Pas toujours facile de savoir ce que cache une pochette, et encore moins un artiste. Mais après tout, c’est ça aussi qui fait la richesse du boulot d’un chroniqueur, qui de temps à autres aime être surpris par ce qu’il découvre, sans avoir besoin de points d’accroche et en ne se fiant qu’à ce qu’il écoute. C’est plus ou moins l’expérience que j’ai fait ce matin en laissant mes oreilles se pencher sur l’EP éponyme du projet TRANZIG, né du cerveau fécond d’un musicien américain décidément peu amène à se brider en se contentant d’un style particulier. On le sait, l’optique instrumentale dans le Rock est souvent sujette à interprétation, et n’est pas l’approche la plus facile pour séduire les foules, qui ont souvent besoin d’un chanteur auquel se raccrocher. On se souvient avec nostalgie de l’écurie Shrapnel de Mike Varney, et des concepts boursouflés qui en ont découlé, de Steve VAÏ et de Joe Satriani, les plus inspirés, mais si l’homme se cachant derrière ce pseudo sait manier sa guitare comme personne, il n’en a pas pour autant cédé aux sirènes démonstratives de la boursouflure guitaristique suppurante. Non, Tranzig, l’album se veut plutôt synthèse de divers courants, mais surtout, pièce musicale à part entière ne laissant pas la six-cordes monopoliser l’attention, malgré une indéniable dextérité et des soli redoutablement bien cramés. Nous parlons ici d’une forme de Metal vraiment éclectique, qui unit dans une même envie le Heavy, le Thrash, le Death, pour former au final une symphonie à la gloire des décibels, qui se montre aussi hétéroclite qu’elle n’est logique, et surtout, diablement accrocheuse et attachante.

A la croisée des chemins, Erich Tran, originaire de Des Moines comme les SLIPKNOT a travaillé pendant deux ans sa partition pour en livrer une portée complète, maculée de sextolets, de doubles et triples croches, et se plaçant sous l’égide d’influences revendiquées. La page Facebook du projet évoque donc des accointances avec les univers de SLAYER, MEGADETH, METALLICA, MORBID ANGEL, ANTHRAX, TESTAMENT, DEATH ANGEL, TYPE O NEGATIVE, DANZIG, ou PANTERA, tout en avouant indirectement une certaine fascination pour Tony MacAlpine, DREAM THEATER, ICED EARTH, et autres Jason Becker. C’est donc à une version très personnelle d’un Metal en fusion à laquelle nous avons droit, qui utilise la franchise et le groove du Mosh pour mieux catapulter des interventions mélodiques dans la stratosphère, sans perdre de vue la puissance nécessaire pour faire carburer des morceaux qui ne demandent qu’à exploser. Difficile de prendre un exemple plutôt qu’un autre pour illustrer cette métaphore, puisque chaque intervention est d’importance, aussi courte soit-elle, et entre les interludes magnifiques et apaisants (« Trapped To The Post », salut à Eddie Van Halen indirect), et les bourrasques Thrash suggérant le meilleur couplage FORBIDDEN/EXUMER (« Hellbastard »), le voyage est plus que plaisant, il est surprenant, ébouriffant, et ne se veut pas simple brouillon/carte de visite pour intéresser le chaland. Le produit est donc fini, et complet, mais perturbe de son refus d’un ancrage précis, ce qui permet de se laisser emporter par l’enthousiasme d’un musicien fort capable qui maîtrise ses gammes comme personne. Démonstratif autant qu’il n’est instinctif, ce premier EP fait montre d’une belle maîtrise dans la créativité, et une fois passée l’emphatique intro « 1975 », on tombe directement dans le piège rythmique « Car Mosh », qui évoque à merveille la stupide mais inévitable séance de headbanging de thrasheurs en route pour un concert de SLAYER.

Sans chercher à prolonger ses compositions au-delà du raisonnable, Erich Tran sait agencer ses idées pour les rendre efficaces et performantes, et se permet parfois des digressions un peu plus longues que la moyenne (« Beginning Of The End »), pour placer quelques interventions bien senties, le plaçant en convergence d’un Heavy vraiment oppressant et d’un Hard mélodisant. Tous les secteurs de jeu ont été soignés, puisque le musicien a endossé tous les rôles, et l’ensemble bénéficie d’une production at home étonnamment claire, laissant la guitare rugir dans le lointain sans suffoquer sous une rythmique un peu trop poussée. Mais c’est l’alternance et l’ouverture qui frappent les esprits, et on se prend à méchamment regretter que le trip n’ait pas été prévu pour durer, même si Erich place en deux occurrences le même morceau (« Swan Song »), dans une version unique, puis dans une autre qui incruste les implications d’instrumentistes fameux, dont David Ellefson & Randy Walker. Et la participation des cadors offre une relecture complètement différente, plus modulée et chaloupée, qui finalement donne l’impression d’écouter deux morceaux différents…Et l’impossibilité de rattacher ce projet à un mouvement précis le rend encore plus précieux, tant on se demande où l’américain aura l’audace de nous embarquer la prochaine fois, le sachant capable du grand écart le moins prévisible. Aussi Thrash qu’il n’est Heavy, aussi mélodique qu’il n’est violent, ce Tranzig est une sacrée entrée en matière qui nous présente le travail d’un musicien étrange, sorte de pendant maléfique et diabolique d’un VITNE, aussi passionné de Thrash qu’il n’est obsédé par le Heavy instrumental. Une curiosité à découvrir, mais surtout une musique assez fascinante, qui prouve que l’éclectisme a encore de beaux jours devant lui, pour peu que des hommes sincères comme Tran lui offrent le droit de cité.


Titres de l'album:

  1. 1975
  2. Car Mosh
  3. Major Classic
  4. Beginning of the End
  5. Trapped to the Post
  6. Hellbastard
  7. Swan Song
  8. Swan Song (Bonus Verison) [feat. David Ellefson & Randy Walker]

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/04/2018 à 14:26
75 %    617

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert