Résumons la chose. Des suédois, une musique qui sent bon les années 80, et un résultat qui parvient sans peine à nous donner l’illusion d’un bond dans le temps. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Moi oui, soit environ quatre-vingt-dix pour cent des groupes scandinaves que je chronique depuis mon entrée en lice dans l’équipe de Metalnews, et dont je vous entretiens avec une régularité confondante…Je ne rentrerai pas une fois de plus dans le débat stérile consistant à savoir si les musiciens locaux sont capables de faire autre chose que de verser dans une nostalgie lucrative, et je me concentrerai donc sur les qualités intrinsèques d’un ensemble qui pour une fois dans sa carrière, semble s’éloigner de son influence majeure pour couvrir un peu plus de terrain. Pour les néophytes, GRAND DESIGN est un groupe de Västerås, formé en 2006 autour de la personnalité de son vocaliste/producteur, Pelle Saether. L’homme s’est vite entouré de musiciens capables partageant son obsession pour des eighties qui lui donnaient le frisson, et d’année en année, le concept suédois a empilé les albums, partant du séminal et célébré Time Elevation, pour en arriver à ce Viva La Paradise, en passant par les étapes Idolizer et Thrill Of The Night. Loin de faire l’unanimité dans la critique et auprès du public, le groupe s’est souvent vu reproché des accointances un peu trop prononcées avec les anglais de DEF LEPPARD, au point de susciter des vocations ludiques chez les auditeurs qui prenaient un malin plaisir à tenter de trouver quelle chanson des LEP était pillée via tel ou tel morceau. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts, et si certains griefs restent patents, il est fort possible que ce quatrième effort longue-durée instaure une sorte de trêve à défaut de paix. Car cette fois-ci, les GRAND DESIGN ont vu les choses un peu plus grand, et nous offrent un survol très patent d’une décennie qui plaçait la mélodie et l’énergie sur un pied d’égalité.

Aujourd’hui quintette (Pelle Saether: chant, Janne Stark & Dennis Vestman: guitares/chœurs, Stefan Westerlund: basse/chœurs et Joakim Jonsson: batterie/chœurs), GRAND DESIGN nous invite donc à une visite guidée du paradis Hard-Rock tel que les croyants le visualisaient il y a une trentaine d’années, et autant dire que le tour-bus est richement décoré et que la bande-son est de très grande qualité. En choisissant de ne plus choisir et de se laisser influencer par les meilleurs représentants de l’époque, les suédois ont opté pour la meilleure solution, et nous offrent sans aucun doute le LP le plus varié et euphorique de leur carrière. Inutile donc de traquer une nouvelle version de « Action », « Photograph », « Animal » ou « Bringing On The Heartbreak » sur Viva La Paradise, puisque la nouvelle optique se veut plus généraliste, et prend même en compte l’héritage impérissable de groupes comme 220 VOLT, CRAAFT, POISON, MÖTLEY CRÜE et autres ardents défenseurs de la cause Rock échevelée mais mélodique. Nous approchons même en plus d’un virage des chicanes Glam et Sleaze, tant l’adjonction de riffs puissants et de mélodies insistantes sur le tapis vocal immédiatement reconnaissable de Pelle Saether nous évoque la scène mélodique suédoise des eighties, mais aussi la vague californienne de la même époque, tirant quelque peu sur l’AOR le plus musclé histoire de garder les cheveux en l’air. Dix morceaux pour autant de hits, qui se partagent entre groove infernal, mid tempo fatal et riff létal, et l’accumulation de refrains d’anthologie brillamment amenés par des couplets enflammés nous entraîne dans une sarabande chamarrée et colorée qui a des airs de concours de bulles de savon qui s’envolent vers un paradis amplement mérité.

Plus qu’un simple album, Viva La Paradise est un nouvel aveu d’allégeance de la scène scandinave à une décennie qu’elle vénère plus que tout, et qu’elle semble comprendre et capable de reproduire de bout en bout. Si les harmonies vocales dominent toujours l’ensemble, les riffs saignants et soli incandescents proposés par la paire Janne Stark & Dennis Vestman assurent une assise Heavy à l’ensemble, l’empêchant de fait de sombrer dans la mièvrerie d’une pâle copie Hard FM torchée à la va-vite. Il est certain que la voix éraillée et toujours aussi haut-perchée de Pelle pourra rebuter tous ceux qui pensent que le cristal est trop précieux pour être brisé, mais il est impossible de nier que le timbre félin et presque féminin du leader s’accommode fort bien de la nouvelle tournure que prennent les choses. Des titres félins, des accroches solides et malignes, et surtout, un instinct qui pousse les musiciens a toujours privilégier les plans les plus directs et séduisants, transforment ce troisième effort en épiphanie de party, et entre le groove méchamment balancé d’un « Love Shouldn’t Hurt », le Rock endiablé de « Rawk N’Roll Hysteria », le Heavy Pop martelé comme un leitmotiv de « Don’t Ice Me Out », et l’émotion acoustique de « Aim 4 The Heart » (l’un des plus LEPPARD du lot), le bilan est indéniablement positif, et transforme ce quatrième LP en juke-box d’époque, nous recrachant des versions adaptées de classiques que rien ne saurait périmer. Certes, l’exercice de style est confondant de mimétisme, mais le quintette à au moins le mérite de s’inspirer des meilleurs, et d’imposer sa patte sans heurts, prenant donc ses distances avec des influences trop marquées, même si un hit comme « It's Only Straight From The Heart » aura de quoi donner des suées aux fans de HEAVY PETTIN et des STAGE DOLLS.

Mais on ne refait pas une éducation qui trouve ses racines dans une histoire que tout le monde connaît par cœur, et l’entrain dégagé par ces cinq instrumentistes entièrement dévoués à leur cause fait plaisir à entendre, d’autant plus que la production sonne admirablement casher. Et si de temps à autres, les GRAND DESIGN s’égarent sur le chemin du quasi plagiat (« Too Late To Fall In Love » qui ressemble quand même méchamment à une option plus légère du « Too Young To Fall In Love » de Sixx & co.), et qu’ils ont tendance à abuser de la thématique amoureuse en nous plaçant le mot love à peu près aussi souvent que Whitney Houston sur son premier album, ils parviennent sans effort à nous séduire de leur fascination, en composant des chansons qui si elles paient leur tribut aux classiques des années perdues, n’en restent pas moins de formidable tubes qu’on reprend sans trop d’arrière-pensées. Et puisqu’il faut bien en revenir à la problématique de départ, admettons qu’en dépit de leur incapacité chronique à créer quelque chose de foncièrement original, ces damnés suédois restent les meilleurs dans le créneau du vintage appliqué, ce que Viva La Paradise prouve sans aucun doute possible pendant une grosse demi-heure. Le meilleur album du meilleur groupe de copieurs, c’est une dualité qui peut agacer, mais une réalité qu’il serait stupide de nier. 


Titres de l'album:                           

     01. Face It
     02. Rawk ‘N’ Roll Hysteria
     03. Viva La Paradise
     04. Don’t Ice Me Out
     05. Aim 4 The Heart
     06. I Would Be The Wind
     07. Love Shouldn’t Hurt
     08. It’s Only Straight From The Heart
     09. Too Late To Fall In Love
     10. U Can’t Fool Love            

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/05/2018 à 14:30
80 %    489

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mama's Gun

Mama's Gun

King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !