Chapter II - Legacy

Ad Infinitum

29/10/2021

Napalm Records

A peine un an et demi après la sortie de son premier album, le groupe susse AD INFINITUM remet le couvert pour dévoiler la seconde partie de son concept. Ce second chapitre fait donc écho à Chapter I: Monarchy, qui avait déclenché bien des ferveurs chez les fans de Metal symphonique, et si ce premier album s’était fait une place dans les colonnes du webzine, c’était plus par curiosité que par réelle passion. Loin des canons en vogue dans le Metal symphonique le plus régalien, AD INFINITUM trouvait sa plénitude dans un Metal plus générique, plus agressif, tout aussi mélodique, et porté par la voix assurée et puissante de Melissa Bonny. Assez proche d’ailleurs d’un Heavy Metal moderne aux inflexions électroniques, Chapter I: Monarchy avait réussi à me convaincre de la concision de son propos et de ses chansons plutôt performantes, même si l’exercice montrait ses faiblesses sur la durée. Alors, quelle nouvelle eau le groupe a-t-il apporté à son propre moulin dix-neuf mois après sa première récolte ? Une nouvelle eau qui ne l’est pas vraiment, puisque les deux chapitres auraient pu être les volumes individuels d’un double album, tant leurs similitudes les rapprochent.

Sauf que cette fois-ci, le groupe s’est lâché en publiant quinze chansons pour presque une heure de musique. L’aîné s’arrêtait pile à temps pour ne pas trop user la patience, mais Chapter II - Legacy présente l’héritage en grandes pompes, et ne fait pas semblant d’en faire briller les ors.   

Evidemment toujours supporté par Napalm Records, AD INFINITUM s’impose, développe ses muscles et montre les crocs, certain d’avoir sa place à la cour des grands. Et en découvrant ces quinze nouveaux titres, il est immédiatement évident que les suisses sont dans leur monde au sein de la confrérie noble du Metal moderne le plus mélodique et classique. Et ce, sans changer d’un iota leur recette, toujours basée sur les réflexes alternatifs d’une génération pas assez bornée pour s’y plonger la tête la première, gardant cette emprise de refrains vraiment bien trouvés, et en cherchant parfois le hit au point de le trouver (« Inferno », parfait dans le costume de single). Si vous aviez apprécié le premier tome des aventures des originaires de Montreux, alors cette suite élégante, racée et bien repassée vous siéra à merveille, tant les chansons en sont vraiment, et pas de simples excuses pour en mettre plein la face.

J’avais précisé il y a plus d‘un an avoir une attirance particulière pour les morceaux les plus nuancés du quatuor, au visage renouvelé. Exit donc le partenaire de jeu de Melissa Jonas Asplind, remplacé par Korbinian Benedict, la guitare étant toujours assurée par Adrian Thessenvitz et la batterie martelée par Niklas Müller. Et si les fondations restent aussi solides, c’est dans les détails et autres ornementations qu’on remarque quelques changements, avec des chœurs plus prononcés, des passages mélodiques plus appuyés, qui dessinent finalement un décor plus riche et ouvragé. Ainsi, « Your Enemy » se veut second hit d’un album qui semble en cacher un certain nombre, même si le nivellement par le milieu est évident sur la première partie de l’album.

Toujours adeptes d’une formule courte qui frappe fort, les suisses ne laissent jamais leur proverbiale montre aller trop loin dans le temps, et s’arrêtent souvent aux quatre minutes réglementaires largement suffisantes pour développer le propos voulu. Cette première partie d’album est donc assez conventionnelle, avec toutefois la surprise d’un featuring de Nils Molin (DYNAZTY et AMARANTHE), qui vient donner de la voix sur « Afterlife ». Ce tube aurait justement pu être popularisé par son groupe officiel AMARANTHE, et les ressemblances entre les deux groupes sont parfois assez frappantes. Si AD INFINITUM évite le côté le plus putassier d’une Pop-Metal rembourrée Metalcore des copains suédois, s’ils ne flirtent jamais avec la puissance Néo-Death de la bande à Nils et Elize Ryd, ils n’en gardent pas moins comme objectif ces accroches Pop qui leur permettent d’attirer l’attention des fans les plus ouverts.

En résultent des chansons certes faciles, mais terriblement bien enregistrées et mixées. La production, large mais claire permet d‘apprécier chaque intervenant à sa juste valeur, des envolées mesurées de Melissa jusqu’aux soli toujours pertinents d’Adrian Thessenvitz. Et la complémentarité des deux artistes est encore plus frappante sur un titre comme « Breathe », dont le mid tempo assuré à déjà des airs de classique.

Mais lorsqu’on prétend tenir en haleine son public pendant près d’une heure, il convient de varier son propos et de ne pas se reposer sur ses lauriers. AD INFINITUM tente donc de relever le défi de la variété, en insistant parfois sur sa personnalité la plus souple (« Animals », aux claviers envahissants), ou au contraire en montrant sa facette la plus crue (« Into The Night » gros burner burné dont le riff vous remonte jusqu’au nez). Le mélange des deux voix, masculine et féminine est toujours aussi efficace, avec ces volutes romantiques d’un côté et ces grognements virils de l’autre, et si certains segments donnent une impression de déjà-vu réchauffé par les lunettes (« Son Of Wallachia », pas indispensable), d’autres au contraire donnent envie de foncer voir le groupe en concert, pour constater sa capacité à transcender son énergie la plus brute (« My Justice, Your Pain »).

Et finalement, d’intros au clavier en refrains entêtants, Chapter II - Legacy laisse le notaire lire un testament plutôt gratifiant pour la fanbase du quatuor. Melissa et les siens ont bien réussi à maintenir le cap tout en offrant une vue légèrement différente, et si ces quinze morceaux ne sont pas tous indispensables, aucun n’est suffisamment raté pour condamner le concept entier. On aurait toutefois aimé une compression plus poussée, comme sur le premier album, mais en mettant de côté quelques faux-pas (très subjectifs d’ailleurs), ce second album confirme le potentiel d’un futur déjà grand de la scène Modern Metal, apte à défier les maîtres sur leurs propres terres.

De là à les suivre vers l’infini, il y a quelques poussières d’étoiles que je ne balaierai pas sur mes épaules.     

       

                                                                                                

Titres de l’album :

01. Reinvented
02. Unstoppable
03. Inferno
04. Your Enemy
05. Afterlife (feat. Nils Molin)
06. Breathe
07. Animals
08. Into The Night
09. Son Of Wallachia
10. My Justice, Your Pain
11. Haunted
12. Lullaby
13. Unstoppable
14. Inferno
15. Son Of Wallachia


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/11/2021 à 15:26
80 %    98

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26