Victims of Spiritual Warfare

Soulrot

27/07/2020

Memento Mori

Il y a quelques jours, par pure nostalgie, j’ai ressorti mon pressage original de Dark Recollection de CARNAGE, pour retrouver l’essence même du Death scandinave. Oui, comme beaucoup d’entre vous, la nostalgie actuelle me sied, mais j’ai aussi besoin de respirer les effluves originelles pour ressentir encore une fois le frisson d’époque, celui qui m’a parcouru l’échine en posant sur ma platine les œuvres d’ENTOMBED, DISMEMBER, UNLEASHED et CARNAGE justement. Et en réécoutant ce fameux album de CARNAGE, j’ai pu comprendre de nouveau à quel point le son suédois répondait à une norme de froideur musicale à base de HM-2 poussée à fond les ballons, de nihilisme rythmique, et de fascination pour les travaux littéraires et occultes de Lovecraft, comme une marque éternellement déposée mais libre de droits que tous les musiciens du monde peuvent utiliser à loisir. Et certains ne s’en privent pas, sans même venir de Suède, ce que le second LP des chiliens de SOULROT prouve à chacune de ses notes. Il n’est d’ailleurs pas si étonnant de constater que le projet a vu le jour dans les années 90, entre 93 et 94 pour être plus précis, même s’il a été mis de côté pratiquement immédiatement. Créé par le guitariste JL Osmos (BETRAYED, ex-MICOSIS, ex-GANGRENOUS), SOULROT a été relancé en 2013 par son auteur associé au bassiste/chanteur JH Wilschrey (SADISTIC MURDER, ACERO LETAL), et c’est en 2014 que la première démo du concept vit le jour, sous la forme d’une tape de six morceaux dupliqués sur chaque face et intitulée Horrors from Beyond. Un premier EP fut ensuite lâché sur le marché, Revelations, avant que la bande complétée du frappeur Daniel Fredes (SADISTIC MURDER) ne publie enfin son premier longue-durée il y a trois ans, Nameless Hideous Manifestations.

De sa pochette à ses sonorités, ce premier LP empestait le Death suédois de l’orée des années 90, chose assez étrange de la part de musiciens de Valparaiso, la scène chilienne contenant aussi son lot de références incontournables. Mais il n’y a aucun mal à préférer le froid nordique à la chaleur sud-américaine et c’est ainsi que l’optique du trio s’encrait dans une tradition hivernale typiquement scandinave, et trois ans plus tard, son optique n’a pas changé, et son inspiration non plus. Toujours soutenu par les espagnols de Memento Mori, qui ont renouvelé leur confiance avec bienveillance, SOULROT jette donc un énorme pavé dans la mare et ne transgresse pas ses propres règles éthiques avec Victims of Spiritual Warfare. Décalque presque parfait du premier album, ce second long fait donc la part belle au recyclage de plans congelés des années 90/91, et se pose en synthèse presque parfaite du diptyque magique Left Hand Path/Clandestine, avec une petite touche de Dark Recollection par-dessus comme glaçage. Pas de surprises donc, mais une solide affaire de Death des origines, toujours aussi morbide et efficace, et respectant une structure assez étonnante. Plutôt que d’imiter leurs confrères et de proposer neuf morceaux longs et pesants, les chiliens ont opté pour la quantité dans la brièveté, et lâchent quinze morceaux dont la plupart ne dépassent pas les trois minutes, créant de fait un effet d’agression ininterrompu totalement délicieux et terriblement efficace. Certains des segments restent même sous la barre des deux minutes, à l’image de « Perpetual Warfare », massacre en règle à la basse ronflante et au mid tempo efficace. De l’autre côté du spectre, « Chainsaw Worship Hymn » ose les blasts pour une attaque frontale de toute cruauté, et l’écart d’inspiration permet une aération du concept qui lui évite l’écueil de la redite ou de la paraphrase systématique.

Efficace en diable à défaut d’être original, Victims of Spiritual Warfare est donc un pur concentré de haine Death séculaire, de celui qui suinte des tombes anonymes d’un cimetière de Göteborg. La sensation est réelle, et on peut presque sentir le souffle de Lars Goran Petrov nous embuer les naseaux (le timbre de JH Wilschrey est très proche de celui du suédois), alors que les guitares d’Ulf "Uffe" Cederlund et Alex Hellid s’incarnent dans le seul instrument de JL Osmos. La passation de pouvoir est donc bien tangible, et en posant les oreilles sur le fatal « Protect the Coven », vous aurez bien du mal à savoir si vous écoutez ENTOMBED ou SOULROT. Le plagiat n’est donc pas loin, mais peut-on raisonnablement en vouloir au mouvement old-school de s’inspirer des meilleurs et d’aller traquer la muse du côté des légendes ? Oui et non, et si parfois, on aimerait un peu plus d’audace, ce regret est rapidement compensé par des accès de rage pure, avec en exergue ce rythme complètement affolé en intro qui s’écrase sur un riff plus Clandestine que nature (« Evolutive Slaves »). Sans vraiment aller chercher la petite bête, le trio chilien s’offre quand même des moments plus personnels et savoureux, et « What Destroys You, Makes Us Stronger » de ses cinq longues minutes de proposer une ambiance plus enlevée et joyeuse, avec son tempo bondissant et son chant enfin éloigné des turpitudes les plus nordiques. Bien sûr, le naturel reprend vite ses droits, mais ces quelques secondes de respiration permettent d’apprécier le classicisme de quarante minutes sous influence, et l’album passe très vite, notamment grâce à la brièveté de ses chapitres.

Tout se termine dans le chaos lovecraftien de « Aquelarre », chanté en langue natale et qui apporte un peu de sauvagerie brute au flegme morbide scandinave. Et en occultant (sic) les emprunts plus qu’évidents, la filiation qui crève les yeux Victims of Spiritual Warfare se déguste dans une chambre froide, juste à côté d’un cadavre à la rigidité rassurante, et la mémoire plongée dans le souvenir des vagues d’attaque suédoises de l’orée des années 90.           

                                                             

Titres de l’album:

01. La Doctrina de los Malnacidos

02. Nihilistic Automata

03. Buried Alive

04. I, Master

05. Perpetual Warfare

06. God Forsaken

07. Deceiving Tyranny Manifesto

08. Chainsaw Worship Hymn

09. Protect the Coven

10. Evolutive Slaves

11. All That Remains

12. Nameless Ritual

13. Hideous Manifestation

14. What Destroys You, Makes Us Stronger

15. Aquelarre


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/08/2020 à 18:52
80 %    714

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02