Avec les vacances j'avais raté DYING FETUS mais une telle affiche ce soir était de nature à effacer les remords. Une tournée aussi fournie et homogène n'est plus très courante de nos jours. Et pour être aussi ciblée, il n'est pas venu grand monde malheureusement. Étaient présents les passionnés connus du quartier, une affluence bien éloignée de la parité comme à l'époque.



Peu avant mon arrivée avaient commencés les cinq Berlinois d'IN DEMISE remplaçant ACRANIUS à ce stade de la tournée. Leur Death brutal et basique ne souffrait guère d'un son peu raffiné. Enchaînant gaiement les gimmicks du style autour de compositions simples, les Allemands ne montraient pas de vrais points faibles, le passage fréquent par des rythmes lents donnant une orientation assez Slam. Un solo de guitare souffrit du mixage un peu trop favorable au chant guttural et à la guitare. La caisse claire sonnait aigu à la Deeds of Flesh. Plutôt que de se disperser dans des risques inutiles, la maîtrise des bases permettait aux plus chauds de se décoincer et aux connaisseurs d'apprécier sans mélange le son qu'ils étaient venus chercher. Cela partait sur des bases modestes mais sûres.


Toujours plus en délicatesse et tous vêtus du t-shirt de leur propre groupe, les quatre Suisses Alémaniques d'ORAL FISTFUCK montaient le niveau d'agressivité. Avec un accordage plus aigu de la guitare et un mixage plus aéré cela cherchait plus à faire mal qu'à écraser. De même le blast à fond qui revenait beaucoup plus souvent était joué à la manière classique, et non pas comme du gravity. Le chanteur n'était pas pitché et se montrait capable d'aller sur plusieurs tons, tout en prenant volontiers des poses hystériques ou mimant de mitrailler l'assistance qui forma sans se forcer les premiers pogos. Je pensais au vieux BENIGHTED, celui d'avant Icon. Après avoir exprimé ses premiers mots dans un français tout à fait acceptable, le chanteur préféra rester dans un anglais standard pour ses communications suivantes. Je vois en eux un certain potentiel pour progresser encore, s'ils s'en donnent la peine, sur le dur chemin de l'extrême indépendant, l'adresse d'interprétation étant largement acquise malgré l'absence de solos.


Il y avait quelques objets à vendre au stand dans la cour fraîche et clairsemée.


Comme le grand guitariste l'arborait, avec EPICARDIECTOMY nous en revenions au Slam Death pur et vrai. Quoique, au-delà d'une guitare étouffée à mort et d'un chant à faire pâlir les éviers de la meilleure céramique, les Tchèques y mettent un groove fort bienvenu. Cela tient essentiellement à l'attitude, une extraversion qui ne compromet pas l'interprétation et desserre aux entournures les raideurs des versions originales. Ainsi, ils ont pu emballer à nouveau le public pour une orgie de headbang, percussions verticales sur des victimes fantômes et autres gestes absurdes observables dans un concert de ce genre. D'ailleurs, à ce que j'ai compris, le chanteur ne s'attendait pas à un tel emballement. Quelques samples bien dans le style renforçaient les clichés de ce courant mais ça avait effectivement du bon même pour un exercice de style plaisant et sans complexes. Le set de presque trois quarts d'heure, malgré un répertoire somme toute réduit avec deux albums seulement, passa sans aucun ennui. Une petite performance, pour moi qui préfère un style un peu plus traditionnel dans la brutalité.


Devenu une formation internationale au fil des ans, DEFEATED SANITY s'est patiemment hissé dans la première division du Death Metal. Assez rapidement, et après les trois groupes précédents, l'on pouvait constater qu'une maîtrise supérieure a été déterminante dans cette ascension. Ce virage contrôlé vers un Death plus technique, plus varié et ambitieux mais resté solidement ancré dans le Slam est particulièrement visible par le batteur capable de varier rapidement, et mieux qu'aucun autre ce soir, des plans diablement complexes entre les passages en gravity blasts conservés de leurs origines. C'est normal de sa part, c'est le seul membre restant depuis la naissance du groupe quelque part au fin fond de la Bavière. Étonnant tellement il sonne Américain du reste, et cela ne date pas de l'incorporation de membres étrangers comme le growleur Jason lui-même issu de ce pays, ainsi que son accent et son assurance en anglais le trahit. Malgré des blancs récurrents entre les titres, le succès restait incontestable pour un Death Metal intègre, sauvage, à la fois traditionnel et de son temps, restitué à la perfection. L'éclairage demeura constamment au rouge tout le long du set de près d'une heure, peut-être en reflet d'un champ lexical particulièrement sanglant.  Aucun rappel ne fut donné, pas plus qu'avec les groupes accompagnants. Mais je pense que les mordus avaient reçu leur dose. Perso' je serais bien allé trancher des bandes entières de goules à la double hache, en partant.


À défaut d'avoir ramené foule, cette soirée a été tout à fait réussie dans un créneau bien marqué.


par RBD le 29/09/2018 à 08:47
   203

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


jefflonger
@90.51.23.41
30/09/2018 à 21:32:08
Elles sont bien loin mes années montpellierènne, mes je prends toujours beaucoup de plaisir à lire les reports de cette ville. La secret place fait un sacré beau boulot. merci encore pour ce report RBD

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH