38'48 Regeneration

M.s.t

Micaël Pichet est mort hier. Pour beaucoup, cette nouvelle n’aura aucune importance, le nom même de cet homme n’évoquant rien. Mais pour beaucoup d’autres, c’est plus qu’un simple musicien qui est parti ce lundi funeste, c’est une légende. Amusant de constater que celui qu’on présentait sous le pseudo de Mickey Maouss aurait certainement détesté ce mot, ne s’estimant pas au-dessus des autres, et ne s’imaginant certainement pas icône intouchable de la scène française. Pourtant mon cher Mickey, aussi humble étais-tu, c’est bien ce que tu incarnais pour nous autres, qui avons eu la chance de te connaître, ne serait-ce que pour quelques instants. Je t’avais rencontré plusieurs fois à l’occasion d’expositions à la Cantada, et tu m’avais toujours accueilli de la même façon, avec le sourire, ce sourire malicieux qui illuminait ton visage trompant si facilement le poids des années et de l’expérience, qu’on ne pouvait qu’être jaloux. Et pour cause, tu n’avais pas vécu comme tout le monde, et tu avais vécu cent vies. Tu avais connu la scène Punk française, fait partie des BERU avant qu’ils ne le soient dans les faits, puis monté un autre groupe dont je vais parler, avant de devenir acteur fondamental de la scène live parisienne avec tes assos Paris-Bars-Rock et Warhead Productions. Tu étais le type même de passionné qui n’avait cure des glorioles à deux sous, tu n’étais pas le genre de héros à se gargariser d’hagiographies qu’il avait lui-même commandité, ou à plastronner en affichant un t-shirt « meilleur interprète de Ziggy selon Michel Berger lui-même et pionnier visionnaire de la scène Hard française » comme d’autres mirliflores qui n’ont de palmes académiques que celles qu’ils s’attribuent eux-mêmes. Non, toi ce qui t’intéressait, c’était le partage, l’amitié, le soutien, cet esprit qui t’avait animé dans les années 80 et qui avait fait de toi ce que tu étais. Un pote, un ami, un homme aussi érudit qu’humble, et toujours prêt à trinquer en l’honneur du Rock.

En apprenant cette triste nouvelle hier, j’ai fait ce que beaucoup de mes amis et relations ont fait, immédiatement et sans réfléchir. Je suis allé fouiller dans mes étagères pour en ressortir ce petit chef d’œuvre que tu avais eu la bonne idée de graver avec tes potes en 1991, 38'48" Regeneration. A l’époque hurleur en chef de M.S.T, tu t’étais permis avec ta bande d’enregistrer l’un des meilleurs albums de Thrash/Crossover de la fin des années 80, même si le LP en question ne vit le jour qu’en 1991 via Jungle Hop. Après tout, le répertoire était déjà là, les démos nombreuses, le parcours conséquent, et c’est par centaines que nous avions acheté il y a presque trente ans ce pamphlet virulent et insurpassable, qui aussi étrange que ça puisse paraître, n’a absolument pas vieilli. Alors que beaucoup de vos homologues à l’époque s’orientaient déjà vers un Death plus à la mode, M.S.T gardait le cap sur un Metal teinté de Punk et de Hardcore, et se rapprochait des potes de NOMED, un autre groupe de passionnés qui nous a terriblement manqué après la débâcle des nineties. Cher lecteur, ne t’y trompe pas. Mes mots ne sont pas guidés par l’émotion, même si celle-ci est indéniable et palpable. Si j’avais du rédiger cette même chronique en temps et en heure, l’impression eut-été la même, et pour cause, puisque cet unique album longue-durée est une petite bombe parvenant à conjuguer plusieurs univers en même temps. Il synthétisait en effet l’effervescence d’une scène française découvrant depuis la seconde moitié des eighties cette brutalité venue des USA et d’Allemagne, l’esprit libertaire de la vague alternative et de l’éthique DIY, mais aussi tout le décorum américain de New-York et Boston, le tout en moins de quarante minutes, avec une énergie à décoiffer tous les moshers de la terre.

