Bite of the Underdog

Mortal Terror

18/12/2020

Autoproduction

Dans les années 80, faire la différence entre un groupe de Thrash américain et un groupe de Thrash allemand était chose très facile. Les américains étaient fluides et techniques, les allemands étaient de gros bourrins. Alors, avec METALLICA, MEGADETH, EXODUS, ANTHRAX et SLAYER d’un côté, et SODOM, DESTRUCTION, KREATOR de l’autre, impossible de se tromper sur la marchandise. Et puis, les choses ont évolué, les germains ont découvert l’art subtil de la délicatesse, et les différences entre les deux pays se sont estompées. Aujourd’hui, il est impossible de savoir en l’écoutant de quelle nationalité est un groupe, puisque même les sud-américains se sont calés à l’heure de la précision. Alors, rappelons-nous pour le plaisir cette époque facile, époque que les MORTAL TERROR ont d’ailleurs bien connue. Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, ce groupe originaire de Hann a fait ses classes alors que KREATOR avait déjà sorti Pleasure to Kill, et au moment du tournant compréhensible et plus « catholique » de SODOM. La première démo du combo date en effet de 1987 (Humour Is a Matter of Taste), mais il aura fallu attendre 1994 pour que son premier album ne se trouve dans les bacs. The Evolving Self aura donc été le véritable point de départ professionnel de la carrière de MORTAL TERROR, qui pendant sept longues années aura enchaîné les démos (six en amont du premier LP, bravo l’obstination), avant de prendre son envol.

Enfin, l’envol lui aussi a mis un certain temps, puisque après Posthuman, le second album du gang, seuls deux EP’s auront rassasié les fans, avant que les allemands ne trouvent enfin leur vitesse de croisière en 2003. Et ce sont en tout six LPs qui constellent aujourd’hui leur parcours, et je dois vous avouer une chose très importante. Avant cette chronique, je n’avais jamais entendu parler d’eux, malgré mes connaissances approfondies sur le sujet. Difficile à croire d’autant que le quintet accuse les trente-cinq ans de marathon Thrash, mais autant corriger une faute lorsqu’on en a conscience. C’est ainsi que j’ai estimé que le nouvel effort de MORTAL TERROR méritait bien une chronique, d’autant plus que leur musique est aussi savoureuse qu’elle n’est modérée.

Thrash évidemment, mais pas seulement, et surtout pas à la choucroute/saucisses lourde des années 80. La musique du quintet, articulé autour de deux de ses membres originaux Stefan Kunth (chant) et Dirk Wieland (guitare/choeurs), et de trois accompagnateurs (Gerret "Rox" Geilich - basse, Jürgen Grauer - batterie et Matthias Keyser - guitare) est donc agressive, bien sûr, mais totalement compréhensible et abordable par les réfractaires d’une violence gratuite et paillarde. Pas question ici de payer son tribut aux deux monstres KREATOR et SODOM, ni de sombrer dans la parodie à la TANKARD, mais plutôt de garder la mainmise sur la technique nationale pour l’agrémenter d’un savoir-faire typiquement américain. Générique, le Thrash des MORTAL TERROR l’est assurément, mais terriblement bien construit et bien joué, et sans provoquer de réactions d’admiration béate, contient assez d’arguments massue pour convaincre les plus passionnés.

Ce qu’on note au prime abord, c’est cette prolixité des guitares qui en font des tonnes, et lâchent des riffs tous azimuts. Mais de véritables riffs, pas de simples prétextes à la débauche, des riffs à la EXODUS/AGONY, des riffs qui cognent et qui permettent à la rythmique de varier les plaisirs. Pas question ici de foncer tête baissée pour se cogner le mur de la linéarité, mais pas question non plus de rester embourbé dans un mid tempo pataud qui fera fuir les badauds. Les musiciens sont bons, intelligents, et tiennent à garder un équilibre stable entre la puissance et la mélodie, à la manière d’un TESTAMENT plus remonté qu’à l’ordinaire. Ce qui nous permet de savourer de longues compositions qui étalent de belles idées, et qui privilégient l’optique progressive si prisée à la fin des eighties. Pas question pour autant de verser dans l’égocentrisme du Techno-Thrash, mais bien de jouer un Thrash dégoulinant de Heavy, et reposant sur des bases solides et saines. C’est ce que démontre avec fermeté l’infernal « Black Church of Rock'n'Roll », qui de son intro harmonieuse nous mène à un carnage en règle, de ceux que le ANNIHILATOR des grands jours nous réservait dans sa prime jeunesse.

Beaucoup de syncopes donc, des saccades précises, des breaks bien amenés, et une expérience sur laquelle on capitalise. N’oublions pas que le duo Stefan Kunth/Dirk Wieland se connaît par cœur, et sait exactement ce qu’il veut. On s’en rend compte dès l’entame dantesque de « Bite of the Underdog » qui joue avec la frontière du Death en imposant des chœurs d’outre-tombe en arrière-plan. On pense à une version plus polie des NO RETURN, mais le métier des allemands parle pour eux et leur permet d‘éviter les comparaisons trop envahissantes.

Sans provoquer l’admiration des Dieux de la bestialité, Bite of the Underdog frappe fort et juste, et nous évite les fillers pénibles ou les citations trop directes. Le paradoxe est qu’en restant en ligne médiane et sans choisir son camp, le groupe parvient justement à trouver son identité et à séduire tout le monde, du fan de MOTORHEAD/TANK qui trépignera au rythme de « Die at Full Speed », jusqu’au maniaque de SLAYER ou RECIPIENTS OF DEATH qui louera les qualités du terrible « To the End ».

Chant ferme, guitares volubiles et implacables, ambiances parfois mystiques et sombres (« Hate for the Haters », une boucherie à la OVERKILL, mais en plus viril), ce sixième album du groupe se pose en acmé d’une très longue carrière, et ne cède pas un pouce de terrain jusqu’à son terme. Bien évidemment loin de moi l’idée de placer les MORTAL TERROR sur un piédestal, mais je ne peux m’empêcher de me demander pour quelle raison le groupe évolue encore dans l’ombre de l’underground avec de telles qualités. Le quintet parvient même à ramener à la surface la magie juvénile de Kill’Em All, en version plus germaine (« Hounds of the Night »), et de fait à dénoncer indirectement l’injustice de son anonymat. J’irai même jusqu’à pardonner l’atrocité de cette pochette immonde, qui concurrence presque celle de WOLF. C’est dire.

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Bite of the Underdog

02. Die at Full Speed

03. To the End

04. Black Church of Rock'n'Roll

05. Hate for the Haters

06. Black Pilled

07. Hounds of the Night

08. Warheads


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 00/00/0000 à 00:00
78 %    558

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31