Way of Rock'n'Roll

Spotlight Brides

05/05/2017

Autoproduction

Tiens, encore un groupe qui veut nous apprendre à jouer du Rock’n’Roll. Pourquoi pas les gars, mais d’autres ont fait le coup avant vous, avec plus ou moins de brio. Après tout, le Rock, ça ne date pas d’hier, non, plutôt d’une époque très lointaine ou les bluesmen désignaient de cette expression les relations physiques qu’ils pouvaient entretenir avec de jolies femmes. Alors rendez-vous compte, vous êtes légèrement à la bourre. Mais je vous laisse le bénéfice du doute, après tout, vous avez peut-être quelque tuyaux inédits à nous refiler. Et à une époque où même les rêves sont taxés, c’est toujours bon à prendre…

Un rapide coup d’œil à votre packaging nous montre que les clichés ont la vie dure. Une jolie pochette, classique, d’une bombe topless qui cache sa poitrine mais exhibe fièrement ses tatouages, des mecs qui sont aussi couverts d’encre qu’elle, avec toutefois un air plutôt sympathique, des titres remplis de clichés au bourbon ou à la bière, et une bonne humeur naturelle…

Tout ça est convenu, alors autant laisser parler la musique…Mais avant ça, un petit détour informatif du côté de votre bio, qui nous en dira un peu plus sur votre background, qui ne doit certainement pas être différent des mille groupes vous ayant précédé dans le créneau.

Les SPOTLIGHT BRIDES nous en viennent donc de Zwiesel, Bavière, et se sont formés en 2012 autour de l’ossature Florian Eichinger (basse) et Patrick Eglseder à la batterie. Vite rejoints par le guitariste Florian Hasenkopf (Florian Nöizemachine) et Sandro Weber (chant), le quatuor écume les clubs et salles, avant de composer son propre matériel et de publier un premier single, « We Are The Brides », au titre affirmatif d’une identité assurée.

Ensuite ?

Participation à des festivals, recrutement d’un nouveau frontman, en la personne de Gibson Sioux, au pseudo improbable, et la machine a continué à avancer, de participations à des émissions de radio en concerts, pour mettre en place un répertoire solide, apte à constituer les fondements d’un premier album que nous avons eu le plaisir de découvrir au début du mois de mai.

Aujourd’hui, la formation semble stable autour de Patrick Eglseder (batterie), Jay B.Joe (basse, ancien guitariste rythmique), Gibson Sioux (chant) et Florian Nöizemachine (guitare lead), et Way of Rock'n'Roll vient à point nommé nous prouver que les quatre jeunes rebelles sont à l’aise dans leur Rock d’un autre temps, en onze titres et une quarantaine de minutes.

Certes, le propos est convenu, mais l’énergie dont font preuve ces Allemands est assez convaincante, même si de fortes réminiscences d’influences passées teintent leur musique d’une nostalgie toute 80’s.

On le sait, les Allemands aiment la tradition, et font partie des publics les plus fidèles du monde. C’est parce qu’ils n’ont jamais cessé d’aimer ce Hard-Rock qu’ils ont contribué à inventer, ou du moins propager, sans se demander si l’époque ne réclamait pas un peu plus de modernité.

Way of Rock'n'Roll ne montre aucun signe de poussée vers l’avenir, mais ne reste pas passéiste pour autant, se contentant de nous expliquer par La+Mi que le binaire aux gros riffs reste la musique la plus immédiate et efficace pour s’éclater dans une fosse ou dans la salle d’un bar enfumé.

Certes, tout ça n’est ni très fin, ni très malin (les cris de jouissance féminins en entame de « She Must Be a Sin », le prouvent en un souffle rauque), mais c’est efficace, et surtout, ne vous oblige pas à vous poser des questions inutiles.

Dotés d’une production un peu sèche mais largement assez rauque pour ce Rock qui se veut direct et sans phase de séduction superfétatoire, les SPOTLIGHT BRIDES balancent la sauce d’un Hard qui se veut légèrement Sleaze sur les bords, mais bien burné dans le décor, histoire de ne pas passer pour des poupées enfarinées un peu trop glamisées.

   

Evidemment, avec un style aussi marqué, les quatre allemands ne sont pas allés chercher intra-muros l’inspiration pour alimenter en électricité leur Rock bien balancé, mais ont plutôt lorgné du côté des USA et même de nos BLACKRAIN français de quoi faire tourner le moteur sans trop chauffer.

Alors, on pense à l’écoute de leur binaire à AC/DC, évidemment, mais aussi aux L.A GUNS, à KIX, et à toute la deuxième vague de Hard-Rock lipstick des eighties bigarrées, que l’ouverture/single «We Are The Brides » nous remémore sans complexe.

Riffs acérés, voix sensuelle à la moue lippue et au phrasé goulu, rythmique en up qui ne ménage pas sa frappe, et nous voilà partis pour un bon résumé de trente ou quarante ans de Rock in your face. « Way Of Rock’n’Roll » continue sur le même beat et cogne on the streets, pour une bonne dose de grisant’n’roll qui titille la fibre dansante de son énergie enivrante. Pas encore aussi toniques que les AIRBOURNE, mais largement aussi atomiques que les BACKYARD BABIES, dans une approche moins Punky, les SPOTLIGHT BRIDES plantent en trois titres le décor, et finissent par sombrer d’accord pour un « Hellevator » que les frères Young n’auraient pas renié. 