D’ailleurs, la pochette de l’album en question jouait franc jeu, avec ce semi-remorque de l’enfer rappelant les post-ap des années 80. Une machine infernale roulant pleine bourre, et illustration parfaite d’une musique ne supportant aucune baisse de régime ni d’intensité. Doté d’un son gigantesque et inspiré des efforts les plus métalliques de SUICIDAL TENDENCIES ou LEEWAY, magiquement produit et enregistré par Stephan Grujic au Masterplan studio, 38'48" Regeneration était et est toujours une bombe à fragmentation dévastant tout sur son passage, et l’osmose ressentie par quatre musiciens à un moment T de leur carrière. Je parle évidemment de Mickey dont la voix rauque proche de celle de Tanguy de NO RETURN et les mots acérés sont le centre de mes propres débats, mais un album de cette trempe n’est pas que le talent d’un chanteur, il est aussi celui d’instrumentistes au sommet de leurs capacités. Avec une rythmique nucléaire en duo Amédée/Edgar qui envoie du bois mais sait aussi aménager des espaces de percussion plus posés, et J.P à la guitare qui tronçonne ses riffs comme si sa vie en dépendait, M.S.T balance la sauce pendant un peu plus de trente-huit minutes, comme l’indique le titre même de l’album. Un disque équilibré, la plupart du temps constitué de ruades crossover unissant la rage des CARNIVORE et la fluidité fun des S.O.D, pour produire un mélange explosif et toujours d’actualité, à l’heure où la vague nostalgique n’a de cesse de piller les coffres des aînés pour remplir ses propres portefeuilles. Justement, cet album est une mine de plans à repiquer pour les refourguer à peine modifiés, tant les originaux sont imbattables. Et dès « Think About It » et son riff pachydermique accélérant à la WEHRMACHT de Shark Attack, tout est dit ou presque, et la messe sera raide entre les fesses. Pourtant, ce premier morceau n’est pas le plus virulent de la troupe. La palme revient sans doute au lapidaire « Misanthropy », pur produit de l’école Thrashcore US, qui enrage sur à peine une minute et une seconde sa haine de la normalité.

Difficile de piocher dans cet album un morceau plutôt qu’un autre, puisque c’est l’archétype du LP qui se mange comme une mandale, d’un coup sec derrière les oreilles. Il n’est pas difficile en l’écoutant, même aujourd’hui, d’imaginer la boucherie live qu’était le groupe sur scène, spécialement lorsqu’on digère « Ultime Cadeau », au texte français d’une précision redoutable. Quelques surprises constellaient quand même l’effort, témoignant de l’esprit d’ouverture des musiciens. Ainsi, le très chaloupé « Discorde » osait une intro funky avant de tout débourrer façon Thrash/Hardcore,  « Get Out » tentait une intro noisy avant de rentrer dans le lard Hardcore avec une franchise à la MINOR THREAT, mais en tout cas, tout sentait la spontanéité et la joie de jouer une musique viscérale mais joyeuse, à l’image de ce final enthousiaste et brutal « Highway Danger », parfaite conclusion d’une séance de slam endiablée. Trente ans plus tard, cet album n’a pas pris une ride. Evidemment, l’accent anglais de Mickey était assez frenchy, et ceux ayant connu cette scène émergente à l’époque n’y trouveront que leur bonheur, alors que la génération actuelle pensera sans doute que la nostalgie des quinquas joue un rôle important dans la subjectivité du jugement. Mais franchement, aujourd’hui, je me cogne des querelles de clocher, et cette chronique n’a qu’un seul but. Remercier un musicien unique, dire au-revoir à un homme qui nous a tant apporté, et souligner une dernière fois ses propres mots : « S’il faut mourir, vaut mieux d’une main amie, que d’un bourreau étranger ». Mickey, je ne sais rien de ta mort et ça ne me regarde pas. Mais je ne doute pas qu’en ce dernier instant, tu étais entouré de gens qui t’aimaient.

Adieu l’ami.      

