A force d’attendre le nouveau messie, apte à repousser toutes les limites en termes de puissance, de modulation et détournement de sons, on en avait fini par oublier l’essentiel.

En se montrant trop exigeant, nous avions oublié l’essentiel. Les chansons. Oui, aussi lénifiant que cela puisse paraître, un album est avant tout un assemblage de chansons, cohérent ou disparate, mais qui est censé placer la logique de séduction en avant, et surtout, le B.A.BA de l’art. Composer de véritables titres, des trucs qui tiennent debout tout seuls, sans se vouloir trop ancré dans son époque, dépendant d’un concept, ou d’un élitisme patent ou déviant. Alors on avalait des pistes entières de nouveautés toutes plus brillantes et expérimentales les unes que les autres, sans faire attention aux chansons. C’est presque excusable, et de circonstance, dans cette course à la news qui tue et à la nouveauté que personne ne connaît encore, trois nano secondes après l’avoir découverte.

Mais un jour, on finit par y revenir, à cette fameuse chanson, ce fameux format court en trois minutes et trente secondes, qui faisait danser les juke-boxes de nos parents. Ce single qui occupait l’esprit des directeurs artistiques désireux de casser les charts avec le tube imparable. Et en y revenant, j’ai même découvert un groupe global, qui non seulement n’a pas oublié d’en composer, mais se montre en plus dans l’air du temps, c'est-à-dire en dehors, original, avant-gardiste juste ce qu’il faut, mais surtout dansant, exubérant, et débordant d’une vitalité rythmique et mélodique que je n’avais pas entendue depuis longtemps.

Pour le trouver, il a fallu aller fouiller du côté de l’Afrique du Sud, pays longtemps réfractaire à toute forme de Rock/Hard-Rock/Alternatif (biffez les mentions redondantes), qui finalement depuis quelques années se montre de plus en plus bienveillant envers ses enfants du Rock. Cape Town évidemment, et un sextette, DUSTLAND EXPRESS, qui nous propose avec son premier album une sale énigme pas vraiment facile à résoudre. Mais avant d’en arriver à la réflexion, passons en revue le parcours. Un parcours entamé en 2008 et qui ne trouve sa première complétion qu’en 2017, voici qui a de quoi intriguer en des temps où n’importe quel clampin sort un album deux mois après avoir appris l’accord de la mineur. Mais entre des problèmes de line-up, des musiciens qui s’évadent et d’autres qui s’échappent, des soucis de direction musicale, la route a été longue, et la maturation d’autant plus. Un mal pour un bien ? Beaucoup de mal pour beaucoup de bien plutôt, puisque Scott (chant), Brendan (guitare), Kamil (guitare, claviers, chœurs), Gareth (guitare, chœurs), Zack (basse, chœurs) et Mike (batterie) peuvent enfin récolter les fruits de leur dur labeur, et assister aux réactions enthousiaste des fans et de la presse internationale suite à la découverte médusée de leur introductif The Question, Sir, Is Why ?

Oui, pourquoi monsieur ? Pourquoi des influences Pop, Metalcore, Funk, Alternative, Metal, Electronic Rock au sein d’une même inspiration, sans tomber dans l’excès ou le brouet indigeste ? Pourquoi pouvoir qualifier une musique d’expérimentale alors qu’elle s’articule autour de chansons qui en sont vraiment, qui proposent des couplets inventifs et des refrains fédérateurs ? La meilleure réponse sera toujours la même, parce que, et c’est très bien ainsi. Mais il faut le souligner, les sud-africains ont signé là un des disques les plus surprenants de cette seconde moitié d’été, et vont vous faire danser, headbanguer, valser, pogoter, sans bouger de votre siège, ou debout, en concert, pour ceux qui auront la chance de voir les DUSTLAND EXPRESS live. Mais avant d’avoir ce privilège, il reste un album à digérer, chose aussi facile que difficile selon le point de vue. Facile, parce que leurs morceaux rentrent dans le crâne comme des idées évidentes et logiques, et se laissent écouter comme autant de tubes qui s’alignent pour former un long pipeline vers le paradis. Difficile, car tenter d’expliquer tout ça sans faire référence à LINKIN PARK, MADINA LAKE, sans souligner l’énorme talent vocal de Scott (au micro depuis les origines), sans faire remarquer à quel point l’analogique se marie parfaitement avec l’électronique, et sans une fois encore suggérer que le sextette a réussi à marier l’épaisseur du propos à la simplicité est une gageure presque impossible à relever. Mais c’est ainsi, et The Question, Sir, Is Why ? peut évoquer une myriade de références qui seront toutes aussi pertinentes que complètement hors contexte.

Ne vous attendez donc pas à une construction instable et vacillante de maelstrom de sons s’imbriquant sans que l’on comprenne pourquoi, mais attendez-vous quand même à des choses très surprenantes. Prenons pour exemple le parfait « The Solution », qui de ses percussions smooth et élastiques et de ses harmonies vocales pures nous entraîne sur une piste de danse de l’espace, et fait bouger nos pieds sans que nous nous en rendions compte. Un riff d’airain comme introduction, quelques phrasés bien placé, un flow vocal intarissable qui module les intonations avec délicatesse et rudesse, et un refrain qui nous condamne à l’addiction, c’est quasiment un sommet de Pop-Metal ou d’Alternative-Electro qui ne mange pas à tous les râteliers, mais qui nous force à finir notre assiette.

Qu’on trouve fatalement délicieuse…

« The Poetic Injustice Of Rats » est un autre petit miracle, qui plus est illustré d’une vidéo très futée, et qui lui aussi rebondit sur des escaliers de Funk-Electro-Ethnic Metal, un peu comme si les TALKING HEADS, PAPA ROACH, GARBAGE, et PARAMORE tentaient le coup du hit instantané, avant de se faire griller par des nouveaux-venus beaucoup plus lucides qu’eux. Et sincèrement, ce truc est aussi toxique qu’une envolée lyrique de MEAT LOAF remixée par Mike Patton.

« Flight of The Meek » est plus clair dans son abstraction. Toujours ces mélodies de clavier soutenues en contrepoint par des guitares un peu lissées, qui laissent la place au chant et à la basse pour une jolie balade urbaine du côté de Cape Town. Et les surprises s’accumulent, de la ballade lacrymale « Empire Of Dreams - #Heisenberg » qui envoûte, à la fausse ballade « Take The Devil For A Spin » qui se veut finalement opératique dans ses délires, mais hautement harmonique dans ses arrangements vocaux aussi tape à l’œil que sincères. Et tiens, c’est cadeau, encore un refrain qu’on retient.

Et si jamais la routine est votre catharsis, alors sevrez-vous de « Nemesis », qu’on pense avoir été composé dans l’espace par des musiciens classique découvrant le Rock emphatique via QUEEN, et décidant d’en apporter leur version, beaucoup plus « club ». Bong, bong, bong, on rebondit encore et encore, de siège en capsule, pour finir dans je-ne-sais quel univers parallèle. Qui lui aussi finit par exploser d’un « Apocalypse »…Mais au fait monsieur, oui, pourquoi ?

Parce que.


Titres de l'album:

  1. Voyage of Men
  2. The Poetic Injustice of Rats
  3. Flight of the Meek
  4. The Question, Sir, Is Why?
  5. Empire of Dreams _ #Heisenberg
  6. The Solution
  7. Nemesis
  8. Take the Devil for a Spin
  9. Don't Say Goodbye, Scott
  10. Apocalypse

Site officiel


par mortne2001 le 27/08/2017 à 14:41
90 %    419

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes