"Dis papa, tu as quel âge ?

30 ans ma chérie !

Tu es vieux !

Finis tes brocolis ma chérie !"

Et oui 30 ans ça peut paraître vieux, mais lorsqu'il s'agit de l'âge d'un groupe, cela force plutôt le respect. Alors, MISANTHROPE a décidé de célébrer cet anniversaire, histoire de se remémorer d'excellents souvenirs et certainement certains plus douloureux comme le chanteur S.A.S de L'Argilière va nous l'avouer à demi-mots durant ce concert dans l'est de la France. Point de départ de la tournée 2019.


La soirée commence par une déception que j'avais vu venir avec l'event Facebook, l'affluence ! Chez Paulette peut contenir 500 personnes et bien c'est une cinquantaine de personnes qui vont répondre présent à l'invitation des français, vraiment dommage car même si, lorsque comme moi, vous n'êtes pas un fin connaisseur de la riche discographie du groupe, cela n'empêche en rien de sentir l'émotion et le caractère exceptionnel de ce que le quatuor va nous délivrer sur cette tournée.

On commence cependant avec les locaux de SPHAERA que j'avais déjà pu voir il y a plusieurs mois dans un bar à côté de chez moi et le chemin parcouru par le groupe depuis est étonnant. Tout d'abord, le groupe officie désormais avec un vrai batteur et bénéficie d'un son impeccable ce soir, ce qui ne fut pas le cas à l'époque et lorsque l'on pratique le style de ces gaillards, c'est particulièrement handicapant. La mise en scène a également été réfléchie avec un chanteur, Vled Tapas, au look soigné et à la gestuelle pensée. En effet, le groupe propose un mélange de Neo Metal, de Metalcore et de tout un tas de chose donnant un univers Cirque d'Horreur à la croisée des chemins avec l'Opéra loufoque, le tout très bien imagé par un Monsieur Loyal quelque peut schizophrénique en la personne de Vled Tapas qui prend le rôle à bras le corps pour un résultat très pertinent. Bien entendu, on reconnait des grosses ficelles rythmiques usées par KORN et autres figures de proue du mouvement Neo et la reprise du "Mein Teil" de RAMMSTEIN en conclusion de show donne largement l'orientation du groupe.
Alors si le groupe officie maintenant avec un batteur, il reste tout de même une bonne partie qui est balancée par un ordinateur, des chœurs, des samples, du clavier et cela donne un aspect figé à la musique si énergique du groupe, c'est un peu dommage car la créativité du chanteur, la folie qui pourrait se dégager de tout cela est comme bridée par le timing imposé par l'ordinateur. Ce ne sont pas des séquences qui sont balancées en début de morceau mais bien les 45 minutes du show qui défilent et sur lesquels le groupe doit se caler, cela casse la spontanéité que leur offrait l'arrivée d'un batteur. Toutefois, il faut reconnaitre l'efficacité du groupe ce soir, melting-pot de plusieurs styles, le crossover fonctionne très bien et on comprend très bien où le groupe veut en venir.
Quelques messages engagés pour la cause LGBT sont lancés par le chanteur qui n'en fait cependant pas de trop, juste de quoi rappeler, qu'au même titre que la religion, il s'agit d'un choix personnel et non d'un critère de segmentation social ou culturel, je vous laisse découvrir cela à travers les différentes interventions que le chanteur peut réaliser et qui sont disponibles sur le Facebook du groupe. Alors même si je ne suis pas du tout client du style pratiqué par SPHAERA, force est de constater que le show est plutôt agréable et réussi. A découvrir via leur Bandcamp si vous le désirez.

Les rois de la soirée, c'est bien entendu MISANTHROPE qui célèbre donc ses 30 ans de carrière, 30 ans de Death Metal old-school, de Melodic Death Metal, de Progressive Death Metal, de Gothic Death Metal, un esprit avangardiste qui a valu au groupe quelques moqueries, il est vrai qu'au début des années 2000 après Libertine Humiliations, l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait. Moi-même j'avoue que la grandiloquence dans laquelle était tombé le groupe m'a beaucoup éloigné de leurs sorties récentes qui semblent toutefois de très bonne qualité. 