                                                

Titres de l’album :

01. Think About It

02. Ultime Cadeau

03. Indifférence

04. Parasites

05. Misanthropy

06. Place Your Order

07. Les Encéphalophages

08. Get Out

09. Maximum Extermination

10. Discorde

11. Claustrophobie

12. Highway Danger


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/07/2020 à 17:42
%    854

Commentaires (20) | Ajouter un commentaire


JP
@86.207.222.22
07/07/2020, 19:09:50
Merci.

NecroKosmos
membre enregistré
07/07/2020, 21:21:41
Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment métal. Que j'ai pu écouter certains titres en boucle comme par exemple 'Les encéphalophages'. Et je vais profiter de l'occas' pour passer une annonce : j'ai 'PUC' en vinyle MAIS je n'ai pas ce disque que j'ai trop tardé à acheter. Et comme j'en ai marre d'écouter ma copie K7 effacée par le temps, je suis preneur de l'album en vinyle ou Cd. Merci.

Thrashing Metropolity
@83.155.204.94
07/07/2020, 22:29:27
Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu me délester de sa copie K7, enregistrée par un pote de bahut en 92, sans doute bien bousillée et difficilement écoutable après 28 ans et 10 déménagements/stockage à la nawak, et que j'essaie en vain de remplacer par un support digne de ce nom.
Si cet album était enfin réédité, je suis sûr qu'il ferait une palanquée d'heureux !

"WHATdo we EAT ??? Sometimes it tastes like shit !!!"

Merci pour cette chronique !

Humungus
membre enregistré
08/07/2020, 05:13:09
Je ne connaissais pas du tout...
Ben c'est effectivement du tout bon bordel !

LeMoustre
@93.4.16.166
08/07/2020, 14:34:40
Ah ouais, MST, m'en rappelle de ce disque/groupe, un pote l'avait et il tournait souvent, comme le EP de Nomed. Superbe papier. Si dur que ça a choper ?

mortne2001
membre enregistré
08/07/2020, 17:12:45
@LeMoustre en moyenne, en CD il tape dans les 60 balles...

Thrashing Metropolity
@83.155.204.94
08/07/2020, 17:47:44
Voilà, jamais moins de 60 balles. Certains vendent ça à 200 balles... faut pas déconner.

Album archi culte... de là à être une vache à lait.
Tant pis, on se contentera de youtuyau.

Thrashing Metropolity
@83.155.204.94
08/07/2020, 17:48:59
Par contre bravo encore pour la chronique ! Super hommage !

J'ignorais qu'il avait chanté dans les Bérus ! :-O

LeMoustre
@93.4.16.166
08/07/2020, 17:51:26
Vu, en effet, ce sont les prix Discogs. Bon, ben, faudra avoir un coup de chatte alors. PUC est plus accessible, lui, mais jamais édité en CD. Une box s'impose.

Thrashing Metropolity
@83.155.204.94
08/07/2020, 18:04:51
@ LeMoustre :
Mais ça peut carrément arriver. Je me souviens d'albums de Madhouse, Kaizen ou Vulcain trouvés chez Emmaus ou en vide grenier pour 50 cts ou 1 euros ! Des miracles.
Allez, on y croit ! :-D

N'empêche, ce M.S.T... le premier qui passe sous les 25 balles... HOP ! c'est dans la musette !

LeMoustre
@93.4.16.166
08/07/2020, 22:48:25
Clair. Nomed a bien été réédité, y'a pas de raison.

