Tranzig

Tranzig

06/04/2018

Autoproduction

Pas toujours facile de savoir ce que cache une pochette, et encore moins un artiste. Mais après tout, c’est ça aussi qui fait la richesse du boulot d’un chroniqueur, qui de temps à autres aime être surpris par ce qu’il découvre, sans avoir besoin de points d’accroche et en ne se fiant qu’à ce qu’il écoute. C’est plus ou moins l’expérience que j’ai fait ce matin en laissant mes oreilles se pencher sur l’EP éponyme du projet TRANZIG, né du cerveau fécond d’un musicien américain décidément peu amène à se brider en se contentant d’un style particulier. On le sait, l’optique instrumentale dans le Rock est souvent sujette à interprétation, et n’est pas l’approche la plus facile pour séduire les foules, qui ont souvent besoin d’un chanteur auquel se raccrocher. On se souvient avec nostalgie de l’écurie Shrapnel de Mike Varney, et des concepts boursouflés qui en ont découlé, de Steve VAÏ et de Joe Satriani, les plus inspirés, mais si l’homme se cachant derrière ce pseudo sait manier sa guitare comme personne, il n’en a pas pour autant cédé aux sirènes démonstratives de la boursouflure guitaristique suppurante. Non, Tranzig, l’album se veut plutôt synthèse de divers courants, mais surtout, pièce musicale à part entière ne laissant pas la six-cordes monopoliser l’attention, malgré une indéniable dextérité et des soli redoutablement bien cramés. Nous parlons ici d’une forme de Metal vraiment éclectique, qui unit dans une même envie le Heavy, le Thrash, le Death, pour former au final une symphonie à la gloire des décibels, qui se montre aussi hétéroclite qu’elle n’est logique, et surtout, diablement accrocheuse et attachante.

A la croisée des chemins, Erich Tran, originaire de Des Moines comme les SLIPKNOT a travaillé pendant deux ans sa partition pour en livrer une portée complète, maculée de sextolets, de doubles et triples croches, et se plaçant sous l’égide d’influences revendiquées. La page Facebook du projet évoque donc des accointances avec les univers de SLAYER, MEGADETH, METALLICA, MORBID ANGEL, ANTHRAX, TESTAMENT, DEATH ANGEL, TYPE O NEGATIVE, DANZIG, ou PANTERA, tout en avouant indirectement une certaine fascination pour Tony MacAlpine, DREAM THEATER, ICED EARTH, et autres Jason Becker. C’est donc à une version très personnelle d’un Metal en fusion à laquelle nous avons droit, qui utilise la franchise et le groove du Mosh pour mieux catapulter des interventions mélodiques dans la stratosphère, sans perdre de vue la puissance nécessaire pour faire carburer des morceaux qui ne demandent qu’à exploser. Difficile de prendre un exemple plutôt qu’un autre pour illustrer cette métaphore, puisque chaque intervention est d’importance, aussi courte soit-elle, et entre les interludes magnifiques et apaisants (« Trapped To The Post », salut à Eddie Van Halen indirect), et les bourrasques Thrash suggérant le meilleur couplage FORBIDDEN/EXUMER (« Hellbastard »), le voyage est plus que plaisant, il est surprenant, ébouriffant, et ne se veut pas simple brouillon/carte de visite pour intéresser le chaland. Le produit est donc fini, et complet, mais perturbe de son refus d’un ancrage précis, ce qui permet de se laisser emporter par l’enthousiasme d’un musicien fort capable qui maîtrise ses gammes comme personne. Démonstratif autant qu’il n’est instinctif, ce premier EP fait montre d’une belle maîtrise dans la créativité, et une fois passée l’emphatique intro « 1975 », on tombe directement dans le piège rythmique « Car Mosh », qui évoque à merveille la stupide mais inévitable séance de headbanging de thrasheurs en route pour un concert de SLAYER.

