Du Stoner moderne et radiophonique ? C’est un peu la combinaison proposée par les norvégiens, qui usent de codes établis pour mieux les détourner, et faire épouser à des mouvements les courbes les plus galbées, pour aboutir à un mélange non unique, mais délicieux et savoureux, à base d’édulcoration gentille et dosée, pour mieux fricoter avec la Pop et le Rock généraliste sans trahir leur propre cause. Laquelle ? Celle d’une musique affranchie de toute contrainte, qui peut se vouloir progressive dans un cadre temporel très restrictif (deux morceaux de plus de quatre minutes seulement), subtilement radiophonique, mais pointue dans les références, mais plus important, fédératrice dans les refrains et les arrangements sans risquer le populisme outrancier et vulgaire. L’école GHOST ? Oui, mais sans en imiter les poncifs les plus pénibles et les dérives les moins évanescentes.

D’ailleurs, la simple écoute d’un morceau de la trempe de « Home » permet de comprendre que ces quatre-là ont tout autant écouté Devin TOWNSEND que JANE’S ADDICTION, et ont également décortiqué les KYUSS et ALICE IN CHAINS. De quoi lier les époques avec un ciment stylistique solide mais souple, et si le single « Light Spills Over » provoque la lourdeur et la redondance d’un pur riff Stoner, c’est pour mieux l’alléger d’une harmonie grand-public et d’un chant simple et légèrement spatial. Evidemment le clin d’œil aux PINK FLOYD est plus conceptuel que formel, mais cette façon de jouer avec les sons pour les transformer n’est pas si éloignée que ça des méthodes du tyran Roger Waters, et lorsque HAWKWIND et NIGHT FLIGHT ORCHESTRA finissent par rallier leurs troupes pour libérer la terre du joug des oppresseurs/formateurs, le résultat est impressionnant et le bilan plus que probant. Je ne vais certainement pas vous faire croire à la révélation de l’année, ce que ce groupe et son premier album ne sont pas. Nous sommes loin d’une épiphanie musicale bouleversant l’ordre établi, mais ces neuf chansons ont un joli parfum de naïveté qui permet de s’y raccrocher, et d’y revenir pour en déceler tous les détails, le travail ayant été très précis. Et parfois, lorsque tous les astres s’alignent, nous assistons à un spectacle assez fascinant, sur « Zeitgeist », qui reprend à son compte le meilleur du synthétisme de NIGHT FLIGHT ORCHESTRA pour l’intégrer à une structure intersidérale à la QUEENS OF THE STONE AGE, le tout sous couvert d’un parrainage presque D.A.D/Sleaze dans le fond de l’espace. Up tempo à la vitesse de la lumière, plus nineties qu’une chemise à carreaux (« True Eyes »), tempête d’astéroïdes Heavy avec percussions sur la coque (« Moon », psychédélique dans le fond mais terriblement Rock dans la forme), et quelques petites choses agrémentant l’émotion de riffs canadiens à la Devin et de psychédélisme Pop à la TEARS FOR FEARS (« The War »), pour une opération sauvetage au plan simple, mais au rayonnement maximal.

Avec un message positif en exergue, et une musique ne l’étant pas moins, THE NEW DEATH CULT impose sa vraie personnalité artistique en marge de ce décorum un peu inutile, et ces chansons addictives font vite oublier ce maquillage tape à l’œil qui pourra détourner l’attention des puristes allergiques aux astuces faciles. Un album varié, mais équilibré, qui ne refuse pas l’évanescence harmonique (« Edel », encore Devin, mais à la norvégienne) et qui séduit progressivement, au point de devenir incroyablement attachant. Sauvera-t-il la terre de ses maux les plus traumatiques ? Pas sûr, mais il permettra au moins d’en oublier la triste réalité l’espace d’un instant.

   

Titres de l’album :

                                1. Light Spills Over

                                2. Zeitgeist

                                3. True Eyes

                                4. Moon

                                5. The War

                                6. Blood Of Babylon

                                7. Colours Of The Mind

                                8. Home

                                9. Edel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/09/2019 à 18:06
80 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29