Stef
@87.88.160.83
09/07/2020, 12:17:44
Je l’ai avez vu en 2016
A leur réformation pour un concert Privé
A Geneve
C’était énorme !!!
R.I.P l’ami

Daisy
@90.2.138.10
09/07/2020, 19:38:08
Je vous remercie pour cette belle évocation (je suis son amie)

Daisy
@90.2.138.10
09/07/2020, 19:39:33
Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

goughy
@185.73.206.97
10/07/2020, 10:42:55
Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Bruce Dickinson, pas de différence dans notre tête... Du coup quand on nous a dit (rencontre fortuite à la fête de la musique...) qu'il tenait un bar dans paris on a pris nos trois disques et on est allé voir notre idole.
On a débarqué vers 13h un mercredi , la cantada était fermée mais un mec nous a interpellé du bar d'à coté, c'était lui. Il a un peu halluciné sur notre excitation et encore plus quand on lui a demandé de signer nos disques, mais il est resté plus d'une heure à nous parler pour finir en nous disant de revenir, qu'il avait eu des problèmes avec le label et que du coup il lui restait plein de trucs...
Bref on y est retourné trois fois, à chaque fois super longtemps, il nous a filé tshirts, affiches etc... et il a répondu à toutes nos questions sur les paroles de morceaux, pourquoi le groupe avait arrêté, ce qu'il pensait de tel ou tel autre groupe qu'on adorait aussi, bref les questions de jeunes fans quoi...
Voilà j'arrête de raconter ma vie, c'était juste pour abonder dans le sens de l'article, ce type était le contraire d'une star, statut qu'il aurait pourtant pu revendiquer (au moins localement).
Et oui j'ai aussi réécouté l'intégrale (sans scrunch que j'ai pas retrouvé) quand j'ai appris sa mort, PUC est plus dur (avec du très bon) mais régénération est un classique !

Thrashing Metropolity
@176.57.244.233
10/07/2020, 11:07:09
Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du chanteur. C'est très juste et ça donnait beaucoup de personnalité et de charme au groupe.

Tiens, j'ai lu hier sur un autre site que MST signifiait "Moi Sur Toi". Je l'ignorais.

Gargan
@92.184.108.244
10/07/2020, 11:59:29
Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

JTDP
membre enregistré
10/07/2020, 17:08:46
Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

Jus de cadavre
membre enregistré
10/07/2020, 17:38:25
Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

Valstar Superstar
@90.35.12.127
27/07/2020, 13:03:22
Très sympa le papier, ça fait plaisir.
Je me permet, si par hasard ça intéresse deux trois personne, un petit hommage à Mickey, avec des anecdotes et de la musique à écouter. C'est pas grand chose, juste envie de partager quelques souvenirs.
https://valstar-superstar.blogspot.com/2020/07/compil-mickey-vol-1-2.html

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02

zsad

enfin une great news

01/08/2020, 22:36

LeMoustre

Quels souvenirs ces photos. Putain de crabe...

31/07/2020, 17:10

LeMoustre

Ah, tiens, sympa, j'avais bien apprécié les deux derniers albums, voyons ce que celui-ci nous réserve. Surprise, les Louds ne faisant jamais deux fois le même disque

31/07/2020, 17:08

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

30/07/2020, 20:33

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

30/07/2020, 20:30

Jus de cadavre

Haha excellent Raumsog... La même pour moi : le fan absolu à la recherche de la moindre miette de ces géants... Mais la plupart des "chutes" de studio de l'époque Pantera ont été utilisées par Damageplan je pense...

30/07/2020, 19:35

JTDP

Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

30/07/2020, 16:24

Humungus

Hé hé hé + 1 Raumsog !

30/07/2020, 15:08

Simony

Je me suis fait la même réflexion que toi RBD, je trouve que la scène commence à s'exporter gentiment et avec de très bons groupes bien furax !

30/07/2020, 10:45

LeMoustre

Dead Brain Cells, bravo pour ce papier d'un groupe trop méconnu. Je trouve que la chronique analyse avec justesse le positionnement de ce disque, un peu le cul entre plusieurs chaises sans arriver à définir par lui-même un sous genre ou rendre l'album incontournable, ce qu'il n'est pas. Je le ra(...)

30/07/2020, 10:05

Raumsog

Si seulement il restait quelques inédits de cette période (on peut rêver)... Même Dimebag qui s'accorde pendant 10 minutes je prends!

30/07/2020, 09:49

RBD

Je ne sais pas pourquoi, mais le Portugal semble regorger de groupes de Black primaire bien furieux.

30/07/2020, 00:25