 

Petit décalage acoustique pour se mettre la sensibilité à fleur de peau sur le blouson clouté (« This Is Life », qui ressemble plutôt pas mal à un UGLY KID JOE plus émotif que marteau), démarcage downtown d’un hit des KIX repris par Tracii Guns (« Everyday »), batterie qui fonce sur fond de riffs qui défoncent (« Alive », un peu systématique et découlant de ce qui précède pour annoncer la suite, mais efficace et sans fuites), aveu enflammé qui mixe les RAMONES aux Néo Rock scandinave qui détonne (« Hard To Please », pas forcément, mais en tout cas, brulot très plaisant), et final feux d’artifices, qui passe en revue tous les vices et surtout un énorme solo qui dévisse (« Solution », mais je n’ai souligné aucun problème).

Voilà donc un compte-rendu assez complet du catalogue de thèmes réchauffés par Way of Rock'n'Roll, qui se met à la colle avec un genre qui racole, mais qui restera toujours le plus honnête des cas d’école qui décollent. Un disque simple, enregistré avec sincérité et produit avec honnêteté, qui ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, mais juste à se faire plaisir en vous voyant vous éclater, au son d’hymnes instantanés qui font décoller les cheveux et twister les bottes cirées.

Il en faut parfois peu pour être heureux, et c’est ce que semblent dire nos quatre amis dont le cœur chavire au son d’un Rock qui transpire.

Cela dit, si la dame de la pochette a envie d’apprendre les rudiments de la guitare, je suis prêt à faire don de mon art. Le message est je l’espère passé !


Titres de l'album:

  1. We Are the Brides
  2. 02. Way of Rock'n'Roll
  3. Hellevator
  4. What I Want
  5. This Is Life
  6. She Must Be A Sin
  7. Everyday
  8. Check Your Head
  9. Alive
  10. Hard To Please
  11. Solution

Site officiel


par mortne2001 le 06/06/2017 à 14:30
70 %    536

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16

Jus de cadavre

C'est bien qu'il y ai de temps en temps des albums qui rappellent aux gens ce que c'est le Black Metal. Comment c'est sensé sonner. Sans compromis, nihiliste, violent, sombre et dérangeant.Une autre tuerie de 2020 (oubliée dans mon top tiens !). Et (...)

14/01/2021, 20:33

Jus de cadavre

Une des baffes de 2020. Y a pas à chier la scène Death Metal nord-américaine a su se renouveler et nous propose des trucs de plus en plus sauvages et violents tout en gardant les pieds dans la tradition. Et ça moi ça me plait !Excellent.

14/01/2021, 20:21

Saddam Mustaine

Peter Tagtgren pour le remplacer j'avais pensé, ça serait un delire c'est sur.

14/01/2021, 18:58

Saddam Mustaine

Clairement, on oublie presque qu'il est arrivé qu'en 2001 apres 3 albums de Nightwish, il était encré dans le groupe.

14/01/2021, 18:57

metalrunner

Un très bon groupe l Angelcorpsemorbidangel Français 

14/01/2021, 17:48

Steelvore 666

Génial !!!!!!!

14/01/2021, 12:25

Chemikill

Ça le fait ! 

14/01/2021, 11:09

JTDP

@jus : hmm...je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi. D'accord parce que oui, là son message, ça sent clairement le mec qui va pas bien. Je pense aussi que lorsque les choses se seront tassées il reviendra. Mais de toute faç(...)

13/01/2021, 23:42

Jus de cadavre

"Je suis le seul à n'avoir pas tout compris à son message ? J'ai relu l'original en anglais et c'est pareil, on dirait un remake de Kamoulox..."Oui le message d'origine en anglais est chelou, c'est pour ça que je pense q(...)

13/01/2021, 18:41

Bones

Show business.5% show.95 % business.Les groupes nous apportent passion, art, divertissement... mais il ne faut pas se voiler la face, autour d'eux gravite un business et une industrie qui souhaitent se gaver, comme autour de n'importe quelle activité humaine.(...)

13/01/2021, 18:11

Hoover

Je viens de voir que le mec avait gagné l'édition finlandaise de Masked singer. Quand t'en arrives là tu as quand même un léger déficit d'amour propre...

13/01/2021, 17:26

Hoover

Il était plus que temps d'arrêter la blague... Nightwish ça aurait pu être un truc rafraichissant sur 1 ou 2 albums du temps de Tarja, là ça fait longtemps que la date de péremption est passée.

13/01/2021, 17:16

Arioch91

Le documentaire d'ANVIL montrait bien les choses justement, sur ce point là.

13/01/2021, 16:26

Simony

La situation actuelle accentue les mauvais côté du music business car les musiciens cherchent des sources de revenus qui leur reviennent justement. Je suis assez d'accord sur le gavage de mecs peu scrupuleux et surtout chez les tourneurs. Combien de groupes ont reçu une p(...)

13/01/2021, 15:57