Le concert s'ouvre sur deux titres récents extraits d'ΑXΩ (Le Magistère De L'Abnégation) datant de 2017 et Ænigma Mystica datant de 2013 avec sa chanson titre. "Nevrose" d'IrremeDIABLE (2008) est ensuite enchainé avant que la machine à remonter le temps ne s'accélère car, comme le signale le chanteur, le groupe ne va pas respecter d'ordre chronologique particulier et envoie un "Hater Of Mankind" datant de 1991 et de leur split avec TORTURER. Un titre ressorti des cartons en 2018 et qui fait ressurgir des émotions particulières chez le frontman tout comme "And Also The Lotus" extrait de leur premier album, Variation On Inductive Theories datant de 1993. La décontraction du groupe ce soir amène même le chanteur a signalé l'esprit Neo Metal de certains riffs de ce titre avec un large sourire, avantgardiste un jour... avantgardiste toujours ! "Maudit Sois-Tu Soleil !", "1666... Theatre Bizarre", "Passions Millionaire", "Sadistic Sex Daemon" et "Sulfureuses Contestations" représentent les albums du groupe avec quelques anecdotes en introduction, le départ de la moitié du line-up avant l'enregistrement de 1666... Theatre Bizarre ou l'incrédulité face à la sortie d'un double album tel que Metal Hurlant, beaucoup considérant le deuxième CD comme un CD bonus, ce qu'il n'est pas. Mais le groupe va également faire plaisir à ses fans présents ce soir avec "Humiliations Libertines" extrait de l'album Libertine Humiliations, ce titre très mélodique et lent passe très bien sur scène, un excellent choix là où habituellement le groupe interprète "L'Ecume Des Chouans".


MISANTHROPE va également se plonger dans ses coffrets et autres compilations pour en sortir des raretés comme "Le Roman Noir" issu de Recueil D'Ecueils : Les Epaves... Et Autres Œuvres publié en 2000 ou "Emmurement" qui apparait sur Misanthro-Thérapie : 15 Années D'Analyse publié en 2004 pour les 15 ans du groupe. La fête est totale et le groupe ne met rien de côté, assume complètement sa discographie et il faut avouer que la setlist est plus que costaud mettant en avant l'aspect Death de ce groupe y mêlant aussi du Gothic, du Progressif, du Heavy, le bilan est extrêmement positif pour ce pilier de la scène Metal Française et la scène Metal tout court !
Bien entendu, comment ne pas finir ce concert sur un titre que le public attend, un titre extrait de Visionnaire et comme le dit le chanteur, pas facile d'être Visionnaire lorsque l'on est le 15 avril 2019. C'est effectivement "Bâtisseurs de Cathédrales" issu de cet album et faisant largement référence à Notre Dame de Paris qui est joué comme ultime titre, et quel titre.
Le groupe se retire sous les applaudissements nourris du public, une excellente prestation ce soir qui montre un groupe en forme et un bilan des 30 ans plus que positif. MISANTHROPE est bel et bien vivant, l'année 2019 devrait le rappeler. Le temps d'échanger quelques mots aux abords du stand du groupe avec un S.A.S de L'Argilière ravi de revoir des têtes connues, on pourra dire ce que l'on veut de ce groupe, ce soir MISANTHROPE a montré qu'il était grand !       


                            



par Simony le 21/04/2019 à 15:00
   231

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@77.146.224.133
21/04/2019 à 15:23:21
Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.

Humungus
membre enregistré
22/04/2019 à 14:20:31
Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de temps et surtout se contre-foutant totalement du qu'en-dira-t-on.
Rien à redire à ce niveau là donc.
M

Humungus
membre enregistré
22/04/2019 à 14:23:38
(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne : Je me souviens de parties de rigolade sans noms avec les potes quand on les voyaient sur scène à la fin des 90s.
Que voulez-vous, on ne se refait pas hein... .... ...

Ajouter un commentaire


Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.