Un gros dilemme parisien en ce 10 Octobre, mais on aura pas regretté notre choix, car cette soirée en compagnie des américains d'ALL THEM WITCHES aura été comme prévu un véritable enchantement. On vous raconte tout en détails.

  Une des raisons qui m’a fait quitter mon Nord natal pour la région parisienne il y a presque deux ans maintenant, c’était l’absence de concerts (bon, force est de constater que depuis ça a pas mal bougé, notamment grâce au super taff de Ben à El Diablo – l’instant promo). 

  J’ai donc trouvé à Paris ce que je cherchais, à savoir un gros paquet de dates…voire parfois trop, avec certaines grosses soirées qui se chevauchent et où les dilemmes sont fréquents. Et cette soirée du 10 Octobre en est la parfaite illustration, avec un choix qui s’avèrera être un véritable crève-cœur: D’un côté on aura les excellents et trop rares SUBROSA, et de l’autre, probablement ce qui se fait de mieux en matière de blues/rock psyché actuel, ALL THEM WITCHES. Ayant raté avec regrets la dernière venue de ces derniers, on optera pour la bande à Michael Parks Jr, choix facilité par la salle qu’on adore (la Maroquinerie versus l’Espace B).

  On imagine souvent, à tort, que la scène rock/metal israélienne se résume en gros à ORPHANED LAND, SALEM, AMASEFFER et BETZEFER. Pourtant, c'est un autre combo qui aura l'honneur d'ouvrir ce soir, trio formé au début des années 2010, avec un premier album éponyme intitulé...The Great Machine sorti en 2014 après un 1er EP, en attendant un nouvel opus qui devrait sortir fin 2016.

  Bien que l'heure de début était annoncée à 20h30, c'est finalement avec de l'avance que THE GREAT MACHINE commencera à jouer, devant une foule de ce fait clairsemée. Et quand une soirée commence par un "How do you say " Are you ready " in French?" et que la réponse du public est "Yeeeeees!", on sait que ce début de soirée va être étrange, voire complètement barré. Déjà dans les looks improbables des 2 frangins Haviv, Omer & Aviran, respectivement guitariste et bassiste, avec une mention spéciale pour la tignasse d'Aviran, digne d'un Al Yankovic. Ensuite dans le caractère totalement indescriptible du stoner / psyché qu'ils nous présentent, agrémenté par les excursions d'Omer dans la fosse (forcément moins faciles en fin de set, la foule s'étant densifiée au fil de la soirée), ainsi que par les tentatives de blagues de son frère, malheureusement dans un anglais parfois incompréhensible, mais qui fera malgré tout marrer la foule. Niveau musique donc, on aura droit à une alternance de titres à tempo lents, voire doomy, à des rythmes plus rapides voire presque carrément grunge. Et si le chant d'Aviran n'est pas toujours juste, et que l'ensemble est parfois confus, voire bordélique, le tout forme quelque chose de fun et efficace. Mention spéciale pour le jeu de leur batteur Michael Izaky, carré au possible, qui semble permettre à cet édifice incontrôlable de rester un minimum sur les rails. Et si au final on n’aura ni tout compris, ni réussi à savoir dans quel genre classer THE GREAT MACHINE, on aura passé un moment très sympa, grâce notamment à la bonne humeur de  trois Télaviviens.


  Après une ouverture à la limite du WTF, place à l'attraction principale de cette soirée avec ALL THEM WITCHES, emmené par le très très charismatique Michael Parks Jr (j'y reviendrai) et qu'on avait malheureusement raté l'année dernière, faute de place. Et même si entre temps on a pu se consoler avec l'impressionnante collection d'enregistrements live de qualité qui sont sur Youtube, cette date nous tenait particulièrement à cœur. Et tant THE GREAT MACHINE aura eu du mal à captiver d'entrée le public, tant la réponse au "Comment allez-vous?" du leader Tennessien trouvera réponse immédiate et spontanée dans une Maroquinerie pleine à craquer.

  Et ça démarre fort avec un "dirt preachers" sublime,titre sur lequel le sieur Parks nous donnera une bonne démonstration de sensualité vocale et parviendra à nous captiver durant la douzaine de titres proposés. Si le groupe piochera dans ses trois albums, c'est logiquement leur dernier en date qui sera le plus représené, avec son lot de pépites, à l'image du planant "Charles Williams", bijou de desert-rock ou cette leçon de blues sur "The mariage of coyote woman". Histoire de toujours nous garder avec lui et d'éviter le moindre flottement, le groupe aura la bonne idée d'alterner les morceaux chantés avec des titres majoritairement instrumentaux, comme « When god comes back », sur lequel Allan Van Cleave s'exprimera à merveille sur son clavier.

  Niveau intensité émotionnelle, on en aura pour notre argent,c'est certain, mais le premier vrai gros temps fort sera d'entendre "Open Passageways", au refrain et à la mélodie entêtants, et sur lequel le temps de Parks me ferait presque penser par certains aspects à celui d'un Daniel Gildenlöw (de là à dire que si PAIN OF SALVATION faisait du blues, ça ressemblerait probablement à du ALL THEM WITCHES...). Magnétique, c'est sûrement ce qui les qualifie le mieux, et on imagine aisément l'état des femmes présentes au premier rang (voire les hommes), émoustillées par ce à quoi elles assistent, plus fort encore qu'une pub Axe. La salle était déjà chaude, elle aura atteint des degrés supplémentaires, un peu aidé certes par les odeurs d'herbe médicinales qui commenceront peu après à envahir la Maroquinerie jusqu'à ce final agrémenté d'un bon gros solo de batterie de Robby Staebler, encore plus impressionnant que son collègue israélien. Un final dantesque donc, et pour la première fois je pense, j'ai presque regretté qu'il y ait eu un rappel après tout ça, inutile à mes yeux après une aussi belle conclusion.

 

Il y aurait tant à dire sur un groupe comme ALL THEM WITCHES, tant ils maîtrisent leur sujet. Mais là où ces quatre Américains font la différence et qui fait que leur succès est pleinement mérité, c'est qu'ils y mettent toute leur âme, pour au final créer sans doute ce que j'aime le plus dans le stoner, où le live est une véritable expérience avec un grand E. 

Et juste avant de conclure, parce qu'on ne le fait jamais assez,je ne sais pas comment ils s'appellent, mais j'aimerais vraiment rendre hommage à l'ingé son et au régisseur lumière qui ont fourni un travail fabuleux,rendant parfaitement justice à l'art des Américains.


par Mats le 31/10/2016 à 07:00
   341

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.