Sans chercher à prolonger ses compositions au-delà du raisonnable, Erich Tran sait agencer ses idées pour les rendre efficaces et performantes, et se permet parfois des digressions un peu plus longues que la moyenne (« Beginning Of The End »), pour placer quelques interventions bien senties, le plaçant en convergence d’un Heavy vraiment oppressant et d’un Hard mélodisant. Tous les secteurs de jeu ont été soignés, puisque le musicien a endossé tous les rôles, et l’ensemble bénéficie d’une production at home étonnamment claire, laissant la guitare rugir dans le lointain sans suffoquer sous une rythmique un peu trop poussée. Mais c’est l’alternance et l’ouverture qui frappent les esprits, et on se prend à méchamment regretter que le trip n’ait pas été prévu pour durer, même si Erich place en deux occurrences le même morceau (« Swan Song »), dans une version unique, puis dans une autre qui incruste les implications d’instrumentistes fameux, dont David Ellefson & Randy Walker. Et la participation des cadors offre une relecture complètement différente, plus modulée et chaloupée, qui finalement donne l’impression d’écouter deux morceaux différents…Et l’impossibilité de rattacher ce projet à un mouvement précis le rend encore plus précieux, tant on se demande où l’américain aura l’audace de nous embarquer la prochaine fois, le sachant capable du grand écart le moins prévisible. Aussi Thrash qu’il n’est Heavy, aussi mélodique qu’il n’est violent, ce Tranzig est une sacrée entrée en matière qui nous présente le travail d’un musicien étrange, sorte de pendant maléfique et diabolique d’un VITNE, aussi passionné de Thrash qu’il n’est obsédé par le Heavy instrumental. Une curiosité à découvrir, mais surtout une musique assez fascinante, qui prouve que l’éclectisme a encore de beaux jours devant lui, pour peu que des hommes sincères comme Tran lui offrent le droit de cité.


Titres de l'album:

  1. 1975
  2. Car Mosh
  3. Major Classic
  4. Beginning of the End
  5. Trapped to the Post
  6. Hellbastard
  7. Swan Song
  8. Swan Song (Bonus Verison) [feat. David Ellefson & Randy Walker]

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/04/2018 à 14:26
75 %    772

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Humungus

Cela faisait bien longtemps que je ne l'avais pas écouté celui-ci, du coup je me le retape dans les esgourdes en ce moment.
Et c'est vrai que c'est, une fois de plus, une putain de tuerie merde !
Rien que pour ce rappel à l'ordre, merci Baxter.

PS : Les Grands Anciens exi(...)

31/05/2020, 22:41

Buck Dancer

Je n'ai pas parlé de la chronique dans mon premier commentaire pour ne pas être désobligeant envers l'auteur, mais c'est vrai que, on dirait une... traduction Google.

31/05/2020, 14:51

stench

Je n'ai jamais pu me faire à cet album qui m'a déçu à sa sortie. Il a probablement ses qualités mais rien à faire, ma première impression n'a jamais changé (et je perds sans doute quelque chose)... Pour le coup, je vais encore me le passer aujourd'hui pour voir !
Par ailleurs, je suis (...)

31/05/2020, 09:34

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

Riffing Curiosity

Premier Morbid qui m'ait déçu aussi. UNe moiteur et ds ambiances lourdes, un gros travail sur le son mais j'ai jamais accroché, CD revendu bien vite. Aujourd'hui je regrette et lui donnerais bien une seconde chance.
Et malgré moi, j'y peux rien, Morbid Angel c'est avec David Vincent ou ri(...)

30/05/2020, 15:27

steelvore666

Pfiou c'est intéressant soit, mais pas évident à lire !

30/05/2020, 14:25

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

RBD

Il n'a pas attendu les contestés "H" et "I" pour être assez apprécié, cet album. Parce qu'il reste bien au-dessus de la production lambda de toute la scène. Tucker est un bon growleur et en revenant aux bases, ils ne pouvaient pas se planter.

30/05/2020, 13:10

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14